Guide réalisé par Thierry Le Peut

 

 

 

 

Producteur exécutif David Gerber   Produit par Paul Radin

Série créée et développée par Carl Foreman d'après le livre Born Free de Joy Adamson

Avec Gary Collins (George Adamson)  Diana Muldaur (Joy Adamson)

Hal Frederick (Makedde)  Peter Lukoye (Nuru)

1.01  Pilot / The Wild Land (Terre sauvage)

NBC, 9 septembre 1974

 

 

 

George Adamson contemple écœuré et impuissant les carcasses, livrées aux vautours, d’éléphants massacrés pour leurs défenses. De retour chez lui, il est accueilli par le sourire réconfortant de sa femme Joy, qui se rend peu après chez leur ami John Forbes, responsable du centre d’observation des sauterelles, qui a recueilli la lionne Elsa, blessée, dans la brousse. Joy ramène et soigne Elsa. George, cependant, continue de traquer les braconniers. Il arrête bientôt l’un d’entre eux, Azuba, et son jeune fils. Joy, troublée, reconnaît en Azuba un homme qu’elle a aperçu quittant la maison de John Forbes. George refuse d’abord de croire que ce dernier puisse être impliqué dans les massacres mais, en se rendant chez lui en son absence, il y trouve, dans un tiroir fermé à clé, une radio branchée sur la fréquence des agents de surveillance de la réserve…

 

Avec Peter Lawford (John Forbes. Et avec Joe De Graft (Joe Kanini), Seth Adagala (the Police Commissioner), Ricky Gitahi (Wamai), Erastus Kague (Kibero), Abdulla Sonado (Azuba), F. Kimotho (Mbolo).

Ecrit par Richard Fielder. Réalisé par Gary Nelson.

Peter Lawford

 

Joe De Graft

 

Hal Frederick

 

 

1.02  Elephant Trouble (Elsa en danger)

NBC, 16 septembre 1974

 

 

 

Remise en liberté, Elsa doit réapprendre à vivre dans la brousse. Mais George et Joy apprennent que des villageois ont porté plainte, accusant la lionne d’affoler les éléphants qui ont détruit leurs cultures et de s’attaquer à leurs brebis. Les Adamson reçoivent l’ordre d’emmener Elsa plus au sud, mais le commissaire du village, Alan Kamante, ne leur en laissera pas le temps car il a décidé, pour soutenir les villageois, de tuer Elsa si elle se montre de nouveau. Il a fait venir pour cela Ken Warren de Nairobi, qui n’a certes aucune envie de tuer Elsa mais doit faire son travail. George et Joy, cependant, ne sont pas convaincus qu’Elsa ait vraiment attaqué les brebis. Parti dans la brousse à sa recherche, George est attaqué et blessé par un léopard qui le suit ensuite, attendant le moment propice pour l’attaquer à nouveau. A court de balles, George est sauvé par Makkede qui le retrouve au moment fatal. Pendant ce temps, Nuru a mené sa petite enquête au village et, astucieusement, amené Nahama à avouer que c’est lui qui a tué les brebis, pour leur viande, profitant de la présence d’Elsa pour l’accuser. Lorsqu’un éléphant furieux attaque Joy et la famille de Kamante, Elsa détourne l’animal. Enfin retrouvée, et lavée des soupçons qui pesaient sur elle, la lionne peut repartir avec George et Joy vers le nord…

 

Avec Hari Rhodes (Dr Alan Kamante). Et avec James Vickery (Ken Warren), Joe De Graft (Joe Kanini), Janet Young (Isobel), Nelson Kajuna (Awaru), Bartholomew Sketch (Kabero), Robert Kamau (Nahama).

Ecrit par Sy Salkowitz. Réalisé par Gary Nelson.

Hari Rhodes

 

James Vickery

 

Peter Lukoye

 

 

1.03  A Matter of Survival (Opération survie)

NBC, 23 septembre 1974

 

 

 

Un Cessna se pose près de la maison de George et Joy, qui offrent une boisson fraîche à la jeune pilote, Terri Hill. Celle-ci est une Américaine qui fait l’expérience de la liberté en explorant les magnifiques paysages de l’Afrique de l’Est ; malheureusement, elle s’est écartée de sa route et George et Joy la remettent dans la bonne direction. Cela ne l’empêche pas, hélas, de se perdre à nouveau et, à court de carburant, elle s’écrase au milieu de la brousse. A son réveil, elle découvre près de son avion une lionne blessée par un piquant de porc-épic, qui n’est pas agressive et semble même amicale ; il s’agit en fait d’Elsa, éprouvée par son retour dans le monde sauvage et par la sécheresse qui sévit dans toute la région. La jeune femme apprend à faire confiance à l’animal, qu’elle débarrasse de son piquant et avec lequel elle partage l’eau qui lui reste. Tous deux se mettent ensuite à marcher dans la brousse, cherchant de l’eau et se défendant contre scorpions, chacals et serpents. Pendant ce temps, George et Joy, inquiets de n’avoir reçu aucune nouvelle, survolent la région dans l’avion de Max Whittaker…

 

Avec Susan Dey (Terri Hill). Et avec Barry Gaymer (Max Whittaker).

Ecrit par Don Ingalls. Réalisé par Jack Couffer.

Susan Dey

 

G. Collins & B. Gaymer

 

Elsa

 

 

1.04  Death of a Hunter (Mort d’un chasseur)

NBC, 30 septembre 1974 

 

 

 

A Nairobi, George et Joy ont rendez-vous avec Archie Gordon. Cet ancien chasseur d’éléphants qui a fait fortune en vendant l’ivoire puis écrit le récit de ses aventures est aujourd’hui repenti et chargé d’arrêter le plus grand tueur d’éléphants actuel, Jawali. George a reçu pour mission de l’accompagner. Joy participe également à cette mission, bien qu’elle soit d’abord furieuse qu’un homme tel qu’Archie en ait été chargé. L’expédition lui donne l’opportunité de réviser son opinion sur l’homme. A mesure qu’ils se rapprochent de Jawali, la détermination de Gordon est évidente. Alors qu’après avoir traversé le champ d’un massacre l’expédition bivouaque non loin du village de Bantumi, Gordon s’en détache durant la nuit, profitant d’une crise de malaria qui a affaibli George, et marche à la rencontre de Jawali et de ses chasseurs avec un seul policier, Kibu. George, Joy et leur escouade arrivent trop tard pour l’empêcher de se dresser seul face à Jawali, qui l’abat, mais ils traquent ensuite Jawali dans son repaire et l’arrêtent. Gordon est enterré sur la terre des éléphants, conformément à son souhait…

 

Avec Dan O’Herlihy (Archie Gordon). Et avec Salami Coker (Jawali), Joseph De Graft (Joe Kanini), William Alot (Bamuna), Dick Agudah (Kibu), Alex Okoth (Bantumi), William Onyanga (Mwanga), Charles Hayes (Place).

Ecrit par Nina Laemmle et Sy Salkowitz, histoire de Nina Laemmle. Réalisé par Leonard Horn.

 

Le scénario n’élude pas l’incohérence des Blancs qui luttent contre la chasse des éléphants après l’avoir eux-mêmes pratiquée, voire s’en être enrichis à l’instar de Gordon. George rappelle lui-même à Joy qu’il a été chasseur. Quant aux lois, rappelle Bantumi le chef de village, qui nourrit les siens avec de la viande d’éléphant, elles ont évolué : la chasse, hier autorisée, est aujourd’hui interdite… à ceux qui n’obtiennent pas un permis. Les villageois n’ont ainsi pas le droit de tuer les éléphants pour se nourrir, mais d’autres peuvent le faire pour d’autres raisons.

Dan O'Herlihy

 

Alex Hokoth

 

Salami Coker

 

 

1.05  Africa’s Child (L’enfant d’Afrique)

NBC, 7 octobre 1974 

 

 

 

Rob Mallory, voisin des Adamson, accueille chez lui sa petite-fille Regan, une fillette qui est la seule famille qui lui reste après la mort de son fils Steven. Alors qu’elle se promène dans la savane avec lui, ils trouvent un bébé abandonné. La fillette se prend d’affection pour lui. George se rend dans la tribu Baran pour retrouver les parents, mais le bébé a été abandonné par soumission à un rite ancien et personne dans la tribu ne reconnaît l’enfant. Les Barans inquiètent George parce qu’ils persistent à chasser en dépit des lois, pour éviter la famine ; George parvient à apporter avec Joe Kanini une réponse humanitaire à cette famine. Mais il incite aussi les parents du bébé à quitter leur tribu et à reprendre leur enfant, avec lequel ils iront vivre à Nairobi…

 

Avec Dawn Lyn (Regan Mallory). Et avec Joseph De Graft (Joe Kanini), John De Villiers (Rob Mallory), Ngigi Gitau (Godina), Isaac Munyua (Wamai), Lydia Kubo (Dima), Njigi Gahanju (the driver), George Mucele (Hunti), Anne Wanjiru (sister). Ecrit par Hesper Anderson. Réalisé par Leonard Horn.

Dawn Lyn

 

John De Villiers

 

Peter Lukoye & Elsa

 

 

1.06  The Masai Rebels (Les rebelles masaï)

NBC, 14 octobre 1974 

 

 

 

Un gardien de troupeau a été tué par un lion auprès du village des Masaï et plusieurs jeunes gens de la tribu ont formé un groupe pour traquer l’animal. Parmi eux, Seji, un athlète anxieux de prouver sa virilité en tuant le King of Simbas (roi des lions). Mais cette chasse est contraire à la loi et George conduit lui-même une équipe pour trouver le lion et empêcher les chasseurs de le tuer. Sur la piste se trouvent également le guide Chris Benton et son client Paul Kellerman, avide, lui, de trophées et déterminé à tuer l’animal en dépit de la loi. George découvre une lionne tuée par les lances des Masaï et Joy croise Elsa elle-même blessée par une lance. Quand enfin Seji trouve le grand lion, Elsa n’est pas loin et risque d’être de nouveau blessée, ou tuée ; mais Kellerman est là également, ainsi que George. Chaque groupe est parvenu jusqu’au lion par des chemins différents…

 

Avec Glenn Corbett (Paul Kellerman). Et avec Ewart J. Walters (Seji Ole Oro), James Falkland (Christopher Benton), Cy Grant (Oro Ole Godana), David Mulwa (Ole Negek), Henry Ochieng (Chuluka), Jonathan Pattita (Olana), Joy Othieno Ochieng (Masai girl), Mick N. Disho (Njoroge).

Ecrit par Richard Fielder, histoire de Nina Laemmle. Réalisé par Richard Benedict.

 

A la fin de l’épisode, Seji reconnaît que l’homme tué par le lion ne gardait pas un troupeau mais était allé à la rencontre du lion pour le tuer. George, plutôt que de lui infliger une punition légale, le « condamne » à parcourir chaque jour une très longue distance en courant ; il l’encourage ainsi à s’entraîner dur et à prouver sa valeur d’athlète en participant aux jeux olympiques plutôt qu’en traquant de grands lions. Le sourire de Seji illumine l’écran…

… d’une façon qui peut néanmoins sembler idéaliste, voire paternaliste.

Le lion n’est finalement tué ni par Seji ni par Kellerman (qui, pris de peur, s’enfuit en abandonnant son fusil) mais par Chris Benton, qui abat l’animal blessé par Kellerman au moment où il se précipte vers lui. Benton est puni par la perte de sa licence, Kellerman par la révélation de sa lâcheté et Seji par l’humiliation que lui inflige le fait qu’il n’a pas tué le lion avec sa lance, comme il le voulait pour prouver sa virilité.

Glenn Corbett

 

James Falkland

 

Ewart J. Walters

 

 

1.07  The Flying Doctor of Kenya (Le docteur volant du Kenya)

NBC, 28 octobre 1974 

 

 

 

La cohabitation de l’ancien avec le nouveau n’est pas toujours aisée. Le Dr Claire Hanley, « docteur volant du Kenya », pose son avion dans la savane pour soigner les villageois venus en nombre recevoir ses soins, et en opérant d’urgence un enfant elle constate l’influence de la Medicine Woman, méfiante mais attentive. Le chef d’un village, le Mzee, déplore, lui, que la vie traditionnelle de la communauté soit troublée par de jeunes gens qui roulent en moto et ne montrent aucun respect pour la manière de vivre ancienne ; le propre fils du Mzee, Lorio, que son grand-père veut élever dans le respect des traditions – il le fait d’ailleurs poser pour un portrait en costume traditionnel réalisé par Joy et destiné au musée de Nairobi -, regarde avec envie la machine moderne. Voulant la chevaucher lui aussi, il a un accident et se brise une jambe. La Medicine Woman reconnaît que son pouvoir ne pourra peut-être rien pour le jeune garçon et elle accepte que l’on fasse venir le docteur blanc, qui peut sauver la jambe de l’enfant. Elle doit pour cela revenir de la savane où elle est allée soigner un policier dont le pied a été pris dans un piège. Consciente de l’importance de tenir compte de la tradition, Claire accepte que la Medicine Woman assiste à l’opération…

 

Avec Juliet Mills (Dr Claire Hanley). Et avec Freddie Achieng (Lorio), Tommy Eytle (the Mzee), Dr Michael Woods (Dr Michael Woods), Lucita Lijertwood (the Medicine Woman), Joseph De Graft (Joe Kanini), Rosemary Jommo (Atra), Nelson Kajuna (Akutan), Marlene Docherty (nurse Susan Barker), Kazito Wademi (spokesman), Anne Wanjugo (mother), Tirus Gathwe (relative), Mike Bugara – Michael Shimichero – Sebastian Ngugi (friends).

Ecrit par Hesper Anderson, histoire de Nina Laemmle. Réalisé par Paul Krasny.

 

East African Flying Doctor of Kenya est une association réelle composée de membres bénévoles venus du monde entier et qui pilotent parfois eux-mêmes leur avion jusque dans les régions les plus reculées et difficiles d’accès, comme ici le Dr Hanley.
Juliet Mills

 

Freddie Achieng

 

Tommy Eytle

 

 

1.08  The Trespassers (Les nomades)

NBC, 4 novembre 1974 

 

 

 

Après plusieurs années d’absence, la tribu Masai du chef Olotuno est de retour ; le convoi se déplace avec ses troupeaux vers de nouvelles terres. Le Ministère de l’Agriculture a envoyé un vétérinaire, Paul Morgan, pour s’assurer que les bêtes n’étaient pas malades et ne seraient pas contaminées durant le voyage par le contact avec les bêtes sauvages. Mais Morgan a vu trop de misère et s’est heurté trop souvent à la difficulté de faire changer les choses ; son premier contact avec le chef Olotuno est vif et lui vaut l’inimitié du chef, qui refuse de l’écouter. Pour éviter un incident, George autorise les Masai à traverser la réserve sans que Morgan ait pu examiner d’abord les bêtes mais il a besoin du vétérinaire pour suivre le convoi. Peu à peu, en devenant l’ami du fils du chef, le jeune Kenji, dont il soigne le « frère » Elongo, le taureau qui veille sur le troupeau, Morgan parvient à renouer le dialogue avec Olotuno. Du moins jusqu’à ce qu’Elongo soit contaminé par la peste bovine après un contact avec un buffle malade, et que Morgan soit contraint de l’abattre alors que l’animal avait chargé l’enfant et menaçait de le tuer. Le garçon et le père sont d’abord blessés par cet acte mais la nécessité reprend bientôt ses droits : la compagne d’Elongo met bas un veau qui représente un nouveau départ et nécessite les soins du Dr Morgan…

 

Avec Alex Cord (Paul Morgan). Et avec Joseph De Graft (Joe Kanini), Louis Mahoney (Olotuno), Sam Karanji (Kulal), Paul Makua (Ali), Johnny Angaya (Kenji), James Gatau (Noi), F. Mbugua (deputy), Henry Ochieng (Moran), Giselle Schimichero (little girl). Ecrit par Richard Fielder. Réalisé par Barry Crane.

 

La scène liminaire où Joe Kanini rend visite aux Adamson et se voit offrir le café est reprise de l’épisode « Elephant Trouble » (1.02).

Elsa a aussi un cœur : elle séduit un lion pour lequel elle vole une jolie pièce de viande sous le nez de Nuru, et qu’elle accompagne dans l’épilogue.

Alex Cord

 

Louis Mahoney

 

Johnny Angaya

 

 

1.09  The Maneaters of Merti (Les mangeurs d’hommes du Merti)

NBC, 11 novembre 1974 

 

 

 

Un lion et une lionne terrorisent la province de Merti depuis un an en attaquant et tuant des hommes. Ken Warren, un chasseur envoyé pour le tuer, n’y est jamais parvenu en dépit des hommes qui l’assistaient, des pièges tendus et des mois de traque dans la savane. Joe Kanini demande donc à George de réussir là où Warren a échoué. Le chef du village, Mwanga, refuse cependant de laisser son fils Karuri – dont le frère a été tué par les lions et que Mwanga a fait revenir de Nairobi – chasser les bêtes et prêter son concours à George et Ken, avec les autres jeunes Boran désireux de prouver leur courage et de sauver le village. L’homme médecine, Nkobo, prétend que les lions sont possédés mais que les dieux permettront leur mort en échange de soixante chèvres. George, Ken, Makkede et une équipe d’hommes sur le pied de guerre entreprennent de traquer les lions, qui se révèlent aussi intelligents et dangereux que Ken l’a déjà constaté, capables d’attirer les chasseurs dans des traquenards pour les surprendre par derrière. La chasse aboutit pourtant, avec l’aide des Boran que Kanini a personnellement autorisés à agir en dépit de l’interdiction de Mwanga. Nkobo est désavoué et banni du village, mais Mwanga pardonne la désobéissance de son fils qui a démontré sa capacité à devenir un chef valeureux…

 

Avec James Vickery (Ken Warren), Gordon Heath (Nkobo), Joseph De Graft (Joe Kanini), Thomas Baptiste (Mwanga), John Okumu (Karuri), Laeburn Athenyaa (Katanga), Sam Karanja (Kulal), Chris Omondi (Mogera), Di Menoi (waiter), J. Anguma – J. Mwenda – M. Okello – S. Kimani – F. Ngoima (les Boran).

Ecrit par Nina Laemmle et Sy Salkowitz, histoire de Carl Foreman. Réalisé par Paul Krasny.

 

Il est difficile de donner corps à une telle histoire reposant sur la prestation du couple de lions : les premières attaques peinent à convaincre car l’interaction entre hommes et animaux est plus proche du jeu que de la chasse, mais la suite atteint mieux son but, notamment par une utilisation quasi constante de la musique.

George et Joy échangent des cadeaux pour leur anniversaire de mariage, à Nairobi, où ils rencontrent Joe Kanini.

G. Heath & T. Baptiste

 

John Okumu

 

James Vickery

 

 

1.10  Elsa’s Odyssey (L’odyssée d’Elsa)

NBC, 18 novembre 1974 

 

 

 

George roule au volant d’un camion lorsqu’une voiture arrivant à vive allure en sens inverse l’oblige à quitter la route. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Cynthia Cunningham, qui se rend chez son beau-père, Rob Mallory. Cynthia est la mère de Regan, qu’elle a laissée à son père huit ans plus tôt et qu’elle veut aujourd’hui, naïvement, emmener avec elle aux Etats-Unis. Sa venue ne fait plaisir ni à Rob Mallory ni à Regan, qui lui réserve un accueil des plus froid. Aussi Cynthia, comprenant son erreur, décide-t-elle de repartir, seule et vite.

Pendant ce temps, Elsa joue les mères de substitution pour un couple de lionceaux dont la mère a été blessée par un adolescent muni d’un fusil, Jamie. Celui-ci prévient heureusement les Adamson, qui portent secours à la lionne. En attendant le retour de leur mère, les lionceaux sont donc pris en charge par Elsa, qui les protège et contribue à leur éducation le temps d’une longue journée dans la savane.

Quand arrive le lendemain, la lionne est relâchée et retrouve sa petite famille. Elsa, elle, repart seule en attendant le jour où elle sera mère de ses propres petits. Quant à Cynthia, Joy l’a convaincue de rester pour la nuit. Elle parle aussi à Regan qui, reconnaissant son hostilité, retient sa mère pour quelque temps encore, afin qu’elles puissent se connaître un peu mieux…

 

Avec Mary Ann Mobley (Cynthia Cunningham), Dawn Lyn (Regan Mallory). Et avec John De Villiers (Rob Mallory), Graham Duncanson (Dr Scott), Henry Agoi (Maimu), Kevin Cox (Jamie). Ecrit par Richard Fielder & Nina Laemmle, histoire de Carl Foreman et Nina Laemmle. Réalisé par Russell Mayberry.

 

D’abord égoïste et superficiel, le personnage de Cynthia se révèle ensuite touchant. Mais la véritable vedette de l’épisode est Elsa, dont on suit la balade avec les lionceaux pendant la plus grande partie de l’épisode. La voix off de Joy Adamson assure le commentaire de ce documentaire animalier touchant où deux lionceaux découvrent la nature en compagnie d’une mère de substitution, avant de retrouver avec bonheur leur vraie maman.

Mary Ann Mobley

 

Kevin Cox

 

Dawn Lyn

 

 

1.11  The White Rhino (Le rhinocéros blanc)

NBC, 25 novembre 1974 

 

 

 

George apporte de mauvaises nouvelles à Rob Mallory : le gouvernement envisage de réquisitionner certaines fermes afin de développer de nouvelles cultures pour nourrir une population qui va grandissant. Rob, qui a consacré sa vie à démontrer que des animaux sauvages pouvaient vivre en harmonie dans un ranch, est amer. Il décide de signer un contrat avec Sam Willis, qui capture des animaux sauvages pour les vendre à des zoos, dans l’idée de gagner rapidement beaucoup d’argent et d’éviter que nombre de ses animaux ne soient tués. Or, Willis est connu des Adamson comme un homme qui ne respecte pas les règles et maltraite les animaux, même s’il a été jusqu’ici impossible de lui retirer sa licence. Aussi George entend-il suivre de très près ce que fera Willis dans le ranch. Lorsque plusieurs bêtes meurent, George interdit la poursuite de la chasse. Rob lui-même, conscient de trahir ses principes, décide de rompre son contrat lorsqu’un rhinocéros blanc meurt à son tour. Willis, furieux, entend capturer la femelle du rhinocéros, bien qu’elle soit sur le point de mettre bas. C’est Joy cette fois qui, alertée par Regan, se dresse face à lui…

 

Avec Dawn Lyn (Regan Mallory). Et avec George Sewell (Sam Willis), Joseph De Graft (Joe Kanini), John De Villiers (Rob Mallory), Deji Young (Tana), John Anderson * (Sanders), Quentin Seacome (driver). Ecrit par Hesper Anderson. Réalisé par Barry Crane.

 

La voix off de Joy présente Rob Mallory et sa petite-fille au début de l’épisode. Regan est arrivée environ deux mois plus tôt. La maison de Rob Mallory est différente de celle qu'il habite dans les épisodes 1.05 et 1.10.

* Aucun lien avec le John Anderson acteur américain qui joue le grand-père de MacGyver.

J. De Villiers & G. Sewell

 

Dawn Lyn & Deji Young

 

D. Lyn & D. Muldaur

 

 

1.12  The Raiders (Les pillards)

NBC, 9 décembre 1974

 

 

 

George et Joy recueillent un jeune garçon, Jama, dont le père a été tué par des pillards venus de l’autre côté de la frontière du nord pour s’emparer de son bétail. Jama ne souhaite pas retourner dans son village et il s’attache très vite à George – et à Joy à son corps défendant, car elle a du mal à se faire accepter en tant qu’amie du fait de l’éducation de Jama, qui lui a appris que les femmes ne sont pas admises dans le cercle des hommes ! Il faut bien, pourtant, trouver une autre solution que de le garder, aussi les Adamson le confient-ils au Frère Mario, qui s’occupe d’un village pour orphelins, qu’il a appelé Kenya Boys’ Town. Jama a quelque peine à s’adapter au début. Il trouve à se rendre utile, cependant, lorsque le Frère Mario décide d’acheter du bétail pour le village. Hélas, alors qu’il vient de mettre ses économies dans cette acquisition, George lui apprend que, à cause des raids, du bétail malade a été mis en quarantaine, et les bêtes qu’il a achetées doivent l’être aussi. Ce sont les hommes du village de Jama qui ont volé du bétail en représailles mais l’ont ensuite laissé boire de l’eau empoisonnée. George ne peut prendre le risque de voir la maladie du charbon se répandre. Pour le Frère Mario, la perte de son bétail, s’il se révèle infecté, signifie la faillite de son village. Jama, de nouveau, se montre utile pour dialoguer avec les hommes de son propre village. Dans un accès de générosité, l’enfant promet au chef de remplacer les bêtes perdues dès qu’il gagnera de l’argent, après ses études.

En attendant, la nouvelle que son bétail est sain apporte un immense soulagement au Frère Mario. De courte durée, cependant : car le troupeau entier est emmené par d’autres pillards. Ceux-ci emmènent également Jama qui gardait les bêtes, mais l’enfant réussit à fuir à la faveur d’une attaque de lions – dont Elsa fait partie, ayant trouvé de la compagnie pour se déplacer. Il est retrouvé par George et Joy épuisé, et peut les conduire jusqu’aux pillards. Makedde et une troupe entière les accompagnent, grâce auxquels ils réussissent à reprendre le bétail.

En guise de remerciement et pour honorer la promesse de Jama à sa tribu, le Frère Mario offre à celle-ci cinq bêtes qui leur permettront de remplacer celles qu’ils ont perdues sans se lancer dans de nouveaux raids à leur tour…

 

Avec Dane Clark (Frère Mario). Et avec David Kiranji (Brother Paul), Francis Njugana (Jama), Abdulla Sonado (Abdi), Peter Mwendwa (cattle dealer), Francis Kimotho (proprietor), Hussein Kareithi (Dabasso). Ecrit par Dale Eunson. Réalisé par Russ Mayberry.

 

George et Joy trouvent à explorer leur fibre paternelle (et maternelle) en offrant un foyer temporaire au jeune Jama.

On suit aussi Elsa qui a réussi à se faire adopter par un lion et une lionne – à moins qu’il ne s’agisse que du lion, à ce qu’il semble dans l’épilogue.

Dane Clark

 

Francis Njugana & D. Muldaur

 

Abdulla Sonado

 

 

1.13  The Devil Leopard (Le léopard démon)

NBC, 30 décembre 1974 

 

 

 

George doit trouver un léopard qui s’attaque aux troupeaux et aux hommes et qui semble disparaître après chaque attaque. Joy et lui aperçoivent l’animal alors qu’il s’apprêtait à attaquer une lionne malade et vulnérable, qui se trouve être Elsa. Celle-ci peut être soignée par Joy et Nuru mais le léopard, lui, court toujours. Dans le village d’Obot, dont le fils aîné Mwita poursuit des études de médecine à Nairobi tandis que son cadet Konei reste au village, les Adamson retrouvent Kim Travers, une anthropologue que leur a présentée Joe Kanini. Kim étudie les traditions ancestrales des tribus d’Afrique. Mais, fascinée par les coutumes guerrières, elle encourage les femmes du village à les admirer et à mépriser les hommes qui n’ont pas prouvé leur valeur avec une lance. Lorsque le léopard s’attaque aux chèvres du village, Konei trouve là l’occasion de prouver son courage à la femme qu’il aime, Enole, même si la chasse est interdite par la loi. Mwita, qui est sensible lui aussi, en dépit de son séjour à la ville, à la beauté et à la vigueur des traditions, décide de l’accompagner, recouvert comme lui des peintures rituelles. Obot ne veut pas s’interposer et Joy rend Kim Travers responsable de cette situation. Partis eux-mêmes traquer le léopard, George et Makedde vont croiser la route des deux frères, en espérant qu’aucun d’eux ne soit tué par la bête…

 

Avec Barbara Parkins (Kim). Et avec Joseph De Graft (Joe Kanini), Dan Jackson (Obot), Philip Chegge (Mwita), John Mathenge (Konei), Sam Karanja (Kulal), Nelson Kajuna (first youth), Mike Bugara (second youth), Rose Adage (Enole), Joy Lule (girl 1), Dick Agudah (first herdsman), David Kimani (second herdsman). Ecrit par David Chantler. Réalisé par Gary Nelson.

 

Dernier épisode de la série, il lui offre une belle conclusion, réaliste sans moralisation. Chaque personnage illustre la difficile transition entre des traditions dépassées mais vivaces et une modernité nécessaire. L’anthropologue américaine veut revivifier la tradition sans considération des conséquences, alors que le chef Obot, qui revêt le costume traditionnel pour les danses et les cérémonies mais s’habille à l’occidentale le reste du temps et vit non dans une hutte mais dans une maison, cherche à conduire son village sur la voie d’une Afrique moderne. « Construire une Afrique nouvelle » sont les derniers mots de la voix off avant la clôture de l’épisode ; ils ont d’autant plus de poids que Obot vient d’exprimer son point de vue à l’anthropologue en la priant de partir : si elle est si convaincue que les hommes africains doivent revenir aux traditions anciennes, c’est peut-être parce qu’elle estime l’Africain incapable d’apprendre, d’être éduqué et d’évoluer. Dans une scène antérieure, Joy a stigmatisé l’irresponsabilité de l’attitude de l’anthropologue, qui sème le doute et met des vies en danger en niant la nécessaire évolution de l'Afrique, une évolution initiée par la venue des Occidentaux.

Barbara Parkins
Rose Adage

 

John Mathenge & Philip Chegge
Peter Lukoye & D. Muldaur

 

Dan Jackson
et le léopard !

 

 

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1970s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :