Guide réalisé par Thierry Le Peut

Lire le dossier sur la saga

Avec William Atherton (Jim Lloyd), Raymond Burr (Herman Bockweiss), Barbara Carrera (Clay Basket / Corbeille d’Argile), Richard Chamberlain (Alexander McKeag), Robert Conrad (Pasquinel), Richard Crenna (Frank Skimmerhorn), Timothy Dalton (Oliver Seccombe), Cliff De Young (John Skimmerhorn), Chad Everett (Maxwell Mercy), Sharon Gless (Sidney Endermann), Andy Griffith (Lewis Vernor), Gregory Harrison (Levi Zendt), David Janssen (Paul Garrett), Alex Karras (Hans Brumbaugh), Brian Keith (Sheriff Axel Dumire), Sally Kellerman (Lisa Bockweiss), Lois Nettleton (Maude Wendell), Donald Pleasence (Sam Purchas), Cristina Raines (Lucinda McKeag Zendt), Lynn Redgrave (Charlotte Buckland Seccombe Lloyd), Robert Vaughn (Morgan Wendell), Dennis Weaver (R. J. Poteet), Anthony Zerbe (Mervin Wendell).

 

Producteur exécutif : John Wilder. Assistante du producteur exécutif : Janice Welch (12). Producteurs : Howard Alston (1, 2), Malcolm R. Harding (3, 4, 5, 7, 8, 9, 10, 11), Alex Beaton (6), George E. Crosby (12). Producteurs superviseurs: Alex Beaton (7, 8), Richard Caffey (9, 10, 11, 12). Directeurs de la photographie : Duke Callaghan (1 à 5, 11, 12), Ronald W. Browne (6), Jacques Marquette ASC (7), Charles W. Short (8, 9, 10). Musique : John Addison. Production designer : Jack Senter (2 à 12). Directeurs artistiques : Jack Senter (1), Mark Mansbridge (2, 3, 4, 5), Sherman Loudermilk (3, 4, 5), Lou Montejano (3, 4, 5), Seymour Klate (3), John P. Bruce (6), John Corso (7, 12), Lloyd S. Papez (8 à 12). Monteurs : Robert Watts ACE (1, 7, 12), Howard S. Deane (2, 8), Robert F. Shugrue (3), John Elias (4, 10), Ralph Schoenfeld ACE (5, 11), Bill Parker (6, 9). Producteurs associés : George E. Crosby (1 à 11), Susan Lichtwardt. Décorateurs de plateau : Joseph J. Stone (1 à 5, 7 à 12), John M. Dwyer (1 à 5, 7 à 10, 12), Victoria Hugo (6), Robert George (7). Son : Edwin J. Somers, Jr (1, 2, 6), Charles L. King III (3, 4, 5, 7 à 12). Casting de Mary Petterson (1 à 12), Geno Havens (1, 2). Régisseur d’extérieurs : Garrison True (8 à 12). Conception des costumes: Helen Colvig. Directeur de production: Burt Bluestein (1 à 5), Les Berke (6), Robert G. Stone (7 à 12), Hap Weyman (12), Sam Freedle (8 à 11). 1ers assistants réalisateurs : Gary Grillo (1, 2), Bob Jeffords (3, 4, 5), Ron Grow (6), Scott Maitland (7 à 10 , 12), John Liberti (11). 2nd assistant réalisateur : Bruce Shurley (1 à 4), John Liberti (5, 7, 8, 9, 10, 12), Beau Marks (6), George J. Light (11). Monteur effets sonores : Brian Courcier (1 à 3, 5 à 8, 10 à 12), Larry Nieman (4), Larry Carow (9). Monteur musique : Dave Kahn. Superviseur des costumes : Robert Ellsworth. Couleur par Technicolor. Générique et effets optiques : Universal Title. Chanson « I Guess he’d rather be in Colorado » interprétée par Merle Haggard, montage de Braverman Productions (12). Ce programme a été recommandé par la National Education Association. Une production John Wilder en association avec Universal, une compagnie MCA.

 

Voix françaises : Jacques Berthier (Herman Bockweiss), Claude Chantal (Corbeille d’Argile), Dominique Paturel (McKeag), Jacques Thébault (Pasquinel ; le procureur ép. 12), Jean-Claude Michel (Castor Boiteux ; Frank Skimmerhorn ; Cisco Calendar), Arlette Thomas (Feuille d’Erable), Henri Djanick (Eaux Rapides ; Manolo Marquez), Annie Sinigalia (Senora Alvarez), Denis Savignat (Mercy), Jeanne Val (Lisa Bockweiss Pasquinel), Bernard Murat (Levi Zendt ép. 3 à 7), Daniel Gall (Jacques Pasquinel ; Tranquilino Marquez), Richard Darbois (Marcel Pasquinel ; Christian Zendt), Serge Sauvion (Jim Beckworth ; Hank Garvey), Janine Forney (Lucinda), Albert Augier (McIntosh ; Mervin Wendell), Albert Médina (Général Asher), Marc de Georgi (Pouce Brisé), Yves-Marie Maurin (John Skimmerhorn), José Luccioni (estafette Clark ; Martin Zendt), Jacques Deschamps (R. J. Poteet), Pierre Garin (Dick Taylor), Claude Bertrand (Axel Dumire), Perrette Pradier (Charlotte Buckland), François Leccia (Bufe Coker), Philippe Ogouz (Kurt Brumbaugh ; Levi Zendt épisode 8), Dominique MacAvoy (Maud Wendell), Raymond Loyer (Shérif Bogardus), Thierry Bourdon (Paul Garrett jeune), Mario Santini (Beeley Garrett), Bernard Woringer (Morgan Wendell), Claude Joseph (R. J. Poteet ép. 12), Jean Roche (Nate Person ép. 12).

 

 

Préambule

La mini-série fut diffusée en France dans un découpage de 26 x 47 minutes, correspondant aux dix téléfilms originaux de 90 minutes coupés en deux et aux deux téléfilms de 140 minutes coupés en trois. Il existe une version américaine déjà découpée ainsi et c’est celle que nous utilisons pour les résumés. Nous proposons pour chaque téléfilm un résumé pour chacun des segments de 47 minutes. La distribution générale (starring) est donnée dans l’encadré ci-dessus, les guest stars sont données avec la mention « Avec » pour chaque téléfilm. « Et avec » indique que les noms mentionnés sont ceux crédités au générique de fin. Nous ajoutons parfois quelques comédiens non crédités aux génériques mais indiqués dans la base de données d’Imdb. Ils sont à prendre avec prudence.

 

 

 

 

1. Only the Rocks Live Forever (Les montagnes ne meurent pas) – 140’

 

NBC, 1er octobre 1978 – A2, 9 mars 1980

 

1. Durant l’hiver 1795, un homme venu du Québec, Pasquinel, descend sur une pirogue la rivière South Platte qui rejoint le Missouri. Il rencontre les accueillants Arapahos puis les fourbes Pawnees qui lui volent ses peaux et lui laissent en souvenir une pointe de flèche enfoncée profondément dans les chairs. C’est aux Cheyennes qu’il doit son salut. Il tentera sans succès de récupérer ses peaux, emportées par des brigands blancs, comme lui. Privé de ses biens, il se rend dès son arrivée à Saint Louis chez le docteur Richard Butler, qui renonce à retirer la pointe de flèche de son dos mais le présente à un ami négociant, Bockweiss. Non seulement celui-ci a une fille charmante, Lisa, mais il possède aussi suffisamment d’argent pour financer une nouvelle expédition de Pasquinel en terres indiennes. Si Pasquinel en effet réussit à traiter avec les Indiens, il ouvrira la voie à un commerce potentiellement fructueux. Pasquinel reprend donc le chemin de ces contrées sauvages et se présente courageusement devant le chef pawnee qui l’a trahi un an plus tôt. Au péril de sa vie, il gagne le respect du chef et la promesse d’échanges à venir. Il y gagne en outre un associé : l’Ecossais Alexander McKeag, prisonnier des Pawnees, que Pasquinel réussit à sauver…

 

 

 

 

2. Pasquinel poursuit son périple en territoire indien accompagné de McKeag, l’Ecossais, qui lui avoue avoir tué un homme dans son pays. Mais le coureur des bois n’a pas oublié les négociants qui, descendant le Missouri l’année précédente, ont volé ses peaux ; aussi leur tend(il un guet-apens afin de les tuer, laissant plusieurs Pawnees prendre leurs scalps. L’attaque du bateau sera ainsi attribuée aux Indiens. McKeag se révolte contre ce piège, restant bouche bée lorsque Pasquinel lui apprend que l’habitude de scalper a été inculquée aux Indiens par les Anglais. Durant leur voyage, les deux hommes traversent le territoire des Utes ; ceux-ci ne les accueillent pas à bras ouvert et McKeag est blessé à l’épaule. Pasquinel le soigne tout en continuant sa route vers le territoire des Arapahos. Là, il retrouve son ami Castor Boiteux, dont la fille Corbeille d’Argile passe bientôt beaucoup de temps avec McKeag, « Barbe rouge ». L’Ecossais n’est pas indifférent au charme de la jeune Indienne. La longue halte chez les Arapahos s’achève cependant, et Pasquinel et McKeag regagnent Saint Louis où ils retrouvent leurs associés Bockweiss et le Dr Butler. Le négociant, heureux de la réussite de l’entreprise, s’ouvre bientôt à Pasquinel de son désir de le voir marié à sa fille Lisa…

 

 

 

 

3. Tandis que la vie de Castor Boiteux s’écoule au rythme de la nature auprès de sa femme Feuille d’Erable et de sa fille Corbeille d’Argile, à qui il a déclaré qu’elle devrait épouser Pasquinel à son retour parce qu’il la protégerait, Pasquinel justement épouse Lisa Bockweiss à Saint Louis. Là-bas, la rumeur prétend qu’il a déjà une femme et des enfants qu’il a laissés derrière lui, à Montreal. Puis de nouveau vient le temps du départ. Ignorant de la grossesse de son épouse qui n’a pas voulu lui donner une raison de rester, connaissant sa passion du voyage, Pasquinel reprend la navigation en canoë avec McKeag. Ce dernier n’a pas oublié Corbeille d’Argile, qu’il espère épouser. Mais avant même d’avoir rejoint le village des Arapahos, la rencontre avec les Pawnees leur apprend que Castor Boiteux est mort, tué au combat après avoir tué Eaux Rapides, le chef des Pawnees. Lorsque les associés arrivent chez les Arapahos, c’est pour découvrir le corps gelé de Feuille d’Erable, que la mort de son époux a condamnée à vivre rejetée, et finalement à mourir de froid. Alors que McKeag constate avec horreur l’implacable loi des Arapahos, Pasquinel n’a, lui, qu’une idée en tête : c’est de balles en or que s’est servi Castor Boiteux pour tuer Eaux Rapides, et il veut savoir d’où provenait cet or. Aussi accepte-t-il de respecter la volonté de Castor Boiteux en emmenant Corbeille d’Argile avec lui, au grand désarroi de McKeag. Ils sont désormais trois à descendre la rivière, s’enfonçant dans les territoires indiens…

 

 

 

 

Avec Michael Ansara (Lame Beaver / Castor Boiteux), Henry Darrow (Alvarez), Ray Tracey (Young Lame Beaver / Castor Boiteux jeune), Robert Walden (Dr Richard Butler), Clint Walker (Joe Bean). Et avec Maria Yolanda Aguayo (Blue Leaf / Feuille d’Erable), Monika Ramirez (Blue Leaf, 14 yrs), Robert Tessier (Rude Water / Eaux Rapides), Ivan Naranjo (Gray Wolf / Loup Gris), Annette Charles (Senora Alvarez), David Yanez (Lame Beaver, 9 yrs). Et Steve Shemayme (Pawnee Chief), Ken Yellow Moon (2nd Arapaho), Duane Loken (1st Cheyenne). Montage: Robert Watts, ACE. Ecrit pour la télévision par John Wilder. Réalisé par Virgil W. Vogel.

 

2. The Yellow Apron (Le tablier jaune) – 90’

 

NBC, 8 octobre 1978

 

1. En 1809, Corbeille d’Argile donne à Pasquinel un garçon, Jacques, suivi bientôt d’un autre, Marcel. Tandis que les années s’écoulent au bord de la rivière Platte, Lisa se morfond à Saint Louis. Ayant perdu son premier enfant, elle donne naissance à une fille, Lisette, conçue par Pasquinel lors de l’une de ses visites. Mais, tout en souffrant des rumeurs persistantes qui attribuent à son mari une autre femme à la Nouvelle-Orléans, Lisa se doute que Pasquinel mène dans les montagnes une vie moins solitaire qu’il ne le dit. McKeag désapprouve quant à lui la vie qu’a choisie son ami, dont les rêves d’or n’ont pas encore été réalisés. L’Ecossais vit certes auprès de Corbeille d’Argile mais en la voyant femme d’un autre, et mère de ses enfants. Lorsqu’il apprend la naissance de sa fille, pourtant, Pasquinel nourrit le désir de la voir. Des années s’écoulent pourtant avant qu’il ne décide de retourner à Saint Louis. Persuadé par McKeag et Corbeille d’Argile de ne pas emmener sa famille indienne jusqu’à la ville, il fait halte au fort proche. Là, la vision d’un Blanc avec une famille indienne irrite nombre de soldats et, au cours d’une rixe, Jacques est blessé au visage. Il emportera avec lui la marque des Blancs et une haine que les années accroîtront. C’est sans Pasquinel, resté à Saint Louis, que McKeag retourne dans les montagnes avec Corbeille d’Argile et les deux garçons. Une rencontre avec les Kiowas laisse à Jacques une deuxième blessure, infligée cette fois par les Indiens. Les années passent et le ressentiment de Jacques à l’égard de  McKeag se fait plus âpre, augmenté par l’absence de Pasquinel…

 

 

 

 

2. Bien qu’il ait envisagé de demeurer à Saint Louis pour s’y établir négociant tandis que McKeag continuerait de traiter avec les Indiens, Pasquinel finit par reprendre le chemin des montagnes. Il y retrouve sa famille indienne. Pour McKeag, en revanche, la haine de Jacques devient insuportable ; le jour de 1825 où Jacques l’attaque avec un couteau, il décide de s’en aller. Il vit alors en ermite dans les hauteurs enneigées, à Fox Canyon, capturant des bêtes dont il vend la peau. Il se laisse convaincre un jour d’accompagner d’autres trappeurs, dont Jim Bridger et Jim Beckworth, à Bear Lake. Un village en bord de rivière où trappeurs et Indiens se réunissent une fois l’an pour échanger, vendre, acheter, dans une ambiance de fête. Là, McKeag retrouve Pasquinel et ses fils ; Jacques, devenu un homme, est toujours plein de haine, prêt à faire usage du couteau si l’occasion lui est donnée. McKeag croit un moment pouvoir retrouver l’amitié auprès de son vieux complice qui, souffrant de plus en plus de la pointe de flèche enfoncée dans son dos depuis des années, le supplie de l’en délivrer. McKeag pratique une opération rudimentaire mais réussie. Pourtant, l’incompréhension qui le sépare de Pasquinel est trop grande et il le quitte une fois encore. A Saint Louis, en 1830, il rencontre Lisa, dont le père est mort. Elle le pousse à retourner dans les montagnes auprès de Pasquinel et de la femme qu’il a toujours aimée en secret, Corbeille d’Argile. McKeag arrive pour tenir le corps de son ami dans ses bras : Pasquinel a été attaqué mortellement par des Indiens alors qu’il venait de trouver, enfin, une pépite d’or que nul ne verra. Seule, comme lui, Corbeille d’Argile convainc McKeag qu’ils peuvent poursuivre leurs vies ensemble…

 

 

 

 

Avec Carl Franklin (Jim Beckworth), Chief Dan George (Old Sioux / Vieux Sioux), Stephen McHattie (Jacques Pasquinel), Kario Salem (Marcel Pasquinel). Et avec Robert Easton (Major Sibley), Reb Brown (James Bridger), Vincent Roberts (Jacques Pasquinel), Gordon Steel (Donald McPherson). Et (non crédités) Stuart Silbar (Colonel Hanley), John Kings (Englishman), Jaimie MacDonald (Jacques Pasquinel, 6-9 yrs.), Tony La Torre (Jacques Pasquinel, 7 yrs.), Marta Brennan (Mary Sibley). Montage : Howard S. Deane. Ecrit pour la télévision par John Wilder. Réalisé par Virgil W. Vogel.

 

3. The Wagon and the Elephant (Le chariot et l’éléphant) – 90’

 

NBC, 28 octobre 1978

 

1. En 1845, à Lancaster, Pennsylvanie, le jeune fermier monnonite Levi Zendt est mis en quarantaine par sa propre famille après que l’une des orphelines du pensionnat de Mrs Kruger a prétendu qu’il avait voulu la violenter. Furieux et humilié, Levi décide de partir pour l’Ouest : il achète un vieux chariot, sa mère lui donne des chevaux pour tirer l’attelage… et il emmène avec lui la jeune Elly Zahm, autre pensionnaire de Mrs Kruger, secrètement amoureuse de lui bien avant qu’il ne s’intéresse à elle. La route est longue, les rivières nombreuses, et les jeunes époux apprennent seulement à se connaître et à s’aimer. A Saint-Louis, ils rencontrent un voyageur, Oliver Seccombe, qui se rend dans l’Ouest à la recherche du « bon sauvage » décrit par Rousseau, ainsi que le capitaine Mercy, marié à la séduisante Lisette. Ils doivent embarquer ensemble sur un bateau à aube et font la connaissance du guide qui les conduira dans l’Ouest, Sam Purchas. Ce dernier dit avoir tout appris de Kit Carson et autres légendes de la plaine et prédit des rencontres peu amicales avec les Indiens, notamment les Sioux et plus spécialement deux métis qui vivent avec eux, les frères Pasquinel. Il prend aussi la liberté de vendre les chevaux de Levi, qui ne survivraient pas longtemps dans la plaine, afin de les remplacer par des bœufs…

 

2. Durant le long voyage du Missouri au Fort John, les membres de l’expédition ont l’opportunité de constater la haine farouche que leur guide Sam Purchas voue aux Indiens sans distinction. Le capitaine Mercy doit user de la force et de la menace pour l’empêcher d’abattre dans le dos Jacques Pasquinel le jour où le convoi reçoit la visite des frères métis et d’un petit groupe de Sioux. Mercy, venu pour établir un fort militaire, obtient de Jacques la promesse d’une rencontre au Fort John en présence d’autres chefs. Au fort, qui appartient au négociant Kellen, les voyageurs font la connaissance d’Alexander McKeag et de sa femme Corbeille d’Argile, qui vivent avec leur fille Lucinda. Mercy leur apprend qu’il est marié à la fille de Pasquinel. Il l’apprend également aux frères Pasquinel lors de l’entrevue avec les chefs Pouce Brisé et Aigle Noir. Entrevue qui scelle un accord de confiance entre Mercy et les Indiens. Cependant, le convoi reprend sa route, sans Mercy demeuré à Fort John. Mais, une nuit, Purchas fait violence à Elly. alors enceinte, Levi se sépare alors du convoi et poursuit sa propre route avec Elly. Lorsque l’une des roues de leur chariot se brise et que deux de leurs bœufs succombent, ils retournent à Fort John, privés de leurs rêves, de leur espoir. C’est alors que McKeag fait à Levi une proposition inespérée : il propose de s’associer pour établir un comptoir dans la prairie, près de la rivière des castors où Pasquinel rencontra jadis Castor Boiteux. Là, la promesse d’une vie nouvelle attend Levi… très vite brisée par la mort d’Elly, mordue par un serpent. Dévasté, Levi décide de se retirer, seul, à Fox Canyon, où McKeag quelque vingt ans plus tôt effectua lui-même une pénible retraite…

 

Avec Karen Carlson (Lisette Mercy), Richard Jaeckel (Sgt. Lykes), John Bennett Perry (Mahlon Zendt), Jorge Rivero (Broken Thumb / Pouce Brisé), Kario Salem (Marcel Pasquinel), Stephanie Zimbalist (Elly Zendt). Et avec Nick Ramus (Lost Eagle / Aigle Noir), Irene Tedrow (Mother Zendt / Ma Zendt) et Debi Richter (Rebecca). Et avec Leslie Winston (Laura Lou), James Kisicki (Rev. Fenstermacher), Michael K. Osborn (Mr. Kellen). Et (non créditée) Joan Carey (Mrs. Kruger). Montage de Robert F. Shugrue. Ecrit pour la télévision par Jerry Ziegman. Réalisé par Paul Krasny.

 

4. For as Long as the Water Flows (Aussi longtemps que l’eau coulera) – 90’

 

NBC, 4 novembre 1978

 

1. Cela fait plusieurs mois que Levi Zendt vit seul à Fox Canyon, dans le chagrin d’avoir perdu sa femme. S’inquiétant de voir sa fille Lucinda fréquenter les soldats du fort, Corbeille d’Argile nourrit le dessein de la rapprocher de Levi et l’envoie trouver celui-ci dans la montagne. Elle lui apporte un réconfort qu’il ne croyait plus trouver et le ramène à la civilisation. Souhaitant l’épouser, Levi demande à ses parents d’envoyer la jeune fille à Saint Louis afin qu’elle reçoive une instruction. Corbeille d’Argile accompagne sa fille et toutes deux sont hébergées par Lisa Pasquinel, qui rencontre enfin « l’autre femme » de son mari. Là-bas, Lucinda apprend à goûter la galante compagnie d’un jeune soldat, le Lt McIntosh, qui bientôt la demande en mariage. Elle doit alors faire un choix. Pendant ce temps, les Indiens s’inquiètent de l’affluence des hommes blancs sur leurs terres ; certains d’entre eux, conduits par les frères Pasquinel et surtout par Jacques, sont particulièrement belliqueux. L’union de Lucinda et de Levi représente dans ce contexte un symbole de paix et de réconciliation. Les Pasquinel se retrouvent d’ailleurs à l’occasion de la cérémonie et McKeag amène Jacques à la réconciliation, avant de s’éteindre au plus fort de la fête, sous le coup d’une crise cardiaque. Le capitaine Mercy exhorte alors Levi à prendre sa suite afin d’amener les Indiens à négocier un traité de paix…

 

2. Dans le dessein d’amener les Indiens à signer le traité, Mercy leur a promis de nombreuses marchandises ; mais il apprend à son retour à Fort Laramie que ces marchandises n’ont pas été expédiées comme prévu et qu’il risque, par conséquent, de passer pour un menteur aux yeux des chefs. Lorsque, à la grande surprise des envoyés de Washington, le « rassemblement des chefs » organisé par Mercy voit dix mille Indiens se réunir dans la prairie, l’inquiétude est à son comble. Fort heureusement, le convoi arrive avant la fin des négociations, au terme desquelles les Indiens acceptent les propositions du « grand chef blanc ». Mais, les années passant, les termes du traité ne sont pas respectés et les Indiens, trahis, voient de plus en plus de colons blancs arriver dans l’Ouest, s’installant sur les terres indiennes au mépris des promesses. Mercy, qui commande toujours Fort Laramie, est impuissant à faire respecter la parole donnée autant qu’à empêcher les Indiens d’attaquer les colons. De Washington arrive bientôt le Général Asher, accompagné de son aide de camp le capitaine John McIntosh. La mission d’Asher est simple : proposer aux Indiens un nouveau traité qui, en dépit des promesses antérieures, entend les éloigner de la rivière et les repousser sur des terres inhospitalières. Mercy ne peut rien faire pour s’y opposer, pas plus que Levi. Ce dernier a désormais un petit garçon, Martin, et la légende dorée qui entoure la mémoire de Castor Boiteux, le grand-père de son épouse, attire parfois au comptoir des voyageurs amenés par la soif de l’or. L’un d’eux, Larkin, est bien décidé à arracher à Lucinda le secret de la « mine d’or » de son grand-père…

 

Avec Karen Carlson (Lisette Mercy), Mark Harmon (John McIntosh), Jorge Rivero (Broken Thumb / Pouce Brisé), Pernell Roberts (General Asher), Kario Salem (Marcel Pasquinel), James Sloyan (Spade Larkin). Et avec Barney McFadden (Abel Tanner), Nick Ramus (Lost Eagle / Aigle Noir) et William Lanteau (Flagg), Gene Otis (Stringer), Christopher Lowell (Keefe), Burt Douglas (Capt. Ketchum), Robert Somers (Sergeant). Montage : John Elias. Ecrit pour la télévision par Jerry Ziegman. Réalisé par Paul Krasny.

 

5. The Massacre (Le massacre) – 90’

 

NBC, 11 novembre 1978

 

1. En 1861, l’Amérique est déchirée par la guerre. Tandis que dans l’est le nord et le sud se livrent un combat fratricide, dans l’ouest les hommes blancs entreprennent de spolier les Indiens de leurs terres. Confinés sur des sols arides, privés de leurs terrains de chasse et du libre accès aux cours d’eau, les Arapahos meurent de faim dans un campement misérable où Aigle Noir se repent de son erreur de jugement. Les Pasquinel, des renégats recherchés par les militaires, se terrent dans les montagnes. Mercy espère toujours agir pour le bien de la paix mais a les mains liées ; quant au Général Asher, il n’a de commandant que le titre et la situation lui échappe. D’autres hommes s’efforcent de trouver leur voie loin de ces soubresauts de l’Histoire : Hans Brumbaugh, qui a découvert de l’or dans la Vallée Bleue, renonce à s’y installer après avoir tué accidentellement Larkin, qui menaçait de l’abattre en l’accusant d’avoir volé son or. Il achète une parcelle de terre à Levi Zendt et décide de faire venir sa femme et ses deux enfants de l’Illinois. Ses projets le tiennent à distance de l’arrivée du Colonel Frank Skimmerhorn, un fanatique qui, jouissant de puissants appuis à Denver, se croit investi d’une mission divine : nettoyer le Colorado de la présence des sauvages. Il fait mettre aux arrêts les Zendt et Mercy à l’intérieur du Comptoir puis se fait nommer à la tête du Camp Wells à la place d’Asher. Mercy réussit à s’échapper, au prix du sacrifice de Corbeille d’Argile, abattue par les gardes. Il retrouve les Pasquinel dans les montagnes mais Jacques le renvoie. Désormais, Mercy ne peut plus rien faire pour empêcher Skimmerhorn d’agir à sa manière. A la tête de sa milice du Colorado, Skimmerhorn charge les Arapahos désarmés et conduit un véritable massacre. Pour avoir refusé d’abattre des civils sans défense, le capitaine McIntosh est traduit en cour martiale, de même que Mercy…

 

2. Le témoignage de l’estafette Clark devant la cour martiale fait la lumière sur les véritables circonstances du massacre de la Butte aux Serpents. Les charges sont abandonnées et Skimmerhorn destitué. Mais, en revenant d’une entrevue avec les Pasquinel et Pouce Brisé qui refusent de déposer les armes, Mercy est attaqué et laissé pour mort par de faux Indiens à la solde de Skimmerhorn. La populace furieuse et apeurée demande le retour du Colonel, bientôt libre de reprendre sa croisade. Cette fois, il parvient à retrouver Jacques Pasquinel à Fox Canyon, et le fait pendre. Le fils du Colonel, John, qui vient de démissionner de l’armée, est le témoin écoeuré de l’exécution sommaire. Dans la même nuit, la milice de Skimmerhorn incendie le Comptoir des Zendt, qui convainquent Marcel de se rendre. Alors qu’ils se rendent en ville sous la protection d’un drapeau blanc, Skimmerhorn les voit et abat Marcel, d’une balle dans le dos, en pleine rue. Il perd ainsi toute crédibilité aux yeux de la population, est de nouveau destitué, renié par son fils et provoqué en duel par Mercy. Zendt et John empêchent ce dernier de le tuer et Skimmerhorn est banni. Mercy promet à Aigle Noir et aux rares survivants de la Butte aux Serpents des vivres, des armes et des munitions. Piètre compensation au lendemain du massacre. Les Zendt, eux, rebâtissent leur Comptoir sur un nouveau site ; l’endroit semble destiné à devenir une petite ville. C’est là, en 1868, que Levi retrouve Oliver Seccombe, venu tenter sa chance dans l’élevage de bovins pour un riche lord anglais, Venneford . Levi lui suggère d’engager John Skimmerhorn pour ramener le bétail du Texas. Quant à Hans Brumbaugh, il apprend que le filon de la Vallée Bleue a finalement été découvert, donnant le signal d’une ruée vers l’or. Lui-même ne regrette rien, cependant, car il a désormais retrouvé sa famille, avec laquelle il cultive ses terres…

 

Avec Karen Carlson (Lisette Mercy), Mark Harmon (John McIntosh), Jorge Rivero (Broken Thumb / Pouce Brisé), Pernell Roberts (General Asher), Kario Salem (Marcel Pasquinel), James Sloyan (Spade Larkin), Morgan Woodward  (General Wade). Et avec Steve Burns (Pvt. Clark / Estafette Clark), Nick Ramus (Lost Eagle / Aigle Noir), Barney McFadden (Abel Tanner). Et Gloria McMillan (Mrs. Brumbaugh), Barry Cahill (Major O’Neil). Montage : Ralph Schoenfeld ACE. Ecrit pour la télévision par Charles Larson. Réalisé par Paul Krasny.

 

6. The Longhorns (Les Longues Cornes) – 90’

 

NBC, 3 décembre 1978

 

1. Durant l’été 1868, Hans Brumbaugh met en garde Oliver Seccombe, qu’il accuse d’envoyer des hommes de main effrayer les colons pour les pousser à vendre leurs terres. Pendant ce temps, John Skimmerhorn est au Texas, où il engage les hommes qui convoieront trois mille têtes de bétail jusqu’au Colorado. C’est à R. J.  Poteet qu’il confie la tâche de diriger l’équipe. Commence alors le recrutement des cow-boys, l’achat et le marquage des bêtes, enfin le voyage lui-même. Poteet a choisi une route moins directe mais selon lui plus sûre, qui obligera le convoi à traverser le désert vers le sud avant de remonter vers le nord. Il engage le fils d’un vieil ami mort à la guerre, Jim Lloyd, et ne tarde pas à affronter la première difficulté du voyage : la rencontre avec Dick Taylor, un propriétaire qui exige un tribut pour autoriser le troupeau à passer sur ses terres…

 

2. La traversée du désert amène son lot de dangers : une nuit, des Apaches volent plusieurs chevaux, puis ce sont des Comanches qui attaquent le troupeau, blessant grièvement Canby au point que Poteet décide de le transporter à la ville la plus proche où on doit lui couper le bras. Surgissent alors des voleurs de bétail qui tuent Lasater et blessent Jim, heureusement sans gravité. Au cours de ce périple, pourtant, aucune ombre ne s’immisce entre les hommes réunis par Poteet et Skimmerhorn, liés par une amitié endurcie à l’épreuve du métier. A l’arrivée dans le Colorado, Jim décide de s’y établir plutôt que de rentrer chez lui, et Seccombe offre à Skimmerhorn de diriger le ranch…

 

Avec Rafael Campos (Nacho Gomez), Scott Hylands (Lasater), Les Lannom (Bufe Coker), Michael LeClair (Jim Lloyd), Greg Mullavey (Mule Canby), Glynn Turman (Nate Person), Jesse Vint (Amos Calendar). Et avec Damon Douglas (William Savage), Dennis Fimple (Buck), Jay W. MacIntosh (Emma Lloyd), Robby Weaver (Gompert). Et Ralph Davies Lewis (Tom Ragland), Bill Thurman (Uncle Dick Taylor). Montage : Bill Parker. Ecrit pour la télévision par John Wilder. Réalisé par Virgil W. Vogel.

 

7. The Shepherds (Les bergers) – 90’

 

NBC, 10 décembre 1978

 

1. En 1876, année du centenaire de l’indépendance américaine, le Colorado devient le trente-huitième Etat de l’Union. Centennial est alors devenue une véritable ville, qui s’est développée autour du Comptoir de Zendt, et que le chemin de fer met désormais en relation directe avec l’Est. Les derniers Arapahos, toujours menés par Aigle Noir, sont chassés de leurs terres au profit des éleveurs, dont l’influence grandit au détriment de celle des fermiers. Symbole du conflit qui oppose fermiers et éleveurs, la haine de Brumbaugh à l’égard de Seccombe ne s’est jamais éteinte et le « roi de la pomme de terre » reste convaincu que Seccombe veut s’emparer de toutes les terres de la région pour étendre son ranch, dont les actionnaires s’enrichissent dans la lointaine Angleterre. Seccombe reçoit justement la visite de l’un d’eux, Lord Buckland, venu avec sa fille Charlotte vérifier l’état du ranch afin d’en rendre compte aux actionnaires. Entre Seccombe et Charlotte naît très vite une attirance réciproque et leur mariage sera célébré avant le départ de Lord Buckland. John Skimmerhorn et Jim Lloyd, qui travaillent tous deux pour Seccombe, commencent à se demander si ce dernier n’a pas, comme le prétend Brumbaugh depuis si longtemps, le sang de plusieurs fermiers sur les mains ; ils sont témoins de l’incendie de la grange de Brumbaugh par deux tueurs à gages récemment arrivés par le train qui ramena Seccombe de l’Est. Brumbaugh, abandonné par ses ouvriers allemands pressés de se mettre à leur compte, jure qu’il ne cèdera jamais à la pression de Seccombe et fait venir des ouvriers aptes à remplacer ses Allemands : le Japonais Takemoto et toute sa petite famille…

 

2. Nate Person a convaincu Amos Calendar et Bufe Coker de travailler avec lui pour un éleveur du nom de Messmore Garrett. Ce dernier fait venir à Centennial des milliers de moutons afin d’en implanter l’élevage. Seccombe et ses actionnaires ne sont pas disposés à accepter cette « invasion » et le font savoir sans ambages. Jim Lloyd se retrouve alors pris entre ses vieux « frères », avec qui il a remonté vers le nord avec les premières longues cornes, et son employeur actuel. Levi observe ce nouveau conflit avec perplexité, d’autant qu’il a permis à Garrett de s’implanter en lui vendant des terres à la Butte aux Serpents, comme il avait jadis permis à Brumbaugh puis à Seccombe de s’installer. Le shérif Dumire, lui, ferme les yeux sur les agissements de Seccombe, au grand dam de Brumbaugh et de Garrett. Lorsque les frères Pettis, deux tueurs à gages engagés par les ranchers, assassinent Coker, sa compagne Laura et Nate Person en toute impunité, Calendar et Jim décident, avec Brumbaugh, de se faire vengeance eux-mêmes. Ils surprennent les tueurs dans leur repaire et les abattent sans merci…

 

Avec Robert Douglass (Claude Richards), Les Lannom (Bufe Coker), Adrienne La Russa (Clemma Zendt), Timothy Patrick Murphy (Christian Zendt), Glynn Turman (Nate Person), Jesse Vint (Amos Calendar). Et avec Mark Neely (Martin Zendt), Clint Ritchie (Messmore Garrett), Gloria McMillan (Mrs. Brumbaugh). Et Joella Deffenbaugh (Fat Laura / la Grosse Laura), Takashi (Mr. Takemoto), Steven Rapp (Kurt Brumbaugh). Et (non crédités) Dave Cass (Frank Pettis), H. P. Evetts (Orvid Pettis). Montage : Robert Watts ACE. Ecrit pour la télévision par Charles Larson. Réalisé par Virgil W. Vogel.

 

8. The Storm (La tempête) – 90’

 

NBC, 14 janvier 1979

 

1. Ranchers, bergers et fermiers ont fini par faire la paix. Pour Oliver Seccombe, pourtant, la tempête ne fait que s’annoncer : l’arrivée de Finlay Perkin, envoyé de Bristol pour étudier minutieusement les comptes du ranch Venneford, risque de mettre au jour les « prélèvements » que Seccombe a affectués sur les richesses dont il était le gestionnaire. Charlotte, sa femme, s’inquiète de le voir si préoccupé lorsque Perkin insiste pour que l’ensemble du bétail soit rassemblé, ce qui revient à réaliser l’impossible. Skimmerhorn, Jim Lloyd et Calendar ont, eux, la joie de revoir deux de leurs amis d’antan arrivés avec le cirque Cartwright : Canby est en effet, malgré son bras amputé, devenu le magnifique Daring Dan qui étonne tout l’Ouest avec son adresse au tir, et Nacho l’accompagne dans ses déplacements. Ensemble, ils évoquent leurs souvenirs communs. C’est aussi ce que fait Levi Zendt, parti rendre visite à sa famille dans l’Est, et qui revient sur les pas de ses jeunes années…

 

2. A son retour à Centennial, Levi y retrouve sa fille Clemma, mariée et déjà abandonnée par son mari après qu’il a découvert qu’elle était à demi-indienne. Jim est heureux de la revoir et rêve toujours d’être aimé d’elle ; mais Clemma porte en elle un lourd secret qui la ronge. Seccombe, de son côté, sent venir la fin d’une époque ; Perkin ne cache pas son intention de dénoncer les détournements dont il a été l’auteur et de recommander son licenciement à Lord Venneford. La ville trouve quelque distraction dans la venue d’une famille d’artistes : les comdéiens Mervin et Maude Wendell se produisent en effet avec leur fils Philip. Le shérif Dumire, toutefois, reçoit un télégramme d’une autre ville l’exhortant à placer sous scellés les biens des Wendell, recherchés pour dettes. Le pasteur unioniste, Holly, leur tend alors une main secourable et propose de les héberger dans une maison qu’il a héritée. Alors qu’une tempête de neige fait rage, menaçant d’exterminer les troupeaux de Seccombe, Maude Wendell nourrit le dessein d’abuser de la confiance de l’homme d’église afin de le spolier de son bien. C’est par une nuit glaciale que Levi trouve la mort en glissant sous le train qui emporte Clemma, incapable de rester au sein de sa famille. Avec la mort de Levi et la ruine de Seccombe, c’est une page de l’Histoire du pays qui est tournée…

 

Avec Rafael Campos (Nacho Gomez), Scott Hylands (Lasater - flashback), Les Lannom (Bufe Coker - flashback), Adrienne La Russa (Clemma Zendt), Michael LeClair (Jim Lloyd - flashback), Doug McKeon (Philip Wendell), Greg Mullavey (Mule Canby), John Bennett Perry (Mahlon Zendt), Clive Revill (Finlay Perkin), Glynn Turman (Nate Person), Jesse Vint (Amos Calendar), Stephanie Zimbalist (Elly Zendt - flashback). Et avec Art Metrano (Meurice), Robert Phalen (Rev. Holly), Clint Ritchie (Messmore Garrett), Mark Neely (Martin Zendt), Gloria McMillan (Mrs. Brumbaugh). Et Takashi (Mr. Takemoto), Steven Rapp (Kurt Brumbaugh), Lani Grant (Mrs. Takemoto). Montage : Howard S. Deane. Ecrit pour la télévision par Charles Larson. Réalisé par Harry Falk.

 

9. The Crime (Le crime) – 90’

 

NBC, 21 janvier 1979

 

1. A la fin de l’hiver, Centennial se relève du blizzard. Au ranch Venneford, Charlotte espère bien le rendre responsable de la « disparition » de plusieurs milliers de têtes de bétail mais Oliver, fatigué, refuse de se battre plus longtemps. Il donne sa démission à Finlay Perkin, obtient que John Skimmerhorn soit nommé directeur du ranch à sa place, puis se suicide au milieu de ses terres. Sa veuve retourne à Londres, d’où elle fait expédier un taureau primé comme reproducteur. Les Wendell, eux, mettent à exécution leur plan pour améliorer leur vie quotidienne : Maude séduit le Révérend Holly et Mervin joue la grande scène en les suprenant. Pour éviter le scandale, Holly accepte de leur céder sa maison. Afin d’échapper au chantage que ne cessent plus alors de lui faire les Wendell, le prêtre quitte finalement la ville. Brumbaugh a lui aussi ses soucis, car la famille japonaise qu’il a fait venir pour travailler ses champs n’a plus qu’une idée en tête : le quitter pour travailler sa propre ferme. Quant au shérif Dumire, il ne semble pas avoir abandonné l’idée de démasquer un jour les assassins des tueurs à gages qui tuèrent Coker et Person. Le temps s’écoule toutefois à Centennial comme ailleurs. Et, à la mort de son oncle Lord Venneford, Charlotte y revient pour prendre la direction du ranch en qualité d’actionnaire principale. Dumire, lui, a fait revenir le Révérend Holly, qui lui confie le chantage dont il a été victime…

 

2. Le shérif Dumire garde constamment un œil sur les Wendell dans l’attente d’un faux pas. Il est absent, pourtant, le soir où Mervin et Maude rejouent le coup du mari trompé à un homme de passage, Sorensen. Hélas, la comédie tourne au drame, cette fois, car Sorensen n’est pas dupe et une bagarre éclate au cours de laquelle Maude assomme l’étranger. Le coup est mortel. Le jeune Philip, témoin de la scène, cache le corps dans une grotte sous la berge du fleuve. Dans la sacoche de l’homme, les Wendell découvrent $5.500 en billets, qu’ils décident de cacher pour ne pas éveiller les soupçons. La disparition de Sorensen suscite néanmoins la curiosité du shérif, qui comprend très vite ce qui a dû se passer. Loin de ces préoccupations, Jim Lloyd se sent attiré par Charlotte Seccombe qui l’est également par lui. Ils finissent par s’avouer leurs sentiments…

 

Avec Rafael Campos (Nacho Gomez), Silvana Gallardo (Serafina Marquez), Michael LeClair (Jim Lloyd – flashback), A. Martinez (Tranquilino Marquez), Doug McKeon (Philip Wendell), Sandy McPeak (Soren Sorenson), Clive Revill (Finlay Perkin), Jesse Vint (Amos Calendar), Stephanie Zimbalist (Elly Zendt - flashback). Et avec Robert Phalen (Rev. Holly), Clint Ritchie (Messmore Garrett), Alan Napier (Lord Venneford), Gloria McMillian (Mrs. Brumbaugh). Et Steven Rapp (Kurt Brumbaugh), Eric Scott Lalich (Jake Calendar), Deborah Trissell (Miss Keller). Et (non crédités) Tiger Thompson (Young Beeley Garrett), Steve Sandor (Charley Kenderdine). Montage : Bill Parker. Ecrit pour la télévision par Charles Larson. Réalisé par Harry Falk.

 

10. The Winds of Fortune (Le vent de la fortune) – 90’

 

NBC, 28 janvier 1979

 

1. Le shérif Dumire continue de surveiller les Wendell et fait draguer la rivière dans l’espoir de retrouver le corps de Sorensen. Persuadé que ce dernier a été caché là par Philip, il presse l’enfant de questions, en vain. Brumbaugh, pendant ce temps, envisage de vendre son domaine car il désespère de trouver des ouvriers pour la prochaine récolte. Jim Lloyd a écrit à Nacho Gomez au Mexique mais ne reçoit plus de réponse de lui. Pour cause : Nacho, à Santa Ynez, essaie de convaincre son neveu le jeune Tranquilino de l’accompagner au Colorado mais la révolution qui menace de soulever le peuple arrive jusqu’à ce petit village. Poussé par le Padre à participer à l’exécution de plusieurs rebelles arrêtés par le capitaine Salcedo, Tranquilino s’insurge contre l’autorité de ce dernier lorsqu’on lui demande de fusiller les veuves des rebelles. Il s’enfuit avec l’aide de Nacho, blessé durant la fusillade avec les soldats. A Centennial, Jim demande Charlotte en mariage, au moment où Clemma Zendt revient en ville. Jim ne la voit pas car il est auprès d’Amos Calendar : plusieurs hommes de l’ancienne bande des frères Pettis sont arrivés avec l’intention de tuer Calendar et Jim lui prête main forte. Cette nuit-là, le shérif est blessé par l’un des bandits. Sur son lit de mort, il essaie de recueillir les aveux du petit Philip, qui garde obstinément le silence…

 

2. Grâce à un concours de circonstances et un talent inné pour saisir les opportunités, Mervin Wendell devient l’agent représentant l’Union Pacific à Centennial pour diriger la vente des terres que possède la compagnie de chemins de fer. Jim, lui, est troublé par le retour de Clemma qui s’est mis en tête de le détourner de Charlotte et de l’épouser. Mais Charlotte, au lieu de s’avouer vaincue, se révèle combative et réussit à pousser Clemma à quitter Centennial à nouveau. Elle épouse donc Jim comme prévu. Brumbaugh, de son côté, est pleinement satisfait du travail de Tranquilino, enfin arrivé à Centennial mais sans Nacho, mort sur la piste Skimmerhorn. Brumbaugh offre à son ouvrier de lui avancer l’argent pour faire venir sa famille du Mexique. Mais, durant le voyage, à Denver, Tranquilino est victime d’un hôtelier malhonnête qui le fait arrêter sous de fausses accusations. Quant à Skimmerhorn, il se voit proposer le poste de régisseur d’un nouveau ranch fondé par R. J. Poteet au Texas…

 

Avec Rafael Campos (Nacho Gomez), Silvana Gallardo (Serafina Marquez), Scott Hylands (Lasater - flashback), Les Lannom (Bufe Coker - flashback), Adrienne LaRussa (Clemma Zendt), Michael LeClair (Jim Lloyd - flashback), A Martinez (Tranquilino Marquez), Doug McKeon (Philip Wendell), reg Mullavey (Mule Canby - flashback), Clive Revill (Finlay Perkin), Glynn Turman (Nate Person - flashback), Jesse Vint (Amos Calendar). Et avec Robert Phalen (Rev. Holly), Clint Ritchie (Messmore Garrett), Julio Medina (Father Gravez / Padre Gravez), Gloria McMillian (Mrs. Brumlbaugh), Claude Earl Jones (Matt), Lou Frizzell (Mr. Norriss), Joaquin Martinez (Capt. Salcedo). Et Bob Davis (Bank Manager / le directeur de la banque), Jacques Hampton (Doctor / Docteur), Deborah Trissell (Miss Keller), Gordon Hurst (Clay). Montage : John Elias. Ecrit pour la télévision par Charles Larson. Réalisé par Harry Falk.

 

11. The Winds of Death (Le vent de la mort) – 90’

 

NBC, 3 février 1979

 

1. En 1911, la voiture à pétrole a fait son apparition dans les rues de Centennial et le train amène régulièrement des colons attirés par la publicité de l’Union Pacific, reçus par Mervin Wendell qui ne cesse d’accroître sa fortune personnelle en rachetant à bas prix les terres de ceux qui renoncent. Parmi eux, Earl et Alice Grebe, que Wendell réussira à convaincre trois ans plus tard de lui racheter une parcelle tout juste acquise. Hans Brumbaugh voit arriver ces colons avec scepticisme, leur prédisant la ruine là où Wendell leur promet la richesse. Mais Brumbaugh n’est plus qu’un vieil homme, veuf, et son réconfort lui vient de la venue dans sa maison de Serafina Marquez et de ses deux enfants, envoyés du Mexique par Tranquilino ; ce n’est qu’en rencontrant Serafina que le vieillard apprend ce qui est arrivé à Tranquilino après son départ de Centennial : arrêté à Denver, il a passé six ans en prison avant de pouvoir rejoindre sa famille au Mexique. Il finira par revenir à Centennial, pour voir mourir Brumbaugh. La Première Guerre mondiale vient alors de se terminer, permettant à Wendell d’accroître son aura en faisant de Centennial l’un des greniers à blé de la nation en guerre – avant de s’éteindre à 74 ans. Brumbaugh, avant de mourir, a eu l’idée de creuser un tunnel sous les Rocheuses pour drainer l’eau de l’autre côté des montagnes et irriguer les terres arides de ce versant. En 1933, les Marquez vivent dans la misère et leur fils, Truinfador, ne supporte pas le mépris dont ils sont l’objet de la part des Blancs…

 

2. Le caractère révolté de Truinfador Marquez finit par le mener devant les tribunaux, par crainte qu’il ne convainque les ouvriers mexicains de former un syndicat. Charlotte Lloyd entreprend de le défendre en avançant des arguments qui ne peuvent qu’incommoder la cour. Elle a moins de succès avec son propre mari : alors qu’elle encourage la création d’une nouvelle race de bovins qu’elle estime mieux adaptée à l’élevage moderne, Jim refuse de voir son bétail servir à des expériences qu’il qualifie de dégénérescentes. Un jour qu’il s’énerve, comme à son habitude, à ce sujet, il est terrassé par une crise cardiaque. C’est désormais Beeley Garrett, le fils de Messmore, gendre de Jim, qui s’occupe de diriger le ranch. La période est extrêmement difficile pour nombre de fermiers installés sur les terres vendues jadis par Wendell. Les Grebe, en particulier, voient leurs finances réduites au minimum par les intérêts qu’ils doivent verser à Philip Wendell tandis qu’eux-mêmes ont à peine de quoi survivre. Lorsque le vent du désert soulève des tonnes de poussière qui se déverse sur Centennial sans relâche, le fils Grebe, Ethan, perd la vie dans un accident et sa mère ne tarde pas à perdre sa raison, assassinant ses deux filles avec un couteau. Earl, découvrant cette tragédie, la tue à l’aide d’un fusil avant de se donner la mort. Ils laissent un fils, Timmy, recueilli par les Volkema…

 

Avec Bo Brundin (Magnes Volkema), Dana Elcar (Judge Hart / Juge Hart), Silvana Gallardo (Serafina Marquez), Claude Jarman (Earl Grebe), Geoffrey Lewis (Sheriff Bogardus), A Martinez (Tranquilino Marquez), Morgan Paull (Philip Wendell), Julie Sommars (Alice Grebe). Et avec William Bogert (Walter Bellamy), Lynn Borden (Vesta Volkema), Bryon Gilbert (Truinfador), Alan Vint (Beeley Garrett), Alex Colon (Father Vigil / Père Vigil), Eric Server (Pierce), Darrell Fetty (Burns), Dennis Dimster (Timmy Grebe), Steve Shaw (Paul Garrett), Alan Caillou (Booth-Clibborn) et pour la première fois à l’écran Rory Dennis MacDonald (Cisco Calendar 9 yrs.). Et Allan Hunt (Stanford), Micheal Goodrow (Ethan Grebe), Rachel Orr (Victoria Grebe), Mina Vasquez (Soledad). Montage : Ralph Schoenfeld ACE. Ecrit pour la télévision par Jerry Ziegman. Réalisé par Bernard McEveety.

 

12. The Scream of Eagles (Le cri de l’aigle) – 140’

 

NBC, 4 février 1979

 

1. En 1978, le professeur Lewis Vernor, un universitaire, arrive à Denver où l’attend Sydney Anderman. Celle-ci est chargée de le « chaperonner » pour le US Magazine qui a commandé à Vernor une série d’articles sur une petite ville du Colorado dont l’Histoire ferait l’un des points fondateurs de la civilisation de l’Ouest américain : Centennial. Vernor n’est pas certain encore d’accepter cette tâche mais il est venu faire connaissance avec la région et commencer ses recherches préliminaires. Dès leur arrivée à Centennial, Syd lui présente les lieux et les personnes qui portent en eux l’Histoire de la ville. En déambulant seul, il rencontre Morgan Wendell, un riche agent immobilier qui brigue un siège au Sénat des Etats-Unis. L’attitude de Wendell autour d’un trou creusé sur sa propriété lors de travaux de terrassement en vue de la construction d’un pont intrigue Vernor, qui le voit se glisser dans une grotte souterraine mise au jour par les ouvriers et en emporter quelque chose, enveloppé dans son manteau. Se glissant à son tour dans le trou, Vernor y découvre ce qui ressemble à un ossement humain. Peu de temps après, il entendra conter l’histoire du meurtre sur lequel les Wendell auraient fondé leur fortune, deux générations plus tôt. De toute évidence, Wendell n’a pas que des amis à Centennial, et parmi ses détracteurs se trouvent Nate Person et Manolo Marquez, à qui Syd présente Vernor. Ce dernier fait aussi la connaissance de Paul Garrett, le propriétaire du ranch Venneford, le plus grand du Colorado. Garrett, qui est un défenseur de l’environnement, fait visiter à Vernor le ranch en avion, en lui contant les origines de Centennial, de Pasquinel jusqu’à Skimmerhorn…

 

2. Vernor parle à Syd de l’ossement qu’il a découvert. Elle décide aussitôt d’emporter elle-même l’objet à New York afin de le confier à un laboratoire, tout excitée à l’idée que ce petit bout d’os puisse confirmer la « légende » selon laquelle les Wendell auraient érigé leur empire sur un meurtre. Si l’histoire était rendue publique avant les élections, elle pourrait barrer à Wendell l’entrée au Sénat. C’est précisément pour cette raison que Wendell fait constamment suivre Vernor depuis son arrivée à Centennial. Cependant, l’animosité existant entre Wendell et Garrett atteint son paroxysme lorsque le second, poussé par ses amis, annonce qu’il se portera candidat aux élections primaires contre le premier. Wendell décide alors de discréditer Garrett aux yeux de l’opinion, en tirant parti pour ce faire du procès qui s’ouvre contre Floyd Calendar, accusé de faire commerce d’espèces protégées…

 

3. Avant même la conclusion du procès Calendar, Garrett prend la décision de rendre public son intention d’épouser Flor Marquez ; il coupe ainsi l’herbe sous le pied de Wendell qui comptait sur cette « révélation » pour aliéner à Garrett une part de l’électorat, en misant sur les sentiments racistes de celui-ci. Wendell obtient cependant de son adversaire la promesse de ne pas laisser Vernor publier quoi que ce soit sur les vieilles allégations entourant la fortune de sa famille. Lors d’un débat télévisé à Denver, les deux adversaires politiques affrontent leurs points de vue sur l’avenir du Colorado, entre respect du passé et course vers l’industrialisation. Au soir des résultats, Garrett ne croit guère en sa victoire, persuadé, avec amertume, que l’Amérique ne veut pas entendre son discours…

 

Avec Michael Ansara (Lame Beaver / Castor Boiteux - flashback), Merle Haggard (Cisco Calendar), James Hampton (Prescott), Mark Harmon (John McIntosh - flashback), Scott Hylands (Lasater - flashback), Les Lannom (Bufe Coker - flashback), Michael LeClair (Jim Lloyd - flashback), Jay W. McIntosh (Emma Lloyd - flashback), Barney McFadden (Abel Tanner - flashback), Doug McKeon (Philip Wendell - flashback), James McMullan (Prosecutor / le procureur), Sandy McPeak (Soren Sorenson - flashback), Greg Mullavey (Mule Canby - flashback), Karmin Murcello (Flor Marquez), Kario Salem (Marcel Pasquinel - flashback), Gale Sondergaard (Tante Augusta), Marshall Thompson (Dennis), Glynn Turman (Nate Person - flashback), Jesse Vint (Amos Calendar - flashback), Stephanie Zimbalist (Elly Zendt - flashback). Et avec James Best (Hank Garvey), Rene Enriquez (Manolo Marquez), Robert Doqui (Nate Person), Royce D. Applegate (Mr. Holmes), Alex Henteloff (Bradley Finch), Ed Bakey (Floyd Calendar), Richard O’Brien (Judge / Juge), Van Williams (George), Robert Phalen (Rev. Holly – flashback), Nick Ramus (Lost Eagle – flashback), Robby Weaver (Gompert – flashback), Damon Douglas (William Savage – flashback), Maria Yolanda Aguayo (Blue Leaf – flashback), Ralph Davies Lewis (Tom Ragland – flashback), Steve Burns (James Clark – flashback). Et Robert Tessier (Rude Water – flashback), Frank Sotonoma Salsedo (Sam Lopez), Phyliss Applegate (Clerk / Employée), Sterling Swanson (Hunter / Chasseur). Et (non crédités) Terry Phillips (Newcaster), Morris Jones (1st Reporter). Montage: Robert Watts ACE. Ecrit pour la télévision par John Wilder. Réalisé par Virgil W. Vogel.

 

Fin

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1970s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :