Un article de Manuel Rouffia *

publié dans Arrêt sur Séries n° 16 (mars 2004)

* Manuel Rouffia a créé le blogseries, sur lequel cet article est également accessible. L'article a été republié dans le livret accompagnant l'édition DVD d'Elephant Films de La Malédiction du loup-garou en octobre 2020. Manuel anime par ailleurs des podcasts consultables à cette adresse

 

En juillet 1987, une nouvelle série fantastique fait son apparition sur le nouveau network Fox : Werewolf  ( La malédiction du loup-garou ) La diffusion du pilote déclencha, dit-on, une vague d’appels angoissés mais pulvérisera les records d’audience.

 

 John J. York est Eric Cord

 

Une plongée dans l'horreur

Eric Cord mène une vie normale d’étudiant insouciant entre ses études et sa copine, jusqu’au jour où il se rend à un rendez-vous que lui a fixé un ancien pote. Ce dernier n’est autre qu’un loup-garou qui va mordre Eric et lui inoculer cette terrible malédiction. Il n’aura d’autre choix pour sauver sa vie que de tirer sur son ami avec des balles en argent. A partir de ce moment, sa vie va complètement basculer dans l’horreur, Eric se transformant chaque nuit en une terrible bête meurtrière. Son seul espoir pour redevenir normal : retrouver le premier loup-garou ayant débuté le cycle infernal et le tuer. Un certain Skorzeny. La seule indication dont dispose Eric pour savoir quand va débuter le cycle maléfique est un pentagramme de sang qui s’inscrit dans sa main. Et comme si cela ne suffisait pas, il est pourchassé par un chasseur de primes pour le meurtre de son ami.

Cette série passionnante est née de l’imagination de Frank Lupo, co-créateur avec Stephen J. Cannell d’Agence Tous Risques. D’ailleurs, Lupo confiera le rôle du chasseur de primes à Lance LeGault, déjà traqueur de l’Agence sous les traits du Colonel Decker. Quant au féroce Skorzeny, c’est Chuck Connors qui l’incarne, un acteur employé régulièrement dans les années 60 dans des seconds rôles de westerns avant de connaître la popularité avec la série L’Homme à la carabine (The Rifleman). Il nous a quittés en novembre 1992. C’était l’une des dernières grandes « gueules » du cinéma et de la télévision américains.

Par contre, c’est le véritable premier grand rôle pour John York (Eric Cord). Cette série restera pour lui un formidable tremplin pour obtenir une certaine reconnaissance. Avant cela, il avait tourné dans quelques pubs. Après Werewolf, il jouera dans le soap General Hospital et apparaîtra en guest star dans Arabesque et 21Jump Street. On peut prendre de ses nouvelles (pour les fans) en visitant son site internet. En tout cas, sa prestation dans Werewolf est irréprochable. Il traduit bien à l’écran la soif de survie d’Eric Cord, sa peur mais aussi son courage.

 

Chuck Connors est Janos Skorzeny

 

Dans le sillage de David Banner

On ne peut s’empêcher de faire la comparaison entre Eric Cord et David Banner, le héros maudit de L’Incroyable Hulk. Comme Banner, Eric Cord se transforme malgré lui en une créature terrifiante, dévastatrice et incontrôlable. Ils se réveillent tous les deux en n’ayant aucun souvenir de ce qu’ils ont fait dans la peau de leurs doubles respectifs, ils essaient de s’isoler pour éviter de blesser des personnes innocentes et leur but commun est de trouver le moyen d’échapper à leur destin. Pour Banner, neutraliser les rayons Gamma, pour Eric Cord tuer le premier loup-garou. Ils sont tous les deux pourchassés par un homme que leur capture obsède : Jack McGee, journaliste, pour Hulk et Alamo, chasseur de primes, pour Cord.

Il existe une autre similitude importante : les deux créatures sont influencées dans leurs agissements par la conscience des deux hommes. Hulk et le loup-garou ne s’en prennent jamais à des personnes innocentes ni à des enfants, ce qui est assez remarquable pour un lycanthrope !

En revanche, il y a une différence de taille : Cord transformé en loup-garou peut parfois laisser parler ses instincts meurtriers et sa soif de sang en tuant des assassins, ce que ne faisait pas son homologue « hulkien ».

 

Lance LeGault est Alamo Joe

 

Un trésor du fantastique

Tous les personnages de la série sont des personnages forts. Eric Cord, qui pourrait se laisser aller à ses mauvais instincts et baisser les bras, continue de se battre et de refuser son destin. Skorzeny est un homme foncièrement mauvais qui adore son état et souhaite faire le maximum de victimes. Son habileté démoniaque lui permet de ne pas trop se faire remarquer et de triompher des autres loups-garous.

Alamo Joe, lui, est le meilleur chasseur de primes des Etats-Unis. Pour lui, traquer Eric Cord est de la routine. Mais ses croyances vont basculer quand il va s’apercevoir que Cord est un loup-garou. En fait, son chemin croisera celui de Skorzeny : involontairement, c’est comme cela qu’il prendra connaissance de l’état d’Eric Cord. Après cela, son arme ne contiendra plus que des balles en argent, seul moyen de tuer le loup-garou.

Eric Cord, tout au long de sa croisade, viendra en aide à de nombreuses personnes. Il sera contraint de changer plusieurs fois d’identité ainsi que de profession. Un jour, il viendra à bout de Skorzeny mais son cauchemar ne sera pas terminé : un autre personnage fera alors son apparition, beaucoup plus cruel et démoniaque que son prédécesseur : Remy, un bourgeois du XVIème siècle. Cela permettra aux scénaristes de faire rebondir l’action et d’expliquer le départ de Chuck Connors lassé de jouer les loups-garous.

Les effets spéciaux sont particulièrement réussis grâce notamment aux scènes de transformation entièrement tournées dans le noir puis « solarisées » par un procédé spécial. La série est influencée par des films comme Hurlements de Joe Dante et Le Loup-garou de Londres de John Landis. C'est John Baker, grand maquilleur d'Hollywood plusieurs fois récompensé, qui conçoit les loups-garous pour la série. La production devra opter à cause du coût élevé de ses effets spéciaux pour une durée de 25 minutes par épisode.

Plusieurs acteurs réalisateurs se sont succédé à la réalisation au fil de la série, comme David Hemmings, vu notamment dans le pilote de Supercopter où il jouait le méchant Moffet, James Darren vu dans les séries Au Coeur du Temps et Hooker, et enfin Sidney Hayers réalisateur de plusieurs épisodes de Chapeau Melon et Bottes de cuir.

La musique a été composée par Sylvester Levay, qui avait signé auparavant celle - devenue culte - de Supercopter. Pour l'anecdote, il composera dix ans après, en 1997, le thème de la série allemande Medicopter. Sans doute un clin d'oeil, puisque les deux séries utilisent de façon importante un hélicoptère.

La série s’arrêtera en 1988 après 29 épisodes, sans conclusion véritable. Eric Cord n’aura pas eu le temps nécessaire pour vaincre son ennemi. Il est regrettable qu’aucun téléfilm n’ait vu le jour pour permettre une fin digne de ce nom.

En France, ce sont Canal +, puis M6, qui diffuseront la série. Depuis, malheureusement, elle est tombée dans l’oubli et aucune autre chaîne n’a eu la bonne idée de la rediffuser sur son antenne. Aussi l’édition de la série en DVD chez Elephant Films, le 26 octobre 2020, est-elle une initiative bienvenue auprès des fans de la série. La série n’est pour l’instant éditée nulle part ailleurs dans le monde, l’éditeur américain Shout Factory ayant dû renoncer à l’édition qu’il envisageait, pour une question de droits non résolue. Elephant Films a fait de son mieux afin de restaurer l'image pour qu'elle soit la meilleure possible, à partir des seules copies accessibles pour cette édition DVD. Côté bonus, on a droit à un petit documentaire préparé par Alain Carrazé et un livret avec notamment le guide d'épisodes et les biographies des acteurs.  

 

 

 

 

Tag(s) : #Dossiers, #Dossiers 1980s

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :