Guide réalisé par Thierry Le Peut

 

 

 

 

 

saison 1  -  saison 2  -  saisons 3 à 5  -  saisons 6 à 12  -  saison 13  -  saison 14

 

La série et les photos sont © CBS-Paramount. All rights reserved.

 

 

Saison 1

(1959-1960)

- Seconde partie -

retourner à saison 1, 1e partie

 

Avec Lorne Greene (Ben Cartwright), Pernell Roberts (Adam Cartwright), Dan Blocker (Hoss Cartwright), Michael Landon (Joe Cartwright).

Créé et produit par David Dortort

 

1.19  The Gunmen (Les tueurs à gages)

NBC, 23 janvier 1960

Ecrit par Carey Wilber

Réalisé par Christian Nyby

 

 

Hoss et Joe arrivent dans la petite ville de Kiowa Flats au Texas. Leur intention est d’acheter du bétail qu’ils ramèneront eux-mêmes jusqu’au Nevada. D’emblée, l’attitude de la ville entière à leur égard est pour le moins étrange. Les gens s’écartent sur leur passage, le shérif Brown leur fait des courbettes, le barman semble complètement impressionné. Même le comité de femmes conduit par la vaillante Lorna Doone Mayberry vient les trouver pour leur tenir un curieux discours. Et voilà que des hommes se mettent à leur tirer dessus et les font prisonniers. Il s’agit du clan des Hadfield dont le patriarche Jubal les accuse d’être les terribles frères Slade, Big Jack et Shorty Jim, deux tueurs à gages engagés par son ennemi juré Alonzo McFadden pour s’en prendre à sa famille. Le shérif Brown cependant s’oppose à une justice expéditive, arguant qu’après tout on ne saurait jurer que ces deux hommes sont bien les frères Slade, d’autant qu’ils prétendent obstinément s’appeler Cartwright et être venus acheter du bétail. On les place donc en cellule où ils reçoivent de nouveau la visite du comité des femmes de Lorna Doone Mayberry – qui compte d’ailleurs au moins deux jeunes filles ravissantes visiblement sensibles au charme des deux prisonniers, surtout le plus petit. Pas le temps de batifoler, cela dit : on les fait évader et ils se retrouvent à la ferme des McFadden dont le chef Alonzo, qui les prend lui aussi pour les frères Slade, leur ordonne de faire ce pour quoi il les a engagés, à savoir le débarrasser des Hadfield. Ils essaient bien de s’enfuir, mais sans succès. Une opportunité se présente néanmoins : l’ivrogne de la ville, Twirly Boggs, prétend connaître les frères Slade, de vieux copains de beuverie. On emmène donc Hoss et Joe au saloon de Kiowa Flats pour les confronter à l’ivrogne. Hélas, celui-ci… les reconnaît comme les frères Slade ! Alonzo exige donc qu’ils s’acquittent de leur mission. Le shérif Brown, qui conte aux frères Cartwright comment débuta, il y a bien longtemps, la querelle des Hadfield et des McFadden, leur suggère aussi un nouveau moyen de régler leur problème : il faut pour cela en appeler à la brave et vigoureuse Lorna Doone Mayberry. Alors que les Hadfield et les McFadden disposent leurs forces dans la rue principale de Kiowa Flats et s’apprêtent à régler leur différend une bonne fois pour toutes, les femmes de la ville, Hadfield et McFadden incluses, viennent se placer entre les deux camps pour morigéner les hommes et les menacer d’une grève des fourneaux (entre autres) s’ils ne déposent pas les armes. Hoss et Joe observent amusés la tournure des événements…

Henry Hull
King Donovan
Ann Graves
Billy McLean

 

Douglas Spencer
Dennis Holmes
Dorothy Neumann
Jonathan Gilmore

 

George Mitchell
Ellen Corby
Jody Fair & Jenny Maxwell
Dorothy Crehan

 

Avec Henry Hull (Sheriff B. Banneman Brown) et George Mitchell (Jubal Hadfield), Douglas Spencer (Alonzo McFadden), King Donovan (Twirly Boggs), Dennis Holmes (‘Black Alonzo’ McFadden), Ellen Corby (Lorna Doone Mayberry), Ann Graves (Amanda McFadden), Jenny Maxwell (Clara Lou Kinsey), Billy McLean (le barman de Kiowa Flats), Jonathan Gilmore (Anse Hadfield), Jody Fair (Lisabelle Jones), Dorothy Neumann (Ouisey McFadden), Dorothy Crehan (Susan Hadfield) et Bill Clark (autre barman).

Un épisode de pure comédie, réussi, qui permet à Dan Blocker et Michael Landon de développer le duo à fort potentiel comique que forment leurs deux personnages. D’autant que le duo est ici dédoublé, les acteurs incarnant aussi (dès la séquence pré-générique, qui se déroule dans le décor du saloon de Virginia City censé figurer une autre ville) deux brutes à barbe et moustache qui flinguent à tout va et traînent une réputation de tueurs redoutables, apparemment méritée. On ne reverra les frères Slade (« Slade boys ») que dans l’épilogue mais entre-temps leur présence s’impose à Hoss et Joe car toute leur aventure est conditionnée par leur ressemblance avec les deux tueurs. Tous les personnages secondaires sont ici joués avec justesse, des deux patriarches au petit garçon qui se prend pour un justicier (Black Alonzo the Red Handed Avenger), en passant par le shérif lâche (mais sympathique), le barman qui offre un numéro à lui tout seul, l’ivrogne de la ville ou la fière Lorna Doone Mayberry qui mène un combat pour la décence et la piété.

Ben et Adam n’apparaissent pas dans cet épisode.

 

King Donovan, Douglas Spencer, Dan Blocker et Michael Landon

Michael Landon et Dan Blocker avec Henry Hull

Dan Blocker et Michael Landon avec Dennis Holmes

 

1.20  The Fear Merchants (Le Chinois)

NBC, 30 janvier 1960

Adaptation de Frank Unger, histoire de Frank Unger et Tommy Thompson

Réalisé par Lewis Allen

Pernell Roberts et Helen Westcott

Virginia City est en proie au racisme, propagé par un homme en particulier, l’avocat Andy Fulmer qui se présente au poste de maire, et par ses partisans au premier rang desquels l’arrogant Jesse Tibbs et le bravache Billy Wheeler. Leur cible, ce sont les Chinois, ces étrangers qui viennent manger le pain des Américains et que Fulmer veut faire expulser de la ville. Les Cartwright se retrouvent en première ligne lorsque leurs amis les Chang sont victimes des provocations de ces nuisibles. Le jour de son dix-huitième anniversaire, le fils de Lee Chang, Jimmy, est accusé du meurtre de Sally Ridley, la plus jeune fille du propriétaire de l’écurie, J.R. Ridley. En réalité, il a été frappé par Billy Wheeler qui importunait Sally puis menacé par J.R. Ridley qui, sortant son arme, s’est battu un instant avec Sally, tirant accidentellement sur elle. Ridley, sous le choc, a laissé Wheeler accuser Jimmy que la ville a poursuivi pour le lyncher avant qu’il ne se réfugie chez son père et ne reçoive le secours des Cartwright venus y fêter son anniversaire. Les Cartwright se font nommer adjoints par le shérif Halstead afin d’assurer la protection de Jimmy, qu’ils ont accompagné jusqu’à la prison. Fulmer et son gang s’emploient à chauffer les habitants afin de les lancer contre la prison afin que le jeune Chinois soit lynché sans attendre un procès, qui risquerait de mettre la vérité au jour. Adam parle à Amanda Ridley, la sœur aînée de Sally, qui essaie de raisonner son père, mais celui-ci est sous la coupe de Fulmer, auquel il n’ose pas s’opposer. Le voyant près de flancher, Fulmer fait abattre Ridley dans le dos par Jesse Tibbs avant de désigner ce dernier à la vindicte populaire. Adam est contraint d’abattre Jesse qui tourne son arme contre lui. Mais Amanda dit alors la vérité que son père cachait et la félonie de Fulmer est démasquée au grand jour, détournant de lui les habitants…

Gene Evans
Christopher Dark
Philip Ahn
Alexander Campbell

 

Helen Westcott
Guy Lee
Arthur Space
L. Greene & Gregg Barton

 

Frank Ferguson
Ray Stricklyn
Pat Michon
Peter Chong

 

Avec Gene Evans (Andrew Fulmer) et Helen Westcott (Amandan Ridley), Frank Ferguson (J.R. Ridley), Christopher Dark (Jesse Tibbs), Guy Lee (Jimmy Chang), Ray Stricklyn (Billy Wheeler), Philip Ahn (Lee Chang), Victor Sen Yung (Hop Sing), Pat Michon (Sally Ridley), Arthur Space (Cyrus Hammond), Gregg Barton (Sheriff Halstead), Alexander Campbell (judge), Peter Chong (Chinese elder).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss), Gabriel Cattand (Adam) et Henri Djanick (Fulmer), Jean Violette (Jesse), Jean-Pierre Dorat (Billy), André Valmy (Halstead)

Conte du racisme hélas ordinaire, où les Cartwright sont de nouveau en butte à la ville presque entière dans leur défense de la justice. Le clan Cartwright prend fait et cause pour les Chinois de Virginia City et leur cuisinier Hop Sing est mis en première ligne dans la séquence pré-générique, où il est battu par les hommes de Fulmer.

Guy Lee, dont le personnage a dix-huit ans, en avait en fait trente-deux à l’époque du tournage (il était donc plus âgé que Dan Blocker et Michael Landon qui, ici, sont ses aînés). On le retrouvera dans l’épisode 7.08, « The Meredith Smith », dans un autre rôle.

 

1.21  The Spanish Grant (Une grande dame)

NBC, 6 février 1960

Adaptation de David Dortort, Leonard Heideman, histoire de Morris Lee Green

Réalisé par Christian Nyby

Patricia Medina et Pernell Roberts

A la tête d’un groupe d’hommes brutaux, Sanchez tue le fermier Andy Logan et placarde sur sa ferme un écriteau affirmant le droit de propriété de Maria de la Cuesta sur cette terre. Sanchez agit au nom de Don Antonio Luga qui prétend représenter sa nièce Isabela Maria de la Cuesta, héritière d’une grande fortune du passé, propriétaire de droit d’une partie des terres de la région de Virginia City, incluant une portion de Ponderosa. Les papiers légaux qui le prouvent semblent en règle et, dans ce cas, Ben est prêt à s’y conformer, mais il entend néanmoins enquêter avant d’abandonner à des étrangers ne serait-ce qu’une part infime de son domaine. Adam, soupçonnant quelque imposture, s’intéresse de près à la grande dame d’Espagne. Il la suit jusque dans une cantina où elle vient régaler ses yeux de la danse élégante et endiablée d’un artiste espagnol. Là, il remet à sa place un rustre, Smith, qui s’adresse à Isabela en l’appelant Rosita et en prétendant la reconnaître. Adam et Isabela se revoient et une esquisse de romance se dessine entre eux, bien qu’Isabela ait déjà une aventure avec Sanchez. Smith, cependant, va trouver Don Antonio qui lui verse de l’argent pour qu’il ne révèle pas que sa protégée est en réalité Rosita Morales, qu’il a trouvée dans une maison de San Francisco, celle-là même où Smith l’a connue. Luga fait ensuite assassiner Smith par Sanchez mais, entre-temps, Smith est passé aussi à Ponderosa où il a monnayé son secret auprès de Ben Cartwright. Ce dernier a envoyé Hoss et Joe enquêter à Monterey et Adam décide lui aussi d’enquêter sur ladite Rosita Morales. Il doit d’abord affronter Sanchez, qui entend l’en empêcher. Puis il retrouve l’homme qui l’a élevée, Pedro Morales, qui lui conte qu’un jour une grande dame espagnole, Dona Theresa Esperanza, est passée dans son modeste logis, à la recherche de sa petite-fille Isabela de la Cuesta. C’est donc en quête de Dona Theresa que se met aussitôt Adam. Pendant ce temps, à Virginia City, Ben s’emploie à convaincre le juge Blaton d’ajourner l’audience qui doit déterminer la validité des prétentions d’Isabela et Luga. Hoss et Joe reviennent enfin mais porteurs de mauvaises nouvelles : d’après les documents qu’ils ont pu consulter à Monterey, les de la Cuesta sont bel et bien propriétaires des terres que revendique Luga. Mais Adam crée la surprise en arrivant avec Dona Theresa Esperanza, qui fait trembler Don Antonio. Isabela, en revanche, qui voulait croire qu’elle était réellement Dona Isabela de la Cuesta, veut à présent en avoir le cœur net. Aussi se désolidarise-t-elle de son « oncle » pour quêter auprès de Dona Theresa la vérité sur son identité…

Patricia Medina
Celia Lovsky
Salvador Baguez

 

Sebastian Cabot
Ned Wever
Claudia Bryar & J. Merrick

 

Paul Picerni
Michael Ragan
Stuart Randall

 

Avec Patricia Medina (Isabela Maria Inez y Castro de la Cuesta / Rosita Morales) et Sebastian Cabot (Don Antonio Luga), Paul Picerni (Sanchez), Celia Lovsky (Dona Theresa), Victor Sen Yung (Hop Sing), Ned Wever (Juge Blaton), Michael Ragan (High Card Smith, VF Oscar Smith), Salvador Baguez (Pedro Morales), John Merrick (Andy Logan), Claudia Bryar (Mary Logan), Stuart Randall (Sheriff Hawkins), Genaro Gomez (le danseur espagnol).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss) et Albert Médina (Luga), Raymond Loyer (Sanchez), Lita Recio (Dona Theresa), Henri Djanick (Smith), Claude Joseph (le propriétaire de l’écurie).

Comme dans la pièce Anastasia de Marcelle Maurette adaptée au cinéma en 1956 par Anatole Litvak, avec Ingrid Bergman et Yul Brynner, Rosita pourrait être une héritière, ou un imposteur. De cette incertitude résulte l’histoire de Morris Lee Green, adaptée pour la télévision par David Dortort (le créateur et producteur de la série) et Leonard Heideman (son story consultant), qui mêle une probable escroquerie (encore que…) et une quête d’identité, le tout saupoudré de romance à l’espagnole. Patricia Medina incarne une jeune femme qui veut croire en son destin et qui est déchirée entre des prétentions contestées et le désir sincère de découvrir la vérité sur elle-même. Son rapport aux hommes est à l’image de cette incertitude, la faisant passer des bras du ténébreux et brutal Sanchez à ceux d’Adam Cartwright, de l’emprise d’un oncle intrigant à la menace d’un rustre intrigant (Smith).

 

Paul Picerni et Patricia Medina

Genaro Gomez et Patricia Medina dans un numéro de danse endiablé

 

1.22  Blood on the Land (Prairie sanglante)

NBC, 13 février 1960

Ecrit par Robert E. Thompson

Réalisé par Felix Feist

Jeb Drummond conduit son troupeau de moutons vers la Californie. Il veut pour cela traverser Ponderosa dont les verts pâturages le séduisent. Ben cependant lui interdit le passage, l’autorisant seulement à camper pour la nuit. Mais le lendemain, Drummond, au lieu de rebrousser chemin, continue au contraire dans l’intérieur des terres, de plus en plus déterminé à prendre ce qu’on ne lui donne pas. Il exhorte ses hommes, et en particulier son jeune « protégé », Billy, qu’il a un jour sauvé d’un groupe d’hommes qui voulaient le lyncher pour le vol de trois pouliches, à profiter de la faiblesse de caractère où qu’elle se trouve, et en l’occurrence de celle de Ben Cartwright qui n’est pas capable de les repousser. La situation entraîne un conflit entre Ben et Adam, qui ne partage pas son obstination à interdire le passage aux étrangers, d’autant que les années risquent de voir arriver de plus en plus de monde. Adam estime qu’il serait normal de demander l’aide du shérif pour chasser les intrus plutôt que de persister à se dresser, seuls, contre tout adversaire franchissant les limites de Ponderosa. Ben s’obstine pourtant, mettant un point d’honneur à ne pas « supplier » pour obtenir de l’aide, en dépit du discours qu’il a toujours tenu à ses fils sur le respect de la Loi. En conséquence, Drummond finit par s’emparer d’Adam qu’il utilise comme otage pour amener Ben à céder à sa volonté. Il continue d’avancer dans les pâturages et tend à Ben un papier sur lequel il a griffonné un acte de vente de 20.000 hectares de bonne terre. Son fils étant plus important que la terre, Ben signe.

Durant toute cette histoire, cependant, le regard de Billy sur Jeb n’a cessé d’évoluer. Le jeune homme a vu son mentor abattre froidement, dans le dos, un de ses hommes qui refusait d’entrer dans Ponderosa, Burton. Il l’a vu ensuite donner sa parole et la reprendre sans le moindre remords, poussé par son seul désir égoïste, et lorsqu’il le voit près de tuer Adam, ou qui que ce soit d’ailleurs, pour parvenir à faire plier Ben Cartwright et à lui voler ses terres, il refuse de le suivre davantage. Il découvre alors que c’est Jeb qui avait volé les trois pouliches pour lesquelles on a voulu le pendre, et en conclut qu’en vérité il ne lui doit rien puisqu’il a été trompé par lui depuis ce jour…

Everett Sloane
Glen Holtzman

 

Ray Daley
Ken Lynch & J. Oddo (derrière)

 

Tom Reese
Dan Blocker & M. Landon

 

Avec Everett Sloane (Jeb Drummond) et Ray Daley (Billy), Ken Lynch (Collier), Jerry Oddo (Wheeler), Glen Holtzman (Sam Tucker), Tom Reese (Burton).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss) et Jean Martinelli (Jeb), René Bériard (Billy), Georges Atlas (Collier / Burton), Marc de Géorgi (Tucker)

La guerre entre éleveurs de bétail et éleveurs de moutons est l’un des motifs classiques de l’Ouest, mais le propos de cet épisode est autre, même si Ben craint les moutons parce qu’il voit en eux une sorte d’armée de sauterelles capable de transformer ses verts pâturages en désert. Ce que cette histoire met en scène, c’est la lutte entre deux conceptions du pouvoir : celle de Jeb Drummond et de Ben, qui considèrent qu’ils sont leur propre loi et qu’ils n’ont rien à attendre ni à craindre de la Loi instituée, même si la morale des deux hommes s’oppose résolument, Ben défendant son bien tandis que Jeb s’empare par la ruse, le meurtre et le mensonge de celui d’autrui ; et celle d’Adam, à laquelle se rangent peu à peu ses frères, et que Ben finit par reconnaître comme seule valable, qui consiste à assister le changement et à s’adapter aux nouvelles règles, en s’en remettant à la Loi pour les défendre et en ouvrant un passage permettant aux étrangers de traverser Ponderosa pour se rendre vers l’Ouest. Cette lutte caractérise l’évolution de la série elle-même, dont la première saison en particulier fait des Cartwright un clan uni mais fermé se dressant seul face à toute intrusion perçue d’emblée comme hostile. L’image récurrente de ce positionnement est celle des quatre Cartwright chevauchant de conserve à travers leurs terres, se précipitant à la rencontre des intrus et brandissant le revolver au premier signe d’hostilité.

 

 

1.23  Desert Justice (La justice du désert)

NBC, 20 février 1960

Ecrit par Donald S. Sanford

Réalisé par Lewis Allen

Lorne Greene face à Claude Akins

Un marshal de Los Angeles, Emmett Dowd, arrive à Ponderosa et assomme l’un des employés, Dave Walker, avant de l’emmener. Il présente des papiers en règle et affirme que Dave est un meurtrier. Les Cartwright n’y croient pas, Dave ayant été un employé sans problème pendant un an. Découvrant que Dowd a frappé Dave en prison, Adam et Hoss décident d’accompagner le marshal et son prisonnier jusqu’en Californie, de peur que Dowd ne profite du voyage pour tuer Dave. Ils montent donc dans la diligence conduite par Charlie et dont les autres passagers sont le Dr Strasser et sa fille Andrea, qui se rendent à San Francisco pour y prendre un bateau à destination de l’Europe. Un homme, Cutler, les suit depuis Virginia City et se place sur leur route pour se joindre à eux en prétextant une blessure de son cheval. Le groupe s’arrête pour la nuit dans le relais de Micah Bailey, où Dowd attribue à chacun sa pièce pour la nuit, imposant à tous son autorité. Durant la nuit, Dowd s’aperçoit que Cutler s’est levé en catimini et le suit jusque dans l’écurie ; il ne peut l’empêcher de faire fuir tous les chevaux et, pour se défendre, est contraint de l’abattre. Aux yeux d’Adam, qui n’a pas vu la scène, c’est une nouvelle preuve de la menace que représente le marshal. Ce dernier, rendu impotent par ses blessures, apprend à Adam que c’est sa propre femme, Cora, que Dave Walker l’a forcé à tuer en se servant d’elle comme d’un bouclier, d’où sa haine personnelle envers le prisonnier. Adam a toujours du mal à y croire mais il accepte l’étoile que lui remet le marshal pour faire de lui son adjoint et lui confier la responsabilité du prisonnier. Dave Walker, réalisant qu’Adam n’a pas l’intention de lui ôter les chaînes que lui a mises Dowd, révèle son vrai visage ; il parvient à séduire Andrea Strasser qui, pour lui, vole les clés de ses fers et l’en libère, pendant que Hoss, Charlie et Micah sont partis à la recherche des chevaux. Dave, alors, place Andrea entre Adam et lui, forçant Adam à l’affronter à mains nues…

Claude Akins
John Wengraf

 

Fintan Meyler
Will Wright

 

Wesley Lau
Ron Hayes

 

Avec Claude Akins (Marshal Emmett Dowd), Fintan Meyler (Andrea Strasser), Wesley Lau (Dave Walker), John Wengraf (Dr Anton Strasser), Will Wright (Micah Bailey), Ron Hayes (Hurd Cutler), Bud Osborne (Charlie [Stagecoach driver]), Tom Greenway (Dan [Deputy]).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss), Jean-Claude Balard (Adam) et Marcel Bozzuffi (Dowd), Jean Clarieux ? (Micah), Michèle André (Andrea), Michel Barbey ? (Walker)

L’un de ces épisodes où les Cartwright sont toutes griffes dehors pour défendre un ami, avant de réaliser qu’ils se sont trompés sur ce dernier. Wesley Lau interprète Dave Walker avec suffisamment d’ambiguïté, sans forcer le trait, pour rendre son revirement crédible. Claude Akins donne au marshal l’autorité et la morgue nécessaires pour dissimuler ses motivations et son caractère réel jusqu’au dénouement. Charlie et Micah ajoutent leur présence gouailleuse et pittoresque pour faire de l’aventure un divertissement agréable.

Les féveroles que les voyageurs sont invités à consommer au relais de diligence sont une référence à l’épisode 1.15, où Hoss et Joe étaient contraints d’en manger lorsque, retenus dans les montagnes, ils étaient à court de nourriture. Adam en plaisante car c’est une nourriture destinée en général aux animaux (en tout cas en Europe et en Amérique). Hoss les adore.

 

Dan Blocker avec Bud Osborne (à gauche) et Ron Hayes (au centre). Découvrant le désert du sud californien, Hoss déclare que "c'est là un pays qui ne se développera pas beaucoup" !

1.24  The Stranger (L’étranger)

NBC, 27 février 1960

Adaptation de Leonard Heideman, histoire de Oliver Crawford

Réalisé par Christian Nyby

Lloyd Nolan et Michael Landon

Un étranger arrive à Virginia City. Il traîne une jambe et est escorté par une armoire à glace. L’homme se présente au journal sous le nom de Charles Leduque (Ledoux en VF) et demande si l’on connaît Ben Cartwright. Dennis, le propriétaire du Territorial Enterprise, est justement en train de travailler sur la biographie de Ben, qui est pressenti comme le futur Gouverneur de l’Etat. Joe l’y aide et, entendant Ledoux prononcer des propos menaçants à l’encontre de Ben, il lui demande des comptes, ce qui lui vaut d’être proprement envoyé au tapis par l’autre homme, Cole.

Sitôt remis, Joe va trouver Ledoux et Cole à l’hôtel. Ledoux confirme qu’il est ici pour ruiner la vie de Ben, qu’il accuse d’un meurtre à La Nouvelle Orléans, qui aurait un rapport avec la mère de Joe. Le jeune homme transmet l’information à Ben dès son retour à Ponderosa et Ben se rend en ville sur l’instant. Il connaît fort bien Leduque : c’est le jeune policier qui, il y a vingt ans, l’a poursuivi pour le meurtre de Samuel Laroche, un homme qui menaçait de traîner dans la boue la mère de Joe, Marie, dont la vie avant d’épouser Ben pouvait donner matière à scandale. Ben fut innocenté de ce meurtre et n’est jamais retourné à La Nouvelle Orléans mais Leduque prétend qu’il n’a en réalité jamais été exonéré et brandit un mandat d’amener à son nom. Devenu inspecteur, il a ruminé sa vengeance durant vingt ans, en traînant sa jambe folle, blessée alors qu’il poursuivait Ben et que, accidentellement, il s’est lui-même tiré dessus. Ben refusant de le suivre, Leduque tire profit de l’impulsivité de Joe : le jeune homme, ne supportant pas que Leduque menace de salir la mémoire de sa mère pour faire pression sur Ben, vient le menacer en ville et, Cole s’interposant, il l’abat en état de légitime défense. Leduque, alors, remet l’arme de Cole dans son étui et prétend que Joe l’a abattu sans provocation. Ben persuade Joe de se rendre au shérif, qui le place en détention en attendant un procès.

Ben fait un marché avec Leduque : s’il revient sur son faux témoignage, il le suivra sans résistance et sans arme, seul. Leduque fait libérer Joe et quitte Virginia City avec Ben. Celui-ci s’attend à voir Leduque tenter de l’abattre bien avant La Nouvelle Orléans. Mais des Indiens les attaquent et volent leurs chevaux, les obligeant à une longue marche dans le désert, sous un soleil écrasant, jusqu’à un relais de diligence. Ben finit par y porter Leduque, trop faible pour aller jusqu’au bout. L’épreuve, et le geste de Ben, ont une action radicale sur l’obsession de Leduque…

Lloyd Nolan

 

Joan Staley & Hal Baylor

 

Robert Foulk

 

Avec Lloyd Nolan (Cgarles Leduque, VF Ledoux) et Hal Baylor (Tom Cole), Arthur Shields (Dennis), Victor Sen Yung (Hop Sing), Robert Foulk (Sheriff Brady), Donald Foster (Albert Gibbons), Joan Staley (Dixie), Elizabeth York (Alice), Jomarie Pettit (Louise Gibbons), Charles Tannen (Jake, l’employé de l’hôtel), Hank Worden (l’employé du relais).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss), Gabriel Cattand (Adam) et Jean-François Laley (Leduque)

Où l’on apprend quelques détails supplémentaires sur la mère de Joe, Marie Cartwright. Avant d’épouser Ben, elle avait vécu dans un quartier pauvre de La Nouvelle Orléans et, si Ben ne dit pas de quoi y était faite son existence, le fait qu’elle ait payé un maître-chanteur pour l’empêcher de le révéler laisse supposer qu’elle pouvait susciter l’indignation du « public ». Joe se recueille auprès de la tombe de sa mère, au bord du lac Tahoe.

 

Lorne Greene, Hank Worden et Lloyd Nolan

Lorne Greene et Michael Landon près de la tombe de Marie Cartwright

 

1.25  Escape to Ponderosa (Refuge à Ponderosa)

NBC, 5 mars 1960

Adaptation de Robert E. Thompson, histoire de Bill Barrett et Malcolm Stuart Boylan

Réalisé par Charles F. Haas

Chris Alcaide et Lorne Greene

Adam est surpris et assommé par trois évadés dans les montagnes. Il se traîne, blessé, jusqu’au ranch où vient d’arriver le Capitaine Bolton avec un détachement du Fort Dayton, un pénitencier de l’armée. Bolton, un homme aux manières brutales, est déterminé à retrouver les trois évadés et Ben, Hoss et Joe se mettent sur leur piste. Ils en retrouvent un, Mertz, et Ben doit s’interposer pour empêcher Bolton de l’abattre sans autre forme de procès. Indigné par le comportement de l’officier, il va parler à son ami le Colonel Metcalfe au Fort Dayton. Entre-temps, apprend-il, Mertz a été tué en tentant de s’enfuir. Metcalfe prend le parti de son officier en présence de Ben mais ne l’en met pas moins en garde dès qu’ils sont seuls.

Pendant ce temps, les deux autres évadés, Sutton et Tyler, se sont réfugiés dans la ferme de Nedda, une voisine des Cartwright qui s’occupe avec un employé, pour l’instant absent, du ranch que lui a laissé son père en mourant. Nedda était la petite amie de Sutton, qui imagine reprendre avec elle la vie interrompue par l’armée et la prison. Nedda, cependant, tombe rapidement amoureuse de Tyler, dont la douceur contraste avec la rudesse de Sutton. Hoss, Joe et Ben finissent par trouver les fugitifs et Ben prend la route du Fort afin de discuter leur retour avec le Colonel ; mais il est intercepté par Bolton qui le met aux arrêts et se rend au ranch de Nedda afin de prendre lui-même les prisonniers. Ceux-ci ont parlé à Hoss et Joe des brutalités et du sadisme de Bolton, qui les a poussés à l’évasion et rend leur retour terrifiant à leurs yeux. Aussi Sutton essaie-t-il de s’enfuir, donnant l’occasion à Bolton de l’abattre d’une balle dans le dos. Sutton ne meurt pas sur le coup, pourtant, et trouve la force de tirer lui aussi dans le dos de Bolton quand ce dernier tourne son arme vers Tyler…

Joe Maross
Chris Alcaide

 

Gloria Talbott
Dayton Lummis

 

Grant Williams
J. Parnell et S. Price (derrière)

 

Avec Joe Maross (Jimmy Sutton), Gloria Talbott (Nedda), Grant Williams (Lt Paul Tyler), Chris Alcaide (Capt. James Bolton), Dayton Lummis (Lt. Col. Metcalfe), James Parnell (Private Harry Mertz), Sherwood Price (le Caporal).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss), Gabriel Cattand (Adam) et Marcel Bozzuffi (Sutton), Roland Ménard (Tyler), Arlette Thomas (Nedda), Jacques Balutin (Mertz), Jean-Pierre Duclos ? (Bolton).

Histoire d’évadés sur fond de brutalité militaire et de romance fulgurante (quelques heures suffisent) entre une jeune fermière et un officier au passé trouble qui préfère la compagnie des animaux à celle des humains… jusqu’à sa rencontre avec la gentille fermière.

 

1.26  The Avenger (La dernière chance)

NBC, 19 mars 1960

Ecrit par Clair Huffaker

Réalisé par Christian Nyby

Vic Morrow sauve la mise à Michael Landon et Dan Blocker

Une potence a été dressée devant la prison de Virginia City. Dans deux heures, on pendra Ben et Adam Cartwright. Accusés du meurtre de Byrnes, propriétaire d’un restaurant, les deux hommes espéraient être innocentés mais Sally Byrnes, la fille de la victime, refuse de retirer son témoignage, qui les incrimine. Elle affirme que ce sont bien eux qui ont abattu froidement son père. En réalité, elle ne les a pas vus faire mais ils étaient présents et elle ressent envers eux une telle colère qu’elle ne veut pas modifier son récit. Hoss et Joe ont tout tenté pour les aider, en vain. Ils espèrent en l’efficacité d’une pétition que Barney Arden fait signer dans la ville pour l’envoyer au Gouverneur, et en l’impact de l’article que doit publier Ed Baxter dans la prochaine édition de son journal. Mais les hommes de Hawkins veillent, exerçant une pression de chaque instant sur les habitants. Hawkins, un aventurier qui a entrepris de s’emparer des terres les plus riches de la région, a établi peu à peu son emprise sur la région. Il terrifie Barney en menaçant de s’en prendre à sa femme et à sa fille, au point que l’homme se terre dans sa maison après n’avoir recueilli que cinq signatures dans toute la ville. Quand Hoss et Joe le découvrent, il est trop tard pour espérer encore joindre le Gouverneur. Quant à Baxter, son journal est mis à sac par Fred et Bert, âmes damnées de Hawkins, qui l’effraient lui-même au point que Hoss et Joe le trouvent prostré au milieu de son imprimerie dévastée. Hoss et Joe ne voient pas d’autre moyen alors que de libérer leur père et leur frère en tentant un coup de force qui n’a guère de chances de réussir.

Un étranger, cependant, est arrivé en ville. Répondant au nom de Lassiter, il est à la recherche de l’homme qui a fait pendre son père dans une ville du Kansas. Il ne connaît pas son nom mais saura le reconnaître. Dès son arrivée, il se rend en prison, croyant trouver en Ben Cartwright l’homme qu’il recherche. Son espoir est déçu. Il traîne alors dans la ville plongée dans la terreur, observant et intervenant pour empêcher les hommes de Hawkins de s’en prendre à un jeune garçon, Jimmy, qui veut porter de la nourriture aux Cartwright en prison, puis sauvant la mise à Hoss et Joe eux-mêmes. C’est Lassiter, comprenant peu à peu la situation, qui amène Sally Byrnes à revenir sur sa déposition, alors que l’on a déjà passé la corde au cou de Ben et Adam. C’est aussi à ce moment que Lassiter reconnaît l’homme qu’il a longtemps traqué : Hawkins…

Vic Morrow
H. Swoger & J. Anderson
Ian Wolfe

 

Jean Allison
Eugene Martin
Robert Brubaker

 

Richard Devon
Robert Griffin
L. Greene & N. Paiva

 

Avec Vic Morrow (Lassiter) et Jean Allison (Sally Byrnes), Richard Devon (Hawkins), James Anderson (Fred), Harry Swoger (Bert), Ian Wolfe (Ed Baxter), Nestor Paiva (Thornton), Robert Griffin (Sheriff Hansen), Eugene Martin (Jimmy), Bill Catching (Hoag), Robert Brubaker (Barney Arden) et Dan White (Zeke Jackson – non crédité), Bill Clark (Deputy Bill – non crédité).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss), Gabriel Cattand (Adam) et Paule Emanuèle (Sally), Georges Atlas (Hawkins), Roger Rudel (Fred), Claude Joseph (Barney), Louis Arbessier (Hansen)

Le personnage de Lassiter habite cet épisode. Sa désinvolture évoque la légèreté féline d’un animal aux aguets et son revolver, un vieux modèle qui s’arme avec la main entière et non le pouce, et qu’il porte non dans un holster mais entre la chemise et la ceinture, annonce un potentiel héros de série. C’est ce que Lassiter aurait pu devenir si les Fées cathodiques l’avaient voulu ainsi, et on le sent à l’épilogue, qui voit le personnage s’en aller en disant aux Cartwright qu’il doit traquer d’autres hommes, car Hawkins n’était pas seul à la pendaison de son père. Une quête personnelle, une personnalité mystérieuse et taciturne, le syndrome du justicier, de la compréhension et du courage : nul doute qu’on avait là un héros capable de soutenir sa propre série.

Etant donné le début in medias res, et même in ultimas res puisque l’épisode commence alors que tout est déjà joué ou presque, le scénario travaille à créer une ambiance qui n’est pas sans rappeler l’épisode 1.13, « Vendetta ». De nouveau, les Cartwright apparaissent bien seuls dans une ville où le courage manque. Les couleurs du dénouement, où tout apparaît sous la lumière rouge de flammes allumées pour la pendaison, contribuent à faire de la scène un « tableau » qui constitue le climax attendu de l’épisode.

 

Harry Swoger et James Anderson terrorisent Ian Wolfe

Vic Morrow porte secours au petit Eugene Martin

Jean Allison et Vic Morrow

 

1.27  The Last Trophy (Le dernier trophée)

NBC, 26 mars 1960

Ecrit par Bill S. Ballinger

Réalisé par Lewis Allen

Edward Ashley et Hazel Court

Lord Marion Dunsford et son épouse Lady Beatrice arrivent à Virginia City. Ils sont immédiatement remarqués par Solomon Belcher, une brute qui se moque du prénom de l’aristocrate anglais et le provoque. Adam intervient au moment où Belcher vient de gifler Lord Dunsford, évitant à celui-ci le désagrément de gérer cette situation pour le moins embarrassante. Adam conduit alors les invités au ranch où ils passent ensemble une soirée agréable, jusqu’au moment où Adam constate que Lady Beatrice chercher à susciter l’indignation de son mari : elle se jette littéralement au cou d’Adam et Dunsford, les découvrant, n’a d’autre réaction que d’accuser le coup et de se comporter en… gentleman. En privé, il invite sa femme à se comporter dignement mais elle le méprise ouvertement. Beatrice en effet reproche à son mari de n’être plus l’homme qu’elle a épousé : il est devenu lâche et lui fait horreur. De fait, Dunsford se révèle incapable de tirer sur un lion des montagnes (un puma) lors d’une chasse à laquelle l’accompagnent Adam et Lady Dunsford. Il éprouve le besoin de s’en expliquer à Adam, confessant que depuis quelques années il est comme figé par la peur au moment de tirer, alors qu’il a jadis chassé le lion d’Afrique ou l’éléphant. Et il souffre du mépris que sa femme éprouve à son endroit, et qu’elle tient à afficher dans l’espoir de provoquer une réaction de sa part. Le groupe a le malheur de rencontrer Belcher qui, avec une bande d’Indiens renégats, attaque et pille des cabanes dans les montagnes. Adam est blessé par une flèche, leur portefaix Whitey est tué et les Dunsford sont emmenés en otages avec Adam. Tandis qu’ils sont retenus dans le camp de Belcher, Hoss et Joe se mettent à leur recherche après avoir découvert presque mort le petit-fils du vieux Kavanaugh, tué par la bande de Belcher. Celui-ci s’amuse à provoquer Lord Dunsford en contraignant Beatrice à des travaux humiliants et, puisque cela ne suffit pas à faire réagir le mari, en décidant d’en faire sa compagne, en lieu et place de Touma, l’Indienne qui lui prépare ses repas…

Hazel Court
Ken Mayer

 

Edward Ashley
Don Hix

 

Bert Freed
Jimmy Carter

 

Avec Hazel Court (Lady Beatrice Dunsford) et Edward Ashley (Lord Marion Dunsford), Bert Freed (Solomon Belcher), Ken Mayer (Whitey), Naomi Stevens (Touma), Don Hix (Kavanaugh), Jimmy Carter (le petit-fils de Kavanaugh).

Vf Jean Michaud (Ben), Jean-Henri Chambois (Hoss), Gabriel Cattand (Adam) et Louis Arbessier (Belcher), Roger Tréville (Lord Dunsford), Jean Violette (Whitey)

Le scénario se présente comme une parabole sur la lâcheté et la fierté. Lady Beatrice y apparaît comme une femme fatale aussi redoutable que le lion des montagnes, voire davantage ! L’épilogue est d’une mièvrerie assez déconcertante. La confrontation de la rudesse de l’Ouest américaine avec les mœurs raffinées de la vieille Angleterre n’est toutefois pas sans intérêt.

 

Hazel Court et Edward Ashley : un petit air des Mines du Roi Salomon

Bert Freed et Edward Ashley : l'Ouest sauvage face à la vieille Angleterre aristocratique

 

1.28  San Francisco (Les mystères de San Francisco)

NBC, 2 avril 1960

Ecrit par Thomas Thompson

Réalisé par Arthur Lubin

Dan Blocker et Michael Landon aux prises avec Kathleen Crowley

San Francisco, 1861. Heureux d’avoir conclu une affaire, Ben Cartwright accorde à ses deux employés Johnny et Hamp, ainsi qu’à Hoss et Joe, une permission bien méritée à San Francisco. Mais Hamp et Johnny sont « shanghaïsés », c’est-à-dire qu’ils tombent aux mains d’un trafiquant, Cut-Rate Joe (Joe le soldeur ou Joe-la-promo), qui enlève des hommes et les vend à des capitaines de navires en partance pour l’Asie. Par chance, l’un des nombreux cousins de Hop Sing (qui est aussi du voyage) a assisté à leur enlèvement et prévient Hop Sing qui alerte les Cartwright. Hoss et Joe se mettent aussitôt à la recherche de leurs camarades tandis que Ben se rend au poste de police. Il n’y trouve pas d’aide car ce type d’enlèvement est si courant que la police ne s’en inquiète même plus. Hoss, de son côté, se fait quelques billets en boxant avec un champion local, Busthead Brannigan, qui a attiré son attention dans la rue car Hoss n’a pas l’habitude de rencontrer un homme aussi solidement charpenté que lui – et Brannigan, en l’occurrence, est deux fois plus épais que lui ! Et voilà que Ben disparaît après avoir recommandé à ses fils la plus grande prudence : il est enlevé lui-même alors qu’il pose des questions dan un bar appartenant à Alexander Pendleton, alias Shanghai Pete, le principal concurrent de Cut-Rate Joe. Cela lui permet de retrouver Hamp et Johnny mais pas d’empêcher qu’ils ne soient emmenés par le capitaine Shark. Lui-même réussit bientôt à s’évader grâce à l’aide de Kathleen, une serveuse du bar de Pendleton… qui le revend à Cut-Rate Joe, lequel réussit à le vendre à Shark ! Il se retrouve donc sur le même bateau que Hamp et Johnny. C’est là que Hoss (qui entre-temps a lui aussi été enlevé par Pendleton, qui n’a pas soupçonné que ce colosse allait sonner le glas de son activité !), Joe et Hop Sing les retrouvent, grâce à l’aide précieuse des cousins de Hop Sing. Il faudra une belle bagarre générale pour permettre aux Cartwright de rentrer sains et saufs avec Hamp et Johnny…

Kathleen Crowley
Murvyn Vye
Stephen Roberts

 

David White
Richard Deacon
Herb Vigran

 

James Hong & V. Sen Yung
R. Nichols & O.Z. Whitehead
Don Rhodes & M. Ross

 

Avec Kathleen Crowley (Kathleen, aka Quick-Buck Kate), David White (Alexander Pendleton aka Shanghai Pete), Victor Sen Yung (Hop Sing), Murvyn Vye (Cut-Rate Joe), Richard Deacon (Captain Shark), Robert Nichols (Johnny), O.Z. Whitehead (Hamp), Stephen Roberts (le policier), James Hong (Cousin #3), Herb Vigran (le barman), Michael Ross (le grand homme de main), Tor Johnson (Busthead Brannigan), Don Rhodes (le petit homme de main).

Un autre épisode de comédie qui permet de découvrir une grande ville. Enfin, découvrir, c’est vite dit : pour Ben, ses fils et leurs employés, la mésaventure contée dans l’épisode les empêche de visiter la ville, quant au spectateur il doit se contenter d’un San Francisco de studio, constitué néanmoins de décors originaux (c’est-à-dire qu’on ne rencontre pas dans les autres épisodes). L’aventure est bien menée et Hop Sing s’y amuse visiblement, obtenant plus de temps d’écran que dans le reste de la saison.

Ben Cartwright décrit par Hoss : « a man with grey hair, dark eyes and a deep voice ».

 

Tor Johnson et Dan Blocker : Hoss trouve un homme à sa mesure

 

1.29  Bitter Water (Onde amère)

NBC, 9 avril 1960

Ecrit par Harold Jack Bloom

Réalisé par George Blair

Merry Anders et Don Dubbins

Todd McCarren, le fils d’un voisin des Cartwright, Andy McCarren, envisage de vendre une partie de ses terres à Len Keith, qui y ouvrirait une mine d’argent. Cela risquerait d’empoisonner l’eau dont l’usage est partagé entre les deux ranchs, aussi Ben s’en inquiète-t-il. Todd prend très mal son ingérence dans ses affaires. Courtisant la fille de Keith, Virginia, il est dévoré par le désir de faire fortune rapidement. Il subit surtout l’influence délétère de Len Keith, qui convoite les terres de la région. Quand Keith apprend par ses hommes Roy Wilkins et Jim Tucker que certaines de ses bêtes sont infectées par la fièvre texane et dévorées de tiques, il leur ordonne de les mêler au bétail des Cartwright. Ceux-ci découvrent vite la maladie et entreprennent de laver toutes les bêtes affectées avec un produit qui a fait des merveilles sur le chien de Hoss. Si cela ne donne rien, ils sont prêts à abattre les bêtes malades, en dernier ressort. Wilkins et Tucker essaient d’empêcher Hoss d’arriver jusqu’à Ponderosa avec ce produit mais Joe porte secours à son frère. Wilkins est tué et Tucker retourne chez Keith, qui lui ordonne de rester caché. Adam, cependant, parvient à retrouver sa trace. Keith, alors, abat Tucker en prétendant avoir voulu protéger Adam. Ces incidents amènent Virginia à soupçonner la vérité sur son père. Todd McCarren, prévenu par Keith de la présence de la maladie à Ponderosa, cherche à réunir un groupe de fermiers pour régler le problème en dépit des Cartwright. L’obstination de Todd et son hostilité injustifiée envers les Cartwright risque de dégénérer en bataille rangée…

Don Dubbins
Rhys Williams

 

Merry Anders
Ken Becker

 

Robert Simon
F. Taylor & C. Alexander

 

Avec Don Dubbins (Todd McCarren), Merry Anders (Virginia Keith), Robert Simon (Len Keith), Rhys Williams (Andy McCarren), Ken Becker (Jim Tucker), Frank Watkins (Roy Wilkins), Clarke Alexander (Jamison), Forrest Taylor (rancher).

Todd McCarren, dénonçant la « dictature » de Ben Cartwright – We’re just one big happy family as long as he’s the boss and we do what we’re told.

La haine de Todd McCarren envers les Cartwright est soudaine et sotte (sa petite amie le lui dit elle-même) mais elle met en question la « dictature » des Cartwright, Ben étant accusé par le jeune homme de jouer les voisins bienveillants tout en exigeant des autres qu’ils se plient à sa volonté. Ben essuie la diatribe du garçon sans s’en offenser, avec sagesse et peut-être indulgence pour la fougue de la jeunesse, mais aussi parce qu’elle se produit devant le père du garçon et que Ben ne veut pas accroître la douleur de ce père, son ami, en se défendant lui-même. Si la haine du garçon trouve son origine dans son désir de « devenir un homme » et de déposer aux pieds de sa belle une fortune sur laquelle asseoir leur bonheur, elle a sa cause première cependant dans l’influence du père de la fiancée, un homme d’affaires avide et sournois, un corrupteur au sens propre, qui corrompt ici la jeunesse comme il empoisonne la terre et l’eau en creusant des mines, et le bétail en y introduisant la fièvre. Len Keith est l’image du capitaliste pervers qui s’attaque à la vie elle-même, dissimulant sa perfidie derrière le mensonge et le meurtre tout en montrant un visage avenant et en simulant la bienveillance et l’altruisme. On notera que, du point de vue de Keith, les Cartwright n’ont que des amis à Virginia City, ce qui n’est pas le point de vue illustré par tous les épisodes de la série. Sur ce point, les scénaristes sont tout simplement opportunistes : on aime ou on déteste les Cartwright selon les besoins de chaque scénario.

 

 

1.30  Feet of Clay (Billy le petit orphelin)

NBC, 16 avril 1960

Ecrit par John Furia, Jr

Réalisé par Arthur Lubin

Dan Blocker et David Ladd

Le petit Billy Allen se retrouve seul lorsque sa mère meurt d’une pneumonie. Son père a certes promis de revenir pour lui mais l’enfant ignore ce que les adultes savent : Vance Allen est en prison pour meurtre. En attendant que l’oncle de l’enfant vienne le chercher, Ben l’héberge à Ponderosa. L’enfant cependant est plein de colère et Ben ne parvient pas à nouer un dialogue avec lui. Hoss tente alors sa chance et parvient à établir un contact plus fructueux. Billy se prend d’affection pour lui et oublie sa peine et sa colère, parvenant même à rire et à se sentir heureux à nouveau. Il s’attend toujours, néanmoins, à voir son père venir le chercher. Et il vient en effet, une nuit, entrant dans la chambre de l’enfant pendant que la maisonnée dort. Vance Allen s’est évadé avec un autre prisonnier, Pike, et il promet à Billy de l’emmener en Californie. En attendant, Billy lui apporte de la nourriture en cachette dans la grotte où il se cache. Une nuit, Hoss l’entend quitter le ranch et le suit. Quand l’enfant a quitté son père, Hoss se dresse devant celui-ci. Vance le supplie de le laisser partir en Californie avec son fils, qu’il aime sincèrement, mais Hoss veut l’emmener et le remettre à la justice. Vance, alors, sort son arme et tire en direction de Hoss, qui réplique. Vance meurt. Hoss, dévasté, rapporte le corps à Ponderosa où Billy, en le découvrant, tourne son chagrin et sa colère contre Hoss, criant qu’il aimerait être assez grand pour le tuer à son tour.

Alors que Hoss et Billy conduisent le corps en ville, ils rencontrent Pike en chemin. Le criminel veut forcer Hoss à le conduire à travers les montagnes. Devant le refus de Hoss, ils se battent et Pike assomme le colosse. Billy, pendant ce temps, prend la fuite ; mais quand il rencontre les Cartwright il refuse de dire où est Hoss, bien qu’il admette qu’il est avec Pike. Ben doit le supplier de parler pour qu’il les conduise à l’endroit où, entre-temps, Pike est mort, tué par un coup de son propre revolver en se battant avec Hoss. Celui-ci tient à rechercher lui-même Billy qui s’est de nouveau enfui…

David Ladd
Philip Grayson

 

Logan Field
Guy Prescott (à gauche)

 

Robert Tetrick
Tom Greenway (à droite)

 

Avec David Ladd (Billy Allen). Et avec Logan Field (Vance Allen), Robert Tetrick (Pike), Victor Sen Yung (Hop Sing), Tom Greenway (Sheriff Fred), Guy Prescott (Charlie), Philip Grayson (Orville Sherman), John Eldredge (Mr Sherman), Riza Royce (Sarah).

L’orphelin en proie au chagrin, l’amitié entre Hoss et l’enfant sont forcément des prémisses attachantes, propres à suciter la sympathie. La relation entre le « monstre » et l’enfant est effectivement touchante mais le scénario garde un caractère forcé qui fait obstacle à une émotion profonde. Le choix de faire de Vance Allen un homme sincère et non un criminel endurci contribue néanmoins à rendre le drame plus consistant.

Hoss dit à Billy que sa mère était une belle femme, ce que l’on ne croirait pas en voyant l’affreux garçon qu’elle a mis au monde (Hoss utilise le terme de « ugly », qui lui était adressé par Inger Stevens dans « The Newcomers »). Il prend cet exemple pour expliquer à l’enfant que les méfaits commis par son père ne présagent en rien de ce qu’il deviendra lui-même.

 

David Ladd et Logan Field

 

1.31  Dark Star (L’étoile des ténèbres)

NBC, 23 avril 1960

Ecrit par Anthony Lawrence

Réalisé par Lewis Allen

Little Joe est amoureux : Michael Landon et Susan Harrison

Hoss et Little Joe traquent un loup dans les montagnes mais c’est une femme que Joe y débusque. Gitane d’après ses vêtements, elle est si effrayée par son arrivée qu’elle fait une chute et perd connaissance. Les deux hommes la ramènent donc à Ponderosa pour lui permettre de s’y reposer. Tirza, c’est son nom, se révèle farouche et imprévisible. Bientôt, un groupe de gitans s’installe à deux pas du ranch. Ben les autorise à y rester jusqu’à ce que le temps s’éclaircisse mais leur demande d’emmener la fille en partant. Le chef du groupe, Zirko, lui explique que c’est impossible : elle a été bannie du clan parce que c’est une sorcière. Elle a le pouvoir de se changer en loup ! Ben ne croit guère à ces superstitions mais des incidents étranges vont bien vite se produire. Constatant la disparition d’un de ses porcs, Ben se rend au camp des gitans où il trouve le porc en train de griller au-dessus du feu ; Zirko s’en excuse et offre à Ben, en compensation, un ustensile en argent, avant de l’inviter à partager leur repas avec Hoss et Joe. Tirza, cependant, s’est réveillée avec du sang sur les mains et des plumes autour d’elle, celles des poulets des Cartwright qui ont été massacrés. Les gitans croient à la malédiction de cette enfant née sous le signe de l’étoile des ténèbres et elle, voulant réintégrer le clan, demande à être libérée du démon qui la possède. Little Joe, qui s’est épris de la troublante jeune femme, veut la protéger de ce rituel cruel, mais il doit d’abord affronter Spiro, un jeune gitan amoureux de Tirza…

Susan Harrison

 

Hugo Haas

 

Arthur Batanides

 

Avec Susan Harrison (Tirza), Hugo Haas (Zirko) et Arthur Batanides (Spiro), Lili Valenty (Bruja), Argentina Brunetti (l’assistante de Bruja), Grandon Rhodes (Dr J.P. Martin).

Anthony Lawrence, futur créateur de la série Le Sixième sens, auteur aussi d’histoires « étranges » pour d’autres séries comme L’Homme de fer, signe ici un scénario qui s’appuie sur les superstitions gitanes. Le loup traqué par Hoss et Joe est-il la jeune gitane qu’ils recueillent ? Est-elle réellement possédée ? Les croyances des gitans s’opposent au rationalisme de Ben mais Joe n’en tombe pas moins sous le charme de la belle gitane, au point de vouloir l’épouser, dans un épilogue certes naïf mais qui veut peindre un chagrin d’amour sincère dans le cœur du Petit Joe. La nonchalance sympathique du chef des gitans, joué par Hugo Haas, ajoute une touche d’humour et de légèreté à une histoire qui comporte aussi de la cruauté, de la folie, du danger et du mystère. Filmée, bien sûr, en partie de nuit, avec loup hurlant à la lune.

 

Ben cite Shakespeare : « The fault, dear Brutus, is not in our stars, but in ourselves. » (Julius Caesar, acte I, scène III) "La faute, cher Brutus, n'est pas dans nos étoiles mais en nous-mêmes."

Réponse du gitan : « I like your words, they are good words, but nor our words. I’ve seen too much of evil. Go after your son, he’s in danger ! J'aime bien vos mots, ce sont de bons mots, mais ce ne sont pas nos mots. J'ai vu trop souvent le Mal. Veillez sur votre fils, il est en danger !

Ben – The danger is in the flesh, not fantasy. My son can take pretty good care of himself on that department. » Le danger est dans la chair, non dans l'imagination. Mon fils est tout à fait capable de prendre soin de lui-même sur ce plan.

 

Ben – I’m not a man who goes along with spirits and witches in the life. You know, I found that the only evil in this world is the human kind. Je ne suis pas homme à accorder foi aux esprits et aux sorcières dans la vie. Vous savez, j'ai découvert que le Mal en ce monde est dans l'homme.

 

On notera le « racisme » professé par le Dr Martin qui stigmatise les gitans. Les Cartwright se distinguent de cette attitude en accueillant Tirza sous leur toit et en sympathisant avec les gitans (dont l’un seulement, Spiro, reprend à son compte l’image sournoise et assassine du gitan). En résistant aux superstitions des gitans, les Cartwright font triompher la compassion et la raison. L’épilogue pousse cette logique jusqu’à montrer un Little Joe amoureux qui veut faire de Tirza sa femme et reçoit les encouragements sincères de son père, Ben se disant « fier » d’avoir cette jeune femme pour belle-fille. Le trait est assez invraisemblable alors que le même s’opposait à la relation de son aîné, Adam, avec une fille de saloon dans l’épisode 1.14, « Les deux sœurs », mais étant donné la nature de la série on se doute de toute façon que le mariage n’aura pas lieu : on ne saurait introduire une femme à Ponderosa au-delà des limites de l’épisode (ou de quelques épisodes, comme dans la saison 5) !

 

Dan Blocker et Lorne Greene avec Susan Harrison

 

1.32  Death at Dawn (Mort à l’aube)

NBC, 30 avril 1960

Ecrit par Laurence Mascott

Réalisé par Charles F. Haas

Lorne Greene avec Robert Middleton (à droite) et Peter Leeds (à gauche)

Virginia City est sous la coupe de Sam Bryant et des hommes qu’il a engagés pour maintenir l’ordre dans les mines. Dépassé, le shérif Biggs n’a aucun adjoint pour l’aider à garder le contrôle et Bryant fait payer sa « protection » aux commerçants. Cameron, pour avoir refusé, est abattu sous les yeux de sa femme Beth par Farmer Perkins qui, surpris sur les lieux par les frères Cartwright, nie avoir tiré. Il est emmené en prison et le juge itinérant Scribner, qui se trouve heureusement en ville, est prêt à juger l’affaire. Mais Beth Cameron, effrayée, ne se présente pas. Bryant et sa bande triomphent et font du procès une farce. Scribner n’a aucune raison de refuser la libération sous caution de Perkins qui se pavane en ville sans aucune crainte du châtiment. Le shérif met les Cartwright au défi de changer les choses en les nommant adjoints. Ben parvient à convaincre Beth Cameron de témoigner et ses fils arrêtent de nouveau Perkins. Soulevant l’indignation de Bryant, le juge ayant entendu le témoignage de Beth condamne Perkins à être pendu le lendemain dès l’aube.

Bryant fait alors enlever Ben par ses hommes et le retient dans une grange. Il fait envoyer un message au shérif Biggs l’avertissant que la pendaison de Perkins signera celle de Ben Cartwright. Les fils Cartwright n’ont aucun moyen de trouver l’endroit où est détenu leur père. Quand un homme de Bryant vient clouer un nouveau message sur la porte de la prison, cependant, ils le prennent en filature ; mais l’homme tue Biggs et Joe doit l’abattre à son tour pour sauver sa vie. Le shérif est mort et on ne sait toujours pas où est Ben. Adam ne croit pas Bryant capable de mettre sa menace à exécution et veut pendre Perkins comme prévu. Hoss et Joe ont bien du mal à approuver son raisonnement mais prennent le risque de le suivre. Les heures de la nuit se passent dans l’angoisse. Dans la grange, Bryant met en place la corde et l’un de ses hommes, McNeil, trépigne déjà d’impatience, excité à l’idée de voir pendre Ben Cartwright, que Perkins soit pendu ou non…

Robert Middleton
Nancy Deale

 

Gregory Walcott
Hugh Sanders et Paul Carr

 

Morgan Woodward
Wendell Holmes

 

Avec Robert Middleton (Sam Bryant). Et avec Gregory Walcott (Farmer Perkins), Morgan Woodward (Sheriff Biggs), Nancy Deale (Beth Cameron), Paul Carr (McNeil), Wendell Holmes (Judge Ted Scribner), Hugh Sanders (Dr Brahm), Peter Leeds (Norton), Ric Marlow (townsman), Anthony Jochim (hangman), Bill Edwards (Mr Cameron).

De nouveau, les Cartwright se dressent face à une grande partie de la ville. Les « justes » semblent en minorité et seuls les Cartwright ont le courage de porter l’étoile que leur remet le shérif. La disparition de Ben et la menace qui pèse sur sa vie amène les trois fils à s’opposer, Adam faisant un pari risqué que ses deux frères peinent à approuver. Le scénario, cependant, reste caricatural et traîne en longueur. Le dénouement est si vite expédié que l’épisode s’achève sur une impression étrange : ignorant complètement les cadavres qui gisent à leurs pieds, les Cartwright se congratulent et se félicitent d’être réunis ! L'important, ici, est d'offrir une image du clan formant une ligne qui traverse tout le cadre, de même qu'un instant plus tôt on a vu les trois fils dégainant d'un seul mouvement pour protéger leur père. Bilan : une idée intéressante mais un traitement sans épaisseur qui rend le suspense inconsistant.

 

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1960s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :