Guide réalisé par TLP

saison 1  -  saison 2  -  saison 3

 

 

 

 

Avec Robert Urich (Dan Tanna), Greg Morris (Lt Dave Nelson)

Bart Braverman (Binzer), Greg Morris (Lt Dave Nelson), Phyllis Davis (Beatrice ‘Bea’ Travis)

et Tony Curtis (Philip Roth – épisode 2.02 seulement).

 

Greg Morris et Robert Urich

 

 

Saison 2

(1979-1980)

 

Executive producers Aaron Spelling et Douglas S. Cramer

Supervising producer E. Duke Vincent (sauf 2.20)

Produced by Phil Fehrle in Las Vegas, Larry Forrester in Los Angeles, sauf 2.20 produced by E. Duke Vincent

Created by Michael Mann

 

 

Comme pour la saison 1, j'ai indiqué les titres français recensés par Wikipedia mais leur fiabilité est douteuse. Plusieurs traduisent littéralement le titre original, ce qui n'est pas si souvent le cas en général, et certains sont indéniablement différents de titres que j'ai retrouvés par ailleurs. A prendre donc avec grande prudence. 

 

2.01  Red Handed (Marque rouge)

 

ABC, 19 septembre 1979

Ecrit par Gerry Davis

Réalisé par Don Chaffey

 

Melanie Griffith, Will Sampson, William Watson

Laraine Stephens, Denny Miller, Jo Ann Pflug

 

Harlon Twoleaf accueille Dawn Peters à son arrivée à l’aéroport. La jeune femme, qui a grandi en partie à la Réserve où son père donnait des soins aux Indiens, est aujourd’hui aussi chère à son cœur que si elle était sa fille. Alors qu’ils prennent un verre au Desert Inn, à deux pas de l’endroit où la journaliste Merrill Mayne interviewe Lola Falana, un homme, Lyle Kemp, vient les importuner, déclenchant une bagarre avec Twoleaf, que Merrill s’empresse de filmer. Assommé avec une bouteille de champagne, Twoleaf est transporté dans une chambre et couché par Dan, qui le laisse en compagnie de Dawn. Le lendemain, la femme de ménage trouve Twoleaf encore endormi… et le corps de Dawn au pied du lit. Elle a été brutalisée et tuée avec le couteau de Twoleaf, qui n’a aucun souvenir de la nuit. Tandis que Twoleaf est mis en cellule, Dan cherche à savoir ce que faisait Dawn à Vegas. Il découvre qu’elle est passée au bureau de Hart, l’homme pour qui elle était call girl trois ans plus tôt, puis à celui du Dr Philip Barrow. Hart est mort sur la table d’opération une semaine plus tôt mais son commerce a été repris par Shining, à qui Dan subtilise un dossier compromettant pour Cheryl Borrison, ancienne call girl, aujourd’hui épouse de politicien. Lorsqu’il rapporte ce dossier à Cheryl, elle lui remet un paquet que Dawn a laissé chez elle et qui contient des médicaments, sans doute issus d’un trafic illicite. Pendant ce temps, Twoleaf réussit à s’évader de cellule et enlève Merrill Mayne ; celle-ci lui permet de retrouver Kemp, qui passe aux aveux : il a été payé pour déclencher la bagarre, par le Dr Barrow. C’est au Lakeside Medical Center que Dan et le Lt Nelson retrouvent Twoleaf : c’est Barrow qui a tué Dawn pour l’empêcher de révéler qu’il avait également tué Hart parce qu’il menaçait de dévoiler son trafic de médicaments, dans lequel Dawn a trempé lorsqu’elle travaillait pour Hart…

 

Avec Laraine Stephens (Merrill Wayne), Andrew Duggan (Dr Barrow), Denny Miller (Lyle Kemp), Melanie Griffith (Dawn Peters), William Watson (Shining). Et Lola Falana (elle-même), Jo Ann Pflug (Cheryl Morrison) et Will Sampson (Harlon Twoleaf). Et avec Chase Cordell (Chuck), Jim Connors (guard), Norma Miller (maid), Irvin Mosley, Jr (trustee).

 

Toutes les images de Tony Curtis ont disparu du générique. Judy Landers ne revient pas et Naomi Stevens disparaît à son tour (sans explication).

9’07’’ et 9’25’’ : Dan, puis Merrill Mayne, mentionnent Roth.

Le studio de Dan Tanna a subi quelques modifications (notamment le foyer central et la déco).

15’50’’, 21’20’’, 23’35’’, 37’40’’ : Dan téléphonant de sa voiture… filmé en studio devant un écran : sacrilège ! (De même plus tard, sans téléphone, lorsque Dan parcourt les rues de Vegas à la recherche de Twoleaf, les plans rapprochés sont tournés en studio ; de même pour un dialogue entre Dan et Nelson, 43’, puis quelques plans de la poursuite en voiture, 46’.)

Dan évoque la mort du chef Grey Bear (saison 1).

47’43’’ : Harlon est orthographié Harlan sur le panneau du vernissage.

 

 

2.02  The Usurper (L’usurpateur)

 

ABC, 26 septembre 1979

Ecrit par Valerie Allen

Réalisé par Don Chaffey

 

Tony Curtis et Robert Urich

Robert Reed

 

Dan a la surprise de trouver un certain J. T. Rodmore dans le siège de Philip Roth. Rodmore dit être le nouveau directeur de l’empire Roth, et Roth a visiblement quitté la ville. Dan fait le tour des plus proches amis de Roth pour en savoir plus, et découvre qu’il est suivi par un van bleu et son téléphone de voiture mis sur écoute. Nelson lui apprend que Roth s’est rendu à Washington pour rencontrer des gens haut placés – jusqu’à la Maison Blanche. Bientôt il reçoit la visite d’Elizabeth, ancienne secrétaire de Roth, messagère de ce dernier qui parle quelques instants au téléphone avec Dan, lui demandant de ne plus enquêter sur son départ car cela provoque des remous qui le gênent lui-même dans ses démarches. Il le charge aussi d’accompagner Elizabeth à l’aéroport le lendemain matin. Alors qu’il s’acquitte de cette mission, le van bleu et une voiture les obligent à quitter la route et ils s’engagent dans une poursuite qui s’achève dans le désert, le van bleu étant heureusement mis en fuite par l’arrivée de la police. C’est alors que Dan reçoit la visite nocturne de Roth lui-même, qui lui explique enfin la situation : l’énigmatique J. T. Rodmore est en réalité Johnny Roth, son frère cadet, qui a dû mettre un terme jadis à sa carrière prometteuse dans les hautes sphères du pouvoir à cause de lui et de sa réussite dans le monde des jeux. Johnny se venge aujourd’hui ; il détient un enregistrement très compromettant, datant de l’époque où Roth, de retour de Cuba où il avait passé beaucoup de temps à conseiller Batista avant la prise de pouvoir de Castro, avait des contacts très haut placés ; l’enregistrement, sur lequel figure une discussion sur l’éventuel assassinat de Castro, pourrait faire de gros dégâts s’il était révélé, et le patriotisme de Roth s’y oppose, raison pour laquelle il a signé la cession de son empire à son frère. Maintenant, il a besoin de l’aide de Dan pour récupérer l’enregistrement et mettre fin au chantage…

 

Norman Alden, Rosemary Forsyth, Sherry Jackson

Hedley Mattingly, Scatman Crothers, Dean Martin

 

Avec Robert Reed (Johnny Roth), Norman Alden (Lou Meakin), Sherry Jackson (Denise), Hedley Mattingly (Oscar) et Rosemary Forsyth (Elizabeth). Et Scatman Crothers (Rosey), Minnesota Fats (lui-même), Jimmy Mataya (lui-même) et Dean Martin (Dean Martin). Et avec Eddy Ruffalo (Lawson), Tom Huff (Tanberg).

 

« Pourquoi tu arrives toujours au mauvais moment, en cassant ma chance ? » demande Rosey à Dan, référence implicite à son apparition dans le pilote de la série.

Norman Alden décrit Binzer comme « the guy who does his (Tanna’s) legwork ».

12’ : Tanna téléphonant de sa voiture filmé en studio devant écran. De même, 28’-30’ : plans rapprochés de Dan et Elizabeth sont filmés en studio, et 32’ Dan avec Nelson dans la T-Bird.

32’18’’ : Nelson compare Dan au Lone Ranger, « storming in ».

Le prénom de Roth est orthographié Phillip sur la porte de son bureau.

Le retour de Rosey et l’allusion au Lone Ranger, en faisant le lien avec le pilote de la série, font de « The Usurper » l’épisode de rentrée idéal, Tony Curtis y jouant un rôle étendu et central. Curtis figure au générique d’ouverture et l’épisode accueille plusieurs cameos.

 

 

2.03  Mixed Blessings (Bénédictions)

 

ABC, 3 octobre 1979

Ecrit par David Harmon

Réalisé par Cliff Bole

 

Cassie Yates et Robert Urich

David Huddletson

 

Quand il découvre que sa nouvelle cliente est une nonne, descendue dans un hôtel de passe, Dan croit d’abord à une plaisanterie. Mais Sœur Bridget Marie Callahan est bien réelle et est prête à le payer… 10 $ par jour pour retrouver la Croix de Caceres, volée au Mexique et apportée à Vegas par son voleur, dont elle ne veut pas dire le nom, pas plus qu’elle ne veut prévenir la police. Dan fait donc le tour des prêteurs sur gage de la ville, après avoir transporté la nonne dans une chambre du Desert Inn, plus convenable. Alors qu’ils quittent l’une des boutiques, le voleur, Jimmy, les voit et tire dans leur direction, sans les toucher – grâce à Dieu. Mais on le retrouve bientôt dans une chambre du Windsor Hotel avec deux balles dans le ventre, dans un état critique, et Dan apprend par Diamond Jim Oneal qu’un nommé Rico est arrivé en ville pour acheter la Croix, ou la prendre, et qu’il est homme à tirer sur tout ce qui se met en travers de son chemin. Le dénommé Rico a tiré sur Jimmy avant de découvrir que celui-ci lui avait menti sur l’endroit où il a caché la Croix. Aussi Rico enlève-t-il Sœur Bridget Marie pour l’échanger contre la Croix, à charge à Dan de trouver la relique. Ce qu’il fait grâce à quelques mots prononcés sur son lit d’hôpital par Jimmy : la Croix est cachée dans… une église. Evidemment, Rico n’a pas quitté Dan de l’œil, le suivant dans sa voiture…

 

Avec Cassie Yates (Sœur Bridget Callahan), James Luisi (Rico), Tracey Walter (Jimmy Potter). Et David Huddleston (Diamond Jim Oneal). Et avec Joseph Tomaszewski (pit boss), Eugene Peterson (doctor), E.A. Sirianni (clerk), Tony Ballen (pawnbroker).

 

Cassie Yates et Robert Urich

James Luisi (avec Tracey Walter)

 

Dan mentionne Roth à plusieurs reprises ; quand il découvre la nonne au Desert Horizon Hotel – où l’on rencontre plutôt des prostituées et leurs clients -, il croit à une plaisanterie de « Slick ». Ou de Buddy Hackett.

Dan présente le Lt Nelson comme un vieil ami.

Les plans rapprochés devant écran font vraiment mauvais effet, particulièrement lors de la poursuite de l’acte III où se succèdent les plans de trois voitures différentes ; on a vraiment l’impression de plans tournés rapidement, sans grand effort de crédibilité des acteurs (Luisi, Urich, Morris).

L’épisode manque de rythme. L’épilogue dans l’église, où Dan s’adresse à Dieu et dit qu’il essaiera de venir plus souvent, puis le remercie de veiller sur Sœur Bridget Marie, et tant qu’à faire sur « le type à la T-Bird rouge », est étrangement… décalé. Incongru est peut-être le mot.

 

 

2.04  Runaway (En fuite)

 

ABC, 24 octobre 1979

Ecrit par Leo Garen

Réalisé par Cliff Bole

 

Pat Hingle et Robert Urich

Terri Nunn et Robert Urich

 

Caleb Tucker demande à Dan Tanna de retrouver sa fille Ally, qui s’est enfuie du foyer, enceinte, pour rejoindre son petit ami Tommy à Vegas. La jeune fille est également recherchée par deux hommes, Dominic et Chui, qui décident de suivre Dan jusqu’à ce qu’il les mène à elle. Le détective la retrouve avec l’aide de Bea et Binzer mais les deux hommes cherchent aussitôt à s’emparer d’elle et, dans la bagarre, elle se sauve de nouveau. Dan la retrouve une seconde fois et réussit à convaincre la jeune fille effrayée qu’il ne lui veut pas de mal et que son père désire la revoir. Il l’emmène chez lui où elle s’endort, épuisée, jusqu’à l’arrivée de son père. Mais l’homme qui s’est présenté comme Caleb Tucker est en réalité un gangster du nom de Moran et ce qui l’intéresse ce sont des livres de comptes qu’Ally a emportés ; Moran a déjà tué Tommy et il emmène Ally en laissant à Chui le soin de réduire au silence Dan et Binzer. Ceux-ci ont toutefois raison de Chui et Dan pense savoir où Ally a caché les livres. Et en effet il retrouve la jeune fille, Moran et Dominic dans un hôtel abandonné au bord de l’autoroute, le Sunrise, où Moran, ses livres enfin récupérés, s’apprête à tuer Ally…

 

Avec Terri Nunn (Ally), John Quade (Dominic). Et Pat Hingle (Caleb Tucker / Gentleman John Moran). Et avec Walter Brooke (Dr Farber), Larry Duran (Chui), Sandy Freeman (Dr Beck), Cynthia Harrison (Elaine), Cynthia Woll (Imogene).

 

Binzer prend son travail de rue (« legwork ») au sérieux, il se déplace en rollers pour aller plus vite !

Les plans rapprochés en voiture sont, toujours, tournés en studio, ceux de Tanna comme ceux des deux hommes qui le suivent.

On ne sera pas surpris que Dan soit amené, dans l’épilogue, à mettre au monde lui-même le bébé d’Ally.

 

 

2.05  Design for Death (Meurtre à la mode)

 

ABC, 31 octobre 1979

Ecrit par Ken Pettus

Réalisé par Phil Bondelli

 

Eve Arden

Cliff Osmond et Paul Mantee

 

Bea transmet à Dan Tanna deux demandes de Philip Roth : protéger George Crowley quand il arrivera au Desert Inn avec deux millions de dollars de diamants et voir Sarah Bancroft au plus vite. Sarah organise un défilé de maillots de bain, le Sun Goddess Swimwear, au Desert Inn, et plusieurs incidents ont récemment touché ses filles, le dernier en date étant une pièce de fer jetée d’un toit par un homme qui a pris la fuite. Parmi les filles de Sarah, Dan retrouve Holly Stinson, un ancien amour qui ne demande qu’à reprendre. Il se rend vite compte qu’il est suivi dans ses déplacements et essaie d’intercepter le type avec l’aide de Binzer, sans succès. Puis Holly est assassinée dans sa chambre, ce qui affecte profondément Dan. Sarah veut annuler sa présentation mais son neveu Tom l’en dissuade. Dan se rend à un rendez-vous fixé à Sarah par un maître-chanteur et manque s’y faire tuer. Les deux hommes qui ont tiré sur lui repartent en le croyant mort et s’en vont rendre compte à leur patron, qui n’est autre que George Crowley. Celui-ci a conçu le plan de faire voler par ses hommes les diamants qu’il transporte, en profitant de l’inquiétude générée autour du défilé de mode pour concentrer les agents de sécurité du Desert Inn autour de l’exhibition. Mais Dan découvre que Tom Bancroft est leur complice et déjoue le plan de Crowley…

 

Robert Urich et Barbi Benton

Gary Crosby

 

Avec Barbi Benton (Holly), Gary Crosby (Tom Bancroft), Frank Marth (George Crowley), Cliff Osmond (Henry Gates), Paul Mantee (Roy). Et Eve Arden (Sarah Bancroft). Et avec Linda Thompson (Rita), Pepper Davis (Manny).

 

4’26’’ : Dan : « Roth ? Ca fait un moment que je ne l’ai pas vu. »

6’20’’ : « 200 $ a day plus expenses »

7’36’’ : Sarah Bancroft de Dan : « he’s a charmer »

imdb crédite Ron Feinberg par erreur : de toute évidence, quelqu’un a pris Cliff Osmond pour Feinberg. Le nom de « Henry Gates » pour Osmond n’est pas mentionné dans l’épisode.

 

Robert Urich et Barbi Benton

 

 

2.06  Shadow on a Star (Une ombre sur une star)

 

ABC, 14 novembre 1979

Scénario : Pat Dunlop, histoire de Carol Saraceno

Réalisé par Don Chaffey

 

David Sheiner et Lisa Hartman

James Wainwright

 

La chanteuse Diana Payne arrive à l’hôtel Aladdin un jour avant la date prévue. Elle est accueillie par le directeur, Carl Sefton, qui la conduit à sa suite. L’employé qui a pris en charge ses bagages, pendant ce temps, est assommé par un autre homme qui prend sa place et s’introduit ainsi dans l’appartement. Le visage dissimulé derrière une cagoule, il se jette sur Diana dans son bain et la traîne dans la chambre pour la violer devant un appareil photo automatique qu’il a préalablement posé. Sous le choc, Diana refuse de parler à la police et demande à voir expressément Dan Tanna. Celui-ci réussit à la persuader de parler au Lt Nelson et de se rendre à l’hôpital de Desert Springs pour des examens, à condition que tout soit fait dans le secret. Elle l’engage pour s’en assurer. Deux agents de sécurité privés sont affectés à sa protection à l’hôtel Aladdin. L’un d’eux, Theo Latimer, est le violeur. Ce soir-là, il drogue le café de son partenaire qui s’endort profondément dans le couloir ; Latimer, lui, se prépare à violer de nouveau Diana, qui s’est couchée après avoir pris un sédatif. Au même moment, Dan enquête sur les employés de l’hôtel et, ayant identifié un serveur suspect, Michael Davos, il appelle la chambre de Diana pour s’assurer que tout va bien ; la sonnerie oblige Latimer à renoncer ; il se débarrasse de son matériel en jetant son sac par le balcon puis se drogue lui-même et s’effondre avant l’arrivée de Dan. Les deux gardes sont emmenés à l’hôpital.

En parlant au Dr Martin, spécialiste du viol, Dan apprend que le même modus operandi a été employé avec une autre victime quelques semaines plus tôt : un viol, suivi d’un autre, par un homme portant une cagoule. La victime, Judy Charles, accepte de répondre aux questions de Dan. Ses réponses permettent à ce dernier d’identifier Latimer comme le violeur. Mais celui-ci a déjà quitté l’Aladdin avec Diana Payne, qui a décidé d’annuler sa prestation et de quitter Vegas. Dan se lance à leur poursuite et coince finalement Latimer…

 

Avec Lisa Hartman (Diana Payne), David Sheiner (Carl Septon). Et James Wainwright (Theo Latimer) et Carol Rossen (Dr Martin). Et avec Jenny Neumann (Judy), James McKenna (Hank), Dennis Robertson (Burt), Tony Russel (photographer), Eric Server (Davos).

 

 

Le violeur est un ancien policier.

46’46’’ : la mention de Diana Payne sur le panneau publicitaire de l’Aladdin est un effet spécial ; la liberté de la production ne va pas jusqu’à inscrire réellement un nom sur ce type de panneau.

Roth est mentionné plusieurs fois. Diana Payne descend à l’Aladdin, qui appartient aussi à Roth.

Dan, surpris que Diana Payne le demande expressément : « Me ? She doesn’t know me from the Lone Ranger. »

 

Lisa Hartman et Robert Urich

 

 

2.07  Dan Tanna Is Dead (Dan Tanna est mort)

 

ABC, 21 novembre 1979

Ecrit par Dallas L. Barnes

Réalisé par Alf Kjellin

 

John Colicos

Peter Haskell et Phyllis Davis

 

C’est Thanksgiving. Un homme, se faisant passer pour un employé de maintenance, vole un flacon de venin dans le centre de recherche gouvernemental de Lake Nevada. Il s’en sert pour y tremper une petite pique qu’il place sur le cadenas du vestiaire de Dan Tanna au club de gym qu’il fréquente. Très vite, Dan ressent les effets du poison. Les examens pratiqués par le Dr Bill Taylor au Sunrise Medical Center révèlent que le poison agit extrêmement vite et que Dan n’a qu’entre 20 et 30 heures à vivre. Sans rien dire à ses amis, Dan essaie de trouver des informations ; il apprend la sortie de prison de Cruger Hallow qu’il avait fait enfermer et lui rend une petite visite au Desert Inn. Cruger se réjouit de la mort prochaine du détective mais dit en avoir été informé par un appel anonyme, dont l’auteur envoie Dan au centre de Lake Nevada. Dan reçoit lui-même des appels anonymes tandis qu’il va d’un lieu à un autre. A Lake Nevada, il parle au Dr Connors qui décide de prêter son concours aux Drs Taylor et White au Sunrise Medical, dans l’espoir, à peu près vain si le venin n’est pas retrouvé, de vaincre le poison. L’état de Dan se dégrade et Nelson, Bea et Binzer sont bientôt informés. Un nouvel indice donné au téléphone par la voix anonyme permet à Dan d’identifier Victor Durrand, un charlatan dont il a fait fermer la clinique et qui a été emprisonné ; en prison, cependant, Dan et Nelson constatent que l’homme qui est détenu sous le nom de Durrand est un imposteur, Hendricks. Dan décide alors de jouer le tout pour le tout. Sachant que Durrand souhaite le voir mourir de ses yeux, il regagne son studio et fait en sorte que Durrand vienne l’y voir. Durrand apporte le poison. L’homme peut être neutralisé et le peu de venin qui peut être récupéré permet de mettre au point un antidote qui sauve la vie du détective. Juste à temps pour fêter Thanksgiving…

 

Avec John Colicos (Dr Victor Durrand), Stephen Brooks (Dr Gil Connors), Alex Henteloff (Dr Bernie White). Et Peter Haskell (Dr Bill Taylor) et Michael V. Gazzo (Cruger). Et avec Todd Martin (Al), Tom Dunstan (Ted), Laurence Haddon (captain), Don Diamond (Hendricks).

 

Nelson mentionne le fait que Dan a risqué sa vie pour sa famille et lui. Il indique aussi que le Dr Taylor a extrait une balle du corps de Dan l’année passée.

 

 

2.08  Macho Murders (Meurtres macho)

 

ABC, 28 novembre 1979

Scénario : David P. Harmon, histoire de Elaine Newman

Réalisé par Lawrence Doheny

 

Shelley Winters habillée par Nolan Miller

Lynne Marta

 

Luke Manning, un maquereau, est abattu avec l’arme de Virginia Marshall, une activiste féministe qui est aussitôt arrêtée. D’autres indices l’accablent, pourtant elle persiste à clamer son innocence et prétend que son arme a été volée deux semaines plus tôt chez elle, ainsi que d’autres objets. Son avocate J.D. Finton engage Dan pour prouver son innocence, une mission qui se révèle difficile voire impossible, d’autant qu’après la libération sous caution de Ginny Marshall un autre homme, George Weston, éditeur de magazines pornographiques, est assassiné à son tour, cette fois avec une arme blanche… appartenant aussi à Virginia. Suit une troisième victime, Walter Leonard, connu pour ne pas ménager les filles qui se produisent sur scène dans ses shows, dans la main duquel on retrouve un médaillon appartenant, évidemment, à Virginia. Le Lt Nelson est d’accord avec Dan pour trouver que tant de preuves témoignent soit de la bêtise – improbable – de la meurtrière, soit du coup monté. Dan soupçonne Freddie Talberg, propriétaire d’une boîte et truand notoire, qui envoie ses deux gorilles après lui. Mais Freddie se révèle innocent ; en revanche, il donne à Dan des informations sur Virginia qui éclairent l’affaire d’une lumière nouvelle. Son dernier livre en effet se vend comme des petits pains depuis que les meurtres ont commencé et elle vient de toucher une avance d’un million d’un éditeur pour la publication de son autobiographie…

 

Avec Shelley Winters (J.D. Fenton), Lynne Marta (Virginia Marshall), Cliff Emmich (Freddie Talberg). Et avec Lloyd Dale Tarter (Leonard), Marlena Giovi (Sue), Pepper Davis (Manny), Fred Biletnikoff (Manning), Susan Kiger (Sally).

 

 

2.09  The Day the Gambling Stopped (Ne faites plus vos jeux / Le jour où le jeu s’est arrêté) *

 

ABC, 12 décembre 1979

Ecrit par Robert E. Swanson

Réalisé par Cliff Bole

 

Barry Sullivan

Christopher Stone et Robert Urich

 

Dan est réveillé au milieu de la nuit par le comptable du Desert Inn, très inquiet : depuis quelque temps, beaucoup plus de jetons ont été présentés à la caisse qu’il n’est censé s’en trouver en circulation. Ce sont pourtant de vrais jetons, chacun étant muni d’un code électronique différent, et le casino les a donc échangés contre de l’argent, ce qui entraîne une perte de 2 millions. Dan prend l’initiative de faire fermer aussitôt le casino et se rend au siège de l’usine de Clay Sumner qui fabrique ces jetons. Clay ne voit pas comment la chose est possible et affirme qu’aucun vol n’a été commis dans son usine. Il constate cependant, en faisant l’inventaire, que le stock de couleurs utilisées pour fabriquer les jetons de Roth a diminué plus qu’il n’aurait dû, comme si deux fois plus de jetons que prévu avaient été fabriqués. L’un de ses employés, Eddie Stolvak, est alors assassiné et tout accuse Dan Tanna : on retrouve chez lui des jetons et une clé que Clay est censé être seul à posséder, et son revolver est celui qui a servi à tuer Stolvak. L’unique témoin capable de prouver qu’il était chez lui est Cindy Morgan, qui a cherché refuge chez lui cette nuit-là ; mais elle déclare au Lt Nelson qu’elle n’a pas vu Dan depuis des mois ! Le coup monté est évident et Nelson arrange la libération sous caution de Dan, qui doit maintenant prouver qu’il a été piégé. Cindy était la fiancée de Brad Sumner, le fils de Clay, auquel ce dernier a toujours préféré Dan qu’il considère comme son autre fils. Brad est censé s’être tué dans un crash au Brésil mais Dan l’a toujours soupçonné d’être l’auteur d’un vol de jetons survenu à l’usinde de son père des mois plus tôt, avant sa mort. Il commence à se demander si Clay n’a pas simulé sa mort et s’il n’est pas aujourd’hui derrière toute cette affaire…

 

Woodrow Parfrey et Al Scaglione

John Karlen

 

Avec Barry Sullivan (Clay Summer), Christopher Stone (Brad Summer), John Karlen (Eddie Stolvak). Et Wendy Rastatter (Cindy Morgan). Et avec Woodrow Parfrey (cashier), Al Scaglione (pit boss), Dian Parkinson (Nickie), John Fitzpatrick (Thatcher), Mike Minor (aide).

 

Roth possède le Desert Inn mais aussi le Maxim, le Dunes et le Sahara. Il est évidemment injoignable et on le suppose soit à Hong Kong au milieu d’une partie de poker internationale soit au Bengale à chasser le tigre !

 

* Voilà typiquement l'exemple d'un titre français ("Le jour où le jeu s'est arrêté") qui me laisse sceptique. D'autant plus sceptique que j'ai trouvé la trace d'un autre titre, "Ne faites plus vos jeux", que j'indique ici en première position.

 

 

2.10  Classic Connection (Convention douteuse)

 

ABC, 19 décembre 1979

Ecrit par Dallas L. Barnes

Réalisé par Don Chaffey

 

Susan Howard et Robert Urich

Wayne Newton et Eric Braeden

 

Le garagiste Wells Tate a participé à un trafic de drogue en achetant des voitures de prix à Justin Marsh, ancien champion automobile reconverti en homme d’affaires, pour les revendre ensuite. Dans l’intervalle, le complice de Marsh, Arthur Rollins, récupérait la drogue cachée dans l’auto. Lorsque Wells décide de se retirer de la combine, Rollins le tue. Ayant trouvé le numéro de Dan près du téléphone de Tate, le Lt Nelson appelle le détective. Celui-ci remarque bientôt qu’une mystérieuse blonde s’intéresse de près à son ami Justin, qui vient d’apporter à Vegas une magnifique voiture de collection qui sera l’un des morceaux de choix d’une vente aux enchères conduite par Harmon Cox. Cherchant à en savoir plus sur cette femme, Tanna la trouve bientôt dans sa chambre d’hôtel en compagnie de… Nelson. Laurie Turner travaille en effet pour la DEA et elle apprend à Dan que Justin et Rollins ont assassiné son partenaire en Floride. Dan a du mal à croire une telle chose de Justin mais il apporte son aide à Laurie pour mener l’enquête. Dans le même temps, Rollins s’inquiète de l’attitude étrangement désinvolte voire suicidaire de Justin, qui se désintéresse de la vente de leur dernière voiture et le provoque ouvertement. Justin est en fait tourmenté, depuis des années, par l’accident qui l’a obligé à interrompre sa carrière de champion, et il laisse en effet les choses lui échapper. Dan et Laurie – se faisant passer pour la fille d’un millionnaire – achètent la voiture lors de la vente aux enchères et cueillent Rollins lorsqu’il cherche à récupérer lui-même la drogue qu’elle contient. Mais Justin, lui, a un dernier acte à jouer ; quand Dan vient à lui, il monte dans sa voiture de sport et file dans les collines, où il précipite la voiture, et lui-même, dans un ravin…

 

Robert Urich et Charlie Picerni

Tommy Farrell et Robert Urich

 

Avec Wayne Newton (Justin Marsh), Eric Braeden (Arthur Rollins), Tommy Farrell (Harmon Cox). Et Susan Howard (Laurie Turner). Et avec Frank Arno (Tate), Charlie Picerni (Ben), Walter Scott (Garth) et Roy Jenson (first assistant).

 

La magie du spectacle : la voiture jaune et noir de Wayne Newton tombe dans un ravin et s’enflamme ; elle est alors entièrement noire ! Magique !

Wells Tate est le garagiste par lequel Dan a acquis sa T-Bird et il entretenait la voiture depuis deux ans.

Susan Howard confère à Laurie Turner une maturité et un sens de la dérision insolites (pour une Tanna Girl) qui font merveille. Lorsqu’elle déclare à Dan, dans l’épilogue, qu’elle cherche un nouveau partenaire, on songe à ce qu’aurait pu donner une série dont elle eût été la vedette. Au lieu de cela, Susan Howard devient dès 1979 Donna Culver (puis Krebbs) dans Dallas, jusqu’en 1987.

 

 

2.11  Night of a Thousand Eyes / The Private Eye Connection (Conférence privée)

 

ABC, 2 janvier 1980

Ecrit par Jack Turley

Réalisé par Don Chaffey

 

Heather Menzies et Robert Urich

Gary Collins

 

La convention de l’International Association of Private Investigators se réunit à Vegas, sous le patronage de Dan Tanna. Elle est troublée par la mort de Tim Bradshaw, un privé de Chicago, renversé par une voiture sous les yeux de sa fiancée Maryann, une danseuse de revue amie de Dan et Bea. Bien que le Lt Nelson considère sa mort comme l’acte d’un chauffard avec délit de fuite, Maryann est convaincue qu’il a été tué intentionnellement et Dan mène une enquête à son propre compte. La mort d’un deuxième privé, Tony Regosi de New York, apparemment de crise cardiaque, ne peut être une simple coïncidence aux yeux de Dan. Et celle d’un troisième, Eric Marshall, encore moins. Une détective, Charlotte Henderson, mène sa propre enquête parallèlement à celle de Dan, d’une façon que ce dernier n’apprécie pas. Il apparaît que les trois victimes et Charlotte ont été impliqués à un moment ou un autre dans l’enquête sur l’enlèvement du fils d’un millionnaire, plusieurs années plus tôt ; la rançon de 5 millions versée alors n’a jamais été retrouvée, pas plus que les kidnappeurs, et une récompense d’un million reste promise à qui résoudra le mystère. Bien que Charlotte ait eu une liaison avec Tim Bradshaw durant plusieurs années, le million semble être sa motivation principale dans l’investigation qu’elle mène actuellement. Mais en s’approchant de la vérité elle met sa vie en danger, comme ses confrères. Surtout lorsqu’elle porte ses conclusions à un cinquième détective présent à la convention, Jack Prescott, qui est venu à Vegas pour une seule raison : éliminer ses confrères et les empêcher de découvrir que c’est lui qui organisa l’enlèvement…

 

Avec Heather Menzies (Charlotte Henderson), Pamela Susan Shoop (Maryann Silverton), Bert Freed (Tony Regosi). Et Gary Collins (Jack Prescott) et Rhonda Bates (Jennifer). Et avec Joe Medalis (Marshall), Paul Tuerpe (Bradshaw), Janie Greenspun (Celia).

 

On avait remarqué avec dépit que depuis le début de la saison les plans rapprochés en voiture étaient systématiquement tournés devant un écran ; le top est atteint lors de la poursuite finale, où la cascade effectuée par Tanna (passer d’une voiture à une autre sur le Strip, 46’) est tournée de la même manière, pour un effet proche du ridicule. Mais l’épisode offre aussi une scène (34’) où Tanna parle au téléphone dans le casino… sans le casino, réduit à un plan du public projeté derrière Urich.

 

 

2.12  Lost Monday (Lundi mortel)

 

ABC, 9 janvier 1980

Ecrit par Martin Roth

Réalisé par Phil Bondelli

 

Mary Louise Weller et Robert Urich

Mary Ann Mobley

 

La journaliste Jamie Randall enquête sur des suspicions de corruption dans les matchs de basket qui se jouent actuellement au Convention Center, avec notamment la star Calvin Tate, qui doit lui donner des informations mais semble repousser leur entretien. Les responsables des truquages, Benson et Farley, veulent faire de Tate un exemple pour dissuader d’autres joueurs de vendre le morceau : ils ont engagé l’hypnotiseuse Paula Conway, qui se produit au Desert Inn, pour « programmer » un homme afin qu’il transporte une bombe et la fasse exploser à la fin d’un match en tuant à la fois Tate et Randall. Paula a choisi un homme influençable qui est venue la voir en comptant sur l’hypnose pour améliorer sa confiance en soi, et qui figure parmi les juges des matchs : Binzer. En état d’hypnose, Binzer vole des explosifs sur un chantier de construction et se procure de quoi mettre à exécution l’attentat.

Dan s’inquiète cependant en découvrant que Binzer manque à ses engagements et qu’il a perdu la mémoire de deux jours entiers. Pour l’aider à la retrouver, il s’adresse… à Paula Conway, qui s’amuse beaucoup de la situation. Du moins jusqu’à ce que Farley essaie de la tuer dès lors qu’elle a rempli son rôle et que Binzer est fin prêt pour la phase finale de l’attentat. Dan met la main sur Farley et le livre à la police, avant de se précipiter au Convention Center dans l’espoir d’arriver à temps pour empêcher l’explosion…

 

Tige Andrews et Dick Sargent

Philip Morris et Robert Urich

 

Avec Tige Andrews (Harry Benson), Mary Ann Mobley (Paula Conway), Dick Sargent (Richard Farley), Mary Louise Weller (Jamie Randall). Et avec Philip Morris (Calvin Tate), Rod Loomis (coach), Gary Marshall (Dr Middleton), Danielle Aubry (saleslady).

 

Un épisode sans grande consistance : la « programmation » d’un protagoniste fait partie des grands classiques paresseux des séries US et Binzer est ici tout à fait dans son rôle de personnage impressionnable. On peut s’amuser de le voir attaquer un vigile à main armée, un bas de femme sur le visage, mais il n’y a pas de quoi se relever la nuit. Le reste est à l’avenant : le problème de ce cliché de l’hypnose, c’est qu’on se demande toujours pourquoi des criminels se lancent dans un plan aussi tordu quand il serait autrement plus simple et efficace d’engager un tueur ! Pour le fun, sans doute : et, de fait, Paula Conway trouve l’aventure divertissante.

Philip Morris est le fils de Greg Morris ; ils ne partagent cependant aucune scène dans cet épisode.

 

 

2.13  Casualty of War / Comeback (Reviens, veux-tu ? / Victime de guerre)

 

ABC, 16 janvier 1980

Scénario : Robert Swanson, histoire de Chick Vennera

Réalisé par Lewis Teague

 

Robert Urich, Chick Vennera et Rebecca York

Greg Morris et Royce D. Applegate

 

Dan est heureux de retrouver son ami Mitch Costigan, un copain du Vietnam, de retour à Vegas pour se produire au Desert Inn. Il annonce à Dan qu’il a épousé Vanessa, la femme de sa vie. D’ailleurs, tandis qu’ils se rendent au Desert Inn pour la première de Mitch, elle reste au foyer pour leur préparer une spécialité arménienne. Mais, lorsqu’ils sont de retour, avec un peu de retard, ils n’ont que le temps de descebdre de voiture devant la maison que celle-ci explose. Vanessa est tuée sur le coup.

Dan veut aider Mitch à traverser ce moment en enquêtant sur l’explosion, qui se révèle criminelle. Une bombe avait été déposée sous la maison et elle était censée exploser après le retour de Mitch et Dan. La bombe était d’un modèle courant au Vietnam. Mitch compte davantage sur lui-même que sur la police et, sans tenir compte des conseils de Dan, il se met à chercher la vérité. Il saccage une partie du bar de Chou Lai Charlie en déclenchant une bagarre pour soutirer à Sully des informations sur Verne Ryder, un autre vétéran du Vietnam qui serait actuellement à Vegas ; or, c’est Mitch qui a fait mettre en prison Ryder après l’avoir surpris, à Saigon, glissant de la drogue dans les sacs contenant les soldats morts au combat et prêts à être renvoyés au pays. De toute évidence, Ryder cherche aujourd’hui à se venger. Dan persuade Mitch de laisser agir la police mais quand Nelson inspecte la chambre de Ryder au Bali Hai Motel l’homme s’est déjà envolé. Il assiste en fait au spectacle de Mitch ce soir-là, que Mitch a décidé d’assurer plutôt que de s’abandonner au chagrin en annulant les représentations, et il a l’intention de tuer Mitch lui-même…

 

Avec Chick Vennera (Mitch Costigan), Rebecca York (Vanessa Costigan), Rex Holman (Verne Ryder), Bruce Glover (Sully) et Royce D. Applegate (Charlie). Et avec Joe E. tata (Dixon), Paula Victor (clerk), Michael Minor (Floyd), Ken Lynch (Frenchie). Choregraphié par Joanne Divito. Chanson « Come Back » écrite par Chick Vennera.

 

Une photo de Dan, Twoleaf et Mitch au Vietnam est fixée au mur de Dan. On voit, au-dessus, la photo vue dans 2.09, avec Christopher Stone.

Un petit flasback au Vietnam, non les combats mais une scène d’intérieur, où Mitch surprend Verne Ryder cachant de la drogue dans les body bags contenant les soldats morts.

Un autre flashback montre Dan, Mitch et Twoleaf dans une scène du téléfilm pilote (lorsque Twoleaf lance son truck dans une maison, scène figurant au générique d’ouverture de la série).

Twoleaf est mentionné plusieurs fois mais n’apparaît que dans le flashback : présentement, il est parti chasser dans les montagnes, et injoignable.

 

 

2.14  All Kinds of Love (Les surprises de l’amour)

 

ABC, 23 janvier 1980

Ecrit par Larry Forrester

Réalisé par Larry Dobkin

 

Phyllis Davis et Dennis Cole

Allan Miller

 

Bea revient de ses vacances à Hawaii avec un fiancé, Drew Marley, dont elle est tombée éperdument amoureuse. Dès qu’il le voit, Dan change de couleur et une colère irrépressible s’empare de lui : appelant l’homme Miles Glover, il se met à le frapper et doit être éloigné de force. Bea est choquée et déçue. Dan explique sa réaction à Dave Nelson : ce Glover est l’homme qui a assassiné une amie à lui, Valerie Drayson, après s’être emparé de son argent et en maquillant le meurtre en overdose. Il ne l’a jamais vu personnellement, il n’a vu que des photos de lui mais il est sûr de ne pas se tromper. Bien sûr, Bea se refuse à croire une telle chose et Dan trouve plus judicieux pour l’instant de s’excuser et de faire profil bas, tout en cherchant à prouver ce qu’il dit.

Marley lui apporte lui-même une confirmation en le faisant monter dans un hélicoptère sous la menace d’une arme et en lui annonçant clairement ses intentions : il va le tuer avec son propre revolver et le jeter en plein ciel en prétendant ensuite que Dan a tenté de le tuer. Prudent, Dan s’est préparé à quelque mauvais tour et il fait échouer le plan de Marley ; tout cela s’est passé sans témoin et ne peut aider Dan à prouver ses accusations, mais Marley, sûr de parler à un mort, a avoué à Dan qu’il était bien Glover, qu’il avait tué Valerie, et il a aussi révélé pourquoi il s’intéressait à Bea, qui n’a pas de fortune : la fille de Julie a hérité deux millions de dollars qu’elle touchera à sa majorité et Marley convoite cette manne.

Dan s’intéresse de près à Luther, l’avocat de Bea : c’est sur ses conseils qu’elle est partie à Hawaii, c’est par lui qu’elle a rencontré Marley, c’est lui aussi qui représentait Valerie Drayson. En inspectant ses dossiers, Dan trouve des éléments démontrant que Valerie et Bea ne sont pas ses seules victimes. Luther trouve l’argent, introduit Glover dans l’équation et Glover se charge de se salir les mains. A Dan maintenant de réussir à confondre les deux complices. Il n’a que peu de temps : le mariage de Bea et Marley est sur le point d’être célébré…

 

Avec Dennis Cole (Miles Glover / Drew Marley) et Allan Miller (Dick Luther). Et avec Heather Hobbs (Julie), Ernest Sarracino (minister), Courtney Pledger (Susan), K.C. Winkler (Mitzy).

 

Dan Tanna going mad !

Phyllis Davis et Dennis Cole

 

Le motif des amis au bord de la rupture met ici Dan face à Bea, amoureuse et blessée de ne pas recueillir la confiance de son meilleur ami. On s’étonne bien sûr que Bea et Dave Nelson montrent eux-mêmes si peu de confiance en Dan (Bea le bannit de sa maison et de son mariage au profit d’un homme dont elle vient de faire la connaissance, et Nelson croit bien facilement aux affirmations de Marley qui dit avoir été menacé de mort par Dan) mais c’est sans doute la manière qu’a le scénariste de rendre plus dramatique cette crise (dont on sait évidemment qu’elle finira par une réconciliation).

« There are all kinds of love » dit Dan à Bea à deux reprises : « I love you, too », ajoute-t-il pour lui expliquer qu’il s’intéresse à elle et que c’est par amour pour elle qu’il se montre si obstiné.

« If it was easy… » : Dan n’a pas à terminer sa phrase, dite plusieurs fois dans les épisodes précédents (« If it was easy, anybody could do it »).

38’ (VO) : En parlant avec Susan Drayson au téléphone, Dan l’appelle une fois Valerie par erreur (c’est le nom de sa sœur).

Bea est de nouveau blonde après une demi-saison brune. Sa fille Julie est mentionnée plusieurs fois et apparaît dans le dénouement. Elle a sept ans.

 

 

2.15  Magic Sister Slayings (Chantage)

 

ABC, 30 janvier 1980

Scénario : Pat Dunlop, histoire de Chick Vennera

Réalisé par Don Chaffey

 

Debra Feuer et Jeannie Wilson

Chick Vennera

 

Dan doit faire entendre au Comité de régulation du jeu (Gaming Control Board) une cassette prouvant l’association de Martin C. Gleaver avec le crime organisé du New Jersey ; ce témoignage ruinerait les chances de Gleaver d’obtenir une licence à Vegas. Aussi engage-t-il un tueur à gages pour descendre Tanna, mais c’est le tueur qui est refroidi. Gleaver fait alors chanter les sœurs Zorav, Eva et Adele, deux illusionnistes qui se produisent au Desert Inn, afin qu’elles fassent disparaître Mitch Costigan pendant un de leurs numéros. Costigan disparaît donc, et lorsqu’il ne réapparaît pas Dan prend pour argent comptant ce que lui dit Eva : Mitch s’est éclipsé en coulisses avec Adele pour passer du bon temps. Mais, le lendemain, avant son témoignage, il reçoit un mot promettant la mort de Mitch s’il porte la cassette à la connaissance du Comité.

Dan se rétracte donc et prétend s’être trompé. Le Comité n’a pas l’intention de s’en tenir là mais en attendant Gleaver est dégagé de tout souci. Il donne donc à Tanna ses instructions quant à la livraison de la cassette, en échange de laquelle il libèrera Mitch. Dan n’a d’autre choix que de se conformer à ces instructions. Les sœurs Zorav, cependant, souhaitent se sortir au plus vite des ennuis dans lesquels elles se sont mises ; Gleaver les fait alors assassiner par ses deux hommes de main, Kovac et Mullard, qui s’occupent de déplacer Costigan, au moment où celui-ci, sortant de la torpeur causée par la drogue qu’on lui a injectée, est parvenu à s’extraire de la caisse dans laquelle on l’avait emprisonné. Dan se trouve justement là à ce moment-là mais il est surpris et assommé par les gorilles, qui emmènent Costigan.

Gleaver fait garder Mitch par Kovac dans une fabrique de glace tandis que Mullard accompagne Dan à la banque où il a fait conserver la cassette dans un coffre. La cassette entre es mains, Dan exige de la remettre en personne à Gleaver, après avoir entendu la voix de Mitch. Celui-ci parvient à lui donner un indice qu’il est seul à pouvoir comprendre et qui le conduit tout droit à la fabrique de glace, pendant que Binzer se rend à sa place là où Gleaver l’attend. Le temps que la supercherie soit découverte, Dan a le temps d’arriver à la fabrique, peu avant Gleaver. Il libère ainsi Mitch et Gleaver, dans sa fuite, fait une chute mortelle…

 

Tom Simcox

Byron Morrow

 

Avec Chick Vennera (Mitch Costigan), Debra Feuer (Eva Zorav), Jeannie Wilson (Adele Zorav). Et Tom Simcox (Martin C. Gleaver). Et avec Robert Phillips (Kovac), Byron Morrow (chairman), Alan Gibbs (Mullard), George Primo (Frieburg). Chorégraphié par Joanne Divito.

 

Costigan intervient ici en tant qu’artiste (deux numéros de chant au Desert Inn) et d’otage : sa prestation est limitée par ce statut d’otage mais il bénéficie d’une scène d’évasion-sauvetage (il s’extrait de sa caisse suspendue à plusieurs mètres du sol peu avant qu’elle n’aille s’écraser au-dessous de lui) et a l’occasion de participer à sa propre libération dans le dénouement. Aucune allusion n’est faite à la mort de sa femme deux semaines plus tôt (l’évocation de son escapade avec Adele suggère même que son chagrin est déjà loin, mais on ne lui jettera pas la pierre : la série n’est pas feuilletonnante !).

Binzer est censé imiter la voix de Dan au téléphone pour tromper Gleaver ; l’illusion ne dure qu’un instant… mais c’est assez pour servir le plan de Dan.

 

 

2.16  The Lido Girls (Les filles du Lido)

 

ABC, 6 février 1980

Ecrit par James Schmerer

Réalisé par Don Chaffey

 

Robert Urich et Louis Jourdan

Savannah Smith et Christopher Morley

 

Une employée du Desert Inn, Connie Hansen, qui officiait à la table de baccarat, est assassinée dans les toilettes pour dames. L’inspecteur Nicholas Rambeau, de la police française, en vacances à Vegas, pense qu’il s’agit d’un meurtre. Dan fait confiance à l’instinct du célèbre détective, connu dans le monde entier. Il en vient cependant à penser, au fil de l’enquête, que Rambeau n’est pas là par hasard et qu’il mène sa propre enquête. En attendant, Dan s’intéresse à un trio de filles du Lido, Michelle, Tanya et Loyal, qui gagnent des sommes fabuleuses au baccarat sans que l’on arrive à comprendre comment elles s’y prennent. Et le fait est que Rambeau s’y intéresse lui aussi visiblement. C’est en vérité Michelle qui a tué Connie après que celle-ci l’a entendue parler avec Tanya de leur combine, et c’est elle encore qui se sert du joueur texan Everett Mason pour piéger Rambeau lorsque Mason, qui a vu Michelle et Tanya se rendre aux toilettes en même temps que Connie et s’est bien gardé de le dire à Tanna, tente de les faire chanter pour réclamer une partie de leurs gains. Dan empêche Rambeau de se faire tuer mais Mason n’a pas cette chance. Dan apprend ensuite que Rambeau enquête depuis des années sur le meurtre d’un fabriquant de cartes à jouer en France. Et en faisant analyser au laser les cartes utilisées à la table de baccarat il découvre enfin l’astuce des tricheuses. Au même moment, Rambeau pointe son arme sur ces dames, mais pas pour les arrêter : il ambitionne de prendre une retraite méritée dans le sud de la France, avec le quart de l’argent empoché par les filles du Lido. En retrouvant tout ce beau monde à l’aéroport, Dan empêche ce joli plan de se réaliser…

 

Avec Louis Jourdan (Nicholas Rambeau), Savannah Smith (Tanya Sinclair), Ashley Cox (Loyal Rutledge), Christopher Morley (Michelle Pasquale), L.Q. Jones (Everett Mason). Et avec Burton Cohen (lui-même), Al Scaglione (pit boss), Tyler Murray (Connie), Bill Harris (croupier).

 

Dan Tanna, « Las Vegas’s finest private eye » (Nelson, à Rambeau).

Dan a un ami au New Scotland Yard, Superintendant David Avery, mais pas d’ami dans la police française : « Personne n’a d’ami dans la police française », explique-t-il à Binzer.

Après avoir entendu son nom dans presque tous les épisodes de la série, y compris celui-ci (« Paging Mr Cohen, Mr Burt Cohen »), on découvre le visage de Burton Cohen qui joue ici son propre rôle de directeur du Desert Inn. On le reverra dans deux épisodes.

Pour qui connaît Christopher Morley, qui jouera aussi les travestis dans Magnum (épisode « Le terroriste ») et dans Hooker, le coup de théâtre final n’en est pas un mais on goûtera quand même la façon dont la vérité éclate et le cri que pousse Louis Jourdan à ce moment-là, pour aider ceux qui n’auraient pas compris.

 

 

2.17  Consortium (Consortium)

 

ABC, 27 février 1980

Ecrit par Robert Earll

Réalisé par Larry Dobkin

 

James Darren et Robert Urich

Bill Lucking et Lloyd Bochner

 

Philip Roth a convaincu les plus grands propriétaires de casino du monde de fonder un consortium et de construire un super-casino à Toronto. Les associés doivent se rencontrer à Vegas afin d’élire celui qui dirigera ce casino. Le beau-frère de Dan, Paul Bracken, homme de confiance de Roth, est le favori ; le suivant sur la liste, Mel Blandon, a cependant besoin de ce poste pour renflouer ses propres caisses et il entreprend, avec son complice Kenny, de discréditer Paul. Son plan : assassiner des filles et les lier ostensiblement à Dan pour atteindre Paul à travers lui. La première victime, une working girl (escort girl) choisie dans une party donnée par Paul pour ses associés, Charlene, est placée dans le lit de Dan ; la seconde, choisie de la même manière, Ann, est abandonnée dans sa voiture. Bea, qui les connaissait, s’offre pour jouer les appâts afin de coincer le meurtrier, pendant que Binzer fait des recherches sur les associés. Blandon et Kenny, bien renseignés sur l’entourage de Dan, font croire à Bea qu’ils ont enlevé sa fille Julie afin de lui faire quitter la soirée où elle se fait passer pour une escort girl…

 

Avec Lloyd Bochner (Mel Blandon), Bill Lucking (Kenny), Christopher Carey (David Falks), Walter Mathews (Ben Kanin), Austin Willis (Jesse Hutton), Katherine Baumann (Ann), Jeri Lea Ray (Charlene). Et James Darren (Paul Bracken). Et avec Jim Hodge (Judd Blackstone), Monte Levine (Monte).

 

Le scénario est minimaliste dans son approche des personnages, de leur motivation et des moyens mis en œuvre pour y parvenir ; un épisode à suivre (ou pas) sans se montrer exigeant.

Dan se montre très moralisateur avec les escort girls ; celles-ci expliquent leur activité, vécue comme contrainte, par la nécessité de vivre (Charlene élève un bébé et Ann élève seule ses enfants dont le père ne verse aucune aide financière). Les deux femmes sont assassinées après avoir été « sermonnées » par Tanna : le signe d’une punition divine ? Leurs morts en tout cas ne produisent guère de bouleversements (« you seem a little upset », dit Binzer à Tanna après la mort de Charlene !), ce qui rend le plan des méchants bien vain : la mort de Charlene n’est pas communiquée à la presse et le second meurtre ne discrédite pas davantage Paul, qui est élu par ses associés, Blandon inclus ! Ce dernier n’en décide pas moins un troisième meurtre, après le vote ! (Le point d’exclamation s’impose car Blandon et Kenny apparaissent comme des machines à tuer dénuées de toute réflexion et l’intrigue comme purement mécanique.)

Binzer vu par Mel Blandon : « some yo-yo who helps [Dan Tanna] out ».

Julie (la fille de Bea) est mentionnée et sa photo apparaît mais elle n’intervient pas elle-même dans l’épisode.

Roth est évidemment nommé mais n’apparaît pas ; le surnom Slick est utilisé deux fois par Dan Tanna.

Le nom de Thomas Shevsky s’ajoute à celui de Burt Cohen dans les annonces audio du Desert Inn.

Le petit neveu de Dan apparaît à la fin, habillé exactement comme son tonton.

 

 

2.18  The Hunter Hunted (Le chasseur chassé)

 

ABC, 5 mars 1980

Ecrit par E. Nick Alexander

Réalisé par Cliff Bole

 

Beah Richards et Robert Urich

Robert Loggia

 

A San Francisco, Simon Webster voit son fils mourir à l’hôpital. Trois ans plus tôt, le jeune homme a été abattu par le Lt Nelson alors qu’il attaquait une banque. Ce drame a détruit la famille de Webster, bien avant que son fils ne meure. Aussi se rend-il à Vegas pour se venger en détruisant à son tour la famille de Nelson. Il l’en informe par un appel anonyme, alors que Dave assiste avec Dan au spectacle de sa sœur Annabel au Desert Inn. Nelson prend cet appel très au sérieux mais refuse l’aide de Dan, même lorsqu’Annabel est agressée par un homme qui l’endort avec une forte dose de sédatif avant d’appeler les secours, sans donner son nom. La même voix continue d’appeler chez les Nelson, terrifiant la mère et la sœur de Dave ; il tire sur la voiture de Mom, provoquant de nouveau plus de peur que de mal, puis provoque un accident en jetant un mannequin sur la voiture de Dave alors que celui-ci passe avec Dan au-dessous d’une passerelle surplombant la route. C’est ce mannequin qui donne à Nelson la réponse qu’il a cherchée jusqu’alors en vain : il reconnaît les vêtements que portait le jeune Webster quand il a dû lui tirer dessus trois ans plus tôt. Cet indice conduit Nelson sur le toit de l’hôtel Frontier où l’attend Simon Webster. Dan les y retrouve. Des coups de feu sont échangés mais, son arme vide, Webster se laisse emmener, vidé de sa haine et abattu par la vanité de sa vengeance…

 

Avec Robert Loggia (Simon Webster), Vernée Watson (Annabel Nelson), Johnny Seven (Johnny Blue). Et Daryl Dragon et Toni Tennille (eux-mêmes). Et Beah Richards (Mom Nelson). Et avec Michael Stearns (Pete), Carl Crudup (Tug), Rodney Allen Rippy (boy), James Carrington (paramedic), Virginia Hawkins (Ms Webster) et James Bond III (Joey).

 

Le tueur déterminé à terroriser la famille d’un ami du détective, c’est du connu (voir par exemple « Captain Dobey, You’re Dead » dans Starsky & Hutch). L’originalité du scénario d’Alexander (si on en cherche une) est que le tueur terrorise sans jamais menacer réellement la vie de ceux à qui il s’attaque. Le dénouement est dans la logique de ce choix : les coups de feu ne blessent personne et le « méchant », qui est surtout un homme en proie à son chagrin, n’est pas tué. Avec son arme, c’est sa colère qui semble se vider et il reste ensuite inerte. Nelson décide de le faire emmener au commissariat et d’appeler sa femme pour qu’elle vienne le chercher, sans donner d’autre suite à l’aventure.

L’autre intérêt de l’histoire est de nous faire entrer dans l’intimité de Dave Nelson, dans la maison qu’il partage avec sa mère (Mom), sa sœur Annabel et le fils de celle-ci, Joey.

Bea est de nouveau brune.

Tanna mentionne Roth, qui doit se trouver à Tahoe.

Toni Tennille et Daryl Dragon, qui font une apparition (un cameo), formaient à l’époque le duo chantant mari et femme Captain and Tennille.

Dan Tanna vu par Toni : « Las Vegas’ best-looking detective » ; vu par Johnny Blue (avec ironie) : « the pride of the Strip ».

Johnny Blue : « Cops like Nelson don’t have any friends ».

L’épilogue se déroule sur l’interprétation de « I will survive » par Vernée Watson (et Robert Urich esquisse quelques pas de danse avec Beah Richards).

 

 

2.19  The Man Who Was Twice (L’homme qui en valait deux)

 

ABC, 12 mars 1980

Ecrit par Judy Burns

Réalisé par Alf Kjellin

 

Jim Bailey et Darleen Carr

Jim Bailey et Bill Fletcher

 

Jeremy Welles, « the world’s greatest illusionist », se produit au Desert Inn. Il chante sur scène en imitant des stars féminines. Lorsqu’il reçoit des menaces de mort, son manager Robyn Andrews engage Dan Tanna pour découvrir qui envoie ces menaces. La dernière en date a pris la forme d’une tête de mannequin déposée dans le frigo de la star ! Dan reçoit lui-même une cassette audio contenant un message de menace à son encontre, on lui livre des roses noires puis il est arrosé de teinture rouge alors qu’il prend une douche dans sa propre salle de bain. La voix sur la cassette est celle d’un homme, Martin, qui laisse aussi une note écrite dans la salle de bain de Dan, l’avertissant qu’il s’en prendra réellement à lui s’il continue d’enquêter. Dan rend visite à l’ancien manager de Jeremy, Baldwin, qui nie bien sûr toute implication et dit avoir renoncé à représenter Welles à cause de son instabilité, autant personnelle que professionnelle. La mort de sa sœur Alice semble avoir traumatisé Jeremy. Dan parle aussi à son maquilleur, Kirk Dobson, qui ne semble pas avoir davantage de raisons que Baldwin de s’en prendre à Jeremy. Devant la répétition des menaces, Dan pense que Martin ne cherche pas à tuer Jeremy mais seulement à l’effrayer, sinon il serait déjà passé à l’acte. Mais le soir même la lumière est brusquement coupée pendant le spectacle de Jeremy, qui est poignardé sur scène. La piste des roses noires conduit Dan dans la chambre 1233 du Desert Inn, où les fleurs ont été livrées ; il y trouve un magnétophone et des cassettes contenant les messages de Martin. Au même moment, Nelson, venu interroger Jeremy dans sa chambre, découvre que celui-ci a disparu…

 

Avec Jim Bailey (Jeremy Welles). Et Darleen Carr (Robyn Andrews) et Wolfman Jack (lui-même) et Dick Dinman (Baldwin). Et avec Bill Fletcher (Kirk), Patti Davis (Beth).

 

On aimerait frémir mais il ne faut pas être grand clerc pour comprendre où nous mène le scénario, qui se referme sur un dénouement à sensation mais si caricatural qu’il est difficile d’y investir la moindre émotion, même si la mise en scène en fait des tonnes.

Dan prononce de nouveau sa phrase fétiche (à l’attention de Bea) : « Si c’était facile, n’importe qui pourrait le faire. »

Bea toujours brune.

Le nom de Jeremy Welles sur les grands panneaux du Desert Inn, repris à de nombreuses reprises tout au long de l’épisode, n’a pas été réellement inscrit sur les panneaux mais est le résultat d’un trucage optique.

 

 

2.20  Golden Gate Cop Killer (Tueur de flics) – 98’

 

ABC, 19 mars 1980

Ecrit par Robert Earll et Judy Burns

Réalisé par Cliff Bole

 

Tanya Roberts et Michelle Phillips

Andrew Robinson et Robert Urich

 

Sam Ullman, un ami policier de San Francisco, vient trouver Dan Tanna à Vegas : il est la cinquième victime annoncée du tueur de flics de Frisco, baptisé le Numbers Killer parce qu’il octroie un numéro à chacun des policiers qu’il tue. Ullman est le numéro 42 et il sera le premier qui ne porte plus l’uniforme. Son chef lui a demandé de quitter la ville afin d’échapper au tueur et c’est vers son ami Dan qu’il s’est tourné. En le suivant jusqu’à son hôtel, le Golden Hotel, avant de l’héberger chez lui, Dan intercepte deux femmes qui ont pris Sam en filature. Mais il ne peut empêcher son ami de mourir dans l’explosion de sa voiture quelques minutes plus tard. Les deux femmes, elles, quittent la ville aussitôt.

Dan se rend à San Francisco dans l’intention de trouver le Numbers Killer. Sentant qu’il n’est pas le bienvenu au SFPD, il s’adresse à Freddie, un cambrioleur qu’il a connu à Vegas, et obtient de lui un tuyau qui le conduit jusqu’à Art, un trafiquant d’armes qui aurait pu fournir au tueur le M-16 qu’il a utilisé pour tuer plusieurs flics. Les trafiquants lui tirent dessus et il en prend deux en chasse, aussitôt suivi d’une voiture de police de San Francisco. La poursuite se termine en carambolage et Dan a la surprise de voir dans l’uniforme des policiers les deux femmes qu’il a interceptées à Vegas. Il s’agit en fait des officiers Cassie Hunt et Britt Blackwell, que le capitaine Turner avait envoyées à Vegas pour veiller sur Ullman.

En dépit de la demande de Turner de rester à l’écart de l’enquête, Dan continue ses investigations et garde un œil sur Hunt et Blackwell. Deux autres policiers n’en sont pas moins tués, dont un, Manners, le jour même des funérailles de Sam Ullman, et quasiment sous les yeux de Britt.

 

Bruce Kirby

Peter Haskell

 

Britt pense avoir reconnu l’homme qu’elle poursuivait au moment où Manners, son équipier ce jour-là, a été tué. Il se nomme Dixon. Avec Cassie, elle parvient à le retrouver et Dan le poursuit avec elles jusqu’au dépôt des tramways, où ils parviennent à l’arrêter. Il a bien été payé pour attirer Manners et Britt dans un traquenard mais il ignore par qui : l’homme ne l’a jamais contacté que par téléphone ou par courrier. Après le meurtre d’un autre policier encore, Dan est avec Cassie et Britt en patrouille quand ils repèrent une voiture corespondant au signalement du véhicule du tueur. Ils la prennent en chasse et le conducteur l’abandonne après avoir percuté un autre véhicule. Cette fois, ils le poursuivent dans le métro mais il parvient à leur échapper après avoir blessé légèrement Britt.

Une idée lumineuse passe dans l’esprit de Dan alors qu’il dîne avec Cassie ce soir-là : il pense que les numéros que le tueur attribue à chacune de ses victimes pourraient former un numéro de sécurité sociale. Intuition payante : les recherches aboutissent au numéro de Mark Razzio, un policier tué douze ans plus tôt par son propre équipier. Sa femme s’est suicidée peu de temps après et leur fils Derek a été placé dans une institution psychiatrique. Il en est sorti huit mois plus tôt et est bien connu du personnel du SFPD : c’est lui qui répare et approvisionne les distributeurs automatiques du commissariat. Dans son appartement, Turner, Cassie et Dan découvrent les photos de tous les flics abattus, tous des flics en uniforme à l’exception de Ullman, qui portait cependant l’uniforme au moment de la mort de Mark Razzio. Sur le visage de chacun est peint une lettre et leurs photos forment le mot Columbus, du nom de la rue où Mark Razzio est mort. L’une des photos est celle de Britt.

Au même moment, Derek Razzio enlève Britt sous la menace d’une arme et l’emmène à Columbus Street, où il compte la tuer. Elle parvient cependant à lui échapper et reçoit l’aide de Cassie et Dan. Ensemble, tous les trois arrêtent Derek.

 

Avec Michelle Phillips (Officier Cassandra Hunt), Tanya Roberts (Officier Britt Blackwell), Bruce Kirby (Sgt Joe Culley) et Peter Haskell (Turner). Et Andrew Robinson (Derek Razzio), Dick Bakalyan (Freddie), Peggy Cass (Dottie), Byron Morrow (le juge Hunt), Natalie Schafer (Charlotte Hunt, son épouse) et Peter Mark Richman (Sam Ullman). Et avec Rick Plastina (Manners), Asa Teeter (Hamilton), Tom Lupo (bearded man [Dixon]), Charles Picerni (Art), Michael Swan (gunrunner).

 

Dick Bakalyan

Peter Mark Richman

 

Le prologue et l’épilogue ont lieu à Vegas, le reste à San Francisco. Durant une quarantaine de minutes, Dan Tanna est davantage un invité dans l’histoire des officiers Hunt et Blackwell que le héros de sa propre série. La suite lui donne un rôle plus important mais Hunt et Blackwell restent, avec le capitaine Turner et le sergent Culley, les véritables protagonistes du téléfilm. Cela sent le pilote déguisé pour une éventuelle série dérivée qui ne vit jamais le jour. C’est sans doute mieux ainsi car le portrait des deux femmes flics en uniforme est rudimentaire et la prestation de Tanya Roberts en particulier manque d’épaisseur. Cela n’empêchera pas Aaron Spelling de lui confier le rôle de l’une des Drôles de Dames dans la dernière saison de Charlie’s Angels dès la rentrée suivante. Michelle Phillips, elle, apparaîtra dans plusieurs séries de Spelling (L’Ile fantastique, La Croisière s’amuse, Hotel) avant d’intégrer en 1987 le casting de Côte Ouest

Plusieurs scènes sont tournées à San Francisco, notamment dans Hyde Street, sur le Fishermen’s Wharf, dans le Cable Car Barn (Mannix avait eu la même idée d’une poursuite dans ce lieu pour l’épisode 8.07) et au pied du Golden Gate (Tanna rencontre Dick Bakalyan là où James Stewart sauva Kim Novak de la noyade dans Sueurs froides). Certaines aussi sont tournées dans des rues de studio (c’est le San Francisco de L’Homme de fer !), notamment l’une des scènes de conclusion où Tanna nous refait le coup de la vitrine pulvérisée par une voiture (et même deux dans le cas présent), qui était l’un des « clous » du téléfilm pilote de la série.

Dick Bakalyan joue un cambrioleur connu de Dan, qui a quitté Vegas pour Frisco. Dans l’épisode suivant, il sera un évadé de prison : même si à l’époque pas grand monde ne s’étonnait de revoir les mêmes visages dans des rôles différents, parfois au cours d’une même saison, ces deux apparitions dans deux épisodes consécutifs (même avec un mois d’intervalle entre leur diffusion) sont insolites.

Binzer, Bea et Nelson apparaissent chacun quelques instants dans le prologue.

 

 

2.21  Siege of the Desert Inn (Otages)

 

ABC, 30 avril 1980

Ecrit par Larry Forrester

Réalisé par Larry Dobkin

 

Dick Bakalyan et Cameron Mitchell

Robert Urich et Greg Morris

 

Trois hommes, Zinberg, Bronson et Benny Trudo, cambriolent la caisse du Desert Inn en tenant un vigile et des employés sous la menace de leurs armes. Ils sont repérés sur les écrans de surveillance et la sécurité se met en place, rejointe par Tanna que Burt Cohen a joint aussitôt. Du coup, les trois hommes se replient dans la salle de spectacle et prennent en otages les danseuses qui y étaient en répétition, ainsi que Bea, avant de s’échapper par les coulisses. Ils s’installent dans un appartement vide de Wimbledon Towers, d’où ils imposent leurs conditions : cinq millions de dollars et un avion pour quitter la ville. Pour montrer qu’il ne plaisante pas, Zinberg fait exécuter l’une des danseuses. Dan essaie de s’approcher de l’appartement en passant par les balcons de la tour mais son plan échoue et n’a pour effet que de rendre les criminels plus nerveux. Ils menacent d’exécuter une autre fille. Finalement, Dan réquisitionne tout l’argent disponible au Desert Inn – en signant une reconnaissance de dettes à Burt Cohen ! -, plus d’un million de dollars, et réussit à neutraliser deux des truands avant de poursuivre Zinberg à moto jusqu’au Barbary Coast, un autre casino, où il l’accule contre… une machine à sous. Les truands sont arrêtés et les filles sauvées…

 

Avec Cameron Mitchell (Zinberg), Dick Bakalyan (Bronson), Jeffry Druce (Benny Trudo), Troas Hayes (Maisie), Hope Holiday (Josie). Et avec Burton Cohen (lui-même), Cork Proctor (security guard), Burt Marshall (security guard), Don Helm (sergeant), Al Scaglione (Mitch).

 

Cameron Mitchell et Dick Bakalyan formaient déjà un couple de truands dans l’épisode 1.06. Il aurait été facile de leur donner les mêmes noms, d’autant que Nelson mentionne le fait qu’ils se sont évadés de prison, mais ils ont été rebaptisés.

Burt Cohen joue ici son propre rôle. On entend également son nom ainsi que celui de Thomas Shevsky appelés au micro du Desert Inn.

Bronson est d’abord appelé Chip Hanson quand Nelson fait un topo rapide sur le trio de criminels.

 

 

2.22  Vendetta (Vendetta)

 

ABC, 7 mai 1980

Ecrit par Albert Alley

Réalisé par Michael S. McLean

 

Joey Aresco et Joseph Campanella

Marta Dubois et Bill Adler

 

Dan et Bea assistent à la fête que donne leur ami Bruno Moretti dans son restaurant pour le retour et les fiançailles de sa fille Angela : elle revient à la maison avec un fiancé, italien de surcroît, Gino, et Bruno qui souffre de voir son fils Alberto renoncer à prendre la direction du restaurant familial après lui renaît à l’idée qu’Angelo et Gino lui succèdent. Mais la fête est endeuillée par la mort du frère de Bruno, Carlo, qui s’effondre au milieu d’une danse, le cœur foudroyé. La mère de Bruno et Carlo, Grandma Moretti, essaie de convaincre Dan qu’il s’agit d’un meurtre ; elle brandit une coupe des Borgia, signe ancestral de vendetta, que Carlo a reçue peu de temps auparavant. Personne dans la famille n’accorde crédit aux superstitions de la vieille femme et l’analyse de la coupe par la police ne donne rien, car elle a été soigneusement nettoyée après que Carlo a bu dedans pour provoquer le sort. Mais quand Bruno reçoit à son tour une coupe identique, Dan ne croit pas à la coïncidence. Un autre Moretti va mourir, clame Grandma. Et bientôt un chauffard renverse Lucia, la femme de Bruno, presque sous les yeux de sa belle-mère. Elle est vivante mais très mal en point.

Puis c’est Alberto qui est retrouvé mort, et une autre coupe est découverte dans ses affaires. En enquêtant dans toutes les boutiques qui vendent de telles coupes, Binzer finit par recueillir la description d’un homme qui en a acheté six récemment. Six, comme les Moretti. La description correspond à un homme proche des Moretti : Vito, l’un des employés du restaurant, qui y travaille depuis vingt ans. En demandant à Gino de protéger Angela, Dan accélère le plan des meurtriers : Gino en effet est le fils de Tomaso Damiani, l’associé de Bruno à l’ouverture du restaurant, reparti en Italie où il a fini par se suicider. Gino rend les Moretti responsables de la déchéance de son père et Vito, son allié dans ce projet macabre, le renseigne sur la famille depuis vingt ans. Gino exige de Bruno qu’il vienne seul au rendez-vous qu’il lui fixe, sinon Angela mourra. Dan l’y accompagne, caché dans le coffre de sa voiture…

 

Avec Joseph Campanella (Bruno Moretti), Bill Adler (Gino), Marta Dubois (Angela Moretti), Joey Aresco (Alberto Moretti). Et Leila Goldoni (Lucia Moretti) et Jack Kruschen (Carlo Moretti). Et avec Seamon Glass (Vito Napoli), Lili Valenty (Grandma Moretti).

 

Un bon épisode de vengeance, qui donne à Tanna l’occasion de prononcer (dernière phrase de l’acte IV) une de ces punchlines qui jalonnent la série : « Tu as fait la même erreur que les Borgia, Gino : tu as oublié que la vengeance appartient à Dieu » ! L’épisode restitue de façon convaincante l’atmosphère de tradition, de famille et de vengeance qui donne une certaine épaisseur aux Moretti, et bénéficie de scènes tournées dans un vrai restaurant au décor européen.

Autre phrase à conserver : après l’avoir poussé à élever la voix, Dan s’éloigne en disant à Nelson : « J’adore la façon dont tes yeux pétillent quand tu es en colère ! » (« I love the way your eyes sparkle when you’re angry ! »)

 

Jack Kruschen et Phyllis Davis

Robert Urich et Lili Valenty

 

 

FICHE TECHNIQUE

 

Saison 2 – Associate producer Jeffrey Hayes (1 à 15, 18, 19, 20, 22), Dennis C. Duckwall (16, 17, 21). Executive story consultant Robert Earll. Executive Story Editor Judy Burns. Music by Dominic Frontiere (1 à 8, 10, 11, 14, 18), Shorty Rogers (9), John Beal (12, 13, 15, 16, 17, 19), Artie Kane (20 à 22). Theme by Dominic Frontiere. Executive production manager Norman Henry. Director of photography Lamar Boren ASC (1, 3), Arch Dalzell (2), Ronald W. Browne (4 à 9, 11 à 17, 19 à 22), Ed Plante (10, 18). Art director Jan Van Tamelen. Film editors Dennis C. Duckwall (1, 7, 11, 12, 14, 16, 18, 20), Michael (Mike) Eliot (2, 6, 8, 9, 17, 19), Stanley Wohlberg (3, 4, 5, 10, 13, 15, 21, 22). Supervising film editor Michael S. McLean, ACE. Production manager Mel A. Bishop. Unit production manager Catherine McCabe (2, 4 à 19), Ned Kopp (20). 1st assistant director Catherine McCabe (1, 21), Morris Chapnick (2), Nick Smirnoff (3, 4, 7, 9, 13, 14, 17 à 20), Robert (Bob) Mayberry (5, 6, 8, 11, 12, 15, 16, 22), Al Nicholson (10). 2nd assistant director Steve Saeta (1 à 3, 9 à 11, 18), Thurman Odell Brown (4 à 8, 12 à 14, 19), Larry Lipton (15 à 17, 20 à 22). Supervising production manager Al Kraus. Post-production supervisor Dick Reilly. Supervising construction coordinator Gordon Kirschbaum. Property master David Coleman. Sound engineer Pat Mitchell (1 à 3, 9 à 11, 18), Vince Garcia (4 à 8, 12 à 17, 19 à 22). Script supervisor Pamela Eddy (1 à 19, 21), Roshani Wiskes (20), Barbara Hogan (22). Special effects Russell Hessey. Stunt coordinator Tom Lupo (1 à 7, 9 à 12, 18, 19), Dick Ziker (8, 13 à 15, 17), Alan Gibbs (16, 21), Roy Harrison (20), Glen Wilder (22). Set decorator Tricia Bruner (1 à 15, 17 à 19), Phil Leonard (16, 20 à 22). Makeup Lona Mardock (1 à 3, 9, 10, 11, 18), Mike Hancock (4 à 8, 12 à 17, 19 à 22). Hair stylist Brenda Boyd (1 à 19, 21), Gerry Becker Leetch (20, 22). Men’s costumer Bob Harris. Women’s costumer Eilish Zebrasky. Music supervisor Rocky Moriana. Technical advisor (10) Tommy Farrell. Transportation captain Pete Johnson. Construction coordinator Vic Hergert. Title design Phill Norman. Location auditor Bill Sheally. Lenses and panaflex camera by Panavision. Costume designer Nolan Miller. Casting by Gary Shaffer. Swimwear priviced by Going Places (5). Voitures fournies par Ford Motor Co (20, 22). Hotel accommodations and production facilities furnished by The Desert Inn and Country Club, Las Vegas, Nevada. Filmed entirely on location in Las Vegas, Nevada. ©MCMLXXIX-MCMLXXX Aaron Spelling Productions, Inc.

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1970s, #Guide d'épisodes 1980s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :