Guide réalisé par Thierry Le Peut

 

 

 

 

Série germano-yougoslave de 13 x 26’ diffusée en Suisse à partir du 27 août 1979 et en Allemagne de l’Ouest sur ARD à partir du 1er janvier 1980.

Diffusion française : Antenne 2, à partir du 9 janvier 1981 dans le cadre de Récré A2, le vendredi vers 18 h.

 

Avec Lidija Kovacevic (Zora la rousse), Nedeljko Vukasovic (Branko), Andjelko Kos (Nicola), Esad Krcic (Pavle, vf Paul), Boris Ninkov (Duro), Felba Dragomir (Gorian), Uwe Falkenbach (Begovic), Erich Schleyer (Dordevic), Edgar Mandel (le maire), Hannes Kaetner (Ringelnatz), Sonja Savic (Zlata), Stojan Arandjelovic (Curcin).

 

Réalisé par Fritz Umgelter. Ecrit par Rainer Söhnlein, Peter Kölsch d’après le roman de Kurt Held. Chanson du générique : Christian Bruhn. Musique de Rolf Unkel. Costumes : Edith Almoshino. Décors : Wolfgang Hundhammer. Accessoires et éclairage : Brunner et Eisenreich. Cameramen : Manfred Ensinger, Jürgen Schoenemann. Montage : Ingrid Bichler. Directeur de production : Matthias Deyle. Une co-production TNF (Tele Norm Film), Bayerischer Rundfunk, Südwestfunk et SRG.

 

Voix françaises : Catherine Lafond (Zora), Jacky Berger (Branko), Marcel Lajeunesse (Nicola), Francette Vernillat (Paul), Edgar Givry (Duro), Céline Monsarrat (Zlata), Raoul Delfosse (Begovic), Jean Violette (Karaman), Albert Augier (Polacek), Claude Chantal (la femme de Polacek), Nicole Favart (Elena), Nelly Vignon (la grosse dame du marché), Henri Djanick (Plednik), Jacques Torrens (le garde forestier), Daniel Gall (le directeur de la société de pêche).

 

A lire aussi :

} Flashback TV #1 (entretien avec Lidija Kovacevic), automne 2001

} Flashback TV #2 (dossier sur la série), octobre 2002.

 

1. Branko kommt ins Gefängnis (Au voleur !)

 

A2, 9 janvier 1981 

 

 

 

Nous sommes en Yougoslavie, dans le petit village de Senj, sur la côte adriatique. La mère de Branko, une ouvrière de la fabrique de tabac, meurt en le laissant orphelin. Son père, le grand violoniste Milan Babitch, parcourt le monde et nul ne sait comment le joindre. Après l’enterrement, Branko est donc envoyé chez sa grand-mère, la vieille Zlata, qui vit dans une cabane à l’écart du village. Mais la vieille femme, que d’aucuns appellent « la sorcière », vit seule depuis trop longtemps avec son perroquet, son chat noir, un corbeau et deux coqs. Elle permet au jeune garçon de passer une nuit dans sa crèche puis le renvoie au village. Seul, le ventre vide, Branko erre sur le port, entre les étals. Lorsqu’il s’approche pour ramasser un poisson tombé par terre, le riche Karaman l’agrippe et crie au voleur, exigeant que le gendarme Begovic arrête Branko. Une jeune fille rousse intervient pour le défendre mais Karaman reconnaît en elle Zora la rousse, connue pour les larcins qu’elle commet avec sa bande de vagabonds. Elle s’enfuit, laissant Branko aux mains de Begovic...

 

2. Die Mutprobe (L’épreuve)

 

A2, 16 janvier 1981 

 

 

 

Zora vient trouver Branko à la fenêtre de sa cellule et lui donne le moyen de s’enfuir en se hissant jusqu’à la fenêtre et en passant à travers les barreaux. Begovic et son collègue Dordevic se lancent à leur poursuite mais sont vite distancés. Zora fait appel à ses amis pour entraîner les deux gendarmes maladroits sur de fausses pistes. L’un d’eux se fait prendre par Begovic mais, grâce au secours de ses deux complices, lui échappe. Tous rejoignent alors Zora et Branko dans leur repaire, un coin d’herbe caché dans les buissons. Là, tous sont prêts à accepter Branko dans la bande, sauf Duro qui ne cache pas son hostilité. Il demande que le nouveau passe l’épreuve du courage, comme les autres...

 

3. Die Burg der Uskoken (Jeux de vilains)

 

A2, 23 janvier 1981 

 

 

 

Après l’épreuve du courage, Branko est accepté dans la bande, malgré l’hostilité de Duro qui l’a amené à se blesser en le bousculant. Le lendemain, pendant que Nicola est parti au village pour voler du pain, les quatre autres gamins prennent le chemin de la vieille forteresse de Nehaj où la bande de Zora a aménagé son vrai repaire, comme jadis les Uskoks, des chevaliers-pirates. C’est d’ailleurs le nom que la bande s’est donné. Au village, cependant, Nicola, surpris par le boulanger Curcin, découvre que celui-ci n’est pas un méchant homme : il propose même de laisser chaque matin le pain rassis de la veille afin que les enfants puissent se servir, en prenant bien garde de n’être pas aperçus par sa femme. Nicola retrouve ses amis, tout fier de sa réussite. Mais du pain ne suffit pas à remplir leurs estomacs : bientôt, la faim se fait sentir. Duro propose alors d’aller voler un poulet chez Gorian, le vieux pêcheur...

 

4. Der Fischer Gorian (Le vieux pêcheur)

 

A2, 30 janvier 1981 

 

 

 

Branko se sent coupable d’avoir volé un poulet à Gorian, un homme pauvre, alors que le riche Karaman en possède des centaines. Il déclare donc qu’il ira dès la nuit suivante chez Karaman pour voler de quoi remplacer le poulet pris au vieux pêcheur. Zora l’accompagne. Chez Karaman, ils se font un ami du « redoutable » Leo, le chien de garde, et dérobent deux poulets qu’ils vont aussitôt libérer dans la crèche du vieux Gorian. Mais celui-ci les surprend et entreprend de leur administrer une correction. Quand il réalise sa méprise, il ordonne aux gamins d’aller rendre les poulets volés. Le jour venant, cependant, les enfants lui proposent de l’aider à pêcher pour rattraper le temps qu’ils lui ont fait perdre. Ils se montrent des apprentis très attentifs et de précieux auxiliaires pour Gorian, qui en récompense leur offre une partie de leur prise. Le jour s’est levé, pendant ce temps, et il faut rapporter les poulets de Karaman. Or, celui-ci a déjà prévenu les gendarmes...

 

5. Der Kampf mit den Gymnasiasten (La leçon)

 

A2, 6 février 1981

 

 

 

Stjepan, un garçon venant vendre des fruits sur le marché de Senj depuis la ville voisine de Brinje, est de nouveau attaqué par les collégiens. Zora et sa bande, qui sont ses amis, accourent à la rescousse. Ils ne se contentent pas de faire fuir les assaillants, il leur faut encore se venger de chacun d’eux. Ils organisent donc plusieurs expéditions punitives, dont une dans le jardin du maire en personne. Lors de l’une de ces actions de représailles, Branko rencontre Zlata, la fille du maire, jeune fille de dix-sept printemps auprès de laquelle il arrondit les épaules. Arrive la bande des collégiens, venus prêter main forte à leurs amis. Branko et Paul se retrouvent en difficulté mais leurs propres amis ne tardent pas à se jeter dans la partie. Au cours de la bagarre générale, Zlata aide Branko...

 

6. Flucht in die Berge (La fuite)

 

A2, 13 février 1981

 

 

 

Furieux de l’intrusion des Uskoks dans son jardin, le maire ordonne à Begovic et Dordevic de les arrêter. Ils les pistent jusqu’au pied de la forteresse, que le maire suggère d’enfumer pour en déloger les vagabonds. Zora et sa bande décident donc de prendre la fuite. Ils traversent les montagnes afin de rendre visite à leur ami Stjepan à Brinje, à une vingtaine de kilomètres de Senj. Après l’avoir aidé à récupérer son pantalon, confisqué par un vieux cultivateur pour le punir d’avoir perdu une partie de sa marchandise à Senj, lors de l’attaque des collégiens, ils le raccompagnent à une certaine distance de Senj puis passent la nuit dans la forêt. Au matin, ils rencontrent pour leur malheur un lynx. Paul se jette à l’assaut de l’animal et est sérieusement blessé. Seule l’intervention de Polacek, un paysan qui braconne dans les bois, les sauve. Ils se réfugient alors chez lui et l’aident à tromper la vigilance du garde forestier. Puis, Paul se reposant durant plusieurs jours, ils aident le paysan à moissonner son blé, se montrant comme avec Gorian de vigoureux ouvriers...

 

7. Die Hexe Kata (La prédiction)

 

A2, 20 février 1981

 

 

 

Leur forteresse étant toujours surveillée, les Uskoks se rangent à l’idée de Branko de passer la nuit en douce dans la grange de la vieille Kata, afin que Paul puisse continuer de se reposer. Pendant que Duro et Nicola partent en reconnaissance nocturne, Zora et Branko restent auprès du blessé. Par une brèche entre la grange et la cabane de Kata, ils peuvent observer l’étrange manège qui se déroule chez elle. Ils voient ainsi passer Karaman, venu faire appel aux dons de voyance de la vieille femme, puis la femme du boulanger. Ils apprennent, du coup, que celle-ci a un amoureux. Ils s’empressent d’aller en informer Curcin, parce qu’il est leur ami. Lorsque survient la femme du boulanger, ils se cachent dans la remise de Curcin. Mais l’intrigante y amène aussi son amoureux ! Découverts, les gamins s’en sortent en menaçant ce dernier de le dénoncer... Après cette aventure, toute la bande se rend chez Gorian, qui a demandé leur aide pour une grande pêche...

 

8. Der Grobe Fang (La grande pêche)

 

A2, 27 février 1981

 

 

 

Les Uskoks aident Gorian ainsi que son ami pêcheur Orlovic et ses deux fils à guetter l’entrée de la crique afin de signaler l’approche d’un banc de thons qui a été repéré. Les poissons arrivent enfin après plusieurs jours de patience. Attirés dans la crique puis enfermés grâce à de grands filets, ils sont les victimes d’une pêche miraculeuse ! Mais la société de pêche qui petit à petit achète leur secteur et leur prise à tous les petits pêcheurs a fait en sorte que les indépendants ne puissent plus vendre le fruit de leur travail. Gorian et Orlovic ont bien du mal à écouler leur énorme stock. Les Uskoks cependant souhaitent retourner dans leur forteresse car Karaman les a repérés et leur présence chez Gorian risque d’attirer d’autres ennuis au pêcheur. Zora a un plan pour dissuader les gendarmes de traîner encore dans les parages...

 

9. Brankos erste Liebe (La fille du maire)

 

A2, 6 mars 1981

 

 

 

Branko rencontre par hasard la fille du maire, qui lui offre un harmonica qu’elle avait acheté pour son frère. Duro, qui a espionné Branko, révèle à toute la bande qu’il en pince pour la belle Zlata. Tous se moquent de lui et Zora a du mal à masquer sa jalousie. Branko, lui, ne songe qu’à son premier amour et s’arrange pour revoir sa belle, malgré l’hostilité des collégiens et le danger de finir entre les mains des gendarmes. Cependant de nouvelles mesures sont prises par le maire pour empêcher les gens sans autorisation municipale de vendre leurs produits sur le marché. Apostrophé par Radic, le poissonnier, et par les gendarmes, Gorian refuse de quitter le marché, dût-il se battre pour défendre ses droits...

 

10. Unverhoffter Reichtung (Les associés)

 

A2, 13 mars 1981

 

 

 

Begovic et Dordevic rendent à Gorian une visite qui n’a rien d’amical. Ils cherchent la bande de Zora et mettent en garde le vieux pêcheur. Branko, lui, voit une nouvelle fois Zlata. A son retour chez Gorian, il trouve celui-ci en grande discussion avec son associé Orlovic et ses deux fils : ceux-ci ont finalement décidé de signer le contrat que leur propose la société de pêche Mekton, qui a son siège à Rijeka. Gorian est furieux et jure que jamais il ne cèdera. Son accord est pourtant indispensable pour qu’Orlovic puisse conclure. Le directeur de la société se déplace lui-même. Gorian, en position de force, parvient à imposer ses conditions. Ce soir-là, un sentiment de victoire anime les Uskoks et le vieux pêcheur lorsqu’ils se répartissent les gains. Le vieux Gorian se prend à rêver d’une grande maison où ils accueilleraient tous les enfants qui le voudraient. Une maison sur laquelle on lirait un écriteau : « Ici, tu n’as rien à craindre »...

 

11. Der Kampf mit dem Kraken (Concurrence déloyale)

 

A2, 20 mars 1981

 

 

 

Ayant vainement cherché Zlata, Branko rejoint à la nage la crique de Gorian. Là attend une jeune fille vêtue d’une élégante robe rouge. Mais en s’approchant c’est Zora qu’il découvre : elle s’est achetée cette robe avec l’argent de la pêche, voulant ressembler à une dame. Branko se moque d’elle puis, devant sa réaction, se ravise. C’est alors que Duro se met à crier : nageant dans la crique, il a été attaqué par une pieuvre. Ses amis se précipitent à son secours et c’est Branko qui plonge pour le délivrer. Alors que les deux plongeurs sont installés chez Gorian pour se remettre de leur aventure, le bateau de Mekton, la société de pêche, vient charger des thons. Zlata est à son bord et profite de la halte pour rendre visite à Branko. Elle se heurte à l’hostilité ouverte de Zora, persuadée qu’elle finira par les dénoncer. Cependant les ouvriers de Mekton capturent un thon d’une taille extraordinaire que leur directeur veut offrir au maire lors d’une cérémonie. Entendant Gorian murmurer qu’on ferait bien mieux de lui offrir un chien crevé, les enfants ont une idée...

 

12. Eine Stadt steht Kopf (Le poisson de l’année !)

 

A2, 27 mars 1981

 

 

 

Le jour de la fête, les habitants suivent le cortège sur lequel a pris place Gorian, doyen des pêcheurs, revêtu d’un accoutrement censé le faire passer pour Poseidon. Dans l’immense tonneau qui traverse la ville, tout le monde croit bientôt apercevoir le plus gros poisson de l’année. Mais lorsque l’on retire enfin le couvercle c’est le chien mort de Karaman que tout le monde peut voir... et sentir ! La fête tourne court au milieu des plaisanteries. Le maire, furieux, exige que l’on arrête la bande de Zora, jugée responsable de ce mauvais tour. Dans le jardin du maire, Zora, justement, surprend Branko en train de dire à Zlata que ce sont eux qui ont joué le coup du chien. Folle de colère et de jalousie, elle se rend elle-même aux gendarmes. Mais elle voit bientôt arriver Zlata : la jeune fille, fatiguée des querelles dont les Uskoks sont la cause, est venue livrer Branko qu’elle a enfermé dans le kiosque du jardin. Zora s’évade et court libérer son ami. Ensemble, ils sont poursuivis par une partie de la ville et se réfugient à l’hôtel Zagreb, où les gendarmes arrivent bientôt...

 

13. Es leben die Uskoken (Réhabilitation)

 

A2, 3 avril 1981

 

 

 

Zora et Branko ne doivent leur salut qu’à l’aide de leurs alliés, le portier Ringelnatz et le boulanger Curcin. Cependant Gorian est bientôt convié à un conseil municipal exceptionnel où sont réunis tous les notables de Senj. Là, le maire l’enjoint de livrer les enfants, sous peine d’être arrêté à leur place. Gorian refuse et explique au conseil les raisons du comportement des Uskoks. Il essaie de faire prendre aux adultes réunis toute la conscience de leur propre responsabilité. Le conseil tourne bientôt en faveur de la réhabilitation des Uskoks, que l’on songe à placer. Mais certains, comme Karaman, défendent toujours l’idée de la sanction. La voix du maire sera décisive. C’est alors que Zlata demande à parler à son père...

 

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1980s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :