Guide réalisé par Thierry Le Peut

Earl Holliman et Angie Dickinson à la fin de "Once a Snitch" (3.12)

 

saison 1  -  saison 2  -  saison 3  -  saison 4 (à venir)

 

Saison 3

(1976-1977)

 

créé par Robert E. Collins

produit par Douglas Benton

thème musical de Morton Stevens

musique de Morton Stevens (sauf mention contraire)

 

3.01  The Trick Book (Le registre)  -  97’

NBC, 28 septembre 1976

Ecrit par Edward De Blasio et Douglas Benton

Réalisé par Barry Shear

Dorothy Malone et Jerry Douglas

Pepper vient tout juste de passer avec succès l’épreuve du premier entretien avec Madame Hilary La Salle, pour se faire embaucher dans sa maison qui propose des filles de luxe à de riches clients, que Madame La Salle est assassinée. Son garde du corps Jule Buck est interrogé par l’équipe de Crowley, ainsi que deux de ses filles, Lorelei Frank et Dani Summers. Crowley et Pepper ont également un entretien avec un M. Cromwell, l’un des riches clients de Madame La Salle, victime de chantage. Madame en effet tenait un registre très précis de ses clients, assorti d’informations dont elle se servait pour les faire chanter. Bientôt, Jule Buck est retrouvé écrasé au pied de l’immeuble de Lorelei Frank, qui a disparu. Près de lui, un autre homme qui a également fait le grand saut et qui faisait partie des employés d’un certain Leo Patri, un gangster. Pendant que Crowley place sous protection Dani Summers, un autre client de Madame La Salle, le politicien Channing Andrews, engage un détective privé, Michael Eglash, pour trouver le registre de la maquerelle. Eglash commence son enquête par une visite à Celia Jackson, qui était la domestique de maison de Madame La Salle. Bonne pioche : Celia sait effectivement où est caché le registre…

Celia Jackson vend le registre à Eglash, qui décide d’augmenter ses tarifs avant de le restituer à Channing Andrews. Avant de quitter la ville, Celia décide, elle, de contacter la police. Mais Crowley et Pepper ne rencontrent que son cadavre en se présentant chez elle. Leo Patri figurant parmi les principaux suspects, Pepper attire son attention tandis que Pete cherche à retrouver Princess Hanako, une autre fille de Madame La Salle, qui a aussi disparu. Hanako se révèle innocente. Eglash, lui, finit à la morgue : Leo Patri est remonté jusqu’à lui et l’a forcé à lui dire où il avait caché le registre. Patri et sa complice – Lorelei – se servent du registre pour faire chanter Channing Andrews, qui prévient la police. Il collabore avec Crowley pour prendre Patri en flagrant délit…

Avec Jack Gilford (Michael Eglash), Jerry Douglas (Leo Patri), Ned Wilson (Channing Andrews), Brooke Bundy (Renee Andrews), David White (Lou Brinker, Real Estate Agent), Maidie Norman (Celia Jackson), Carole Wells (Dani Summers) et Dorothy Malone (Hilary La Salle) et Joan Collins (Lorelei Frank). Et avec Hayden Rorke (Cromwell), Ian Wolfe (Mr Meservey), Michael Swan (Chaucer), Joseph Burke (Jule Buck), Irene Yah-Ling Sun (Hanako), Lindsay Workman (the Medical Examiner), Kandi Keith (Harriet Styles*), Kathrine McKee (Barbara), Susan Mullen (Mickey), John McCann (Adam), Clayton Wilcox (Roberts).

* orthographié Syles au générique de fin.

Si la première partie de ce téléfilm se laisse regarder, sans surprise mais agréable, la seconde traîne en longueur et certaines scènes ne semblent là que pour allonger la sauce, comme la séquence Princess Hanako. Joan Collins fait son numéro de… Joan Collins, avec cigarette, alcool et un (gros) brin d’arrogance. On retiendra le moment cascade féminine, lorsque les doublures d’Angie Dickinson et de Joan Collins traversent une porte vitrée avant de s’écraser sur la moquette, préfigurant les luttes épiques de Joan Collins et Linda Evans dans Dynasty.

Pepper fête ses six ans dans la police en invitant une poignée d’amis dans son appartement.

La femme de Styles, Harriet, met au monde un petit Pete, que l’on découvrira dans l’épisode 3.16.

 

Lorelei – Do you mind if I smoke ?

Pete – Yes I do.

Lorelei, allumant sa cigarette – It’s too bad.

(Lors de sa précédente apparition, Joan Collins avait déjà un petit numéro à base de cigarette, voir 2.17)

 

Joan Collins en prend à son aise devant Jerry Douglas et Angie Dickinson

Jack Gilford et Maidie Norman

 

3.02  Tender Soldier (Les militants)

NBC, 5 octobre 1976

Ecrit par Scott Swanton

Réalisé par Corey Allen

Angie Dickinson se la joue brune au côté d'Earl Holliman

Après le meurtre d’un jeune policier, Jim Stanski, par des activistes du PCU (People’s Combat Unit), une jeune femme de dix-neuf ans est arrêtée, Pamela Dunlap, fille de l’homme d’affaires J.R. Dunlap. Sympathisante du PCU, elle refuse de parler à la police aussi bien qu’à son père. Une fois libre, elle tente de contacter les membres du groupe mais ceux-ci se méfient d’elle et leur chef Nat Stark ordonne à Jack Benjamin de la descendre. Elle n’est sauvée que grâce à l’intervention de Pepper et Crowley qui l’avaient prise en filature. Benjamin fait une chute mortelle. L’équipe de Crowley collabore avec celle de l’agent Tyrell du FBI, qui enquête depuis un moment déjà sur les activités du PCU. Afin d’infiltrer le groupe, Pete se fait passer pour un hippie, Jeffers, et entre en contact avec une libraire, Jan, repérée comme une sympathisante. Elle n’a guère confiance en lui, cependant, et Stark lui demande de le garder à l’œil. Pepper entre alors en scène : se faisant passer pour Sarah Hoffman, une terroriste connue et recherchée depuis les années 1960, elle abat Jeffers devant Jan et s’enfuit avec celle-ci qui l’emmène jusqu’à Stark et son groupe. Elle prétend avoir tué Jeffers parce qu’il était un flic mais doit passer un interrogatoire serré avant de convaincre les activistes qu’elle est effectivement Sarah Hoffman. Ses efforts risquent hélas de se révéler inutiles car Pamela Dunlap réussit à s’enfuir de l’hôpital où elle était pourtant surveillée et cherche aussitôt à rejoindre le groupe de Stark, risquant de la démasquer…

Avec Robert Walker (Nat Stark), Cathey Paine (Monica Dunlap), Richard Roat (John Tyrell*), Peter Hansen (J.R. Dunlap), Art Evans (Russ Singer), Jamie Donnelly (Jan), John Crawford (Captain Parks). Et avec Pam Serpe (Tina Dunlap), Ed Griffith (Sherman), Bob Banfield (the Newsman), Dick McGarvin (reporter #1), Mark Harmon ([Officer Jim] Stanski), Ben Wilson (Jack [Benjamin]), Evelyn Guerrero (Ziba), Paul Micale (milkman), John Mahon (fireman), Amy Allen (nurse).

* Il se présente comme John Tyrell. A la fin de l’épisode, Crowley l’appelle Jim (qui est le prénom du policier tué au début de l’épisode).

Portrait d’une adolescente perdue qui trouve une raison d’être dans une cause qui la dépasse. Pepper perçoit son désarroi et croit en la possibilité de la raisonner, jusqu’au dénouement. Crowley lui aussi essaie de comprendre ce qui peut amener des idéalistes apparemment sincères à se tourner vers le terrorisme pour défendre leurs idées. Et sa conclusion est amère, quand il dit à Pepper : « N’essaie pas de comprendre. »

Le PCU est inspiré de l’Armée de Libération Symbionaise (Symbionese Liberation Army), un groupe terroriste d’extrême-gauche connu pour des actes de violence entre 1973 et 1975. Pamela Dunlap est inspirée de Patty Hearst, la petite-fille du magnat de la presse William Randolph Hearst, qui fut enlevée par la SLA à dix-neuf ans et participa ensuite à des actions du groupe avant d’être arrêtée par des agents infiltrés du FBI le 18 septembre 1975.

En montrant sa plaque à Tyrell, Crowley se présente comme CCU (Criminal Conspiracy Unit, le nom de son unité énoncé dès l’épisode 1.01).

 

3.03  Trial by Prejudice (Procès d’intention)

NBC, 12 octobre 1976

Ecrit par Sean Baine

Réalisé par Barry Shear

Angie Dickinson et Nancy Hsueh

Sur la foi d’un tuyau donné par une prostituée, T.J., Crowley et Pepper se rendent près d’un immeuble où un cambriolage est censé se dérouler. A leur arrivée, Nina Daniels, au volant d’une voiture, se met à klaxonner furieusement pour prévenir ses deux complices, Solvana et Jacobs, à l’intérieur du building, puis elle retient l’attention des policiers afin de leur donner le temps de vider les lieux. Alors que, menottée, elle est assise à l’arrière de la voiture de Crowley avec Pepper, elle se débat soudain en hurlant et accuse Pepper de l’avoir menacée et de l’avoir agressée physiquement. L’accusation pourrait paraître ridicule mais elle est prise au sérieux par les Affaires Internes. Les Sgts Tripp et Dalton sont chargés d’enquêter et ils mettent Pepper dans une position très délicate en évoquant le nom de Marlene Simpson. Six ans plus tôt, Marlene, une femme flic, démissionna de la police après des accusations d’homosexualité. Elle préféra quitter le service plutôt que de voir sa vie sexuelle étalée lors d’une enquête. Tripp et Dalton se disent prêts à la faire témoigner aujourd’hui, estimant qu’elle pourrait corroborer les accusations de Nina Daniels. Pepper et Marlene, en effet, partagèrent une chambre à l’Académie de police. Pepper, indignée et écœurée, remet son arme et sa plaque au Capitaine Harris. Contre l’avis de Pepper, Crowley rend visite à Marlene Simpson qui dirige aujourd’hui une affaire florissante mais prédit que son témoignage lors d’une audience publique sera de nature à ruiner sa respectabilité aux yeux d’une partie de ses clients. Pepper, de son côté, ne peut rester inactive et prend l’initiative, en dépit de sa suspension, de suivre Nina Daniels. Elle parvient ainsi à localiser l’endroit où se cachent ses deux complices, qui ont commencé à récolter les fruits du cambriolage : ils n’ont rien emporté sinon des photographies de factures, dont ils se servent pour une escroquerie qui commence déjà à porter ses fruits. Craignant de voir le gang se sauver, Pepper essaie de l’arrêter seule. Alors qu’elle a sorti son arme, Nina Daniels se jette sur elle, un coup de feu est tiré et Nina est tuée. Solvana et Jacobs s’enfuient en emportant leurs papiers et en laissant Pepper sans connaissance près du cadavre de Nina. C’est là que la retrouve Crowley. Pepper est désormais soupçonnée d’avoir tué Nina Daniels. Pour ne rien arranger, deux détenues arrêtées par Pepper, ayant lu dans les journaux sa mésaventure, affirment qu’elle les a agressées elles aussi, espérant tirer profit de la situation pour obtenir la révision de leur procès. Pour l’aider, Marlene Simpson décide de témoigner, malgré le refus catégorique de Pepper. Alors que l’audience s’ouvre, Crowley, Joe et Pete mettent tout en œuvre pour tirer Pepper d’affaire…

Avec Carol Lynley (Nina Daniels), Edward Binns (John Solvana), Jack Ging (Capt. Harris), John Kerry (Sgt Tripp), Adam Wade (Sgt Dalton) et Pat Crowley (Marlene Simpson). Et avec Susan Gailey (Rosie), Colleen Meeker (Fran), Fred Lerner (Jacobs), Charles Cooper (the Chairman) et Joe Ross (the Office Manager), John McCann (Lt Williams), Norman Rice (Capt. Walters), Larry Douglas (Asst. D.A. Troupe), Nancy Hsueh (T.J.), Katie Hopkins Zerby (Sally), Michael Talbott (officer #1).

Le scénario pose explicitement la question de l’homosexualité féminine (Marlene Simpson prononce le mot qu’elle suppose que Crowley n’ose pas dire, « lesbian », the L word) et de l’intolérance de l’institution comme de la société à l’égard de ce tabou. Marlene Simpson a démissionné de la police pour éviter un scandale et s’est reconvertie en femme d’affaires brillante mais le secret de sa vie sexuelle reste impératif pour préserver sa carrière. Indirectement, ce sont les préférences sexuelles de Pepper elle-même qui sont questionnées par l’institution policière.

 

3.04  Sara Who ? (Sara)

NBC, 26 octobre 1976

Musique de Jerrold Immel

Adaptation : Edward De Blasio, histoire de Douglas Benton et Edward De Blasio

Réalisé par Jerry London

Angie Dickinson et Meredith Baxter Birney

Sara Rossi, une femme policière de la Miramar Division, est attaquée chez elle et tuée de plusieurs coups de couteau. Elle était une amie de Pepper et Crowley et la colocataire de Liz Robson, autre femme flic que Crowley considère comme une sœur. C’est lui qui l’a encouragée à entrer dans la police après la mort de son frère James, flic lui aussi, tué en sauvant la vie de Crowley. Elle est particulièrement affectée par la mort de Sara et Crowley et Pepper la soutiennent comme ils peuvent tout en recherchant le coupable. Ils soupçonnent un mari et un père violent, Scott Hawkins, que Sara avait contribué à éloigner de sa famille et qui lui en a gardé rancune. Mais Hawkins a un alibi qui est bientôt vérifié. L’autre piste est celle de Hoyt Wiley, déjà coupable d’agressions contre des femmes flics dans un autre Etat. Mais lui aussi se révèle hors de cause. C’est alors que Liz est attaquée à son tour ; elle survit grâce au secours de voisins et est transportée à l’hôpital, dans un état critique. Elle succombe bientôt à ses blessures. C’est cette fois à Crowley que Pepper doit apporter son soutien car il est bouleversé. Elle pense aussi à une autre piste. Au cours d’une croisière qu’elle a faite peu de temps auparavant, Liz a perdu un carnet d’adresses. Une femme qui l’a côtoyée durant la croisière, Mrs Nemerover, se souvient qu’elle avait été ennuyée par un serveur, Albert, qui s’était mis en tête de la séduire au point de devenir véritablement embarrassant. Crowley se raccroche à cette piste. Le carnet perdu de Liz est retrouvé dans le casier d’Albert sur le paquebot où il travaille. La police investit alors le navire en attendant le retour des marins…

Avec Meredith Baxter Birney (Liz Robson), Bill Williams (Captain), Edward Olmos (Scott Hawkins), Kay Heberle (Coleen Hawkins) et Bibi Osterwald (Mrs Nemerover). Et avec Mary Jo Catlett (the Car Rental Clerk), Katie Hopkins Zerby (Sara Rossi), Fritzi Burr (the Landlady), Rhoda Gemignani (Francine) et Joella Deffenbaugh (Rose [Briarley]), Ric Carrott (Pepper’s neighbor [Jeremy]), John Alvin (the Doctor) et Diana Scarwid (Irene), Louis Elias (Albert Mead), Paula Mack (Jackie), Glenn Robards (ship’s officer), Wesley Tackitt (bakeshop owner).

Un épisode extrêmement efficace et touchant, qui met en scène deux agressions violentes mais a la délicatesse de mettre les émotions au premier plan. L’enquête policière est bien présente mais les relations des policiers, et notamment des femmes policières, sont dessinées avec intelligence et les deux drames successifs véhiculent chacun une forte charge émotionnelle, rehaussée par la musique de Jerrold Immel qui contribue à rendre l’ensemble poignant. Le regard de Pepper sur Crowley est lui aussi délicat, soulignant la profonde amitié qui les unit et qui se passe de mots.

 

Angie Dickinson et Edward Olmos

 

3.05  Broken Angels (Les anges déchus)

NBC, 9 novembre 1976

Musique de Jerrold Immel

Ecrit par Kenneth Peters

Réalisé par Corey Allen

Ron Feinberg et Robert Walden

Alors qu’ils font une descente dans un appartement occupé par des trafiquants de drogue, Pepper et l’équipe de Crowley découvrent un bébé abandonné dans un appartement voisin. Ils le confient au Sgt Loretta Muldare, une amie de Pepper dont le métier est de s’occuper des enfants maltraités. Pepper et Loretta reviennent plus tard arrêter le père du bébé, un junkie du nom de Spider Denton, dont toute la fibre paternelle s’est diluée dans la drogue qu’il consomme. Pour assurer sa défense, Denton va trouver Lawrence Henning, un avocat bien au-dessus de ses moyens, et le fait chanter : il « paiera » ses services en ne vendant pas à la police une photo qui le montre en compagnie du trafiquant Marty Madison. Madison est un client de Henning mais ce dernier craint néanmoins que Denton n’attire l’attention sur ses affaires, aussi demande-t-il à Madison de régler le problème. Madison charge un de ses hommes, Jim, de le faire : non en éliminant Spider mais en se débarrassant de la femme flic, Loretta Muldare. Cette dernière, marquée profondément par la perte de son mari et par des années passées à s’occuper des enfants battus, violés ou tués, a un problème avec l’alcool. C’est dans un bar que Jim la rencontre, fait connaissance et la fait boire, avant de l’emmener et d’envoyer sa voiture au fond d’un ravin. Loretta en réchappe mais de justesse. Henning, furieux, demande à Madison de s’en prendre cette fois à Spider. Jim et un tueur retrouvent donc celui-ci et tentent de le tuer mais l’intervention de Crowley, Pepper, Joe et Pete les en empêche…

Avec Anne Francis (Sgt Loretta Muldare), Robert Walden (Spider Denton), Dale Robinette (Jim), Frank Aletter (Lawrence Henning) et Chuck McCann (Marty Madison). Et avec Pat Cranshaw (the Swamper), Tom McDonald (Bell), Jerry Daniels (Carbone), Bea Silvern (the Landlady), Dennis Robertson (the Medical Examiner), Robert Ritchie (the Pediatrician), Anson Downes (Officer Langley*), Karen Smith (waitress), T.K. Carter (teen #1), Erik Washington (teen #2), Al Bordighi (property clerk) et Ron Feinberg (l’homme de main – non crédité)

* Langley au générique mais Oleson dans l’épisode

Les prestations d’Anne Francis et de Robert Walden donnent suffisamment de consistance à leurs personnages pour rendre l’histoire intéressante sans avoir à recourir à des scènes spectaculaires. Le scénariste utilise les voix d’Angie Dickinson et d’Anne Francis pour glisser un plaidoyer pour les enfants maltraités.

 

3.06  Brainwash (Lavage de cerveau)

NBC, 16 novembre 1976

Musique de Richard Shores

Ecrit par Rudolph Borchert

Réalisé par John Newland

William Smith et James Olson

Le corps d’un adolescent, Gary Lewin, est retrouvé sur une plage. Peu avant l’heure estimée de sa mort, au cours de la nuit, il avait appelé une hotline à destination des jeunes, et raccroché brusquement. Quelqu’un était après lui. Il avait auparavant appelé chez son père mais raccroché aussi avant que Paul Lewin n’eût pris la communication. Lewin père dit à Pepper et Crowley qu’il n’avait pas vu son fils depuis deux mois. Il l’avait placé dans une fondation, dirigée par un certain Curry, dont le propos est de « rééduquer et reprogrammer » les jeunes en perdition. Deux mots qui, aux oreilles de Crowley, sonnent comme « lavage de cerveau ». Pepper approche Curry en se faisant passer pour une journaliste du National Woman venue de New York pour le rencontrer dans le cadre d’une enquête sur ce genre de « fondations ». Crowley, de son côté, fait parler un culturiste du nom de Oaks qui a travaillé un temps pour la fondation. Il prétend que ce dernier et son assistant Cody, un autre culturiste, manipulent le cerveau des gamins, c’est pourquoi il a démissionné. Crowley, cependant, n’a aucun élément probant autorisant une action plus directe de la police. Pepper, pendant ce temps, a réussi à attirer l’attention de Curry et Cody mais ce dernier, qui a fouillé la chambre d’hôtel qu’elle a prise sous son faux nom, sent l’entourloupe et décide de retenir Pepper dans l’une des pièces d’isolement de la fondation. Elle y reste, attachée à un lit, durant une nuit entière, soumise à un bombardement de sons et de flashes lumineux censés altérer sa perception des choses. Ce n’est qu’au matin que Crowley, Pete et Joe réalisent qu’elle a disparu…

Avec James Olson (Curry), Karen Lamm (Pamela), Pepper Martin (Oaks), Judy Carne (hotline office worker) et William Smith (Cody). Et avec Edmund Gilbert (Paul Lewin), Marilyn Alex (the Matron), Wendell Baker (Gary Lewin) et Marcy Lafferty ([Nurse] Mackay), Gerald Jann (the Doctor), John Raynor (Pamela’s father), Wayne Marton (the Park Worker), Bob Schott (Weight lifter), James Eric (hotline office man), Carol Jones (hippie girl), Meegan King (boy).

Le motif du lavage de cerveau est l’un des poncifs de la série policière et d’espionnage mais le traitement, ici, privilégie l’enquête policière et l’attention aux personnages, conformément à l’esprit de la série. Les caractères ici sont moins touchants ou saisissants que dans d’autres épisodes mais on est loin tout de même du traitement archi-caricatural d’une série comme Hunter (celle de 1977 avec James Franciscus). En d’autres termes, il n’est pas question ici de « programmer » Pepper pour qu’elle assassine quelqu’un !

 

3.07  The Lifeline Agency (Bébé Connection)

NBC, 23 novembre 1976

Ecrit par Gabe Essoe

Réalisé par Corey Allen

Jeane Byron et Robert Horton

Un petit avion s’écrase dans les montagnes de Los Angeles. Le pilote Higgins et ses trois passagères sont tuées. L’une d’elles était Valerie Dorin, la femme d’un policier, Sam Dorin. Il est d’autant plus dévasté que l’accident semble lié à un réseau de trafiquants sur lesquels la police a déjà ouvert un dossier. Leur trafic : des bébés. Cindy, une amie de Sam, lui avoue que c’est elle qui a présenté Valerie à un certain Minter, un intermédiaire. Bien que sommé par Crowley de ne pas interférer dans l’enquête, Sam décide d’attendre Minter chez lui pour l’interroger sans témoin. Quand Crowley, prévenu par Cindy, arrive sur les lieux, Sam s’enfuit en emmenant Minter sous la menace de son arme mais Minter lutte avec lui et Sam est atteint d’une de ses propres balles tandis que Minter s’échappe. Il cherche un moyen de quitter le pays auprès de Hernandez, qui possède la petite compagnie d’aviation qu’utilise le réseau pour emmener les jeunes mères au Mexique, dans la clinique de Santa Maria où le Dr Wyness s’occupe de leur accouchement. Hernandez reçoit de son patron, Frank Armitage, l’ordre de se débarrasser de Minter. De leur côté, Pepper et Crowley décident de se faire passer pour un couple riche voulant acheter un bébé ; ils entrent en contact avec Armitage et négocient un petit voyage au Mexique pour choisir l’enfant. Hélas, Pepper reconnaît en Wyness un homme qu’elle a arrêté six ans plus tôt. Et hélas encore, il la reconnaît aussi…

Avec Dale Robinette (Sam Dorin), Kim O’Brien (Cindy), Paul Lambert (Dr Wyness), Armando Silvestre (Garcia), Ron Godines (Hernandez) et Robert Horton (Frank Armitage). Et avec Jeane Byron (Rita [Bond]), Jim Storm (Minter), Virginia Gregg (Nurse Harris), Lindsay Workman (the Medical Examiner), Andrea Adler (Janet), Nancy Stephens (Valerie [Dorin]), Hal Bokar (Bosewell), Christina Bercovici (Tammy), Erin Donovan (Marilyn), Sylvia Walden (nurse).

Sans caractère particulier, le scénario constitue un bon divertissement où l’on sent le souci de doser les ingrédients : une pincée d’émotion (le policier bouleversé par la mort de sa femme et qui cherche à trouver lui-même les coupables), un zeste d’action (Dorin vs. Minter puis le finale sur un bateau), accompagnez le tout d’une touche d’humour décalé (Pepper et Crowley en couple de Las Vegas version caricature de nouveaux riches), mettez à l’antenne et laissez dérouler. Pas le genre d’épisode à proposer aux Golden Globes mais rien de honteux non plus.

 

Earl Holliman, Angie Dickinson et Lindsay Workman, médecin légiste tout au long de la saison

Kim O'Brien et Angie Dickinson

Angie Dickinson et Earl Holliman sous la menace de Paul Lambert (au centre)

 

3.08  Tennis Bum (Les arnaqueurs de la côte)

NBC, 30 novembre 1976

Ecrit par Gregory K. Scott

Réalisé par Alvin Ganzer

Alex Cord et Angie Dickinson

Crowley et Pepper attendent Frank Lambkee à son arrivée à Los Angeles. Il est accueilli par un homme qu’ils prennent en filature jusque dans un club où ils s’inscrivent eux-mêmes (mais dans des chambres séparées). Lambkee rencontre bientôt Ralph Guidera, que Crowley reconnaît parce qu’il a été impliqué dans une fraude immobilière. Guidera veut obtenir la participation de Lambkee dans un projet de casino qu’il monte mais Lambkee sent, à raison, que Guidera ne lui dit pas la vraie nature de son projet. Pepper entre en contact avec l’homme qui a accueilli Lambkee à l’aéroport, Vincent Bass, un joueur de tennis. Ils s’apprécient et elle accepte de le revoir. Elle s’introduit aussi dans sa chambre et y découvre une mallette contenant un pistolet calibre .45, qui se révèle bientôt être le calibre de la balle qui a tué récemment Donald Lance, un ancien flic du CCU devenu détective privé, abattu alors qu’il enregistrait une conversation dont on ne sait rien puisque les enregistrements oint été emportés par le tueur. Pepper, qui commence à éprouver des sentiments pour Bass, sentiments visiblement partagés, est déçue, mais le rôle de Bass ne semble pas si évident. Alors qu’elle partageait un moment romantique avec lui sur la plage, quelqu’un a tenté de le tuer, un tireur qui a réussi à s’enfuir. Crowley a ensuite surpris une conversation entre Bass et Guidera, le premier faisant chanter le second en prétendant détenir un enregistrement que son tueur n’a pas emporté en tuant Lance. L’apparition d’un agent du gouvernement, Bob Landum, éclaircit un peu les choses : Bass travaille pour lui, comme le faisait Lance, et ils enquêtent sur un trafic de drogue que Guidera veut mettre en place avec le Mexique, sous couvert du projet de casino auquel il tente d’associer Lambkee…

Avec Alex Cord (Vincent Bass), Rick Jason (Frank Lambkee), Victor Holchak (Travis), Fran Jeffries (Tracy Conners) et Michael Lerner (Ralph Guidera). Et avec Madison Mason (Robert Landum), Rita Gomez (chambermaid), John Rayborn (Donald Lance), Joe Pronto (man), Don Petrie (Marine #1).

Rythme lent, à l’aune du climat romantique qui préside aux relations de Pepper avec Bass. Crowley est nerveux (à cause de l’enquête ou de l’atmosphère de romance ? Pete et Joe optent pour la seconde hypothèse) et Pepper à fleur de peau. Alex Cord confère à Vincent Bass l’assurance et le charme trouble qui en font un prétendant intéressant au cœur de Pepper.

Pepper confie à Tracy son (vrai ?) signe astrologique : « Je suis Vierge. »

Tracy Conners interprète Feelings de Morris Albert (avec Bass au piano).

Certaines scènes sont tournées à Paradise Cove.

 

3.09  Bait (Terreur sur le campus)

NBC, 7 décembre 1976

Ecrit et réalisé par David Moessinger

Angie Dickinson et Earl Holliman questionnent Kelley Miles (à gauche)

Une étudiante de la Pacific Western University est attaquée, battue et violée. Crowley est appelé à l’hôpital à la demande du père, Larry Quinn, un garagiste qui le connaît. Sa fille Celia est en état de choc. Plus tard, au commissariat, Crowley et Pepper rencontrent un étudiant passablement agité qui est venu parler d’un autre viol, celui d’Ann Lombardo, une autre étudiante. Crowley et Pepper vont parler à la jeune femme, qui n’a pas porté plainte. Elle ne se fait aucune illusion sur l’épreuve que représenterait un procès et refuse de témoigner, bien que Pepper essaie de la convaincre que les tribunaux et les jurés sont plus sensibilisés aujourd’hui à la détresse des victimes de viol. Des policiers sont déployés sur le campus, dont Pete et Joe. Ce sont ces derniers qui sont présents quand un jeune agent de la sécurité du campus, John Binns, interpelle un ouvrier d’un chantier voisin, Jerry Detra qui, ivre, erre entre les bâtiments des filles. Detra est emmené au poste et interrogé mais la police n’a aucun élément pour le retenir et Crowley reproche à Binns d’avoir provoqué beaucoup d’agitation pour rien. Il se renseigne d’ailleurs sur Binns, qui rêvait d’être policier, et découvre qu’il a été jugé mentalement instable, ce qui fait de lui un suspect possible aux yeux de Crowley, même s’il continue de réclamer davantage d’attention de la police. Joe et Pete arrêtent un autre suspect, un éboueur prénommé Calvin, surpris à épier des filles autour d’une piscine. Son casier porte mention de délits sexuels mais il semble plus fragile que dangereux à Crowley et Pepper qui le laissent repartir après avoir entendu les épreuves familiales par lesquelles il est passé récemment. Pepper, dans le même temps, sensibilise les étudiantes en allant leur parler dans les bâtiments de sororités du campus. C’est lors de l’une de ces sessions que Binns vient la trouver ; il est persuadé d’avoir surpris un suspect dans l’un des bâtiments et il insiste pour qu’elle l’y accompagne. Méfiante, Pepper le suit malgré tout…

Avec Bruce Davison (John Binns), Les Lannom (Jerry Detra), Boyd Bodwell (Calvin) et Tisha Sterling (Celia Quinn). Et avec M. P. Murphy (Larry Quinn), Bob Karnes (Lt Pruitt), Kelley Miles (Ann Lombardo), Midge Ware (Janet Jarman), Donald Petrie (Vern Haller), Lorry Goldman (Red Collins), Artie Spain (observer), Ralph Montgomery (security officer), Cheryl Carter (coed #1), Lisa Reeves (coed #2), Elizabeth Regan (girl).

Le scénario aborde les victimes de viol avec intelligence et se détourne des situations conventionnelles pour accorder son attention aux personnages, victimes et suspects. Tout en portant un regard sensible sur ces derniers, il met en place un véritable suspense en proposant plusieurs suspects et en entretenant le mystère jusqu’au dénouement quant à l’identité du violeur, dans les mains duquel Pepper se jette en dépit de sa prudence. Comme dans le résumé ci-dessus, les intuitions et les évidences peuvent être trompeuses…

 

3.10  The Death of a Dream (La fin d’un rêve)

NBC, 14 décembre 1976

Ecrit par Shimon Wincelberg

Réalisé par Douglas Benton

Sharon Farrell et Rafael Campos

Crowley escorte Gabe Hawkins, leader d’un groupe anarchiste qui doit passer en jugement. Mais le convoi est attaqué par un groupe de sympathisants de Hawkins qui tentent de le faire évader. Ils sont contraints de partir sans lui et, poursuivis par la police, se retranchent dans une chambre d’hôtel occupée par un avocat, McCann, et sa jolie secrétaire Millie, en flagrant délit de rendez-vous coquin. La police fait rapidement évacuer l’hôtel et encercler les lieux mais les criminels sont lourdement armés. L’un d’eux, Gil, a reçu une balle mais les deux autres, Avery et leur chef, Hallie, sont sur les dents. Pepper demande à Crowley de la laisser approcher avec un micro qu’elle placera dans la chambre voisine ; elle ira sans arme et sans plaque, au cas où elle serait surprise. Crowley refuse mais elle outrepasse ses ordres et y va quand même. Elle réussit à placer le micro mais ne tarde pas à être surprise par Avery et jointe aux deux otages. Crowley dirige les opérations depuis une cabane de chantier où il a emmené Hawkins et où l’a rejoint le chef de l’équipe d’intervention, Al Akers, partisan d’une intervention directe. Hawkins affirme que Hallie est une idéaliste pure et dure, déterminée et dangereuse, qui a cru lui rendre service en le faisant évader alors qu’il se désintéresse totalement d’elle et de la « cause »…

Avec Sharon Farrell (Hallie), Geoffrey Lewis (Officer Al Akers), Clifford David (Greg McCann), France Nuyen (Millie), Peter DeAnda (Gabe Hawkins), John Crawford (Captain Parks), Daniel Benton (Gil), Rafael Campos (Avery). Et avec Kathrine McKee (Police Sgt.), Pat Baldauff (Grisby), Bob Navarro (TV Newsman).

France Nuyen et Clifford David

Episode prise d’otages avec anarchistes dangereux et péripéties d’usage. Bien mené mais sans surprise. Ou sans surprise mais bien mené, au choix. Le titre peut faire référence à la déception de la terroriste en chef, Hallie, qui réalise en fin de parcours que son « gourou », qu’elle idolâtrait, ne croit pas plus en elle qu’en la cause et suit son propre agenda, notamment l’écriture d’un livre qui doit lui rapporter un beau paquet d’argent. Elle cite Shakespeare (« First kill the lawyers », citation personnelle du « The first thing we do, let’s kill all the lawyers » de Henry VI, Part 2, Acte IV, scène 2) et un titre du grand dramaturge s’applique bien à son parcours : Much Ado about Nothing (Beaucoup de bruit pour rien). L’avocat de l’épisode, McCann, pris en flagrant délit d’adultère, se révèle avant la fin de l’épisode un conseiller municipal qui devra, couverture télé de la prise d’otages oblige, s’occuper de recoller les morceaux avec Madame à son retour à la maison. Notons qu’entre-temps il aura montré un beau courage en offrant sa vie pour sauver celle de Pepper.

On a vu Daniel Benton dans l’épisode 2.08 et il apparaîtra encore dans deux épisodes de la série. Fils du producteur Douglas Benton (qui réalise cet épisode), il est apparu dans plusieurs séries puis a décidé de se consacrer plutôt à l’écriture (il signera un épisode de Police Woman, le 4.18, sous le nom de Daniel King, et deux épisodes de Dynasty notamment, sous le nom de Daniel King Benton).

48’05’’ : derrière France Nuyen, un grand panneau « De Blasio Construction ». L’une de ces références malicieuses que les producteurs glissent dans beaucoup de séries (ici, le scénariste Edward De Blasio, que l’on dirait aujourd’hui « showrunner » de la série, avec Douglas Benton).

 

France Nuyen devant le panneau De Blasio Construction (d'après Edward De Blasio, scénariste et producteur)

 

3.11  Father to the Man (Recherche désespérément son père)

NBC, 21 décembre 1976

Ecrit par Sheridan Gibney et Katrin Jaye

Réalisé par John Newland

Kim Richards et Angie Dickinson

Une gamine de douze ans, Kerry, est transportée à l’hôpital après un accident de voiture : le conducteur de la voiture où elle se trouvait a été abattu par un autre conducteur qui a pris la fuite. Le mort, Lou Keeler, était un homme de main connu de la police. La fillette, qui n’a pas de blessure apparente, n’est pas exactement une innocente petite fille : avec les infirmières comme avec Crowley et Pepper, elle se montre hostile et tout sauf timide. Elle réclame le sac qu’elle avait avec elle et les 54 $ qu’il contient. Renseignements pris, elle s’appelle Kerry McGuire et sa belle-mère Helen ne prend visiblement pas très à cœur son sort. Kerry ne s’intéresse qu’à son père, Greg ; elle est montée dans la voiture de Keeler parce qu’il disait la conduire à lui et elle tente de s’enfuir de l’hôpital pour aller à sa recherche. Pepper et Crowley la confient à une famille d’accueil, les Novotny, mais elle leur fausse compagnie dès la première nuit. Greg McGuire a manifestement de gros soucis avec des gangsters qui cherchent eux aussi à le retrouver. Ils tentent de le tuer quand il se montre à son hôtel. Il contacte alors la police et fixe un rendez-vous à Pepper et Crowley. Avant qu’ils n’arrivent à la Sinbad’s Tavern, cependant, les gangsters ont enlevé Kerry et laissé un message à Helen, qui le transmet à Greg : ils l’attendront sur la plage. Aussi Greg s’enfuit-il en voyant Crowley et Pepper. Il vole une voiture à l’arrière de laquelle est assis un enfant. Pepper et Crowley, puis Joe et Pete, ainsi qu’une voiture de patrouille et un hélicoptère de la police, le prennent en filature jusqu’à la plage…

Avec Lawrence Pressman (Greg McGuire), Marjorie Battles (Helen McGuire), William Prince (Karl Novotny), Augusta Dabney (Betty Novotny) et Kim Richards (Kerry McGuire). Et avec Mike Road (Rudy), Louise Hoven (Sally), Robert Bryan Berger (Shawn McGuire), Vince Martorano (Marko), Olivia Cole (the head nurse), Ben Frommer (clerk), Walter O’Keefe (priest), Lawrence Bame (Travis), Lou Graham (nurse).

Histoire de famille compliquée en forme de fuite en avant, vers un dénouement que l’on peut supposer dramatique. Kim Richards impose sa présence au premier plan, impertinente et trop lucide pour son âge.

 

3.12  Once a Snitch

NBC, 4 janvier 1977

Ecrit par Sean Baine

Réalisé par Alvin Ganzer

Paula Kelly et Bernie Casey

P.J. Johnson, récemment nommé chef de la police de San Roble, échappe de peu à un attentat à la voiture piégée. C’est un policier qui est tué à sa place. Il demande l’aide de Crowley pour mener l’enquête. Crowley et Pepper se rendent à San Roble et quand il apparaît nécessaire d’infiltrer l’organisation de Tutti Lawson, qui dirige la plupart des activités criminelles de la ville, ils font venir Linda Summers, la Veuve Noire (voir 1.19 et 2.19). Pepper et Linda travaillent donc de nouveau ensemble et se mettent à lever des hommes dans le club de Lawson, The Point After, de manière à attirer l’attention du patron et à se faire « officiellement » enrôler dans son équipe. Linda et P.J. ont visiblement un passif que Crowley et Pepper ignorent et qui rendent leurs relations tendues. Johnson finit par avouer à Crowley qu’il a demandé à Linda de l’épouser plusieurs années plus tôt et il n’a jamais vraiment accepté son refus. C’est Crowley qui lui parle de la petite fille de Linda, Trudy (« six ans maintenant », voir 2.19), dont il ignorait l’existence, ce qui permet de lever le malentendu entre eux ; Linda était persuadée, à l’époque, qu’il n’accepterait pas sa fille.

En attendant, l’enquête progresse après un petit « raté » initial : Pepper et Linda ont été arrêtées dès le premier soir par deux flics des Mœurs, Skeet et Youngblood, que Johnson n’avait pas mis dans la confidence de l’infiltration, et elles ont dû passer une nuit en prison (or, « Je déteste aller en prison ! », répète Pepper à Crowley, encore furieuse). Un complice de Lawson, Curt Thomas, est arrêté mais aussitôt abattu par un tireur invisible aux portes mêmes de l’hôtel de police. Le seul à avoir été informé de son arrestation étant le City Manager Tom Andes, Crowley et Johnson pensent avoir trouvé qui « protège » Lawson. Ils lui tendent donc un piège dans lequel il se jette tête baissée, ce qui permet son arrestation et celle du tireur, un officier de police, Whelan. Reste à saisir les registres secrets de Lawson tout en assurant la sécurité de Pepper et Linda qui sont auprès de lui…

Avec Paula Kelly (Linda Summers), James Congdon (Tom Andes), David Toma (Officer [Uno ? Ono ?]), John Ashton (Curt Thomas) et William Marshall ([Tutti] Lawson) et Bernie Casey (P.J. Johnson). Et avec Frank Whiteman ([Officer] Austin Whelan), Edward Knight ([Det.] Batson), Richard Lawson (Skeet) et Steve Kanaly (Youngblood), Phil Hoover (Larry), Frank McRae (Bubba) et Danny Trent (the First Officer).

Troisième (et dernière) contribution de Linda Summers, la Veuve Noire, aux enquêtes du CCU. Pepper et elle reforment donc le tandem séduisant et efficace des saisons 1 et 2 pour une infiltration sans originalité particulière mais agrémentée d’un mélodrame en sous-sol (entre Linda et P.J. Johnson) qui permet d’évoquer la fille de Linda, rencontrée l’année précédente. La question du cœur est : Linda trouvera-t-elle le bonheur dans les bras de P.J. ? Il faut regarder jusqu’à la fin pour y répondre !

David Toma, qui joue l’officier de police de San Roble tué dans l’explosion de la voiture au début de l’épisode, est le policier qui inspira la série Toma en 1974. Tony Musante y jouait le rôle-titre et David Toma en était le conseiller technique, jouant un petit rôle différent dans plusieurs épisodes. Il apparaissait également dans l’épisode 2.13, « The Hit ».

 

David Toma et Bernie Casey

Paula Kelly et Angie Dickinson entourent John Ashton

 

3.13  Night of the Full Moon (Le tueur aux deux visages)

NBC, 11 janvier 1977

Ecrit par Don Balluck

Réalisé par Alvin Ganzer

Angie Dickinson et Earl Holliman secourent Lisa Hartman (au premier plan) pendant que Charles Dierkop et Ed Bernard retiennent John David Carson (à l'arrière-plan)

Crowley monte une équipe de femmes policières se faisant passer pour des femmes plus âgées afin de coincer un tueur de femmes. Pepper et ses collègues arpentent les rues le soir dans l’attente hypothétique d’attirer l’attention du meurtrier. Ce n’est pourtant pas dans la rue mais dans un garage, alors qu’elle s’apprête à jouer son rôle, que Pepper est brutalement agressée, et pas par un homme mais par une femme. Celle-ci parvient à s’enfuir et on apprend le lendemain qu’à quelques pas de là elle a rossé deux voyous qui ont tenté de la détrousser. Munis d’un portrait-robot dressé par Pepper, la police fait des recherches. Dans un immeuble d’appartements, Pepper rencontre un jeune homme, Tommy Shaw, qui occupe l’appartement de Charlene Parker, une femme qui, d’après la logeuse, pourrait correspondre au portrait-robot. Le comportement de Tommy intrigue Pepper. Revenant avec Crowley visiter l’appartement en l’absence du jeune homme, Pepper reconnaît dans la penderie les vêtements que portait la femme qui l’a agressée. En enquêtant sur Tommy, Pep et Crowley rencontrent son oncle Martin et sa tante Helen qui leur racontent que Tommy a beaucoup souffert, enfant, de la mort de sa sœur Charlene et de leur père dans un accident, à la suite duquel sa mère a plus ou moins perdu la raison, forçant le garçon à s’habiller en fille. Crowley et son équipe prennent Tommy en filature alors qu’il part randonner en montagne avec sa petite amie Evelyn. Celle-ci, bouleversée, découvre durant cette escapade le terrible secret de Tommy…

Avec John David Carson (Tommy Shaw / Charlene Parker), Lisa Hartman (Evelyn), Sarah Cunningham (Helen Shaw), Woodrow Chambliss (Martin Shaw), Betty Kean (Charlene’s Landlady). Et avec John Megna (Stan), David Rini (Rudy), Ollie O’Toole (Miller), Al Hopson (the proprietor), William Whitaker (Murray), Mimi Cozzens (Barbara), Elizabeth Martyn (Tracy), Patricia Kane (Nancy).

Le thème du garçon meurtrier dominé par une personnalité féminine n’est pas nouveau et les trois quarts de l’épisode surprennent d’autant moins que le secret du tueur est révélé dès la première séquence. L’acte 4, pourtant, se révèle intéressant par la façon dont Evelyn découvre peu à peu le secret de son fiancé, petit garçon traumatisé par sa détresse et finalement possédé à nouveau par la personnalité de sa sœur. L’ultime scène est curieuse : Pepper entre dans le bureau de Crowley pour réciter presque sans le regarder une réplique destinée à refermer l’épisode sur une note amère. « Je me demande combien de temps il faudra pour que Tommy Shaw soit libéré et de retour dans les rues. Je suppose que c’est le système et que c’est ainsi que les choses doivent être. » Curieuse, parce que le thème de l’épisode n’est pas le « système » mais plutôt la personnalité du tueur. On notera aussi le rôle très mineur de la pleine lune, mentionnée parce qu’elle est censée rendre les illuminés plus dangereux encore… et c’est tout.

 

3.14  Banker’s Hours (Hold-up de charme)

NBC, 18 janvier 1977

Ecrit par Dan Ullman

Réalisé par John Newland

Earl Holliman et Laraine Stephens

Un duo de braqueurs de banques, baptisé les Helmets (les Casques) parce qu’ils portent un casque de moto, véhicule sur lequel ils arrivent et repartent, a déjà commis plusieurs attaques. L’équipe de Crowley est sur le coup. Le mode opératoire évoque un précédent gang dont deux membres sont encore en prison, Ray Osborne et Arnie Turner, tandis que le troisième, Cleon Wells, libéré sur parole, a disparu. Wells a témoigné contre ses deux complices pour obtenir un marché avec le D.A. Pepper et Crowley rencontrent les épouses d’Osborne et Turner, Karen et Gloria, ainsi que les deux hommes en prison mais ils n’en retirent pas d’éléments susceptibles d’aider leur enquête. Le suspect le plus vraisemblable est Cleon Wells. L’équipe de Crowley le retrouve et tente de lui parler mais il prend peur, brandit une arme et doit être abattu. Les Helmets, cependant, commettent un nouveau coup après sa mort, ce qui oriente l’enquête dans une autre direction. Pepper en vient à soupçonner les épouses d’Osborne et Turner ainsi qu’une troisième femme, Dorothy Wilson, qui a été l’une des compagnes de Wells. Karen et Gloria attaquent les banques et cachent ensuite leur moto dans un van conduit par Dorothy Wilson, ce qui explique pourquoi on n’a jamais pu arrêter les motards. Pepper les surveille et Dorothy est bientôt arrêtée, au moment où ses deux complices se préparent à commettre un nouveau coup. Karen et Gloria se débarrassent alors de leurs combinaisons et de leurs casques et essayent de fuir mais elles sont repérées par Pepper et prises en chasse…

Avec Laraine Stephens (Karen Osborne), Edith Diaz (Dorothy Wilson) et Marietta Hartley (Gloria Turner). Et avec Jack Knight (Raymond Osborne), William Bogert (Arnold Turner), Lindsay Workman (Dr Hodgkins), Linda Redfearn (Miriam), Christian Brackett (Harry), Adina Ross (Louella), Holly Smith (Quinlan), Ted Grossman (Cleon Wells), Larry Grant (sniper).

Un épisode qui entre dans la catégorie « bien mené mais sans surprise ». On peut remarquer dès la première apparition du braqueur en combinaison et casque que cet accoutrement dissimule une femme et donc avoir une petite longueur d’avance sur les enquêteurs. Le secret est de toute façon levé assez vite dans l’épisode, même si Pepper and Co tardent encore à découvrir le pot aux roses.

Pepper conduit une Ford Gran Torino immatriculée 361 PRV.

 

 

3.15  The Disco Killer (Disco-meurtres)

NBC, 25 janvier 1977

Ecrit par Stanley Roberts

Réalisé par Ernie Pintoff

Angie Dickinson et Ruth Roman

Shep Arnold, producteur de disques, est assassiné dans son bureau. Une fille qui se trouvait avec lui, Jean Mercer, est abattue lorsqu’elle tente de fuir mais, transportée à l’hôpital, elle est encore en vie. Adele Arnold est habituée aux fresques extra-conjugales de son mari qui, elle l’apprend à la police, était ruiné et avait des dettes. Ceux qui l’ont tué étaient probablement envoyé par un créancier pressé de récupérer son argent. Jean Mercer, elle, est une chanteuse débutante, fille d’une ancienne légende de la chanson, Lila Mercer, qui montre bien peu de compassion pour sa fille. Bien que Lila ne lui semble guère sympathique, Pepper va passer deux jours avec elle, dans son appartement : c’est le moyen imaginé avec Crowley pour pousser les tueurs à sortir du bois, en leur faisant croire que Jean s’en est sortie et est déjà de retour chez sa mère. L’appartement est surveillé par six policiers en civil qui ne laisseraient même pas passer le facteur ; c’est du moins ce qu’affirme Pepper à Lila Mercer, avant d’être aussitôt contredite. Car en créant une diversion qui retient l’attention de tous les policiers, les deux hommes de main Eddie et Miller réussissent à enlever Pepper et Lila juste sous leur nez. Crowley est furieux mais ne dispose d’aucune piste pour retrouver les deux femmes. Il en est donc réduit à attendre un signe. Pepper réussit à convaincre Eddie, Miller et leur boss Jack Garson – lequel est en cheville avec la veuve de Shep – qu’elle a la clé d’un coffre de banque dans lequel Shep a caché 800.000 $. Il faut attendre l’ouverture des banques le lendemain pour y accéder. Ce qui laisse à Pepper du temps pour penser à un moyen d’alerter Crowley, Pete et Joe…

Avec Ruth Roman (Lila Mercer), Jon Cypher (Shep Arnold), Taaffe O’Connell (Jean Mercer), Patricia Singer (Adele Arnold), Eddie Fontaine (Eddie), Don McGovern (Miller) et Guy Marks (Jack Garson). Et avec MacIntyre Dixon (Colman), Frank Downing (Tuttle), Joy Bond (Ellen Ramsey), William Edmondson (the security guard) et F. William Parker (Hal Buffum), Daryl Roach (the 1st investigator), Clayton Wilcox (the 3rd investigator), Michael Tipton (the husband), Rob Curtin (Jess).

Comme le précédent, « bien mené mais sans surprise ». Il se passe peu de choses dans cette histoire qui met certes en danger Pepper (enlevée par les méchants) mais sans que sa survie (jouée d’avance) constitue un enjeu fort. Pour lui donner quelqu’un à qui parler, le scénariste lui adjoint Ruth Roman, que l’on a vue dans nombre de séries depuis les années cinquante.

 

 

3.16  Shadow of a Doubt (L’ombre d’un doute)

NBC, 1er février 1977

Musique de Richard Markowitz

Ecrit par Dan Ullman

Réalisé par Alf Kjellin

Rosalind Cash et Ed Bernard

Joe Styles fait équipe avec Cynthia Martin dans l’équipe de nuit et l’accompagne à un rendez-vous avec un informateur, Georgie. Elle demande à Joe de rester en arrière au moment où elle s’engage dans une allée à la rencontre de Georgie. Elle dit à celui-ci de dire à Milo que c’est terminé, puis elle sort son arme et tire en direction de Georgie, dans le mur derrière lui. Georgie réplique et abat Cynthia. Elle meurt quelques instants plus tard dans les bras de Joe.

Le mari de Cynthia, Harold, accuse Joe d’être responsable et prétend qu’il avait une liaison avec Cynthia. Joe fait l’objet d’une enquête des Affaires Internes et est temporairement suspendu. Les deux inspecteurs des AI ne font pas dans la délicatesse et insistent lourdement sur la liaison supposée de Joe avec Cynthia, en dépit de ses dénégations. Harold Martin, cependant, est bientôt retrouvé mort et l’autopsie révèle qu’il se droguait, probablement depuis des années. Pepper et Crowley commencent à avoir des soupçons sur la mort de Cynthia. Ils pensent que celle-ci se procurait de la drogue pour Harold auprès de Milo Sylvester, dont Georgie était l’un des revendeurs, et qu’elle a délibérément tiré à côté de l’informateur pour le pousser à répliquer. Elle voulait mourir.

Tout juste réintégré, Joe est contacté par Milo Sylvester qui offre de fournir un témoin capable de blanchir Cynthia. En échange, il veut que Joe, affecté dans l’équipe de nuit à nouveau, ferme les yeux sur ses livraisons de drogue. Pour l’aider à faire son choix, il fait enlever sa femme Harriet et leur bébé. Après avoir hésité à en informer Crowley, Joe finit par parler. Crowley monte alors une opération d’envergure pour sauver Harriet et le petit Pete et prendre les trafiquants la main dans le sac…

Avec Theodore Wilson (Harold Martin), Rosalind Cash (Cynthia Martin), Michael Baseleon (enquêteur des Affaires Internes), Mel Scott (Sgt Carl Peterson) et Kandi Keith (Harriet Styles) et Robert Loggia (Milo Sylvester). Et avec Al Ruscio (Plummer), Ken Jones (the 1st reporter), Marilyn Devin (the 2nd reporter), Lindsay Workman (the Medical Examiner), Brian Dennehy (Burrows), Cliff Carnell (Wilbur), Maurice Kowalewski (the V.A. Official), Dave Carlile (Mitch), Zachary Charles (proprietor), Mark Sheldon Bernard (Joey [Styles]).

Le sujet principal du scénario est l’enquête autour de la mort de Cynthia et la mise sur la sellette de Joe Styles, qui permet une ouverture sur sa famille. Pepper fait preuve de délicatesse en affirmant à Harriet, lors d’une visite privée, que Joe l’aime profondément et qu’il n’a jamais eu de liaison avec Cynthia. Le dénouement montre l’équipe soudée autour de l’un des siens.

La voiture que conduit Joe est immatriculée 367 PRV. Celle de Crowley est également PRV, comme une voiture devant laquelle passent les deux hommes de main de Milo avant d’enlever Harriet.

Les deux fils de Joe et Harriet s’appellent Joey (adolescent) et Pete (bébé).

 

3.17  The Killer Cowboys

NBC, 8 février 1977

Adaptation : Edward De Blasio, histoire de David Dugan

Réalisé par Alexander Singer

Angie Dickinson et Frank Converse

Deux hommes vêtus comme des cow-boys d’opérette attaquent des petits commerces en laissant parfois un mort derrière eux. Le Lt Fry recrute l’équipe de Crowley pour effectuer une surveillance constante d’endroits susceptibles d’être attaqués. Au même moment, Pepper est contactée par Dean Hopkins, qui fut jadis un bon ami et un peu plus, ancien pilote de ligne entre-temps marié, et veuf depuis quinze mois. Ils se voient, s’apprécient, passent des moments agréables ensemble, jusqu’à ce que, sans transition, Dean demande à Pepper de l’épouser et de repartir avec lui à New York. Pepper réalise qu’il est toujours très affecté par la mort de sa femme et qu’il cherche à combler un vide dont il souffre énormément…

Avec Frank Converse (Dean Hopkins), John Dennis Johnston (Arthur Tolliver) et Ned Wilson (Lt [Ralph] Fry). Et avec Susan Lanier (Sandy), Natalie Core (Miss [Alice] Gearing), John Spanko (Jim Tolliver) et Mary Angela (the Police Woman [Mary]).

Le résumé est court car l’épisode suit une ligne narrative simple et lente. L’intrigue policière, même si elle donne son titre à l’épisode, est secondaire. L’essentiel tient dans la romance de Pepper avec Dean Hopkins, qui éclaire l’ambiguïté de sa relation avec Crowley, présente dans d’autres épisodes : amis, amoureux ? Si Crowley est heureux de voir sa partenaire heureuse, la jalousie n’est jamais loin. L’épilogue est délicat, entre larmes contenues et… caramels fudge.

La chanson « Leave Me Tomorrow » (musique de Morton Stevens, paroles de Hermine Hilton) accompagne une scène romantique, une autre voit Pepper en prononcer les paroles sur le thème musical de la série version love story.

Pepper cite le début de « Super flumina Babylonis », un poème d’Algernon Swinburne : « By the waters of Babylon we sat down ans wept / Remembering thee… »

 

3.18  Shark

NBC, 15 février 1977

Ecrit par Rudolph Borchert

Réalisé par John Newland

Charles Dierkop passe les menottes à Cliff Emmich

Le CCU enquête sur des usuriers qui rackettent et font disparaître ceux qui ne payent pas. Les deux collecteurs sont connus, Joey Perry et Leo Stoller, mais Crowley veut découvrir pour qui ils travaillent et démonter le réseau entier. Avec Pepper, il interroge Alessandra, dont le mari Vince a eu la main ébouillantée dans l’huile par les deux malfrats ; Vince et Alessandra ont ouvert un restaurant et ont emprunté aux usuriers parce qu’aucune banque ne leur accordait le prêt dont ils avaient besoin. Mais Vince refuse de porter plainte et de coopérer avec la police, préférant régler les choses lui-même. Crowley doit donc se débrouiller autrement. Pete se fait passer pour un concurrent venant opérer sur le territoire de Perry et Stoller, Pepper sollicite un prêt auprès de Lewin, qui met ses clients en contact avec le réseau, tandis que Joe, en passant par une salle de billard que fréquentait l’une des victimes récentes des usuriers, se fait embaucher par la société Atlas Rendering, qui collecte les déchets de viande d’un certain nombre de restaurants et boucheries. Dans les bidons de viande transite en réalité une partie de l’argent du réseau, dont le cerveau est le patron d’Atlas, Spiro. Mais Joe n’a pas le temps d’informer ses collègues de ce qu’il découvre : surpris, il est sévèrement rossé et enfermé dans une pièce de l’usine Atlas. Crowley et son équipe se tournent alors vers Vince et Alessandra, qui peuvent les aider à retrouver Joe avant qu’il ne soit trop tard…

Avec Pepper Martin (Joey Perry), Cliff Emmich (Spiro), Lee Paul (Leo Stoller), Pervis Atkins (Mike), Charles Siebert (Vince), Deirdre Lenihan (Alessandra) et Jack Jones (Lewin). Et avec Emmaline Henry (Jan), Peter Leeds (Lunsford), Don ‘Red’ Barry (Morris), Gary Giem (Scotty Blake), Lee Kurty (Melinda), Henry Oliver (the Property Officer), Ivan Saric (Tony), Frank Arno (cook), Billy Jackson (Charlie Lion), Bob Goldstein (butcher).

Selon une formule récurrente dans la série, Rudolph Borchert décrit une enquête méthodique du CCU avec quelques moments de tension et d’action mais surtout une procédure qui se veut réaliste, avec interrogatoires, témoins effrayés, infiltration, « routine » d’un business illégal qui est montré en parallèle de l’investigation. Plusieurs scènes sont filmées dans une véritable usine, ce qui permet de varier les décors et de donner un cachet d’authenticité à l’histoire.

 

3.19  Solitaire (Solitaire)

NBC, 22 février 1977

Ecrit par Gregory K. Scott

Réalisé par Douglas Benton

Eugene Roche et Angie Dickinson

Keith Patrick Murphy, un flic de New York, vient en Californie avec son équipier Trumbull pour arrêter Tedesco et son complice Blat, recherchés à New York pour le meurtre du précédent partenaire de Murphy. Ce dernier est un ami de Crowley, qui le retrouve avec son unité pour procéder à l’arrestation. Les deux criminels sont appréhendés et l’équipe de Crowley accompagne Murphy et Trumbull à l’aéroport d’où ils doivent repartir pour la Grande Pomme. Mais, par un malencontreux concours de circonstances, une bombe explose précisément là où ils se tiennent. Tedesco et Blat en profitent pour disparaître. Crowley et son équipe se retrouvent avec deux problèmes sur les bras : remettre la main sur les prisonniers et découvrir qui a posé la bombe. Blat est assez vite repéré, caché dans une caisse en attente d’être chargée sur un avion, et de nouveau arrêté. Tedesco en revanche reste introuvable. Bientôt, le poseur de bombe envoie une cassette à une petite station de radio pour déclarer qu’il a posé une autre bombe dans l’aéroport ; pressés par le temps, Crowley et Pepper n’arrivent pas à convaincre le directeur de la station, Dave Gerard, de leur remettre la cassette et ils ne l’obtiennent que parce que Murphy se montre brutal avec Gerard. La voix sur la cassette est reconnue par un vigile de l’aéroport, Selby, ce qui permet l’arrestation de l’homme, Nadje. Pepper parvient à le convaincre de dire où il a caché la seconde bombe. Entre-temps, Tedesco refait surface : prenant une hôtesse en otage, il exige un avion pour quitter la ville. Et où se tient-il, face à Murphy qui refuse de bouger ? Précisément là où la bombe va exploser d’une minute à l’autre…

Avec Eugene Roche (Keith Murphy), Richard Lynch (Tedesco), Monte Landis (Nadje), Don ‘Red’ Barry (Capt. Simmonds), Joe E. Tata (Blat), Corey Allen (Dave Gerard) et Diana Muldaur (Helen Murphy). Et avec Victor Holchak (Webster), Jack Rader ([John] Trumbull), Robert Nash (Dr Milton), Reid Cruikshanks (the Mechanic), Frank Conn (Marsala), Jane Lambert (the Landlady), Larry Douglas (Guard [L. Selby]), Anson Downes (the Uniformed Sgt.), Al Eisenmann (Sean Murphy).

Il faut accepter l’improbable concomitance des deux intrigues (les deux bombes sont placées précisément là où se tiennent les protagonistes, à deux moments de l’histoire) pour regarder cet épisode en appréciant ce qui compte vraiment : la personnalité de Keith Murphy, autour de laquelle se joue un drame qui n’a rien à voir ni avec les criminels poursuivis ni avec les bombes. Les échanges d’Eugene Roche et Diana Muldaur prennent en charge la dimension émotionnelle de l’histoire, de plus en plus touchante à mesure que le drame se joue, à distance (il est à L.A., elle à New York).

Si vous trouvez un air de ressemblance entre le petit Sean Murphy de cet épisode et Ike Eisenmann qui joue le jeune Jeff un mois plus tard, dans l’épisode 3.23, c’est que Sean est joué par Al Eisenmann, le petit frère d’Ike (trois ans de différence).

Sur l’édition DVD de Shout Factory, les minutes 17 à 24 présentent une image plus sombre, non restaurée comme le reste de l’épisode.

 

3.20  Bondage

NBC, 1er mars 1977

Adaptation : Irving Pearlberg, histoire de Frank Telford

Réalisé par Arnold Laven

Kenneth Mars et Angie Dickinson

Crowley et Pepper font du cheval dans les collines quand ils découvrent le corps d’une femme dans les buissons. Dolores Rogell était une actrice de films pornographiques, elle a été assassinée. Crowley et son équipe interrogent le réalisateur Manny Ziegler et son assistant Wilkes, qui constituent la totalité de l’équipe technique des films de Ziegler, qui prétend financer lui-même ses productions. Il éprouvait visiblement des sentiments pour Dolores, qui l’a rejeté. Pas de quoi, affirme-t-il, lui donner envie de la tuer. Marsha Gilmore, qui a tourné dans le dernier film de Dolores, est persuadée qu’elle a été tuée par l’acteur Chuck Bragen, connu pour son sadisme. Il nie évidemment. Peu de temps après, il est retrouvé mort lui aussi ; il a laissé une note dans laquelle il avoue le meurtre de Dolores et son intention de se suicider. Cousu de fil blanc, selon Pepper. Marsha a déclaré par ailleurs que Ziegler avait un associé dont elle ne connaît que le prénom, Tony ; c’est lui qui finance les films et certaines scènes sont filmées dans sa maison, où les acteurs sont conduits à l’arrière d’un fourgon rouge sans vitres. Pepper propose de jouer les actrices amateures afin d’être engagée par Ziegler et de rencontrer son associé. Elle n’a aucun mal à retenir l’attention du réalisateur. L’idée est de porter un micro quand on la conduira chez Tony, mais l’homme de main de Tony, Lench, vient la chercher impromptu et elle doit le suivre sans micro, et sans renfort. Elle devait rencontrer Marsha Gilmore, cependant, et celle-ci donne l’alerte à Crowley en ne voyant pas venir Pepper. Entre-temps, l’enquête a révélé le nom de Tony, Linaver, et Crowley, Pete et Joe se mettent à la recherche de sa maison, dans l’espoir d’y arriver à temps pour sauver Pepper…

Avec Kenneth Mars (Manny Ziegler), Lance LeGault (Lench), Barney McFadden (Matt Rogell) et Darrell Zwerling (Wilkes) et Tony George (Tony Linaver). Et avec Kathleen King (Marsha [Gilmore]) et Kenneth Tigar (Ben Rexford), John Garrett (Chuck Bragan), John Howard (David Earl), Stanley Clements (the Apt. Manager), Amanda Harley (Marsha’s Apt. Mgr.), Belle Ellig (Mrs Reinike), Bond Gideon (Dolores [Rogell]), Bob Walton (the Young Man), Jayne Shaw (the Young Lady).

Matt Rogell, le frère de l’actrice assassinée, a un rôle purement utilitaire : en cherchant lui-même à retrouver le meurtrier de sa sœur, il finit par devenir le deus ex machina qui sauve la mise à Pepper.

Quelques scènes en extérieurs (notamment une petite poursuite en voiture) mais l’essentiel est tourné en studio.

Le réalisateur Arnold Laven donne à sa femme Wallace Earl (alias Amanda Harley) un petit rôle, celui de la logeuse de Marsha, qui apparaît dans une scène.

 

3.21  Silky Chamberlain (Artiste voleur)

NBC, 8 mars 1977

Ecrit par Douglas Benton et Edward De Blasio

Réalisé par Barry Shear

Phillip Clark et Cheryl Ladd

L’oncle de Crowley, Luigi, est victime d’un couple d’escrocs qui vole toutes ses économies. Crowley et Pepper collaborent avec Randy, de la brigade de répression des fraudes (Bunco), et Kate, une jeune policière des Mœurs, pour monter leur propre escroquerie afin de prendre au piège Silky Chamberlain, l’escroc qui a abusé de la confiance de Luigi. Randy et Kate se font passer pour un couple aisé, Larry et Jennifer Collins, et descendent dans un hôtel où ils savent trouver Silky. Ils attirent son attention en jouant les parfaits pigeons et, comme escompté, Silky les embarque dans une escroquerie de son cru. La mission est aussi, incidemment, l’occasion pour Randy de flirter avec Kate, séduisante et… célibataire. Hélas, Randy est reconnu par Cindy, la petite amie du complice de Silky, Charles Franklin, qu’il a arrêtée par le passé. Silky orchestre alors un coup de théâtre pour s’emparer de l’argent apporté par les « Collins » tout en continuant lui-même de jouer son rôle, sans prendre la fuite. Crowley doit jouer de finesse pour piéger l’escroc, avec un coup de pouce de l’Oncle Luigi…

Avec Phillip Clark (Randy), Cheryl Ladd (Officer Kate Lindsey), Vito Scotti (Uncle Luigi), Tom Ligon (Charles Franklin) et William Windom (Silky Chamberlain). Et avec Sherry Miles (Cindy), Brian Richards (Larry Collins) et Troas Hayes (Jennifer Collins), Dennis Rucker (Ralph), Cletus Young (the hotel clerk), Steve Itkin ([Leonard] Kravsow), Colleen Crowell (Exercise instructor).

L’épisode renoue avec les fondements de l’idée initiale de Robert Collins, illustrée par l’épisode « pilote », « The Gamble » : escroquerie, jeu, enquête sous couverture. Le nom d’emprunt de Randy et Kate, Collins, est une allusion directe à Robert Collins. Vito Scotti dans le rôle de l’Oncle Luigi apporte une touche de fantaisie italienne bienvenue.

Quelques mois plus tard, Cheryl Ladd intégrait l’équipe des Drôles de Dames qui allait lui apporter une célébrité durable. Elle se distingue déjà, ici, par sa présence.

Crowley est très fier de l’un de ses pseudonymes : Chester Oliver Pinkerton. COP.

Oncle Luigi, après avoir embrassé Crowley – That’s not for you, it’s for my girlfriend, Sergeant Pepperoni ! (Et la blague le fait franchement rire.)

 

3.22  Deadline : Death (Echéance fatale)

NBC, 22 mars 1977

Ecrit par Gregory K. Scott

Réalisé par John Newland

Ike Eisenmann et Angie Dickinson

Crowley et Pepper se rendent dans le restaurant de M. Quon, dans Chinatown. Il leur confie la disparition de son petit-fils et leur demande leur aide. Lorsqu’une descente de police a soudain lieu pour surprendre les jeux clandestins qui se tiennent dans l’arrière-salle – une routine dans le quartier -, ils échangent quelques mots avec leur collègue Wagner. Plus tard, dans un autre quartier de la ville, le journaliste Curtis Forrester est tué dans l’explosion de sa voiture, piégée, sous les yeux de son garçon, Jeff. Crowley et Pepper sont sur place et, quand ils apprennent que le jeune garçon doit être conduit dans un foyer en attendant d’être placé en famille d’accueil (sa mère est également décédée), ils décident de l’y emmener, espérant pouvoir parler avec lui. Crowley ne peut cependant se résoudre à laisser l’enfant dans le foyer et prend l’initiative, au mépris du règlement, de l’héberger dans son appartement, où Pepper passe également la soirée et la nuit. Ils parviennent à parler avec Jeff, qui hélas ne sait pas grand chose, sauf peut-être que son père avait un informateur surnommé la Mangouste. Le patron de Curtis, Bane, connaît l’existence de l’informateur mais pas son identité ni le moyen de le contacter. L’incendie de sa maison, criminel à l’évidence, atteste la volonté de son meurtrier de faire disparaître toute trace de ses investigations. Finalement récupéré par les Services sociaux, Jeff s’enfuit du foyer, déterminé à découvrir lui-même qui a tué son père. Il se met en quête de la Mangouste. Crowley et Pepper parviennent à trouver ce dernier et le rencontrent, apprenant de lui que le journaliste enquêtait sur une corruption à haut niveau en lien avec les jeux clandestins. Un policier serait impliqué. Dans le même temps, Crowley et Pepper apprennent à Quon que son petit-fils a été retrouvé à San Francisco, mort, hélas, d’une overdose. Quon à son tour accepte de les aider dans leur enquête sur les jeux clandestins. Grâce à quoi ils prennent la main dans le sac le policier corrompu, Wagner, qui les mène jusqu’à son complice, le politicien McCormick. De son côté, Jeff a réussi à contacter la Mangouste qui lui a fixé un rendez-vous. Mais Pepper et Crowley découvrent que la Mangouste n’était pas seulement l’informateur de Curtis : il était aussi un braqueur de banques recherché que Curtis avait identifié et qui, pour cette raison, pourrait s’en prendre au garçon…

Avec Pernell Roberts (Wagner, Vice Squad), Bert Remsen (Bane), Joe Kapp (Paul Solvino, Homicide), John Crawford (Capt. Parks), Philip Ahn (Quon), David Dukes (McCormick) et Ed Bakey (James Contreras aka the Mongoose / la Mangouste) et Ike Eisenmann (Jeff Forrester). Et avec Peggy Ann Garner (Mary Snyder), Burr Smidt (Mossman) et Ray Buktenica (Morris), Hank Brandt (Curtis Forrester), Larry Ellis (Haldi), Michael Chan (Fong), Walt Davis (Polygraph Examiner), Jodie Mann (Police Station Officer), Paul Preston (Vice cop), Stephen Woo (Officer), Terry Brannon (the cop).

Un scénario inspiré qui révèle la facette sensible et paternelle de Crowley. La relation de ce dernier et Pepper avec le jeune Jeff est traitée avec délicatesse. Et offre l’occasion, en prime, de mettre Pepper dans une robe de chambre de Crowley et de lui faire passer la nuit chez lui.

Dans l’épilogue, Crowley confie à Pepper qu’il a vécu dans un foyer quand il était enfant. D’où sa détestation de ce genre d’établissement et son refus d’y laisser le petit Jeff.

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1970s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :