Au sommaire d'Arrêt sur Séries .34.

 

ASS34

 

LOST

Saison 2

Lire un extrait de ce dossier

 

LES ILES MYSTERIEUSES

A LA TELEVISION

 

MATT HELM

Lire un extrait de ce dossier

 

PATRICK McGOOHAN

portrait

 

 

> L'édito de ce numéro :

ASS34Arrêt sur Séries est enfin là… et ce n’est pas trop tôt !

Comme je vous comprends ! Cette trente-quatrième livraison, qui devait être estivale, vous parvient au cœur de l’automne, et j’en suis le premier marri. Hélas, il a fallu un peu plus de temps que prévu pour le mener à terme. N’allez pas croire toutefois que la couverture couleur y soit pour quelque chose : cette innovation n’a été qu’une formalité. J’espère d’ailleurs que vous écrirez – sur le site ou par courrier – pour nous dire ce que vous en pensez. Non, en fait la faute de ce retard incombe tout entière au rédacteur en chef, celui-là même qui vous parle en ce moment. Et il s’en excuse auprès de vous avec grande componction, en vous épargnant toutefois le détail de son emploi du temps.

Cet été, TF1 diffusait la saison 5 de Lost. C’est pour nous l’occasion de revenir sur la saison qui, plus encore que la première, a « fondé » la mythologie de cette série, dont la conclusion devrait nous parvenir l’été prochain (et dans les mois à venir aux Etats-Unis) : la saison 2. Le Projet Dharma, les Autres, « Henry Gale » (alias Ben Linus) sont les éléments centraux de cette saison et sont devenus ensuite ceux de la série dans son ensemble. En vous invitant à retourner – comme les héros – sur l’île que nous avions explorée une première fois dans notre numéro 27, nous vous convions à un voyage dans le temps aux sources de la mythologie de Lost.

Comme dans le numéro 27, il nous a paru intéressant de « coupler » Lost et Jules Verne. Si, à l’époque, nous avions dressé un historique des adaptations de Verne au cinéma et à la télévision, cette fois nous avons voulu nous concentrer sur les îles mystérieuses que la télévision a imaginées d’après l’œuvre du romancier français. Vous (re)découvrirez trois d’entre elles, celles de 1963, 1973 et 2005, qui ont marqué diversement la télévision. De la première il reste un vague souvenir, entretenu par un DVD et des rediffusions ponctuelles sur Ciné FX. La dernière, bien que rediffusée régulièrement sur l’une ou l’autre chaîne du groupe M6, a le malheur d’avoir été produite par la firme Hallmark, responsable d’un certain nombre de navets consternants. La deuxième, en revanche, a marqué de son empreinte la télévision grâce, surtout, à la présence du charismatique Omar Sharif dans le rôle du capitaine Nemo. De l’une à l’autre, ce n’est pas tant la différence de moyens qui frappe que le rapport à Jules Verne – ah ! ces Américains et leurs monstres ! – et les effets de mode.

Enfin, vous pourrez faire un dernier bout de chemin avec Matt Helm, dont notre numéro 33 revisitait l’adaptation télé de 1975, en découvrant ce qu’était le personnage avant de devenir un héros de télé et même de cinéma : le personnage, imaginé par Donald Hamilton, se situe quelque part « entre James Bond et Jack Bauer », comme vous l’allez voir tout à l’heure. Très différent du détective privé incarné par Tony Franciosa, il est une véritable star outre-Atlantique et ses aventures, un peu désuètes, n’en gardent pas moins de l’intérêt.

 

Thierry Le Peut 

 

Tag(s) : #Magazine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :