publié en décembre 2002 (ASS 11)

par Thierry Le Peut 

 

boomtown2.jpg

 

« Douloureux, humain, imprévisible et captivant...

La meilleure nouvelle série de cette saison. »

TV Guide

 

Ceux qui l’ont vue l’ont aimée, des deux côtés de l’Atlantique. Boomtown est si maîtrisée, dixit Alain Carrazé dans Episode 1, qu’on la croirait sortie de chez HBO. Il n’en est rien : la série a fait son apparition le 29 septembre sur NBC, le dimanche soir à 22 h, juste après Law & Order Criminal Intent (New York Section criminelle) et face à The Practice sur ABC. Probablement diffusée bientôt par Canal +, elle ne manquera pas de faire parler d’elle en France comme aux Etats-Unis.

 

Comme d’autres programmes de NBC, Law & Order et Third Watch pour ne pas les citer, Boomtown choisit de conter des histoires policières sur le mode pluriel. Policiers, ambulanciers, inspecteurs, procureur et journaliste se croisent sur les lieux d’un crime et chacun perçoit l’événement, ses causes et ses conséquences, d’un point de vue particulier. Aux premiers la constatation des faits, aux suivants l’investigation, la résolution ou l’exploitation de l’événement. Différentes procédures, différentes sensibilités, buts différents aussi autour d’une seule histoire.

 

Boomtown a été conçue par Graham Yost, le scénariste de Speed également impliqué dans l’écriture de Band of Brothers. La référence est utile puisque l’on retrouve dans la distribution Donnie Wahlberg et Neal McDonough, eux aussi mêlés à l’aventure de Band of Brothers. Les deux programmes au demeurant sortent du même studio, Dreamworks, et Jon Avnet, le réalisateur du pilote, vient lui-même du cinéma.

 

L’idée des points de vue multiples n’étant pas nouvelle (la promo officielle de NBC évoque un mélange de Rashomon et de Pulp Fiction), c’est la qualité cinématographique de la série qui est d’abord saisissante. Caméra portée, montage nerveux, richesse chromatique, interprétation sans faille, Boomtown impose dès les premières minutes une esthétique à mi-chemin de la Bochco touch et du Traffic de Soderbergh.

 

Outre Wahlberg et McDonough, le casting comprend Jason Gedrick (Murder One, Falcone), Gary Basaraba (déjà remarquable dans Brooklyn South), Mykelti Williamson, Lana Parrilla et Nina Garbiras. Tous trouvent l’occasion d’exprimer les nuances de leurs personnages au fil des semaines, faisant de Boomtown non seulement une série policière passionnante mais aussi une histoire de personnages.

 

« Parfois la meilleure manière de raconter une histoire n’est pas d’essayer de raconter toute l’histoire mais de raconter toutes les petites histoires et de laisser les spectateurs recoller les morceaux. »

Graham Yost, créateur de Boomtown

Tag(s) : #Arrêt sur Télé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :