Guide réalisé par Thierry Le Peut

 

 

 

 

saison 1 (à venir)  -  saison 2 (à venir)  -  saison 3

 

Saison 3

1984-1985

 

Created by Lawrence Gordon

Executive producers Aaron Spelling, Douglas S. Cramer, Lawrence Gordon

Executive supervising producer E. Duke Vincent

Supervising producer Michael Fisher (1 à 7, 9, 10)

Producer James L. Conway

 

 

 

3.01  Wanted Man (A corps perdu, 2e partie)

 

ABC, 21 septembre 1984

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Michael Fisher

Réalisé par James L. Conway

 

Quand Matt Houston retrouve son Oncle Roy

Lee Horsley et Bumper Robinson à Disneyland

 

Matt Houston est reconnu par un homme, Biler, au diner de Flatridge où il prend son repas. Il échappe à la police grâce à un enfant, Nathaniel, qui envoie les policiers dans une mauvaise direction. Nathaniel est un enfant qui ressent certaines choses qu’il n’est pas censé savoir ; quand il dit à sa mère qu’il faut conduire Matt chez son oncle en Arizona, elle ne discute pas, elle suit son intuition. Matt a tenté d’entrer en contact avec son oncle Roy, qui vient d’enterrer la femme qui a partagé 46 ans de sa vie, Flo. Ancien professeur d’université et auteur de livres de criminologie, il a aussi travaillé pour la Compagnie à l’époque où elle s’appelait encore OSS, durant la Seconde Guerre mondiale. C’est pourquoi Matt pense qu’il pourra l’aider à retrouver l’homme qui l’a drogué et qui a lavé son esprit au point de lui ôter la mémoire de trente jours de sa vie. Mais cet homme, Truman Masters, suit Houston à la trace et a anticipé sa venue en Arizona. Avec ses hommes Baker et Wells, il ouvre le feu sur la maison d’Oncle Roy, sans parvenir toutefois à les empêcher de s’enfuir.

Matt et Roy se rendent chez Nellie Cochran, archiviste excentrique qui a dans sa maison « fortifiée » de quoi répondre à leurs questions. Elle leur permet d’identifier Truman Masters, alias Peter Martin Delaney, ex-psychiatre spécialisé dans la manipulation des esprits et versé dans d’autres arts plus directement mortels. Baby (l’ordinateur de Houston Inc.) fera le reste et conduira Matt et Roy à Hawaii, où Delaney a sa résidence protégée qui est le lieu que Matt cherchait sous le nom de code « Winchester Street ». Rejoints par C.J., Hoyt et même Murray, le comptable de la société, Matt et Roy établissent un plan d’action pour s’introduire dans la résidence, se rendre maîtres de Delaney et mettre la main sur les documents permettant d’innocenter Matt…

 

Bumper Robinson
Mary Wickes

 

Kim Hamilton
Royce Applegate

 

M. Gregory, T. Howard, A. Prine
Rudy Ramos (au centre)

 

Avec Andrew Prine (Truman Masters / Peter Martin Delaney), Mary Wickes (Nellie Cochran), George Kee Cheung (Lin), Kim Hamilton (la mère de Nathaniel), Bumper Robinson (Nathaniel), Rudy Ramos (deputy Henry), Royce Applegate (Biler) et George Wyner (Murray). Et avec Cis Rundle (Chris), Michael Gregory (Wells), Tom Howard (Baker), Jef Dahlgren (delivery boy), Russ McCubbin (Sheriff), Ward Emling (man) et Ancel Cook (counter man).

 

Le générique de fin est constitué d’images de Houston avec Nathaniel à Disneyland : en quittant l’enfant au début de l’épisode, Matt lui a promis de l’emmener à Disneyland s’il se sortait de ses problèmes. C’est le générique de fin qui tient cette promesse.

Le dernier acte est un plaisir nombriliste de pure fantasy, destiné aux fans, réunissant autour de Matt Houston ses partenaires C.J. et Hoyt mais aussi le comptable Murray, régulier de la saison 1, présent dans trois épisodes de la saison 2, et qui apporte sa contribution à un dénouement musclé. L’Oncle Roy, bien entendu, joue aussi un rôle de premier plan dans ce dénouement certes invraisemblable… mais fun.

 

Hoyt et Houston (L. Kilpatrick et L. Horsley)

Murray et Oncle Roy (G. Wyner et Buddy Ebsen)

 

 

3.02  Vanished (L’esprit de la loi)

 

ABC, 21 septembre 1984

Musique de John Davis

Ecrit par Michael Fisher

Réalisé par Don Chaffey

 

Le bonheur d'une famille menacé

Hug me (Buddy Ebsen et L. Kilpatrick)

 

Un homme, se faisant passer pour un policier, persuade la fille du Lt Hoyt, Kathy, de monter dans sa voiture en prétendant que son père a été blessé et va peut-être mourir. Hoyt apprend en rentrant chez lui, par sa femme Ann, que Kathy n’est pas rentrée. L’enquête piétine et Matt propose son aide à Hoyt. Il fait pression sur un fonctionnaire, Osborne, afin d’avoir accès aux fichiers des criminels sexuels, qu’il épluche avec C.J., Roy et Chris (sa secrétaire). Mais il est difficile de trouver une piste au milieu de plusieurs centaines de dossiers. Quand une tombe est découverte en pleine campagne et qu’une petite fille y est découverte, morte, Hoyt s’effondre et se sent lui-même devenir un « monstre » en ressentant un immense soulagement parce que la victime n’est pas Kathy.

Il faut un appel de Nathaniel, le petit garçon médium qui a aidé Matt quand il était en cavale, pour orienter le détective vers le kidnappeur, Calib Martin, un pédophile libéré de l’hôpital psychiatrique parce qu’un psychiatre l’a déclaré « guéri ». Matt et Hoyt se rendent à son domicile. Martin parvient à s’enfuir à pied après avoir enfoncé un couteau dans la poitrine de Houston. Celui-ci est transporté à l’hôpital et s’en sort de justesse. Pendant ce temps, Hoyt à la tête de plusieurs policiers en uniforme traque Martin et le capture. Mais le pédophile déclare que les enfants qu’il a enlevés sont tous morts.

Hoyt et sa femme sombrent dans le chagrin et la dépression. Quand on annonce que Martin va peut-être être relâché pour des questions de procédure, Hoyt décide de faire justice lui-même. Il parvient à s’introduire dans le Palais de Justice en trompant la surveillance des policiers et à se cacher dans une pièce vide, sur le passage de Martin. Matt, encore très faible, sort de l’hôpital pour tenter de l’empêcher d’aller au bout de son désir de vengeance…

 

James Olson
Christina Murrill

 

Herbert Edelman
Clare Nono

 

Judyann Elder
Cis Rundle

 

Avec James Olson (Calib Martin), Herbert Edelman (Mr Osborne), Laurence Haddon (Commander Cassidy), Judyann Elder (Ann Hoyt). Et avec Cis Rundle (Chris), Steve Doubet (doctor), John Brandon (Captain), Buddy Farmer (Commander), Bumper Robinson (Nathaniel), Clare Nono (reporter), Anthony Leonardi (Dimaggio) et Christina Murrill (Kathy), Gerald York (Coroner’s assistant), Jack Collins (priest), Steven Miller (newsman), Robb Madrid (paramedic), Wayne Kruse (policeman), Paul Petersen (policeman), Amy O’Neill (Rosie).

 

Roy évoque la perte de son fils, porté disparu au Vietnam.

Le zoom avant sur l’immeuble qui abrite le cabinet du psychiatre est emprunté à l’épisode 2.15 (la maison de santé de Meadowoaks, dont on ne voit pas ici le nom). Meadowoaks sera de nouveau utilisé en 3.13.

Nathaniel, l’enfant médium de l’épisode 3.01, apparaît dans une scène : il téléphone à Matt et lui donne un indice décisif sur le kidnappeur.

Comme dans l’épisode 2.15, Matt Houston passe à deux doigts de la mort ; c’était alors une balle qui avait manqué de très peu son cœur, c’est cette fois un couteau qui le manque, encore de très peu.

 

 

3.03  Eyewitness (Témoin oculaire)

 

ABC, 12 octobre 1984

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Ann Lewis Hamilton

Réalisé par Don Chaffey

 

C.J. file le parfait amour avec Manimal

Matt Houston se prend pour Errol Flynn

 

C.J. file le parfait amour avec Robert Tyler, un ami d’enfance de Matt, reporter à succès, qui lui propose le mariage. Elle l’accompagne à une réception chez le riche Richard Daniels, un milliardaire qui n’accorde guère d’entrevues à la presse mais qui a accepté de répondre à ses questions devant les caméras. Au cours de la réception, des hommes habillés en clowns enlèvent l’épouse de Daniels, Barbara. Robert s’interpose et manque être tué. Le soir même, alors qu’il est en plateau pour animer son émission, il est appelé par Barbara Daniels : les ravisseurs ont choisi le journaliste pour servir d’intermédiaire dans le dépôt de la rançon. La police et le FBI, repérés, ne peuvent assister à la rencontre qui a lieu dans un parc public mais Matt suit Robert. Le journaliste a aussi fait venir une équipe pour filmer la scène à distance. Quand la rencontre entre Robert et l’un des ravisseurs, masqué, manque être fatale au journaliste, Matt intervient ; le kidnappeur réussit à s’enfuir mais Matt, en luttant avec lui, a retiré son masque et vu son visage. Ses recherches lui apprennent qu’il s’appelle George Davis et que sa propre femme a été enlevée quelques années plus tôt ; détail troublant : c’est Robert Tyler qui a relaté l’affaire dans le journal où il travaillait. Elle a même contribué à lancer sa carrière. Matt prend donc au sérieux les soupçons qu’avaient déjà Hoyt et Roy, concernant l’implication possible de Robert dans l’enlèvement de Barbara Daniels. L’événement lui ouvre déjà les portes des journaux de New York.

C.J. en veut à Matt d’avoir de tels soupçons, et elle annonce même sa démission, mais les doutes deviennent vite des certitudes quand Matt, peu après en avoir parlé à Robert, est victime d’une tentative de meurtre. Les événements, ensuite, s’accélèrent : on découvre le lieu où les ravisseurs détiennent Barbara Daniels, Robert s’invite sur les lieux avec son équipe et prend l’initiative d’offrir sa vie en échange de celle de Barbara. Les ravisseurs la libèrent et Robert entre dans la maison à sa place. Matt et Hoyt ne sont pas dupes, la ficelle est bien trop grosse et ils savent que Robert a tout planifié lui-même ; quand Matt s’introduit dans la maison, il doit abattre l’un des deux ravisseurs et Robert, aussitôt, saisit lui-même une arme et tue l’autre, supprimant le dernier témoin de sa participation au complot. Il devient un héros sous l’œil de la caméra et Richard Daniels le remercie publiquement. Pour C.J., cependant, le doute n’est plus permis. Elle aide donc Matt et Roy à tendre un piège à Robert, en lui faisant croire que George Davis a laissé des cassettes audio de toutes leurs conversations. Robert, bien sûr, tente de les récupérer…

 

Simon MacCorkindale
Guy Doleman

 

Michael Cavanaugh
B. Ebsen & Lee Horsley

 

Louise Sorel
Pamela Hensley

 

Avec Simon MacCorkindale (Robert Tyler), Guy Doleman (Richard Daniels), Michael Cavanaugh (George Davis) et Louise Sorel (Barbara Daniels). Et avec Arnold Bankston, III (Eddie), Eddy Ruffalo (Foster), Cis Rundle (Chris), Gary Krakower (director), Anthony Leonardi (cop), Michael McLure (attendant).

 

On nous a fait souvent le coup de l’ami trahi (par exemple entre Dan Tanna et sa secrétaire Bea dans Vega$ 2.14, « Les surprises de l’amour », où elle l’accuse de vouloir détruire son bonheur et se brouille avec lui) et la scène de « rupture » entre C.J. et Matt est un pur morceau de convention mais la scénariste a la délicatesse de donner du discernement à C.J., qui rue dans les brancards mais n’en est pas moins lucide sur son fiancé, en dépit de l’amour qu’elle lui porte.

La maison du richissime Daniels sera celle des Colby dans Les Colby dès la rentrée suivante.

Oncle Roy évoque un souvenir (37’) : il a été amoureux d’une espionne, jadis, qui a été tuée par un agent secret. Ce n’est qu’ensuite qu’il a rencontré et épousé Flo. L’anecdote prendra corps dans l’épisode 3.19. 

 

 

3.04  Apostle of Death (La secte fatale)

 

ABC, 19 octobre 1984

Musique de John Davis

Ecrit par Skip Webster

Réalisé par Kim Manners

 

Le Révérend est accueillant (Richard Lynch)

... son bras armé un peu moins (Danil Torppe)

 

Emmett Allyson essaie sans succès de soustraire sa sœur à l’influence de la secte du « Révérend » Jesse Mercer, un groupe de manipulateurs organisé comme une petite armée, qui détourne l’argent de ses adeptes jeunes et impressionnables. Emmett demande alors l’aide de Matt Houston qui tente d’alerter le Lt Hoyt, lequel a besoin de preuves pour agir. Matt et C.J. rédigent donc une fausse ordonnance de justice afin de pouvoir approcher Peg Allyson, en se posant en hélicoptère dans le jardin de la somptueuse résidence de la secte. C.J. obtient de lui parler seule à seule et réussit à la convaincre de la laisser prendre quelques gouttes de son sang afin de prouver qu’elle n’est pas droguée par le Révérend. Celui-ci, en s’en rendant compte, empêche C.J. et Matt de repartir : C.J. est blessée par balle et Matt retenu en otage. Le Révérend veut les garder en vie jusqu’à la fin de la semaine, le temps de s’emparer des trois millions d’héritage de Peg, qui ordonne à son avocat Adamson de lui apporter l’argent en liquide. En attendant, lorsque la disparition de Matt et C.J. attire l’attention de la police, Mercer déménage avec son personnel et ses adeptes dans un autre lieu, Matt et C.J. étant détenus dans un phare désaffecté pendant que Hoyt perquisitionne la propriété du Révérend. Ce dernier fait alors son retour pour couper court aux rumeurs et prétend avoir été absent durant plusieurs jours et ne rien savoir de la visite de Matt et C.J. Hoyt n’a d’autre choix que de vider les lieux. Au phare, l’état de C.J. étant de plus en plus préoccupant, Matt trouve le moyen de neutraliser ses gardiens. Transportée à l’hôpital, C.J. survivra et Matt retrouve Roy et Hoyt pour mettre en échec le Révérend en s’invitant à la remise de l’argent par Adamson…

 

Richard Lynch
David Wallace (à dr.)

 

Rebecca Balding
Danil Torppe

 

Wendy Smith Howard
Lincoln Kilpatrick

 

Avec Richard Lynch (Jesse Mercer), Wendy Smith Howard (Peg Allyson), Larry Anderson (Carl), Danil Torppe (Scanlon) et Rebecca Balding (Sarah) et David Wallace (Emmett Allyson). Et avec Byron Morrow (Adamson), Michael M. Vendrell (Riggs), Susan Aldred (Claudia), Cis Rundle (Chris), Larry McCormick (newsman), Kim Sudol (Sharon), Chad Randall (Simms), Reid Rondell (Ryan), John Blackwood (Chauffeur).

 

Autre semaine, autre cliché, celui cette fois de la secte machiavélique. Richard Lynch joue les méchants de bande dessinée dans cette variation sans caractère particulier, où les adeptes sont de jeunes gens sans discernement et le « Révérend » et ses complices des mercenaires qui ne se donnent qu’une peine minime pour masquer leur véritable nature. La pauvre C.J., trahie la semaine précédente, amnésique la semaine suivante, manque ici succomber à une blessure par balle.

 

 

3.05  Caged (Amnésie)

 

ABC, 26 octobre 1984

Musique de Artie Kane

Ecrit par William T. Conway

Réalisé par Cliff Bole

 

C.J. a un accident de voiture...

et Matt néglige sa petite amie (Cynthia Cypert)

 

Sur la route de Santa Fe, C.J. a un accident de voiture duquel elle réchappe amnésique. S’étant éloignée à pied de sa voiture accidentée, elle arrive dans le bar de Mike à Bannon County, où elle rencontre Rhonda, qui elle-même ne fait que passer et lui offre un bras secourable. Mais le barman prévient le shérif Butz de la présence de deux étrangères, candidates idéales au trafic lucratif du shérif : celui-ci utilise le centre de détention pour femmes de Bannon County comme un vivier de jolies filles qu’il prostitue dans des réceptions privées chez de riches clients, comme Seymour Piser. Butz et son adjoint Womart arrêtent donc Rhonda et C.J. – qui se fait appeler Bunny parce qu’elle a aperçu un lapin alors qu’elle était à demi-inconsciente ! – en les accusant de racolage et les emmènent au centre. Butz essaie rapidement d’abuser de C.J. et n’en est empêché que par une bagarre entre femmes, Rhonda ayant maille à partir avec une certaine Fran. Venu voir le shérif, Piser est séduit par le charme de « Bunny » et demande qu’elle lui soit amenée à son ranch, lors du prochain passage des filles.

Pendant ce temps, Matt, inquiet d’être sans nouvelles de C.J., part à sa recherche. Il découvre sa voiture accidentée et s’arrête dans le bar de Mike. Le barman prévient Butz qu’un détective privé pose des questions sur « Bunny » et Butz charge son adjoint Womart de se débarrasser du gêneur. Ayant le dessus sur Womart et son complice, Matt apprend ce qu’il voulait savoir. Il s’introduit dans le centre de détention revêtu d’un uniforme de gardien et obtient l’aide de Fran mais ils sont surpris par Butz qui les enferme dans une cellule pendant qu’il emmène les filles, dont C.J., au ranch de Piser. Matt s’évade et s’invite à la fête, laissant Fran alerter la police d’Etat de ce qui se trame à Bannon County. Pendant tout ce temps, la mémoire de C.J. s’est reconstituée par bribes et elle reconnaît le visage de Houston comme celui d’un ami cher. Elle lui apporte son aide pour maîtriser les méchants…

 

Ramon Bieri
Ron Soble
Julie Carmen

 

Jamie Rose
R.G. Armstrong
Halsey, Rose & Hensley

 

Brett Halsey
Bruce M. Fischer
Little Lost Bunny

 

Avec Jamie Rose (Rhonda), Brett Halsey (Seymour Piser), Ron Soble (Womart), Bruce M. Fischer (le barman du Mike’s), R.G. Armstrong (Bert, le garagiste) et Ramon Bieri (Sheriff Butz) et Julie Carmen (Fran). Et avec Cynthia Cypert (Cynthia), Cis Rundle (Chris), Diane Robin (Babs), Buck Young (Jenkins).

 

Le cliché de la semaine : le shérif corrompu de la petite ville par laquelle il vaut mieux ne pas passer, sous peine de se retrouver dans une prison où les règles font fi des lois. Le tout avec un zeste de charme (les détenues sont prostituées par le shérif libidineux et cupide au profit d’un riche organisateur de parties privées, libidineux lui aussi), un soupçon de sadisme (l’adjoint Womart aime visiblement tuer) et un autre cliché en prime, celui de l’amnésie du héros – en l’occurrence de sa sidekick puisque c’est C.J. qui perd la mémoire. Et puis un lapin, comme dans Alice au pays des merveilles, sauf qu’il est gris et non blanc. Et aussi un brin d’art martial car C.J. prend la posture et montre un beau lever de jambe (en serviette, dans les douches des femmes) dans une scène de bagarre entre femmes.

 

 

3.06  Return to Nam, Part I (Opération Vietnam, 1e partie)

 

ABC, 2 novembre 1984

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Daniel J. Pyne & Scott Shepherd

Réalisé par James L. Conway

 

Max Baer, R. Tarkington et Lee Horsley

Houston et Too Mean (L. Horsley, R. Tarkington)

 

Matt Houston apprend que son cousin Will, le fils d’Oncle Roy, qu’il croyait avoir vu mourir au Vietnam douze ans plus tôt, est encore vivant dans un camp de prisonniers au Cambodge. Il parle à un officiel du gouvernement, Decker, qui prétend qu’il ne peut rien faire et qu’il est improbable que Will soit effectivement détenu là-bas. Matt et son oncle montent donc eux-mêmes une opération, avec le concours de Too Mean Malone, mais ils doivent passer outre l’interdiction de Decker qui confisque leurs passeports. Matt doit cependant faire comprendre à l’Oncle Roy que sa présence est impossible car la mission est trop dangereuse pour un homme de son âge. A Bangkok, Matt et Too Mean engagent un pilote, Andy McKay, pour les emmener au Cambodge en hélicoptère. L’intervention inopinée de l’Oncle Roy au volant d’un taxi leur permet de fausser compagnie aux autorités locales qui cherchent à appréhender McKay mais c’est Roy qui est arrêté par l’officier Tijo. Il est toutefois libéré par Stevens, un collaborateur de Decker. Pendant ce temps, Matt, Too Mean et McKay font le coup de feu avec un groupe de rebelles puis parviennent jusqu’au camp, dirigé par un seigneur de guerre, Dao Chi. Ils ont assez d’explosifs et de puissance de feu pour créer une diversion qui permet à Matt et McKay de trouver et de libérer Will mais ils sont poursuivis par les soldats de Dao Chi et capturés au moment d’embarquer dans l’hélicoptère. Too Mean est abattu par le seigneur de guerre et Matt est emprisonné avec Will. McKay, lui, entend assurer sa survie en apprenant au seigneur de guerre que Matt Houston vaut des millions et qu’il peut en tirer une très appréciable rançon…

 

Max Baer (à droite)
Michael Goodwin

 

Soon-Teck Oh
Khigh Dhiegh

 

Rockne Tarkington
James Hampton & B. Ebsen

 

Avec Michael Goodwin (Will Houston), Robert Loggia (Decker), James Hampton (Stevens), Rockne Tarkington (Too Mean Malone), Khigh Dhiegh (Tijo) et Soon-Teck Oh (the Warlord / le seigneur de guerre) et Max Baer (Andy McKay). Et avec Cis Rundle (Chris), Le Tuan (head guard) et Kieu-Chinh (Mrs Li), Baoan Coleman (viet soldier), Maxwell Morrow (chopper soldier), Joseph Hieu (viet soldier).

 

L’Amérique des années Reagan cherchait à rejouer la guerre qu’elle avait perdue dix ans plus tôt et cet épisode, comme le two-parter « Tous pour un » de Magnum, en est l’une des nombreuses illustrations, encouragées par les succès au cinéma des Portés disparus, Rambo II et autres Retour vers l’enfer. Si la question des soldats américains encore détenus en Asie du Sud-est fait écho à l’actualité, le réticence de Decker illustrant les complexités du jeu politique, la seconde partie du scénario sacrifie au syndrome de la guerre personnelle, qui voit trois hommes investir un camp de prisonniers surveillé par plusieurs dizaines de soldats et réussissant à eux seuls là où un gouvernement réticent échoue. McKay et Too Mean s’amusent ostensiblement en jouant avec les armes de l’oncle Sam, le lance-flammes et les explosifs figurant en miniature la force de frappe américaine à l’époque de la guerre. Le retournement final est avant tout un outil dramatique mais il rappelle aussi à ces grands enfants américains que la guerre n’est pas seulement un jeu.

 

 

3.07  Escape from Nam, Part II (Opération Vietnam, 2e partie)

 

ABC, 9 novembre 1984

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Daniel J. Pyne & Scott Shepherd

Réalisé par James L. Conway

 

Hoyt et C.J. tentent d'aider Houston

et l'Oncle Roy fait appel aux Russes

 

Matt est prisonnier du camp de Dao Chi. Celui-ci envoie une demande de rançon aux Industries Houston, réclamant dix millions de dollars dans les deux jours, faute de quoi il tuera Matt Houston. C.J. réunit l’argent et est sur le point de l’envoyer à Bangkok avec le concours de Hoyt, quand Decker s’interpose, plaçant C.J. en état d’arrestation et confisquant l’argent. Hoyt endosse un uniforme de l’armée pour arriver jusqu’à elle et la faire sortir mais Decker, de nouveau, fait échouer leur plan. Pendant ce temps, au Cambodge, McKay est victime à son tour de la perfidie du seigneur de guerre, qui n’entend pas respecter leur accord et fait jeter l’Américain dans la fosse où Matt a déjà rejoint son cousin Will. Il s’amuse aussi à organiser un combat à mort entre Houston et McKay, que Houston refuse d’achever. Les trois prisonniers parviennent à s’échapper ensemble et Will s’empare de l’hélicoptère du seigneur de guerre ; malheureusement, Matt est blessé et repris pendant que Will et McKay s’envolent ensemble. Will n’a pas l’intention d’abandonner son cousin, contre l’avis de McKay. De son côté, Oncle Roy fait jouer ses « relations » pour tenter de libérer son fils et son neveu : il contacte un agent russe, Alexei Karpov, pour lui demander son aide. Il n’en aura pas besoin, cependant : Matt parvient de nouveau à s’échapper et, cette fois, il arrive jusqu’à l’hélicoptère, avec lequel Will et McKay sont revenus. Le seigneur de guerre s’accroche avec Matt à l’appareil qui les emporte dans les airs, où le combat se termine au poing entre Matt et Dao Chi. Enfin, Matt peut rendre à Oncle Roy son fils, qu’il croyait mort depuis douze ans…

 

Michael Goodwin
Robert Loggia

 

Soon-Teck Oh
Cliff Osmond

 

Max Baer
Lee Horsley

 

Avec Michael Goodwin (Will Houston), Robert Loggia (Decker), James Hampton (Stevens), Cliff Osmond (Alexei Karpov) et Soon-Teck Oh (the Warlord / le seigneur de guerre) et Max Baer (Andy McKay). Et avec Cis Rundle (Chris), Le Tuan (head guard), Baoan Coleman (viet soldier), Robert Balderson (G-Man), Leland Sun (viet chopper soldier), Dennis Phung (chubby soldier), April Tran (viet photographer), Todd Yogi (breakdancer).

 

L’épisode comporte ses scènes de fusillade et d’action mais Pyne & Shepherd évitent malgré tout l’écueil d’un excès « héroïque » grandiloquent et laissent du temps à Houston et son cousin pour se retrouver (au fond d’une fosse) et évoquer les douze années écoulées depuis leur séparation.

Pauvre Too Mean Malone : après avoir été l’allié de Houston dans sept épisodes de la série, il a été abattu en une fraction de seconde à la fin de l’épisode précédent et il n’est plus du tout question de lui ici. Vraiment too mean…

 

 

3.08  High Fashion Murder (Sois belle et meurs) (Obsession)

 

ABC, 16 novembre 1984

Musique de Mundell Lowe

Ecrit par James L. Conway

Réalisé par Cliff Bole

 

Vera Miles a un fils meurtrier (James Read)...

... à Matt, Oncle Roy et Hoyt de le prouver.

 

Matt est engagé par la photographe de mode Katherine Collins qui s’inquiète de la disparition de l’un de ses modèles, Debra Quincy. Les recherches de Matt et Oncle Roy les conduisent jusqu’à une agence de location de limousines dont ils retrouvent le chauffeur, Kirby Andrews, mort. Kirby avait transporté Debra la veille en compagnie d’un homme dont Matt retrouve le nom sur le carbone d’un reçu de carte bancaire : l’assassin a emporté les reçus mais n’a pas pensé à vérifier les carbones dans la poubelle. Le nom, Fletcher Haywood, est connu de Houston : non seulement c’est le fils de Mary Haywood, l’une des femmes les plus riches et influentes de la ville, mais c’est aussi un homme que Matt a rencontré en allant voir Katherine, tournant autour des mannequins. En s’entendant héler par Houston, Fletcher prend la fuite. Mais il se présente ensuite au Lt Hoyt avec sa mère pour présenter un alibi inattaquable : il se trouvait hors de la ville, invité d’une réception filmée par la télévision. Matt, pourtant, reste persuadé que l’homme est coupable. Sinon, pourquoi fuir ? Il découvre bientôt que d’autres meurtres de mannequins ont été commis à San Francisco quelques années plus tôt ; le principal suspect aux yeux de l’inspecteur Tony Glen : Fletcher Haywood. Mais il n’a jamais pu le prouver car Fletcher avait un alibi… inattaquable. Matt en vient à se demander si l’homme n’a pas tout simplement un jumeau, ou un sosie. Son enquête, cependant, inquiète suffisamment Mary Haywood pour qu’elle charge son employé, Stevens, de faire assassiner le détective. Le tueur (pas très adroit) manque son coup et ne fait que conforter Houston dans ses soupçons. Fletcher Haywood l’appelle alors pour le rencontrer en privé. Mais Houston ne rencontrera que son cadavre, assorti d’une note dans laquelle il avoue ses crimes et son intention de se suicider. Houston n’en est pas pour autant satisfait, et il a raison : Fletcher a effectivement un jumeau, que sa mère et lui tiennent enfermé car ils connaissent ses instincts meurtriers, qu’il a déjà démontrés à San Francisco. Jason s’est échappé et a tué Fletcher avant de se rendre à un rendez-vous avec la jolie Julie. C’est chez celle-ci que Houston le retrouve…

 

Vera Miles
Janice Heiden
William Mims

 

James Read
Jennifer Wallace & J. Read
Judith Strangis

 

Dick Bakalyan
Christie Claridge
B. Ebsen & Lee Horsley

 

Avec James Read (Fletcher / Jason Haywood), Dick Bakalyan (Jimmy), Jennifer Wallace (Debra Quincy), Janice Heiden (Katherine Collins), Judith Strangis (Amy, Debra’s roommate), Christie Claridge (Julie) et Vera Miles (Mary Haywood). Et avec William Mims (Tony Gwen), Cis Rundle (Chris), Russ McCubbin (Stevens), Michael D’Agosta (fisherman), Anthony Leonardi (cop), Christopher Gerard (photographer), Dona Speir (model), Jeri Gaile (model), Patty Robinson (model), Gail Shelly (model).

 

 

3.09  Death Stalk (Le loup)

 

ABC, 23 novembre 1984

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Robert Brennan

Réalisé par Mike Vejar

 

André le Loup Sorcier est de retour

et il ne fait pas bon être l'amie de Houston !

 

Andre, le tueur à gages international que Matt a fait mettre sous les verrous six mois plus tôt (voir 2.12), est remis en liberté par le juge Granger pour une question de procédure. Il ne fait aucun doute pour Houston que le juge a été acheté et il le reconnaît d’ailleurs sous la menace du revolver de Houston, confiant dans le fait que le détective ne pourra rien prouver. Andre ne tarde pas à approcher Houston, auquel il dit franchement ses intentions : jouer avec ses nerfs, s’en prendre à son entourage et à lui-même, pour le tourmenter longuement avant de porter le coup fatal. Matt s’inquiète pour sa petite amie, le Dr Carrie Russell, qui travaille au zoo de Los Angeles. Elle a déjà été effrayée par une tête de loup suspendue derrière une fenêtre de l’appartement de Matt sur la marina, puis elle manque être tuée par l’explosion de sa voiture. La culpabilité d’Andre est manifeste mais Matt ne peut la prouver. Quand il perd son calme et frappe Andre devant plusieurs témoins, en revanche, le tueur fait émettre par le juge Granger une ordonnance interdisant à Houston de l’approcher ; le juge élargit cette interdiction au Lt Hoyt, accusé de prendre le parti de son ami détective. Matt et Hoyt tendent alors un piège à Andre qui y plonge tête baissée, en s’introduisant dans le bureau de Hoyt pour y voler une information. Hoyt lui passe alors les menottes mais Andre parvient à s’enfuir. Sa voiture finit au fond de la baie mais le tueur ressurgit bientôt, enlevant Carrie et la retenant prisonnière au zoo, où il demande à Houston de venir seul. Le détective obtempère, décidé à régler cette histoire, mais Oncle Roy et Hoyt passent outre son interdiction de le suivre et se tiennent prêts à intervenir…

 

Judson Scott
Adam Ageli

 

Gail Youngs
Branscombe Richmond (à dr.)

 

Paul Kent
Mark Schneider

 

Avec Judson Scott (Andre / Allen Garvey), Paul Kent (Juge Granger) et Gail Youngs (Dr Carrie Russell). Et avec Mark Schneider (Marlowe), Cis Rundle (Chris), Adam Ageli (Yakoob [Elias]), Angela Black (reporter), Branscombe Richmond (motorcyclist), Michael O. Hanks (Roos).

 

Andre était dans la saison 2 un adversaire particulièrement redoutable : initié à la magie chamane, il est persuadé d’être un Sorcier-Loup (Wolf Witch) et semble posséder en effet des pouvoirs hors du commun. Il en fait encore ici la démonstration par son habileté à disparaître en un clin d’œil et par un saut prodigieux d’un toit d’immeuble à un autre. Le zoo de Los Angeles offre un cadre tout à fait approprié à cet « homme-animal », ennemi de choix du détective.

 

 

3.10   Blood Money (Croqueur de diamants)

 

ABC, 30 novembre 1984

Musique de Dominic Frontiere

Ecrit par Stephen Lord

Réalisé par Don Chaffey

 

J. Shigeta et D. Miller encadrent P. Hensley

Pamela Hensley et Lee Horsley

 

Matt Houston reçoit un appel de Melanie Webster, une ancienne amie de lycée, qui a des problèmes : elle dit être poursuivie par deux hommes. Matt et C.J. se rendent à l’adresse qu’elle leur a donnée et mettent en fuite les deux hommes qui s’en prennent à elle. Elle leur explique ensuite qu’ils en veulent à son ami John Briscoe. Melanie, qui n’a jamais eu un grand succès avec les hommes, qui est une femme « naturelle », peut-être pas très intelligente mais parlant beaucoup, tient vraiment à John ; elle veut le protéger et elle veut aussi le retrouver parce qu’il se cache. Matt héberge un temps Melanie dans son appartement sur la marina tout en enquêtant sur John Briscoe. Manifestement, l’homme n’est pas totalement un saint : il s’est enfui de la prison militaire de Fort Leavenworth où il était incarcéré pour trafic de drogue durant la guerre du Vietnam. Il aurait aussi été en cheville avec un officier, Lin Ha, dans le vol de diamants que l’on n’a jamais retrouvés. Or, Lin Ha est l’un des hommes qui poursuivent Melanie et veulent lui faire dire où sont les diamants. Ils s’attaquent de nouveau à elle à plusieurs reprises et Matt n’a d’autre choix que de les affronter directement. Il pense, par ailleurs, que Briscoe n’a jamais été amoureux de Melanie, il s’est simplement servi d’elle pour se débarrasser de Lin Ha pendant que lui-même mettait la main sur les diamants…

 

Jenny Sherman
J. Sherman & D. Miller

 

James Shigeta
Scott Marlowe

 

Denny Miller
Steve Doubet

 

Avec Jenny Sherman (Melanie Webster), Denny Miller (Dolcek) et James Shigeta (Lin Ha) et Scott Marlowe (John Briscoe). Et avec Cis Rundle (Chris), Steve Doubet (Dr Flynn), Paul Eiding (auctioneer), Catherine Ferrar (Vicki).

 

La femme exubérante, gentille mais insupportable et qui traîne une batterie de casseroles derrière elle, est un autre de ces thèmes classiques qu’utilisent la plupart des séries de l’époque. Matt Houston s’y colle à son tour avec Melanie Webster et en fait l’épreuve jusqu’à l’épilogue : parce qu’il a offert à Melanie quelques pierres, un cadeau en lien direct avec l’affaire qui les a occupés durant tout l’épisode, elle le regarde avec de grands yeux pleins d’espoir et lui demande : « Est-ce que ça veut dire qu’on est fiancés ? » La tête de Houston est un commentaire en soi…

 

 

3.11  Deadly Games (Gibier humain)

 

ABC, 7 décembre 1984

Musique de John Davis

Adaptation de Daniel J. Pyne et Scott Shepherd, histoire de David Florimbi

Réalisé par Charles Picerni

 

David et Stuart vont à la chasse

Murray et C.J. (G. Wyner et P. Hensley)

 

Murray demande à Matt d’aider son amie Didi Adams, dont le mari, le tennisman Bill Adams, a disparu. Alors qu’ils sont tous les trois ensemble, ils aperçoivent un homme penché sur le coffre ouvert de la voiture de Didi. L’homme s’enfuit dans un fourgon que Matt tente vainement d’arrêter. Dans le coffre de la voiture gît le corps sans vie de Bill Adams. Pour le Lt Hoyt, Didi peut fort bien l’avoir assassiné car personne n’a vu l’inconnu déposer le corps dans la voiture. En visitant le Cliffwood Country Club que fréquentait Bill et en écoutant Didi, Matt constate la récurrence d’un nom : celui d’Alistair McCormick, un homme d’affaires fortuné qui vend des articles de sport et qui voulait faire signer un contrat à Bill Adams. McCormick approche de la même façon Mick Gifford, un autre athlète, ami d’Adams. En rendant visite à McCormick dans sa propriété, Matt est témoin du meurtre de Gifford, abattu par un homme depuis un hélicoptère qui le traquait comme un gibier. Les informations que rapportent bientôt Murray et C.J. sur McCormick, un passionné de chasse qui a déclaré qu’il s’était lassé de poursuivre un gibier conventionnel, confirment les soupçons déjà bien ancrés de Matt : il pense que McCormick attire chez lui des athlètes qu’il traque ensuite comme un gibier de choix avant d’abandonner leurs corps en faisant croire à un crime crapuleux. Le corps de Gifford est ainsi retrouvé chez lui, au milieu d’une mise en scène qui fait penser à un cambriolage qui aurait mal tourné.

Matt demande donc à voir McCormick et joue cartes sur table en l’accusant ouvertement. Il porte sur lui un micro qui permet à Hoyt et Roy de tout entendre à distance. Mais un chasseur avisé comme l’est McCormick ne se laisse pas surprendre si aisément : son complice Deon trouve Hoyt et Roy et les neutralise avant de les retenir, ligotés, dans le sous-sol de la résidence, tandis que McCormick drogue Houston et fait de lui sa nouvelle proie. Matt doit courir pour sauver sa vie, mais il comprend vite que courir n’est pas la meilleure façon de survivre. Il faut être capable de se retourner et d’affronter le chasseur…

 

Stuart Whitman
Gary Hudson

 

David S. Sheiner
Mike Tully

 

Katherine Cannon
George Wyner

 

Avec Stuart Whitman (Alistair McCormick), Katherine Cannon (Didi Adams), Gary Hudson (Mick Gifford) et David S. Sheiner (Deon Woodruff) et George Wyner (Murray). Et avec Mike Tully ([Bill] Adams), Mindi Iden (Lisa), Rosemarie Thomas (Leslie), Ron Ray (golfer) et Cis Rundle (Chris).

 

Nouvelle variation sur The Most Dangerous Game, adapté au cinéma par le tandem Schoedsack-Cooper un an avant le King Kong de 1933 (titre français : Les Chasses du Comte Zaroff). Matt Houston est bien sûr le gibier et la petite originalité est de faire d’athlètes aguerris les victimes de choix du chasseur. Stuart Whitman s’acquitte de ce dernier rôle sans génie particulier mais avec le brin de sadisme approprié.

 

 

3.12  Stolen (Trafic d’enfant)

 

ABC, 21 décembre 1984

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Margie Gordon

Réalisé par Cliff Bole

 

Hoyt, Houston et Oncle Roy (au milieu)

Matt et Oncle Roy en mode cambrioleurs

 

L’actrice et modèle Cassie Stanley vient trouver Matt Houston avec une certitude : elle vient de voir son petit garçon dans les bras d’une autre mère dans un parc de Los Angeles. L’enfant a été enlevé un an plus tôt à New York. Même s’il a des doutes sur la certitude de Cassie, Matt accepte de l’aider à retrouver la femme qu’elle a vue, et qui s’est empressée de démarrer sa voiture quand Cassie s’est jetée sur elle en criant que c’était son enfant. Ils arrivent ainsi chez Robert et Shiela Amsterdam, qui refusent de donner crédit aux assertions de Cassie. Robert, cependant, contacte l’avocat qui a réglé l’adoption, Bradley Denholm, qui décide d’intervenir de façon radicale pour empêcher le détective de remonter jusqu’à lui : il envoie le couple de tueurs qui vole pour lui des bébés afin de reprendre l’enfant et d’abattre les Amsterdam. Matt opte alors pour la manière directe : il s’invite dans le bureau de Denholm, l’informe qu’il est au courant de ses combines (dont il a trouvé les preuves en commettant une petite effraction avec l’Oncle Roy) et lui donne 24 heures pour rendre le bébé de Cassie, sinon il est « un homme mort ». Denholm charge donc ses tueurs de régler le problème Houston et le détective doit la vie à un hasard qui lui permet de retourner la situation in extremis. Matt et Oncle Roy retrouvent ensuite l’endroit où Denholm garde les bébés volés, le malfrat est arrêté et Cassie retrouve son enfant, ainsi que la mère d’un autre bébé volé récemment…

 

Robert Reed
Melendy Britt

 

Kay Lenz
Hank Brandt

 

Burr DeBenning
Ann McCurry

 

Avec Robert Reed (Bradley Denholm), Hank Brandt (Robert Amsterdam), Melendy Britt (Shiela Amsterdam), Ann McCurry (Lila) et Kay Lenz (Cassie Stanley) et Burr DeBenning (Jake). Et avec Daphne Maxwell (Mrs Richards), Nigel Bullard (Mr Richards), Gloria Charles (Jennifer’s mother), Mark W. Travis (director), Cis Rundle (Chris), Gayle Gannes (Tina) et Carmen Zapata (woman in park [Maria Elena]).

 

Pas de saison de Matt Houston sans un enfant volé : la saison 3 coche ici la case « kidnapping » en couplant ce motif avec l’adoption illégale organisée par un avocat véreux (et son couple de tueurs). Matt Houston se montre sensible avec la maman, délicat avec la mère d’adoption, implacable avec le méchant – en en plus il doit son salut à trois gamins en bicyclette qui surprennent le tueur sur le point d’en finir avec lui, ce qui accroît l’efficacité du critère « enfants » dans le scénario. La poursuite finale se déroule sur des canaux et de petits ponts blancs comme celui au bord duquel vivent les frères détectives de Simon & Simon.

Hoyt évoque l’enlèvement de sa fille et les heures d’angoisse par lesquelles il est passé.

« Could have done it » (Matt à Roy et Roy à Matt) : l’oncle et le neveu forment un duo quasi-comique pour entrer par effraction dans une salle d’archives et jouent la rivalité des générations. On retrouvera la formule dans l’épisode 3.19, dans la bouche de l’Oncle Roy. Autre convergence avec le 3.19 : Roy évoque la fois où, à Prague en 1951, il a laissé filer Karpov ; il y aura un Karpov dans le 3.19 (et déjà dans le 3.07). Roy évoque aussi Dubrovnik en 1959. En tous les cas, et ils le disent eux-mêmes à la fin de l’épisode, Matt et Roy forment ici un duo efficace, que l’on aurait aimé voir si léger et inspiré dans davantage d’épisodes.

555-2368 : le numéro inscrit sur le téléphone de Matt Houston était déjà celui que l’on voyait souvent dans Mannix (voir notamment la saison 1, dès 1967) et chaque semaine sur le téléphone de Jim Rockford au début du générique de Deux cents dollars plus les frais.

 

 

3.13  The Nightmare Man (La fin d’un cauchemar)

 

ABC, 4 janvier 1985

Musique de Ken Harrison

Adaptation de Daniel J. Pyne, histoire de Michael Fisher

Réalisé par Kim Manners

 

Deux enfants terrorisés (C. Allen et L. Horsley)

Matt Houston fait la chasse au Cauchemar

 

Un homme, une nuit, dépose un sac au pied d’un poteau sur lequel flotte un tissu blanc. Après son départ, un jeune homme à moto vient prendre le sac. Des projecteurs l’éclairent soudain et un cri « FBI ! » retentit. Des coups de feu sont tirés, le jeune motard est blessé mais parvient tout de même à s’enfuir. Matt Houston apparaît au milieu des agents du FBI, furieux que l’homme ait pu s’échapper. Houston est de toute façon persuadé que ce n’était pas celui qu’ils cherchent : le kidnappeur, Houston en est sûr, est le Nightmare Man, l’homme qui l’a enlevé lui-même quand il était enfant et qui l’a terrorisé durant plusieurs jours en attendant le versement de la rançon (voir 2.22). C’est pourquoi Houston est intervenu dans cette enquête. Quand le petit Patrick Denton est rendu à son père une fois la rançon récupérée, Matt lui rend visite à l’hôpital et tente, avec l’Oncle Roy, de lui donner suffisamment de confiance pour qu’il raconte ce qu’il a vécu. Patrick, terrorisé comme le fut jadis Matt, refuse d’abord de parler. Mais il dessine une barbe sur le portrait-robot du Nightmare Man, que la police réalisa lorsque Matt fut enlevé, donnant aux enquêteurs une idée de l’apparence actuelle de l’homme, quelque vingt ans plus tard. Bientôt, il est retrouvé alors qu’il a conduit son complice blessé, Billy, chez un médecin. Le complice est capturé mais le Nightmare Man s’enfuit en volant une voiture. Matt se lance à sa poursuite et finit par le coincer dans un entrepôt où il s’est introduit ; malheureusement, un vigile intervient en mettant en joue les deux hommes, ne sachant pas ce qui se passe. Il permet au Nightmare Man de s’enfuir une fois encore.

Matt, cependant, l’a vu de près. Il ne porte plus désormais qu’une moustache et a le crâne rasé. Billy révèle son prénom : Bartholomew, et est persuadé qu’il attendra l’occasion de le libérer. Il apparaît que Billy est un garçon que Bartholomew a enlevé enfant et qu’il a ensuite élevé et « conditionné » pour en faire un complice dévoué. Quand Billy est déclaré irresponsable et placé hors de sa portée dans un établissement psychiatrique, Matt s’y fait interner et s’arrange pour l’approcher, puis s’évader avec lui en se faisant passer pour un complice de Bartholomew. Billy le mène tout droit à ce dernier. L’heure est venue d’affronter une bonne fois le Nightmare Man…

 

John P. Ryan
John McCook
Marty Schiff

 

Deborah Winters
Laurence Haddon (à droite)
Lincoln Kilpatrick

 

Gene Davis
Chad Allen
Lee Horsley

 

Avec John P. Ryan (Bartholomew), Deborah Winters (Agent Straten), John McCook (Frank Denton), Laurence Haddon (Commander Cassidy), Chad Allen (Patrick Denton) et Gene Davis (Billy). Et avec Marty Schiff (Merkle), Rex Ryon (huge orderly), Patrick Wright (orderly), Wayne Morton (doctor), Vince McKewin (Officer Raup), Mark Rowland (Garret), Joel Lawrence (FBI Agent), Cis Rundle (Chris), Paul Petersen (cop), David Koch (man in hotel), Larry Turk (driver).

 

L’enlèvement de Matt par le Nightmare Man a été mentionné dans l’épisode 2.22. Le scénario choisit le début in medias res et l’action quasi-ininterrompue pour conter l’ultime combat de Matt Houston contre ses terreurs d’enfance. L’épisode se referme sur une scène touchante entre le détective et le petit garçon, à qui il promet que l’emprise du Nightmare Man sur ses rêves ne durera pas toujours.

 

 

3.14  Breakpoint (Point de rupture)

 

ABC, 11 janvier 1984

Musique de Duane Tatro

Ecrit par Robert Brennan

Réalisé par Peter Crane

 

Cousin Will veut sauter...

... et Matt doit raisonner Oncle Roy

 

Alors qu’il est en train de préparer une fête pour Will, le fils d’Oncle Roy, afin de fêter sa libération du camp de prisonniers où il a passé douze années, Matt apprend que Will s’est perché au sommet d’un hôtel (l’hôtel Osaki, alias le Bonaventure de Los Angeles) d’où il menace de sauter. Sans rien dire à Oncle Roy, Matt se rend sur place et découvre son cousin en proie au désespoir. Il croyait avoir commencé à rebâtir sa vie avec Mary Atkins et le petit garçon de cette dernière, Johnny, mais ils sont partis, le laissant seul à nouveau. Matt entreprend de retrouver Mary. Oncle Roy, qui n’a pas mis longtemps à découvrir la vérité, lui prête main forte et tous deux suivent la piste en ayant constamment en tête que Will peut sauter à tout instant. Ils découvrent vite que Mary a emporté tout l’argent de Will, et que le nom qu’elle a donné n’est pas son nom véritable. Elle s’appelle Holly Talbert et est en cheville avec un escroc, Joe Fiskus ; ensemble, ils ont déjà plumé un certain nombre de pigeons. Holly, cependant, est tourmentée par la douleur qu’ils ont infligée à Will, pour lequel elle a commencé à éprouver des sentiments sincères. Matt et Oncle Roy doivent donner et recevoir quelques coups pour retrouver la trace de Fiskus mais Matt met finalement la main sur lui et ramène Holly avec lui sur le toit de l’hôtel…

 

Michael Goodwin
Herman Poppe

 

Norm Alden
Joe E. Tata

 

Lauren Chase
Gary Wood

 

Avec Gary Wood (Joe Fiskus), Norm Alden (Lt Manson), Lauren Chase (Mary Atkins / Holly Talbert), Herman Poppe (Guido), Joe E. Tata (Dr Dyre), James Carroll Jordan (reporter) et Michael Goodwin (Will Houston). Et avec Steve Doubet (doctor), Clare Nono (TV Newscaster), Victor Rendina (vendor), Cis Rundle (Chris), Steve Chambers (Jingles), Phyllis Somer (barmaid), Lisa Frantz (nurse), Eugene Morris (Johnny).

 

Episode typique des années Reagan, qui fit de la réhabilitation des vétérans du Vietnam un cheval de bataille, « Point de rupture » prolonge le two-parter « Opération Vietnam » en mettant en scène le syndrome de stress post-traumatique (le scénario invite un psychiatre au milieu des policiers pour prononcer ce diagnostic : « J’ai déjà vu ça, vous savez. A l’hôpital des vétérans. Ce n’est pas différent du syndrome de stress post-traumatique qu’on a décelé chez les vétérans du Vietnam, et les prisonniers de guerre » [ « I’ve seen this case before, you know. The VA. It’s not unlike the post-traumatic stress disorder that they found among Vietnam veterans and prisoners of war. »] ). Le trio Will-Roy-Matt insuffle une émotion qui donne un soupçon d’épaisseur à l’intrigue. Les péripéties elles-mêmes qui émaillent le scénario pour rendre dramatique la station du suicidaire sur son perchoir sont forcément un peu artificielles (le plus téléphoné étant l’intervention in extremis d’un reporter qui a réussi à monter sur le toit et qui s’en donne à cœur-joie avec son appareil quand Will manque tomber et que Matt essaie de l’en empêcher) mais on a vu pire.

 

Dialogue entre un vétéran et l’Oncle Roy, dans un bar :

Guido – The reason I came back from Nam only half crazy is because I wasn’t any good before I went in. It’s guys like your kid that are really ain’t alive (?). But he volunteered. Thought it was all a big John Wayne movie. Ce qui fait que je suis revenu du Vietnam seulement à moitié cinglé, c’est que je ne valais déjà pas grand-chose avant d’y aller. Ce sont des gars comme votre gamin qui sont vraiment morts là-bas (?). Mais il était volontaire. Il pensait que ce n’était qu’un bon gros film de John Wayne.

Roy – Yeah, he had a bunch of ideas like duty, country, honor… Oui, il avait un tas d’idées comme le devoir, la nation, l’honneur…

Guido – You go and tell your boy that John Wayne is dead. Allez dire à votre fils que John Wayne est mort.

Roy – Sure the hell he is. Tu parles qu’il est mort.

La dernière remarque de l’Oncle Roy semble donner raison à l’amertume du vétéran Guido, et en partant il pose la main sur le bras de ce dernier. Mais la série joue tellement sur le syndrome John Wayne (les armes et les poings pour régler un problème, le héros brave contre les méchants très méchants à qui il botte le cul) que l’on peut hésiter sur la portée de la phrase. « Tu parles qu’il est mort », de la part d’Oncle Roy qui ne crache pas sur une bonne fusillade, sonne aussi comme : « Il n’est pas encore mort, mon gars, et si je trouve le salaud qui a fait du mal à mon fils je le lui prouverai. » On dira donc que la dénonciation du « syndrome John Wayne » est sincère dans ce contexte précis mais qu’elle n’est pas à prendre comme une profession de foi de la série elle-même.  

 

3.15  Death Trap (Piège mortel)

 

ABC, 18 janvier 1985

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Richard Fisher

Réalisé par Kim Manners

 

Enquête à risques pour C.J. et Oncle Roy...

... et pour Matt Houston aussi.

 

Alors que Matt vient de partir pour un week-end de pêche loin des tracas de la ville, C.J. reçoit un appel mystérieux d’un ami, Jim Saunders, qui a tout juste le temps de lui dire qu’il est à Bancroft, avant que la communication ne soit coupée. C.J. se rend donc à Bancroft avec l’Oncle Roy. C’est une petite ville non loin de Santa Barbara, où elle a passé son enfance. Sa meilleure amie était Julia Martin, petite-fille du fondateur de la ville, qui connut une période de prospérité grâce au pétrole mais est aujourd’hui en train de mourir. Laissant Chris (la secrétaire) essayer de contacter Julia, qui voyage beaucoup, C.J. se rend avec Roy à Bancroft. Ils ne sont pas encore en ville qu’ils croisent la voiture de Jim Saunders sur la route, conduite par un autre homme (l’adjoint Krell) ; ils la suivent et tentent de l’arrêter mais l’homme veut manifestement les éviter et cause leur sortie de route. Arrivant en ville, ils ont le sentiment de n’être pas les bienvenus. Le shérif, comme le directeur de l’hôtel Bancroft, déclarent que Jim a quitté la ville la veille. Un homme, cependant, Moonshine Moody, les entraîne dans sa modeste maison : il a recueilli Jim, grièvement blessé après un accident de voiture causé par le shérif Ferris ; il n’a malheureusement pas pu le sauver mais il remet à Roy et C.J. des papiers qu’il avait sur lui et qui prouvent qu’Oliver Bancroft, le cousin de Julia, a détourné les fonds de la Fondation Bancroft pour financer la prospection pétrolière dans les environs de la ville, convaincu que son sol recèle encore des fortunes en pétrole, en dépit des études géologiques qui affirment le contraire. Bancroft bénéficie de la complicité non seulement du shérif et de son adjoint mais de la majorité des habitants, dont le pétrole est l’unique chance de survie. C.J. et Roy deviennent malheureusement aussi dangereux pour eux que l’était Saunders et Ferris les arrête et les met en cellule après avoir fait couper la liaison téléphonique entre Roy et Matt.

Ce dernier débarque à son tour à Bancroft à la recherche de C.J. et Oncle Roy et suit en gros le même parcours : prévenu par Moonshine Moody, il fait évader Roy et C.J. mais ils sont repris par Ferris et Bancroft. Ce dernier, apprenant l’arrivée de Julia avec son avocat Grant Seavers, en avion, piège la piste d’atterrissage de manière à faire exploser l’appareil. C.J., Matt et Roy parviennent à empêcher la catastrophe et à arrêter les conspirateurs…

 

Scatman Crothers
Daryl Anderson
William Lanteau
Elizabeth Lyn Fraser

 

Andrew Robinson
Chip Lucia
Bill Cort
Maia Brewton

 

John Crawford
Joan Sweeny
Cis Rundle
jeune C.J. à couettes

 

Avec Andrew Robinson (Oliver Bancroft), Chip Lucia (Jim Saunders), Joan Sweeny (Julia Martin), Bill Cort (Grant Seavers), William Lanteau (hotel manager), John Crawford (Sheriff Ferris) et Scatman Crothers (Moonshine Moody) et Daryl Anderson (Krell). Et avec Cis Rundle (Chris), Elizabeth Lyn Fraser (Young Julia), Maia Brewton (Young C.J.).

 

Au début de l’épisode (juste avant l’incrustation du nom de Scatman Crothers), on voit un panneau indiquant deux directions : Sylos et Mannerville. Elles sont formées à partir des noms de Paul Sylos (directeur artistique) et Kim Manners (réalisateur de l’épisode).

L’amitié d’enfance de C.J. et Julia parcourt l’épisode comme un fil rouge entre passé et présent, à travers quelques scènes flashbacks et un dénouement dramatique.

 

 

3.16  The Honeymoon Murders (Vive la mariée)

 

ABC, 25 janvier 1985

Musique de Ben Lanzarone

Ecrit par Steven Whitney

Réalisé par Charles Picerni

 

Un tueur s'en prend aux jeunes mariés...

... Oncle Roy et Matt mènent l'enquête.

 

Bonnie Chapman est assassinée dans la suite nuptiale lors de sa nuit de noces, sous les yeux de son mari Paul, un ami d’université de Houston, incapable de la secourir à cause du coup que lui a porté le meurtrier. Paul accompagne Matt pour rendre visite à Sloan qui, amoureux de Bonnie, a très mal pris son mariage ; Sloan a un alibi et il reproche à Paul de n’avoir pas su protéger Bonnie. Le jour même, Paul se suicide. Les deux époux sont enterrés en même temps et Houston se met en quête de l’assassin, qui ne tarde pas à faire une autre victime, une autre jeune mariée, si bien que la police le baptise le Tueur de la Lune de Miel. La fleuriste qui a fourni les fleurs aux deux cérémonies apprend à Matt et Roy qu’elle se tient informée des mariages par une agence, McKenzie Clipping Service. Après s’y être rendu, Matt est victime d’une tentative de meurtre. La nuit suivante, il s’introduit nuitamment avec Oncle Roy dans l’agence et découvre des coupures de presse en rapport avec les meurtres dans le bureau de l’un des employés, Perry Brandon. Ils se rendent chez ce dernier et l’arrêtent quand il attaque Matt. Hoyt est cependant contraint de le libérer car rien d’incriminant ne le relie aux meurtres. En enquêtant sur le bonhomme, Houston découvre qu’il est suivi par un psychiatre, le Dr Perlin, qui accepte de leur donner le nom de la fiancée de Brandon, Nora Fulton, qui a rompu ses fiançailles avec lui, le rendant furieux. Or, Nora est sur le point de se marier et Houston pense que Brandon va tenter de la tuer. Il échappe effectivement à la surveillance de la police et surprend Nora et son jeune époux Cyrus sur le yacht où doit avoir lieu leur réception de mariage. Houston et Roy s’y rendent aussi…

 

Robert F. Lyons
Paul Picerni

 

Bruce Fairbairn
Lurene Tuttle

 

Lori Hallier
MacKenzie Allen

 

Avec Robert F. Lyons (Perry Brandon), Lori Hallier (Nora Fulton), Paul Picerni (Dr Perlin), Kathryn Witt (Bonnie Chapman), John Lansing (Cyrus Benson) et Bruce Fairbairn (Paul [Chapman]). Et avec Dorothy Butts (supervisor), MacKenzie Allen (Jeff Sloan), Lurene Tuttle (florist), Harry Waters, Jr (custodian), Robert Clarke (priest), Cis Rundle (Chris), Cliff Murdock (minister), Sandra Bobrowicz (Lois).

 

Hoyt à Roy : « Avez-vous une idée de qui pourrait vouloir tuer Houston… cette semaine ? »

Roy évoque encore Karpov (voir 3.07 et 3.19) : cette fois c’est la « technique Karpov » qui est à l’honneur, ou comment ouvrir une porte… en utilisant un revolver. L’art d’ouvrir une porte sert de gag à répétition : trois fois dans l’épisode.

 

 

3.17  Beach Club Murders (Ma détective favorite)

 

ABC, 1er février 1985

Musique de Ken Harrison

Ecrit par William T. Conway

Réalisé par Cliff Bole

 

Deux privés, c'est trop pour Hoyt !

Et que dire de deux Houston ?

 

C.J. se détend à la Casa de Pacifica, un club select en bord de mer, lorsqu’une de ses amies, Beth Thompson, est assassinée. Le directeur Andrew Moffit avoue alors qu’une autre cliente est morte, Jane Rogers, et qu’il a reçu une lettre de menace exigeant de lui la somme de deux millions, faute de quoi il y aurait d’autres victimes. Il ne l’a pas prise au sérieux, jusqu’à la mort de Beth. Matt se rend sur place et commence son enquête avec l’aide de Moffit. Il reçoit bientôt un message lui donnant rendez-vous sur une plage où une femme tente de le tuer. Il apparaît qu’elle est elle aussi détective privée, Zoey Martin, venue de Seattle, et que Jane Rogers était sa sœur. Elle a établi un profil de l’assassin et Houston correspond à ce profil ! Le malentendu dissipé, il reste ledit profil, qui conduit Matt, Roy et C.J. à identifier le tueur parmi les récents clients du club, Ted Peterson alias Frederick John Logan, déjà connu de la police. Logan adresse un nouvel ultimatum à Moffit et place une bombe dans la voiture de C.J., que Houston écarte à temps du véhicule pour lui éviter la mort. Houston décide de porter l’argent exigé en suivant les instructions de Logan mais l’intervention inopinée de Zoey l’empêche d’arrêter le maître-chanteur assassin. La jeune femme est obsédée par son désir de vengeance et ne veut pas seulement arrêter Logan mais le tuer. Matt fait néanmoins équipe avec elle et ils parviennent à localiser Logan ; face à lui, Zoey ordonne à Houston de jeter son arme et de lui laisser le champ libre. Profitant de leur discorde, il s’échappe de nouveau mais est vite rattrapé, cette fois, par Houston…

 

Deborah Adair

 

Geoffrey Scott

 

Richard Herd

 

Avec Deborah Adair (Zoey Martin), Geoffrey Scott (Ted Peterson / Frederick John Logan) et Richard Herd [Andrew] Moffit). Et avec Cis Rundle (Chris), Valerie Wildman (Beth [Thompson]), Patty Lotz (desk clerk), Anthony Leonardi (Detective), Debra Thornton (guest).

 

De 1982 à 1984, Geoffrey Scott avait incarné Mark Jennings, l’ex-mari de Krystle dans Dynasty. Deborah Adair y avait été, en 1983-1984, Tracy Kendall le temps d’une saison.

 

 

3.18  New Orleans Nightmare (Cauchemar à la Nouvelle-Orléans)

 

ABC, 8 février 1985

Musique de Duane Tatro

Ecrit et réalisé par Mike Robe

 

Ray Walston et Buddy Ebsen

Lee Horsley et Shari Belafonte-Harper

 

Une amie hôtesse de l’air de Matt Houston vient lui demander son aide. Elle a assisté à la Nouvelle-Orléans au meurtre de Wallace Dupree et l’une de ses amies a été tuée à son tour par les meurtriers, tandis qu’une autre, Bess Jordan, a disparu. Reporter, elle avait pris en photo les meurtriers en train de commettre leur méfait. Matt, C.J. et Roy s’envolent donc pour la Nouvelle-Orléans où Roy prend contact avec Clyde Sinclair, un vieil ami des années d’espionnage devenu policier et récemment muté en Louisiane. Leur présence cependant n’empêche pas Joanna d’être assassinée dans sa chambre. Matt suit la piste de Bess Jordan et finit par la retrouver lorsqu’elle vient retirer dans un laboratoire les photographies qu’elle a fait développer. Les tueurs sont là aussi mais ils parviennent à les semer, avant de découvrir que les photos ne révèlent rien : l’appareil est tombé quand Bess a été surprise par les assassins et la pellicule a été voilée, les tirages sont donc entièrement noirs. Bess fait part toutefois au détective de ce qu’elle a déjà découvert : l’identité de plusieurs membres éminents du Tribunal Delta, une association secrète qui s’est donné pour objectif de réparer les défaillances de la Justice en assassinant les criminels libérés par les tribunaux. Ce qui lui manque, ce sont des preuves. Matt décide d’utiliser les photos, dont les meurtriers ignorent qu’elles sont ratées, et demande à Bess de téléphoner à Philip Caulder, le président de Caulder Airlines, pour lui proposer de lui céder les photos et les négatifs contre paiement. Caulder se présente au rendez-vous qu’elle a fixé et Matt enregistre leur conversation, dans laquelle Caulder avoue le meurtre des deux hôtesses de l’air. Mais Caulder n’a pas l’intention de les laisser repartir vivants. Il les soumet au jugement du Tribunal Delta, qui décide de leur exécution. L’un des membres s’y oppose, toutefois, dont l’identité surprend Houston : Clyde Sinclair. Ce dernier se retourne contre le Tribunal et aide Roy et Matt à en neutraliser les membres…

 

Ray Walston
Shari Belafonte-Harper
Laura Carlson

 

Robert Fuller
John Anderson
Patti R. Lee

 

Ellen Bry
Dave Cass
W. King & R. Morse

 

Avec Ray Walston (Clyde Sinclair), John Anderson (Capt. Conroy), Ellen Bry (Bess Jordan), Dave Cass (Morris) et Shari Belafonte-Harper (Joanna) et Robert Fuller ([Philip] Caulder). Et avec Laura Carlson (Vi Charles), Patti R. Lee (photo clerk), Richardson Morse ([Wallace R.] Dupree), Cis Rundle (Chris), Jayson Kane (reveler), Wayne King (York), Desiree Ayers-Kerns (Lana), Christopher Kriesa ([Paul] Delaney), Peg Stewart (Eleanor Simms), Haven Earle Haley ([Leonard] Carlysle), Tom Finnegan (cabbie).

 

 

3.19  Company Secrets (Les secrets de la Compagnie)

 

ABC, 15 février 1985

Musique de John Davis

Adaptation : Scott Shepherd, histoire de Tom Edwards

Réalisé par Charles Picerni

 

Un espion dans la nuit de Salzbourg (B. Ebsen)

Roy et Catherine, maîtres espions ?

 

Oncle Roy se rend à Salzbourg pour rencontrer Freddie, qui faisait partie 35 ans plus tôt, comme lui, d’une équipe d’espions baptisés les Five Fingers. Freddie l’a fait venir jusqu’ici pour lui apprendre que Roman Petrovitch, un agent double qu’ils ont livré au KGB et qui a juré de revenir un jour pour chacun d’entre eux, est bel et bien de retour et qu’il a entrepris de les tuer tous. Freddie est justement abattu par un homme auquel Roy parvient à échapper. Cet homme cependant le suit jusqu’aux Etats-Unis et réussit à tuer un autre ex-agent, Art McMillan alias Reels, au moment où Roy et Matt lui rendent visite. La mort de Reels fait de Roy le dernier survivant des Five Fingers, donc la prochaine cible. Ce soir-là, un ours en peluche est livré au bureau de Houston pour Roy : celui-ci a tout juste le temps de l’arracher des mains de la secrétaire avant que le jouet n’explose, blessant Roy. Sa mort est annoncée dans les journaux et son enterrement organisé rapidement. C’est un leurre destiné à attirer le tueur et à faire sortir Petrovitch de l’ombre. C’est cependant un autre « revenant » qui sort du bois : Catherine Hershey, l’un des Five Fingers, dont Roy fut amoureux et qu’il croyait morte depuis 35 ans déjà, quand elle fut abattue sous ses yeux par un agent ennemi. Le tueur, présent lui aussi, parvient à s’échapper en sachant désormais que Roy et Catherine sont vivants. Aussi tente-t-il à nouveau de les tuer, profitant cette fois d’un entretien de Matt, Roy et Catherine avec Alexei Karpov. Il est abattu par Roy. Karpov a cependant appris au trio que Petrovitch ne pouvait pas être derrière le projet d’élimination des Five Fingers : il est mort depuis cinq ans. Qui, alors, a engagé le tueur, Yuri ?

Roy et Catherine pensent à leur ancien patron, Darnell, et Matt les accompagne pour parler à ce dernier. Darnell leur apprend qu’il n’est pour rien dans tout cela mais qu’il avait demandé à Freddie d’informer les Five Fingers qu’il leur léguait sa fortune. Darnell en effet sait sa fin prochaine et il considérait ses anciens agents comme ce qu’il a jamais eu de plus proche d’une famille. Freddie n’a jamais informé les autres, en revanche ceux-ci ont commencé à mourir. Et c’est bien Freddie qui surgit pour finir lui-même le travail : sa mort à Salzbourg n’était qu’une mise en scène, il a décidé d’hériter seul le million que laissera Darnell en mourant, et il enlève Roy et Catherine pour obliger la Compagnie à verser l’argent dès maintenant. Darnell accepte d’aider Matt à tendre un piège à Freddie dans l’espoir de l’arrêter et de sauver Roy et Catherine…

 

Jack Gwillim
Andrew Duggan

 

Celeste Holm
John Chandler

 

Cliff Osmond
Jack Kruschen (à gauche)

 

Avec Andrew Duggan (Darnell), James Almanzar (Yuri), Cliff Osmond (Alexei Karpov), Jack Gwillim (Freddie), John Chandler (Roman Petrovitch) et Celeste Holm (Catherine) et Jack Kruschen (Reels). Et avec Cheryl Anderson (Young Catherine), David E. Cameron (Young Roy), Michael Scott (Young Freddie), Cis Rundle (Chris).

 

Les papis font parfois de la résistance et Buddy Ebsen en est certes un bel exemple : déjà âgé durant les huit années de Barnaby Jones, il a près de quatre-vingts ans quand il endosse le rôle de l’Oncle Roy, ce qui ne l’empêche pas de jouer encore les hommes d’action. Quand il abat Yuri, il déclare qu’il a décidé de faire lui-même son sale travail, au lieu de le laisser faire tout le temps par Matt (déjà, dans Barnaby Jones, il faisait des remarques sur le fait que son jeune neveu était plus à même que lui d’assurer la partie action). A la fin de l’épisode, après que Matt a poursuivi et arrêté Freddy, il déclare : « J’aurais pu le faire. » (voir épisode 3.12) Le jeu est amusant et souligne que les scénaristes ont bien conscience de la nature invraisemblable du rôle d’Ebsen. Mais cet épisode repose tout entier sur une brochette d’anciens espions qui ont tous atteint le troisième âge et que Matt se contente de seconder en prenant en charge les interventions musclées ; on s’amuse de voir Celeste Holm, 67 ans au moment du tournage, s’enfuir en courant quand Matt entreprend de la poursuivre dans la scène du cimetière. La poursuite ne peut pas durer bien longtemps. Cocasse aussi (ou ridicule, question de point de vue et de degré d’acceptation des « règles » de la série), le retour de Freddy dans le dernier acte. On notera que Matt Houston, en le poursuivant, se montre coupable de voie de fait sur un papi (Jack Gwillim, qui joue Freddy, a à peu près l’âge d’Ebsen) lorsqu’il assomme Freddy d’un direct au menton.

Il reste que, compte tenu (ou en dépit) de ce parti pris d’engager le troisième âge dans l’action, les scènes qui renvoient au passé de Buddy Ebsen (au moins a-t-on engagé des acteurs jeunes pour jouer les espions 35 ans plus tôt !) et les scènes qu’il partage avec Celeste Holm parviennent à toucher une petite corde sensible. Cela ne rend pas l’ensemble plus vraisemblable mais au moins plus agréable à regarder.

23’40’’ : le tueur se tient derrière une pierre tombale au nom d’Albert Kraus (1912-1981). Al Kraus était l’un des directeurs de production de la série (et de nombreuses autres séries produites par Aaron Spelling depuis les années 1970 (et déjà assistant réalisateur sur La Nouvelle équipe dès 1969).

Karpov évoque la mission en Asie du sud-est (« Opération Vietnam », 3.06-07).

 

 

3.20  Killing Time (Hallucinations)

 

ABC, 22 février 1985

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Daniel J. Pyne

Réalisé par Mike Vejar

 

Faut-il se fier à Marlowe (Mark Schneider) ?

Un frère, une soeur (G. O'Herlihy, K. Keane)

 

Après avoir subi un traumatisme durant une opération avec le Detective John Marlowe, Matt sort de l’hôpital encore sujet à des troubles importants. Il demande à Marlowe, qui le reconduit, de s’arrêter dans un pub irlandais pour y boire une bière. Entré seul, il trouve le lieu curieusement désert, alors que des bouteilles de bière sont encore sur les tables, ainsi que des mégots fumants. Il entend un coup de feu quelque part dans une arrière-salle. Il voit du sang sur un mur et trouve une femme près d’un corps étendu sur le sol. Elle tient un revolver à la main et dit : « Je l’ai tué. » L’homme respire encore, cependant, aussi Matt laisse-t-il la jeune femme, après avoir pris son arme, pour aller appeler la police. Il confie l’arme à Marlowe et sort pour trouver un téléphone, celui du bar étant hors service, en lui expliquant rapidement la situation. Mais Marlowe, dans l’arrière-salle, ne trouve ni cadavre ni femme. Il rencontre en revanche deux autres personnes.

Revenant avec Hoyt et l’Oncle Roy, Houston retrouve Marlowe à l’extérieur du pub. Il affirme n’avoir trouvé ni cadavre ni femme et dit à Hoyt et Roy que Houston a manifestement eu une hallucination, lui tenant des propos incohérents avant de se sauver. Le pub est maintenant rempli de clients et le barman affirme qu’ils étaient déjà là quand Houston prétend être entré. Personne n’a vu la femme qu’il décrit ni entendu de coup de feu, encore moins vu un cadavre.

Matt n’en est pas moins sûr de ce qu’il a vu, quand bien même Marlowe lui-même le dément. La femme lui a donné son nom : Elizabeth Sheridan. Il trouve donc son adresse et s’y rend. Il est accueilli par le frère d’Elizabeth, Michael, qui déclare que sa sœur est en voyage depuis des mois et qu’elle doit revenir d’un jour à l’autre. Derrière les rideaux d’une fenêtre, Matt croit apercevoir une silhouette féminine, mais il ne pousse pas plus loin. Il prend néanmoins des informations sur Elizabeth Sheridan. Celle-ci a hérité la fortune de son père après la mort de ce dernier, qui aurait peut-être été tué par son propre fils Michael, lequel a épousé Deborah O’Malley, « combattante de la liberté » irlandaise qui l’a embarqué dans sa croisade. Michael comptait s’emparer de la fortune paternelle et il pourrait bien être derrière la machination que soupçonne Matt. Marlowe est abattu sous les yeux de ce dernier par Deborah O’Malley et sa veuve avoue qu’il a accepté 100.000 $ du couple pour prétendre qu’il n’avait rien vu au pub.

Avec la complicité de l’Oncle Roy, Matt réussit à s’introduire dans la maison Sheridan et à voir Elizabeth. Elle est dans un état second dû aux médicaments qu’elle prend et elle est persuadée d’avoir assassiné son fiancé, Peter Kincaid. Matt l’emmène avec lui et l’Oncle Roy et l’aide à retrouver ses esprits. La façon dont ils se sont rencontrés ainsi que la grande vulnérabilité d’Elizabeth rendnt très vite Matt amoureux, et Elizabeth est également attirée par lui. Michael et Deborah, cependant, ne renoncent pas à s’emparer de la fortune familiale en faisant signer à Elizabeth les papiers qui la leur céderont…

 

Kerrie Keane
Michael Alldredge

 

Gavan O'Herlihy
Anne Wyndham

 

Taryn Power (à droite)
Steve Doubet

 

Avec Kerrie Keane (Elizabeth Sheridan), Gavan O’Herlihy (Michael Sheridan), Taryn Power (Deborah O’Malley Sheridan), Ivor Barry (Lloyd Hutchins), Anne Wyndham (Adel Marlowe), Michael Alldredge (le barman) et Mark Schneider (John Marlowe). Et avec Steve Doubet (doctor), Dennis Romer (Kincaid), Robina Suwol (travel agent), Cis Rundle (Chris), Gail Cameron (nurse) et Rachel Bard (Mrs Hollingsworth).

 

Encore un épisode qui mise sur le spectaculaire et recourt à une intrigue « mystérieuse » dont les éléments ne sont pas tous expliqués. Situations invraisemblables voire absurdes, rebondissements téléphonés, coup de foudre ad hoc : le souci de réalisme est aux abonnés absents. A la fin de l’épisode, Elizabeth veut épouser Matt qui lui conseille de reprendre tous ses esprits avant de reparler de ce désir, bien qu’il le partage. Un mois et une semaine plus tard, Elizabeth sera de retour et tous deux reparleront mariage, pour l’ultime épisode de la série.

 

 

3.21  Death Watch (Le huis clos)

 

ABC, 15 mars 1985

Musique de Ben Lanzarone

Ecrit par Robert Earll

Réalisé par William Crain

 

Houston incognito...

Hoyt aux portes de la mort

 

Matt, Roy et C.J. aident le Lt Hoyt à arrêter un groupe de trafiquants de drogue travaillant pour Bouchard, qui a corrompu le Capitaine Harris. Hoyt demande encore à Matt son aide pour assister, sous couverture, à la rencontre de Harris avec Bouchard, dont l’un des dealers, Tony, donne le lieu et l’heure. Matt et Roy s’attablent donc au restaurant The Golden Rail, au milieu d’autres clients, en attendant l’arrivée de Harris. Mais Bouchard a envoyé un tueur, Greco, pour l’abattre dès qu’il arrivera. Greco prend l’ensemble des clients en otages. Quand Matt et Hoyt essaient de le neutraliser, il veut faire un exemple en tirant sur Hoyt. Pendant que son ami perd son sang, Matt essaie à plusieurs reprises de prendre le contrôle de la situation, sans succès. C.J., arrivée à son tour, et qui s’est assise avec une cliente seule pour ne pas apparaître comme l’amie de Houston et de Roy, essaie de se rendre utile mais ils découvrent tous alors que la « cliente seule » est en réalité complice de Greco. Ils sont désormais deux à tenir les clients sous la menace de leurs armes. Pendant ce temps, Harris traverse la ville en voiture pour se rendre au Golden Rail…

 

James Luisi
M. Norman & D. Roberts

 

Vicki Marasco
B. Balaski & F. Bonner

 

Richard Devon
J. Victor Lopez

 

Avec James Luisi (Greco), Frank Bonner (Frank), Richard Devon (Captain Harris), Belinda Balaski (Lois), Maidie Norman (Ethel), Davis Roberts (John), Vicki Marasco (Rita). Et avec J. Victor Lopez (Ruiz), Tara St. Andrews (Cindy), Elizabeth Lindsey (Becky), Charles Boswell (Tony), Robert Wilson (Neil), Kaley Ward (Suzanne), Danny Weselis (hood #1), Ted Barba (hood #2) et Phillip Pine (Bouchard).

 

Robert Earll écrit une variante de l’épisode « Monty viendra à minuit » (1.14) de Starsky & Hutch : les clients d’un restaurant sont pris en otages en attendant l’arrivée d’un homme que les tueurs veulent assassiner. Bill Nuss en écrira aussi une variante pour The A Team, « Soirée de détente » (5.13). L’objectif est le même à chaque fois : produire un épisode à bas coût nécessitant un seul décor principal. Et l’écueil également : une action délayée par des péripéties tirées par les cheveux. A peu près tout dans cet épisode est dénué de bon sens et d’imagination, à commencer par la participation de Houston, Roy et C.J. à une enquête policière. L’idée de Hoyt d’envoyer Houston surveiller Harris sous prétexte qu’il ne l’a jamais rencontré est particulièrement absurde : la série n’a cessé (et l’épisode suivant en apporte une nouvelle fois l’illustration) de souligner que le visage de Houston apparaissait régulièrement dans la presse et Houston rappelle lui-même, dans l’une des séquences flashbacks, qu’il a de nombreux amis dans la police. Il faudrait un Capitaine de police particulièrement mal informé pour ne pas le reconnaître !

Trois séquences flashbacks : la première rencontre de Houston et Hoyt (2.01), Roy essayant de réconforter Hoyt après l’enlèvement de sa fille (3.02), Hoyt permettant à Houston de s’échapper alors qu’on l’a arrêté pour meurtre et que C.J. est mourante (2.22).

 

 

3.22  Final Vows (Un mariage pas ordinaire)

 

ABC, 29 mars 1985

Musique de Ken Harrison

Ecrit par Skip Webster

Réalisé par James L. Conway

 

Rien ne vaut un mariage pour terminer...

... si la mariée en réchappe (K. Keane et C. McCann)

 

Matt et Elizabeth Sheridan tentent de vivre leur amour mais le métier de Matt envahit leur vie privée : un homme qui assassine des femmes en veut à Matt de lui voler la Une des journaux ! En effet, le meurtre qu’il a commis se retrouve en page 9 parce que le récit d’une arrestation spectaculaire par le détective privé Matt Houston accapare la première page. Le meurtrier téléphone donc à Matt pour lui annoncer où il trouvera sa nouvelle victime. Comme il l’escomptait, la presse est sur place et l’affaire reçoit les honneurs des journaux. Le meurtrier s’offre même le plaisir de se mêler aux journalistes pour questionner Houston. Il continue ensuite de contacter le détective. Matt arrive trop tard pour sauver la troisième victime mais il voit le meurtrier s’enfuir. Les noms des victimes font réagir Oncle Roy : Mary Nichols, Ann Chapman, Elizabeth Stride… étaient les noms des victimes de Jack l’Eventreur ! Matt prévient donc le Lt Hoyt que la prochaine victime sera une Catherine Eddowes. Cette fois, le détective est présent avec la police avant que la jeune femme ne soit assassinée et il la voit s’enfuir avec le tueur à ses trousses. Bondissant dans une voiture de police, Houston empêcher le tueur de s’enfuir en emboutissant sa voiture : arrêté, l’homme est transporté à l’hôpital. Il s’appelle Adam Booth.

Ce jeu du chat et de la souris a usé la patience d’Elizabeth qui a décidé de s’en aller. Booth arrêté, Matt peut enfin la convaincre qu’il en a fini avec Booth mais aussi avec son métier : il est prêt à abandonner celui-ci pour se consacrer à la femme qu’il aime. Un mariage est très vite organisé en présence de quelques amis chers. Hélas ! Booth s’échappe de l’hôpital et vient perturber la cérémonie, tentant d’enlever la mariée. Matt Houston bondit à nouveau… mais sauvera-t-il et la mariée et le mariage ?

 

Kerrie Keane
Cis Rundle

 

Chuck McCann
Mary Ellen Dunbar

 

Simmy Bow
Robert Clarke

 

Avec Kerrie Keane (Elizabeth Sheridan), Greta Blackburn (Ann Chapman) et Chuck McCann (Adam Booth). Et avec Judy Brown (Liz Stride), Al Checco (Morris), Robert Clarke (minister), Steve Doubet (Dr Flynn), Mary Ellen Dunbar (Catherine Eddowes), Cis Rundle (Chris), Shari Shattuck (Mary Nichols), Patty Lotz (Donna), John Miranda (Chauffeur), Richard Delmonte (cop), Terence Wright (Hank) et Simmy Bow (the vendor).

 

Le tueur émule de Jack l’Eventreur est une idée que l’on retrouve ailleurs (notamment, chez Spelling, dans Vega$ 1.12, « Le fantôme du tueur », sous la plume de Larry Forrester).

 

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1980s

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :