Guide réalisé par Thierry Le Peut

 

En VO, la série complète existe sous différentes formes, y compris en Blu-Ray. En VF, il faut se contenter des saisons 1 à 3 en DVD.

 

Saison 5

(1980-1981)

 

Avec Jaclyn Smith (Kelly Garrett), Cheryl Ladd (Kris Munroe), Tanya Roberts (Julie Rogers) et David Doyle (John Bosley). Et avec John Forsythe (Charlie – invisible et non crédité).

Voix françaises : Evelyne Séléna (Kelly), Céline Monsarrat (Kris), Anne Jolivet (Julie), Philippe Dumat (Bosley), Jean Berger (Charlie).

 

Produit par Edward J. Lakso (1 à 3), Robert Janes (4 à 6, 9), Elaine Rich (7, 13, 15), Edward J. Lakso (8, 10, 11, 12, 14, 16)

 

5.01  Angel in Hiding (Agence de mannequins) – 90’

ABC, 30 novembre 1980

Ecrit et produit par Edward J. Lakso

Réalisé par Dennis Donnelly

Partie 1 : Les Anges enquêtent sur la mort de Jody Mills, un mannequin au sujet de laquelle s’inquiétait son père, venu spécialement à Los Angeles pour la retrouver. Son corps a été retrouvé dans une allée, derrière le salon de « massage » Eddie’s, où de jeunes femmes se montrent dans des cabines sous le regard des clients concupiscents. Kelly et Kris s’intéressent très vite à la colocataire de Jody, Julie Rogers, un autre mannequin dont le comportement les intrigue. Elles attirent également l’attention de Dale Woodman, directeur de l’agence de mannequins qui employait Jody, et jouent d’audace pour se faire engager. Elles assistent ainsi à l’une des soirées que Woodman donne pour de riches clients et y retrouvent Julie, accompagnée de son compagnon Harry. Julie les met en garde contre les dangers de leur curiosité, tandis que Harry échange quelques mots agressifs avec l’un des hommes présents, Jimmy Joyce, qui s’occupe visiblement de fournir les filles en héroïne. Kelly et Kris apprennent par deux autres filles, Louise et Sally, qu’il existe deux groupes dans l’« écurie » de Woodman : le premier constitué des filles qui restent dans la course, le second de celles qui décrochent et qui finissent chez Eddie’s, ou pire. Ce fut le cas de Jody et d’une autre, Terry Mann, qui finit par se suicider en s’abandonnant à la mer, toutes deux ayant sombré dans la drogue. Alors que Kelly, Kris et Bosley viennent de voir le corps de Terry emmené par une ambulance, elles voient arriver sur les lieux Julie et Harry, puis une voiture grise dont l’un des occupants tire sur eux à bout portant. Harry est touché et meurt dans les bras de Julie en lui demandant de trouver les responsables…

Partie 2 : Lors des funérailles de Harry, Julie raconte aux filles et à Bosley son association insolite avec Harry, qu’elle considérait comme une sorte de mentor, de protecteur. Il était son contrôleur judiciaire, au terme d’un parcours difficile, et elle l’aidait à enquêter sur le trafic de drogue qui a cours au sein de l’agence de Dale Woodman. Harry venait de provoquer Jimmy Joyce en lui annonçant qu’il allait s’emparer de son « territoire ». Bosley, Kelly et Kris proposent à Julie de les aider à poursuivre l’enquête de Harry. Kris décide de se faire évincer du « premier groupe » des filles de Woodman afin de suivre le parcours des Jody et autres Terry. Elle est ainsi envoyée par Steve, l’assistant de Woodman, dans un salon de l’auto où un certain Lloyd Marks veut lui faire revêtir une tenue scandaleusement dénudée et où un autre, Eddie, la recrute dans son salon de « massage ». Elle y rencontre Edward Jordan, l’un des riches clients de Woodman, qui loue le temps de filles pour simplement les photographier. Pendant que Kris découvre que le vieil homme poursuit une quête d’« authenticité » à la limite de la pathologie, et que c’est lui qui a assassiné Jody Mills, Kelly et Bosley prêtent secours à Julie qui, en suivant Jimmy et son acolyte Benson, les meurtriers de Harry, s’est retrouvée dans une situation délicate : Jimmy, en effet, a décidé de se débarrasser de son complice, Steve, qui lui a reproché le meurtre de Harry, et Julie se retrouve au milieu de ce règlement de comptes…

Avec Christopher Lee (Dale Woodman), Jack Albertson (Edward Jordan), Vic Morrow (Harry Stearns) et Dack Rambo (Steve). Et Don Stroud (Jimmy Joyce – non crédité). Et avec David Hurst (Stovich), Kitty Ruth (Louise) et Earl Colbert (Jason Mills), Nancy Bleier (Terry), Diane Lander (Sally), George Dickerson (Lloyd), Charles Picerni (Benson), Matthew Tobin (Barry), Jerrold Ziman (Eddie) et Mae Marmy (Miss Delp), Jesse Logan (Betty), Ann McCurry (Jody Mills), Vivian Ford (Ellie).

Vf Sady Rebbot (Woodman), Philippe Ogouz (Steve), Jacques Richard (Jimmy), Gérard Hernandez (Jordan)

La première partie de l’épisode est la plus intéressante, donnant à la nouvelle recrue Julie Rogers une place prépondérante et lui faisant l’honneur d’une personnalité énigmatique et bien trempée. La seconde bascule dans l’ambiance Charlie’s, c’est-à-dire intrigue décousue et situations invraisemblables ou naïves (avec mention spéciale pour le finale dans les bureaux de Dale Woodman, où le businessman cynique finit abandonné de tous après que les filles et Bosley ont révélé la façon dont il traite ses « filles »). L’épilogue montre l’engagement de Julie par Charlie (qui l’annonce aux filles via l’interphone du bureau, évidemment).

Bosley mentionne l’absence de Tiffany, qui a « décidé de rester dans l’Est quelque temps ».

Diffusé en une soirée, l’épisode sera ensuite découpé en deux parties (la seconde s’ouvrant sur une dizaine de minutes d’extraits de la première).

Tanya Roberts et Vic Morrow

 

5.02  To See an Angel Die (La fin du voyage)

ABC, 30 novembre 1980

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par Dennis Donnelly

Les Anges et Bosley arrivent à Hawaii et s’installent dans la nouvelle agence Townsend que Charlie y a ouverte. Partie en voiture acheter du Champagne pour fêter cela, Kris est abordée en voiture par un camion qui la pousse hors de la route. Son conducteur, Tom Grainger, accompagné de ses enfants Ted et Charlene, l’enlève en l’accusant du meurtre de sa femme : Kris l’aurait arrêtée lorsqu’elle était officier de police à San Francisco, durant un stage de deux semaines aux Mœurs, et la femme se serait suicidée dans sa cellule. Grainger est un homme en colère, dévoré par la haine et surtout par la culpabilité car sa femme s’était enfuie, fatiguée de subir sa brutalité.

Pendant que le camion des Grainger emmène Kris vers la pépinière Grainger (que Tom désigne comme « la fin du voyage »), une femme, Eleanor Willard, se présente à l’agence Townsend. Elle a retrouvé la voiture de Kris abandonnée sur la plage. Douée de perception extra-sensorielle, Eleanor affirme que la vie de Kris est en danger. Bosley, Kelly et Julie acceptent de se fier à ses intuitions, qui semblent se nourrir d’un livre pour enfants que Kris emmène partout avec elle, Hansel et Gretel, et prennent la route en suivant les signes que leur indique la voyante…

Avec Jane Wyman (Eleanor Willard), Cameron Mitchell (Tom Grainger), Gary Frank (Ted Grainger). Et avec Katie Hanley (Charlene Grainger).

Vf Claire Guibert (Eleanor), Jacques Richard (Tom Grainger), Bernard Tiphaine (Ted)

Scénario d’une grande simplicité qui, à défaut d’originalité, apprend aux fans des Anges que Kris emmène toujours dans ses bagages un exemplaire d’Hansel et Gretel lié à son enfance. Kelly, qui mentionne ce fait, ne donne pas davantage d’explications mais l’épisode comporte une courte scène flashback qui montre Kris enfant assise (perdue ? enfermée ?). Dans la suite de l’histoire, Kris sème des indices sur sa route (son sac à main et des graines s’écoulant d’un sac qu’elle a percé et qui forment une ligne blanche sur la route).

 

5.03  Angels of the Deep (Sirène d’alarme pour trois sirènes)

ABC, 7 décembre 1980

Ecrit par Robert George

Réalisé par Kim Manners

Profitant des beautés d’Hawaii, Julie fait de la plongée avec une amie, Bianca Blake, qu’elle vient tout juste de rencontrer. Mais, sous l’eau, un homme armé d’un couteau attaque Julie et les deux femmes sont tout juste revenues à terre que Bianca disparaît. Bosley et les filles mènent l’enquête et croisent la route de deux types, Blackie et Chin, qui essaient d’enlever Julie alors qu’elle est avec Kelly, avant de se rendre compte qu’ils ne s’attaquent pas à de faibles femmes. Blackie et Chin travaillent pour Tony Kramer, qui est impatient de finir les travaux de son grand restaurant asiatique et qui compte pour cela sur l’argent de la drogue : or, son herbe est au fond de l’océan, dans son bateau le Starshine qu’il a coulé pour échapper aux garde-côtes. Et c’est précisément dans cette zone qu’a plongé Julie, entraînée là par Bianca. Celle-ci a appris l’existence du bateau et de la drogue par Marvin, qui avec son copain Claude a déjà récupéré l’herbe et cherche à la vendre à Cindy Barton. C’est bien ce qui ennuie Tony Kramer, qui voit deux gugusses lui voler son gagne-pain et tenter de le vendre à sa cliente. L’art du chantage permet à Bianca d’obliger Claude et Marvin à la faire entrer dans leur combine mais elle ignore qu’ils sont déjà sur le point de conclure l’affaire avec Cindy. Et elle s’emploie elle-même à tenir Julie et ses copines à l’écart de la vérité. Ces dames n’en finissent pas moins par démêler l’écheveau et tout le monde se retrouve sur les docks au moment de conclure la vente…

Avec Patti D’Arbanville (Bianca [Blake]), Antonio Fargas (Blackie), Gary Lockwood (Claude), Sonny Bono ([Marvin] Walrus), Moe Keale (Chin) et Bradford Dillman (Tony Kramer), Anne Francis (Cindy Barton), Soon-Teck Oh (Lt Torres).

Vf Patrick Poivey (Tony), Sady Rebbot (Marvin)

Blackie – Tony, you’re not going to believe this : now, there are four dollies !

Chin – And a fat guy !

Blackie – Do you think it’s some kind of all girl mob ?

Tony – The way the world is today, anything is possible.

 

5.04  Island Angels (Un tueur à gages sur l’île)

ABC, 14 décembre 1980

Adaptation de Robert George, histoire de Robert I. Holt

Réalisé par Don Chaffey

Le Lt Torres demande l’aide des Anges et spécialement de Julie, qui a déjà vu un tueur à gages que le groupe terroriste Cercle Rouge envoie dans l’archipel pour assassiner Erik Nilsson, président d’un mouvement pour la paix. Bosley et les Filles les accompagnent à l’aéroport d’Honolulu pour observer les passagers débarquant du vol où le tueur aurait pris place. Julie reconnaît effectivement l’un d’eux, bientôt identifié comme Fredrick Ober, arrêté par Torres. Mais tout a été si facile qu’elle pense que le Cercle Rouge a en réalité envoyé deux tueurs, afin que le second puisse remplir son contrat même si l’autre était arrêté. On pense que le tueur se trouve parmi le groupe de vacanciers du Club Aloha, que Bosley et les Filles décident donc de surveiller. Bosley se fait passer pour un journaliste et Julie pour sa photographe, tandis que Kris devient serveuse dans l’hôtel où le groupe est logé et que Kelly enquête de son côté sur les membres du groupe. Tout le monde est suspect, de l’irascible Bud Fisher qui réagit vivement devant l’appareil photo de Julie à Jack Barrows gêné d’être lui aussi photographié avec Lisa Gallo. Un homme masqué s’introduit d’ailleurs dans la chambre de Julie ce soir-là afin de voler la pellicule contenant ses photos du jour. Puis Barrows est découvert noyé et, en questionnant un commerçant, Lin, à son sujet, Kelly provoque une réaction violente du marchand, qu’elle est obligée de mettre au tapis. Julie, pendant ce temps, cherche à voir le visage de Mark Williams, un médecin qui, tombé malade dès son arrivée, se terre dans son bungalow. Il semble qu’il soit en fait préoccupé par une histoire de cœur, que Julie l’aidera à résoudre ! Quant à Fisher, sa nervosité s’explique par le fait qu’il est recherché par le FBI, sans être pour autant le tueur à gages du Cercle Rouge. Alors que Nilsson arrive à son tour à Hawaii, il est de plus en plus urgent d’identifier le tueur…

Avec Richard Jaeckel (Bud Fisher), Barbi Benton (Toni Green), Lyle Waggoner (Jack Barrows), Don Knight (Fredrick Ober), Keye Luke (Lin) et Randolph Mantooth (Mark Williams), Carol Lynley (Lisa Gallo) et Soon-Teck Oh (Lt Torres).

Vf Bernard Tiphaine (Fisher / Barrows), Greg Germain (Mark), Jean-Claude Montalban (Lt Torres)

Les Filles jouent les auxiliaires de police en apportant leur concours au Lt Torres : se voyant encerclé par ces Dames brandissant chacune un revolver, Ober leur demande si elles font partie de la police, à quoi elles répondent que non mais qu’elles l’aident à faire son travail. Tout simplement. A la fin de l’épisode, c’est Julie qui recueille les félicitations générales, qu’elle reçoit avec la modestie qui s’impose, incitant Kris à lui déclarer qu’elle est maintenant une amie et un membre à part entière de l’équipe. Ce qui se traduit par une accolade de ces trois dames et force sourires.

On retiendra le combat de Kelly contre Keye Luke (et leurs doublures), version arts martiaux, dans une scène complètement téléphonée, qui n’a d’autre intérêt que d’ajouter une péripétie à l’ensemble. L’intrigue Mark Williams tire le scénario vers un avatar de L’Ile fantastique ou La Croisière s’amuse.

 

5.05  Waikiki Angels (Plage interdite)

ABC, 4 janvier 1981

Ecrit par B.W. Sandefur

Réalisé par Dennis Donnelly

Cheryl Ladd et Jaclyn Smith avec Rex Holman et Dan Haggerty

La fille du Sénateur Sam Knight disparaît sur une plage de Waikiki durant sa lune de miel avec David Lindsay. Tous deux ont été attaqués par des hommes en buggy des sables et David a été blessé tandis que Marti a disparu. Le Sénateur engage les Anges pour la retrouver, tout en promettant publiquement une récompense à toute personne susceptible de l’aider. Avec le concours de Steve Walters, un sauveteur, Kelly, Kris et Julie se font engager pour surveiller les plages. Kelly est alors prise à partie par trois hommes qui se déplacent en buggies. Ce sont eux, Bo, Ted et Lee, qui détiennent Marti dans une villa qu’ils occupent illégalement tandis que les propriétaires sont en voyage. Bo a drogué la jeune femme et lui a fait subir « les pires sévices physiques et moraux » (dira plus tard le Sénateur Knight). Ted, cependant, mal à l’aise avec les agissements de ses deux acolytes, et attiré par la récompense promise, contacte Bosley pour proposer de rendre la fille. Son appel permet à Kelly et Julie de retrouver Marti dans la Vallée des Temples, après qu’elle est parvenue à échapper à ses geôliers. On retrouve bientôt le corps de Ted, assassiné par ses propres complices. Ces derniers, qui ont repéré Kelly sur la plage, entreprennent alors de l’enlever pour remplacer la victime qu’ils ont perdue. Kris lui ayant prêté main forte, elles sont emmenées toutes les deux et retenues prisonnières à leur tour, tandis que Bosley et Julie les recherchent…

Avec Dan Haggerty (Bo Thompson), Patrick Wayne (Steve Walters), Rex Holman (Lee Dain), Denise DuBarry (Marti [Lindsay]), Christopher Goutman (David [Lindsay]) et Richard Anderson ([Sénateur] Sam Knight), Edd Byrnes (Ted Burton) et Soon-Teck Oh (Lt Torres).

Vf Francis Lax (Bo), Sady Rebbot (Ted), Daniel Russo (Lee), Jacques Deschamps (Sam)

L’épisode est un enchaînement de situations absurdes à partir d’un postulat minimal (trois méchants enlèvent des filles pour leur faire subir des sévices). Le but étant de distraire sans choquer, on s’étonne de l’insistance du Sénateur (Richard Anderson faisant deux apparitions) à souligner les « pires sévices physiques et moraux » subis par sa fille, étant donné qu’on n’en voit rien, ou pas grand-chose. Dan Haggerty (le gentil Grizzly Adams de la série La légende d’Adams et de l’ours Benjamin) est censé incarner un terrible tortionnaire mais son attitude à l’égard de Kelly et Kris dans le dernier acte de l’épisode lui donne plutôt des allures de guignol. Quant à la façon dont Kelly et Kris se mettent à disposition des bad guys tout en feignant d’être des détectives aguerries, on peut en rire. Ou pas.

On notera l’apparition de deux visages connus de Hawaii Police d’Etat : Zulu, qui fut Kono dans les quatre premières saisons de la série (et qui s’appelle ici… Kono), et Tommy Fujiwara, qui tint de multiples rôles dans les enquêtes de Five-O et qui, ici, fait une apparition dans l’épilogue (au demeurant parfaitement inutile : se présentant comme un représentant officiel d’Hawaii, il vient féliciter les filles de leur travail et déclare, en gros, qu’avec trois citoyennes comme elles dans l’archipel le crime n’aurait qu’à bien se tenir !). Ni l’un ni l’autre n’est crédité au générique.

Tanya Roberts et Jaclyn Smith avec Patrick Wayne

 

5.06  Hula Angels (Et si l’on dansait…)

ABC, 11 janvier 1981

Ecrit par Robert George

Réalisé par Kim Manners

Gene Barry en cage avec Tanya Roberts

Steve Moss, le patron du club de music-hall Steve’s Tropic Nights, est enlevé par trois individus au visage dissimulé derrière des masques de cochons et retenu dans une cage hissée à l’intérieur d’un entrepôt. Une rançon d’un million est réclamée, que sa femme Marion dit ne pas pouvoir réunir. Elle demande l’aide des Filles de Charlie. Pour démontrer le sérieux de leurs menaces, les ravisseurs enlèvent chaque jour une danseuse du club : ainsi disparaissent Margot, puis Lily… En enquêtant sur Steve Moss, que son assistante Stacy décrit comme un sale type, les Filles découvrent qu’il a aidé en réalité un certain nombre de filles même quand il ne les gardait pas dans son équipe de danseuses. La raison semble en être la disparition brutale de sa propre fille, une blessure toujours ouverte. Tandis que Bosley et Kelly enquêtent au grand jour, Kris et Julie se font embaucher par Stacy pour recueillir des informations de l’intérieur. Elles en viennent à soupçonner Stacy d’être l’instigatrice de l’enlèvement ; mais Stacy refuse de croire que Steve n’est pas l’homme extrêmement riche qu’elle imagine, et chaque jour qui passe met davantage en danger les danseuses. Lorsque Stacy comprend qu’elle a embauché deux détectives, c’est Julie qui est bientôt enlevée et qui se retrouve dans la même cage que Steve…

Avec Gene Barry (Steve Moss), Patch Mac Kenzie (Amy), Branscombe Richmond (Bob Ahuna), Shawn Hoskins (Donna) et Pat Crowley (Marion Moss), Joanna Cassidy (Stacy). Et avec Barry Woodruff (Danny), William Bryant (Lamont Burns), Kristin Larkin (Margot), Elizabeth Lindsey (Lily) et Soon-Teck Oh (Lt Torres).

Vf Roger Rudel (Moss), Monique Thierry (Stacy), Brigitte Morisan ? (Marion Moss), Philippe Ogouz (Jimmy Borges – non crédité)

Jimmy Borges, artiste hawaiien que l’on a vu dans de nombreux épisodes de Hawaii Police d’Etat, fait une apparition dans le rôle d’un homme qui aborde Marion Moss lorsqu’elle transporte la rançon.

 

5.07  Moonshinin’ Angels (Alambic et vieilles querelles)

ABC, 24 janvier 1981

Ecrit par B.W. Sandefur

Réalisé par Kim Manners

Charlie envoie les Filles dans le comté de Gifford afin de mettre de l’ordre dans la querelle séculaire entre les Catlin et les Bartlett, deux familles de trafiquants d’alcool de contrebande (les moonshiners) qui sont sur le point d’atteindre un point de non retour. Or, il semble qu’une tierce partie soit en train d’envenimer délibérément les choses alors que les principaux concernés n’ont en réalité aucune raison de s’affronter. Qui est cette tierce partie et quel est son but ? S’agit-il de mettre la main sur le marché illégal de l’alcool de contrebande ou y a-t-il des raisons politiques plus larges, et dangereuses ? Pour le savoir, Kris potasse la chimie organique et se fait embaucher par Bluford Catlin pour doper la production d’alcool ; Kelly, elle, se fait embaucher par Hawkshaw Bartlett (Archibald en VF) pour conduire la voiture dans laquelle est transporté l’alcool (le fils de Bartlett, Bobby Dan, a été blessé en la conduisant et Hawkshaw est persuadé qu’il a été attaqué par les Catlin, ce qui en réalité n’est pas le cas) ; quant à Julie, elle propose ses services comme serveuse au Etta’s Diner afin de glaner des informations. Et Bosley n’est pas oublié : il arrive bientôt dans le comté de Gifford en se faisant passer pour un riche investisseur texan intéressé par la production des Catlin et des Bartlett. L’équipe est ainsi en mesure de découvrir que George Bartlett trahit sa famille au profit de Max Lacy, la fameuse « tierce partie », qui est bien décidé à mettre les moonshiners à terre. La situation devient explosive car les deux chefs de clan, Hawkshaw et Bluford, sont prêts à déclarer la guerre une bonne fois, ce que déplorent Bobby Dan Bartlett et Melinda Catlin, amoureux l’un de l’autre…

Avec Andrew Duggan (Hawkshaw), George Loros (Max Lacy), Dennis Fimple (George Bartlett), Steve Hanks (Bobby Dan Bartlett), Miriam Byrd-Nethery (Flo Bartlett), Tisch Raye (Melinda Catlin) et Dabbs Greer (Bluford Catlin) et Bob Lesser (Burt Walker). Et avec Richard Fullerton (Turk Swanson), Barbara Lang (Etta), Arnie Moore (Josh).

Vf Raymond Loyer (Hawkshaw Bartlett), Patrick Poivey (Lacy), Anne Rochant (Flo), Georges Aubert (Bluford Catlin), Gérard Dessalles (Bobby Dan), Brigitte Morisan ? (Melinda)

Les Duke de Shérif fais-moi peur sévissaient depuis deux ans déjà lorsque les producteurs de Charlie’s Angels ont imaginé cette virée au pays des rednecks, où Kelly conduit une voiture de course comme un vrai Duke tandis que Kris devient en un clin d’œil une pro de l’alambic. Les chefs de clan sont joués par Andrew Duggan et Dabbs Greer, deux vétérans : l’un a été guest star dans toutes les grandes séries (Duggan) tandis que l’autre, plus discret et abonné aux seconds rôles, était à l’époque le Révérend Alden de La Petite maison dans la prairie.

 

5.08  He Married an Angel (Mariage surprise)

ABC, 31 janvier 1981

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par Don Chaffey

Les sœurs Stone, Barbara et Jane, engagent les Drôles de Dames pour retrouver l’escroc John Thornwood, qui s’est joué de l’une d’elles en lui proposant le mariage avant de disparaître avec leur argent, 100.000 $. Elles veulent récupérer la somme mais aussi voir l’intrigant puni. Charlie ayant localisé Thornwood dans un immeuble de haut standing, Wiltern Arms, Kris emménage derrière la porte à côté et, jouant un petit numéro avec Bosley, le persuade qu’elle est, comme lui, un escroc. Il est immédiatement séduit et se propose comme associé dans une affaire qu’elle monte. Il a justement le pigeon idéal : Monica Regis, une galeriste ingénue qui n’a sans doute connu intimement aucun homme et qui fond d’amour pour le beau « professeur » John Thornwood. En enquêtant sur Monica, les Dames découvrent qu’elle est la fille de Joe Fenell, un chef d’entreprise affilié à la pègre, qui l’adore littéralement. Un plan machiavélique germe alors dans l’esprit de Julie : Thornwood ayant promis le mariage à Monica pour l’amener ensuite à lui prêter une grosse somme, pourquoi ne pas le prendre à son propre piège en l’obligeant à épouser réellement sa promise, tout en le laissant croire qu’il s’agit d’une cérémonie bidon ? Ainsi, Monica aura le mari dont elle rêve, et l’on peut compter sur Joe Fenell pour obliger Thornwood à filer droit ! Sitôt dit, sitôt fait : Bosley se fait passer pour le Père Benedictine que Kris enferme dans la sacristie afin que son complice Bosley – en réalité le vrai Père Benedictine – puisse célébrer le mariage en présence du père de la mariée, ému aux larmes. Les serments échangés, les Filles s’éclipsent et Thornwood comprend qu’il a été berné. Il tente bien de disparaître à son tour mais Joe Fenell n’est pas homme à laisser une « tapette » (c’est ce dont Thornwood a l’air à ses yeux) rendre sa fille malheureuse. Et, dans l’intervalle, les Filles ont récupéré les 100.000 $ des sœurs Stone…

Avec David Hedison (John Thornwood), Harold J. Stone (Joe Fenell), Beege Barkett (Monica Regis), Eloise Hardt (Barbara Stone), Ernie Sarracino (Father Benedictine). Et avec Lee Teri (Jane Stone), George Ball (Bill Connors) et Jack Kosslyn (Harrison), Louie Nicholas (aka Louie Elias) (Gus), Sharon Johansen (Ms. Fricke).

Vf Jean Barney (Thornwood), Jean Violette (Fenell), Patrick Poivey (Harrison / Connors)

Le scénario emprunte la voie de la comédie sur le thème de l’arroseur arrosé, déroulant les étapes d’une arnaque habilement menée par les Anges, qui s’amusent aux dépens du séducteur briseur de cœurs. Pour souligner que Joe Fenell est un gangster, la musique parodie le thème du Parrain.

 

5.09  Taxi Angels (Sabotage)

ABC, 7 février 1981

Ecrit par Robert George

Réalisé par John Peyser

David Doyle, Sally Kirkland, Tanya Roberts et Cheryl Ladd

Tom Archer est blessé dans l’explosion de son taxi. Ce n’est que le dernier d’une longue liste d’incidents qui amènent sa femme Laurie à engager les Anges de Charlie. Kelly fait donc son apprentissage de chauffeur de taxi tandis que Julie prend en charge le standard de la compagnie et que Kris chausse des patins à roulettes pour jouer les serveuses dans un fast food situé en face de l’Archer Cab Company. Le comportement de « Sarge », un vétéran à l’esprit dérangé, en fait le suspect numéro un : renvoyé par Tom parce qu’il n’arrivait plus à assumer les petits travaux qu’il lui confiait, Sarge traîne sans arrêt dans les locaux de la compagnie parce qu’il aimerait reprendre sa place, et on l’a vu autour de la voiture de Tom quelques instants avant l’explosion. Le mécanicien, Jake Barnett, est également suspect aux yeux des Filles, d’autant que Kelly est elle-même victime d’un sabotage lorsque les freins de son taxi viennent à lâcher. Jake raconte bientôt à Kelly que Sarge aurait perdu sa femme, écrasée par un taxi, et Kelly et Julie, voulant interroger le vétéran, l’effraient au point qu’il s’enfuit et fait une chute mortelle. Il apparaît alors que ce n’est pas la femme de Sarge qui est morte de cette façon mais celle de Jake…

Avec Norman Alden (Jake Barnett), Sally Kirkland (Laurie Archer), Robert Costanzo (Mac Gossett) et Scott Brady (Sarge). Et avec Charles R. Penland (Jammer), Daved Pritchard (Tom Archer), Donald Craig (Fred Simon), Jimmy A. Henderson (punk rocker).

Vf Maurice Sarfati (Jake), Philippe Ogouz (Archer), Edmond Bernard (Mac / client #1)

Les privés et les flics, surtout chez Aaron Spelling, ont un jour ou l’autre à conduire un taxi pour coincer un tueur. C’est Kelly qui s’y colle ici et l’on s’étonne de voir ses partenaires admirer sa conduite, puisqu’elle avait déjà démontré dans le 5.07 qu’elle conduisait comme un pilote de course ; quoi qu’il en soit, elle explique qu’elle a appris avec un ancien petit ami. Kris, en revanche, joue les utilités, cantonnée à son rôle de serveuse et reléguée en bout de file dans les plans qui montrent les trois Dames au sein de l’agence Townsend, tandis que Julie a droit aux gros plans et à davantage d’exposition, sculptée dans un sweater qui met ses formes en valeur.

La légèreté des scénarios est une marque de fabrique de la série mais, ici, on note une scène pour le moins dérangeante : ce sont Kelly et Julie qui, en jouant les super-flics sans aucune finesse (« Ouvrez la porte ! », bang bang on tire dans la serrure pour entrer et on fait irruption comme des furies), provoquent la mort du vétéran mentalement déficient. Charlie a beau leur dire ensuite qu’elles ne pouvaient pas prévoir ce qui allait arriver, on n’y croit pas un instant : cette fois, le goût de la caricature se heurte à un cas de conscience moral qui n’est certainement pas à l’honneur des héroïnes. Le retournement final est lui aussi dénué de finesse mais davantage dans le ton de la série, puisqu’il s’agit de révéler l’identité du coupable et de mettre en scène son arrestation un brin musclée.

 

5.10  Angel on the Line (Le tueur au téléphone)

ABC, 14 février 1981

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par Kim Manners

Lois et Mary sont deux amies célibataires qui se rendent au Hot Line Club, où des hommes et des femmes célibataires peuvent se contacter d’une table à l’autre à l’aide d’un téléphone. Lois reçoit un appel d’une voix sensuelle qui s’excuse… de devoir la tuer. Effrayée, elle quitte le club et Mary et elle se dirigent chacune vers sa voiture. Lois est alors attaquée et, tentant de fuir, se jette sous les roues d’une voiture. Elle meurt. Mary s’adresse aux Drôles de Dames qui commencent par se rendre au Hot Line. Julie et Kris sont assises à une table, Kelly et Mary à une autre, Bosley seul au bar. Très vite, Kelly répond à un appel de la même voix, que reconnaît Mary, et l’homme lui dit qu’il va la tuer. En observant les hommes qui parlaient au téléphone au même moment, Julie et Kris repèrent deux suspects, Harry Stark et John Harkins. Le numéro d’hypnose de Margot vient faire diversion à ce moment-là, mettant Kelly et Stark côte à côte durant quelques instants, avant qu’il ne se lève et ne s’en aille. Ce soir-là, en quittant le club, Kelly est réellement mal à l’aise, profondément impressionnée par la voix au téléphone et par ses propos. Rentrant seule chez elle au volant de sa voiture, elle se découvre suivie par un autre véhicule ; elle parvient à le semer mais elle est à peine rentrée chez elle que le téléphone sonne : le tueur a trouvé ses coordonnées. Bosley et les Filles s’attellent à des recherches sur Stark et Harkins, qui ont tous les deux un casier judiciaire mentionnant des arrestations pour « violences sexuelles ». Kelly, dans la rue, est abordée par Edward Ford, un journaliste qui dit l’avoir remarquée au Hot Line et avoir parlé d’elle avec Margot, avec laquelle Kelly avait discuté quelques minutes la veille, avant de s’en aller. Elle accepte de prendre un café avec lui puis elle retourne au Hot Line où elle souhaite voir Margot pour vérifier ce que Ford lui a dit. Pendant ce temps, Bosley fait des recherches sur Edward Ford et découvre une vérité inquiétante…

Avec Tisha Sterling (Mary), Diane Mc Bain (Penny), Paul Cavonis (Harry Stark) et Bruce Watson (Edward Ford). Et avec Brad Maule (bartender), Clare Peck (Lois) et Frank Arno (master of ceremony), Tobi Allyn (waitress).

Vf Monique Thierry (Lois), Francine Lainé (Mary), Patrick Poivey (la voix au téléphone / le maître de cérémonie), Michèle Bardollet (Margot)

Kelly a les honneurs de cet épisode où Jaclyn Smith trouve l’occasion de jouer la peur, une peur insidieuse et persistante qui la tenaille durant les trois quarts de l’épisode et donne lieu à un dénouement inhabituellement saisissant (au moins durant quelques scènes).

Dans la VF, le tueur a trois voix différentes : une pour chacun des rôles qu’on lui voit jouer, et une troisième pour la voix au téléphone. Cette troisième voix (celle de P. Poivey) est également attribuée au maître de cérémonie, qui n’apparaît qu’une fois, faisant de cette figure très secondaire un suspect potentiel.

 

5.11  Chorus Line Angels (En avant le music-hall)

ABC, 21 février 1981

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par David Doyle

Ruth Traina engage les Anges pour enquêter incognito au sein d’un groupe de music-hall qui prépare un spectacle dans lequel elle a investi une grosse somme qu’elle risque de perdre. Deux danseuses en effet ont disparu sans explication et Ruth pense que quelqu’un essaie de saboter le spectacle. Kelly parvient à se faire engager comme danseuse (avec Julie jouant l’imprésario) tandis que Kris se fait passer pour une journaliste préparant un article sur le show. Le metteur en scène Darian Mason et la chorégraphe Marcia Howard ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde et Marcia est sceptique quant aux qualités de danseuse de Kelly mais les répétitions suivent leur cours lorsqu’une autre danseuse, Nancy, disparaît alors qu’elle tentait de joindre Kris, en pleine nuit. Julie a noté par ailleurs que John Summers, un employé un peu simple d’esprit qui s’occupe du café et des petits travaux, cherche désespérément la reconnaissance et l’affection d’une danseuse, Jessica, sur laquelle il « sait des choses ». En enquêtant sur la disparition de Nancy, Kris démasque le responsable des disparitions, qui a enlevé les danseuses pour saboter le show ; elle doit son salut à l’intervention de Kelly et Julie. Il ne reste plus alors qu’à rebooster la chorégraphe et les danseuses mises à mal par tous ces incidents, afin qu’elles offrent aux investisseurs venus de Las Vegas un spectacle digne de tout le travail accompli…

Avec Michael Callan (Darian Mason), Mark Slade (John Summers), Pamela Peadon (Marcia Howard), Mary Doyle (Ruth Traina), Nancy Fox (Nancy Swenson), Lee Travis (Jessica Thorpe), Eileen Barnett (Renee). Et avec Sandy Roveta (Grace), Louis Zito (Mr Karnes). Sleepless Rag Dancing Lady Pals. Buddies and Friends Music & Lyrics by Edward J. Lakso Orchestrations by William Pierre Choregraphy by Tad Tadlock assisted by Kenneth S. Eiland.

Vf Claude Chantal (Marcia), Patrick Poivey (Summers / Karnes)

On peine à trouver un sens à ce scénario, qui joue la montre : le même show est monté à deux reprises, à la fin du dernier acte et dans l’épilogue, juste parce que l’investisseur Karnes dit qu’il « veut revoir quelque chose ». L’ensemble de l’épisode se partage entre les numéros chantés-dansés et l’enquête, réduite à la portion congrue, presque tout étant filmé dans le studio où se font les répétitions. C’est encore une fois Kelly qui tire son épingle du jeu en exploitant ses talents de danseuse. Comme quoi, on peut être ex-aspirante flic et détective tout en étant capable de rivaliser avec des danseuses professionnelles : le tout, c’est d’y croire, non ? David Doyle, lui, apparaît dans quelques scènes mais se tient aussi derrière la caméra, pour diriger l’épisode.

 

5.12  Stuntwomen Angels (L’ombre d’un héros)

ABC, 28 février 1981

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par Dennis Donnelly

Un mystérieux archer a blessé plusieurs personnes sur le tournage des films Lady West et Marian and Her Merry Maidens que produit Jonathan Tobias. Ce dernier engage les Anges pour mener l’enquête en s’infiltrant dans l’équipe de cascadeurs que dirige Big Teddy, une connaissance de Charlie. Kris, Kelly et Julie suivent donc une préparation « intensive » sous la houlette de Big Teddy avant de se joindre aux cascadeurs sur les tournages. Dès leur première intervention, sur Lady West, une flèche manque transformer une cascade en drame. Puis, sur l’autre film, une cascadeuse, Ellen Travers, est atteinte par une flèche et doit être transportée à l’hôpital. Son mari Jeff est furieux ; il ne voulait pas qu’elle travaille sur ces films. Tandis que Bosley épluche la liste des personnes ayant participé à la fois au remake Marian and Her Merry Maidens et au classique d’Errol Flynn dont le film est inspiré, dans l’idée que l’archer pourrait être une personne cherchant à empêcher le tournage du remake par fidélité au film original, les filles continuent d’assister aux tournages, plus spectatrices que collaboratrices. C’est lors de la préparation d’une importante scène de bagarre dans une auberge que l’archer se signale à nouveau, une flèche se fichant dans le pied de l’assistant réalisateur. Cette fois, cependant, l’homme est arrêté. Mais il apparaît bientôt qu’il y a peut-être deux archers, qui agissent indépendamment l’un de l’autre et pour des raisons différentes…

Avec Denny Miller (Jeff Stanowitch), Pat Cooper (Jonathan Tobias), Beth Schaffel (Ellen [Stanowitch] Travers), Ed Ruffalo (Bob Micklin) et Gerald S. O’Loughlin (Jake Webner). Et avec Jack Wells (director), Tommy Reamon (Ed), Tony Epper (Big Teddy), Meredith Chapman (Miss Taylor).

Vf Marc Cassot (Jeff), Jean-François Laley (le réalisateur), Michel Barbey ? (Jake / Big Teddy)

Edward J. Lakso reprend l’idée du 5.11 dans un contexte différent : un postulat identique, deux environnements différents (quelqu’un cherche à saboter, là une comédie musicale, ici un tournage de film) mais une même absence de véritable scénario et une trame qui se limite quasiment à de la figuration pour les Filles, l’enquête étant réduite à presque rien, le coupable révélé sans réel souci de suspense, ses motivations laissées dans un flou embarrassant (le premier coupable veut rendre hommage à l’esprit d’Errol Flynn – qu’il appelle « Monseigneur » -, le second a des raisons personnelles) et l’intervalle étant meublé par les répétitions. Dans le 5.11, les numéros chantés-dansés offraient une distraction au spectateur, ici les séquences de tournage apparaissent décousues et répétitives. On assiste au tournage d’une « bagarre épique » puis, quelques scènes plus loin, à ce qui est présenté comme la première répétition de la même scène, reprise deux fois (ce qui fait trois au total) ; de même, le 5.11 proposait deux fois la même séquence dans l’acte IV puis dans l’épilogue. Le tout tient difficilement et apparaît comme un grand vide mis en images. Certains y ont vu néanmoins une préfiguration de la série L’Homme qui tombe à pic, sans doute à cause de l’ombre de Farrah Fawcett, alias Mme Lee Majors, lequel sera le héros de la série à partir, justement, de l’automne 1981. En réalité, les incursions dans les studios de tournage sont un thème classique des séries depuis longtemps.

Il existera, de 1989 à 1994, une série britannique intitulée Maid Marian and Her Merry Men, parodie des aventures de Robin des Bois donnant la primauté à Marian et reléguant Robin à un rôle secondaire, sur le mode comique. Le film d’Errol Flynn dont Marian and Her Merry Maidens est le remake est Les aventures de Robin des Bois (1938). Une photo d’Errol Flynn est utilisée comme « fétiche » par le (premier) coupable.

 

5.13  Attack Angels (Hypnose mortelle)

ABC, 3 juin 1981

Ecrit par B.W. Sandefur

Réalisé par Kim Manners

John Reardon tient un institut baptisé Reardon and Company où il forme des cadres et des secrétaires pour de grandes entreprises. En réalité, il a mis au point un procédé d’hypnose extrêmement efficace et il utilise certaines de ses filles pour commettre des meurtres. Edward Tustin fait appel à lui pour éliminer les cadres de Western Techtronics, une entreprise dont il veut s’emparer. Bientôt, deux cadres sont tués et l’une des filles de Reardon, Francine Miller, meurt également dans l’un des deux attentats. Le Président de Western Techtronics, Steve Briggs, engage donc les Anges de Charlie : Kris et Kelly se joignent aux nouvelles recrues de Western Techtronics tandis que Julie se rend à Reardon and Company pour passer les tests d’aptitude. Elle est très vite repérée mais Reardon décide de se servir d’elle pour achever son contrat. Il la soumet donc à son procédé et en fait son nouveau soldat. Envoyée à Western Techtronics peu de temps après une tentative de meurtre ayant visé un nouveau cadre, John Danvers, elle essaie aussitôt de tuer Steve Briggs, la dernière cible, et n’en est empêchée que par l’intervention de Kris et Kelly. Celles-ci font appel au Dr Lantry pour déjouer le conditionnement dont a été victime leur amie. Elles retournent ensuite à l’institut Reardon pour trouver des preuves contre ce dernier et arrêter le conspirateur maléfique et son assistant Robert Carver…

Avec Eric Braeden (John Reardon), Darleen Carr (Darlene Warden), David Sheiner (Robert Carver), Brett Halsey (Steve Briggs), Norman Bartold (Edward Tustin) et Dr Joyce Brothers (Dr Lantry) et Barbara Luna (Cynthia Weaver). Et avec Mickey Cherney (John Danvers), Stephanie Hoff (Francine Miller), Randy Scott Harris (attendant).

Vf Bernard Woringer (Reardon), Maurice Sarfati (Briggs), Jacques Richard (Tustin)

L’hypnose avait la cote durant les décennies 1960-1980 et beaucoup de héros de séries avaient à l’époque à déjouer des complots machiavéliques à base de conditionnement de l’esprit. Entre Mission : Impossible et Les Deux font la paire, Drôles de Dames paye son écot à ce thème « classique » et c’est Julie qui s’y colle en subissant le lavage de cerveau infligé par Eric Braeden, que l’on a vu en conspirateur diabolique dans un certain nombre de séries. B.W. Sandefur utilise les clichés habituels, flashs lumineux, voix envoûtante, savants en blouse blanche, une modeste bougie jouant ici le rôle d’objet-symbole de l’hypnose (on goûtera l’intervention du Dr Joyce Brothers – un autre « classique » des années 1980 ! – qui, tenant la bougie et comprenant immédiatement qu’elle cristallise le conditionnement mental, déclare avec un grand sérieux : « Le feu et l’eau sont des symboles hypnotiques très puissants »). En chemin, on aura souri aussi du soudain intérêt de Kris pour « un bouquin » : c’est le prétexte invoqué pour envoyer Kris chez Julie, l’emprunt d’un « bouquin », qui a davantage l’air d’un magazine que d’un livre. La scène, en vérité, ne sert pas à grand-chose, sinon à permettre à Kris de remarquer l’étrange intérêt de sa collègue pour une bougie. Et puis, si les Filles lisaient, on l’aurait remarqué, depuis le temps…

 

5.14  Angel on a Roll (Les risques du métier)

ABC, 10 juin 1981

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par Dennis Donnelly

 

 

Douze banques volées en une nuit, en utilisant tout simplement les distributeurs automatiques – tous du même modèle – accessibles dans la rue. Bosley et les Filles interrogent les directeurs de ces banques qui font tous une description différente d’un homme qui, juste avant les vols, a ouvert un compte dans chacun des établissements. De toute évidence, un maître du déguisement ! Très vite, un homme retient l’attention des détectives : Ted Markham, l’informaticien qui a conçu le modèle de distributeur automatique. Kris s’arrange donc pour entrer en contact avec lui, ce qui a lieu dans un établissement de jeux tenu par Boris, lequel a maille à partir avec Ted après que ce dernier a empoché une grosse somme à l’une de ses tables. Il l’accuse en effet d’avoir compté les cartes à l’aide de sa montre-calculatrice. Ted et Kris se sortent ensemble des griffes de Boris qui, furieux, les poursuit sur le parking et va jusqu’à ouvrir le feu sur eux, avec son acolyte Hank. Les deux hommes décident ensuite de les suivre, Boris entendant se venger mais aussi, peut-être, tirer profit de la « chance » de Ted. Celui-ci persuade Kris de l’accompagner à Las Vegas où il va tenter sa chance au casino tout en dépensant une partie de son argent pour offrir vêtements et bijoux à sa belle acolyte. Kris entend évidemment observer le bonhomme et recueillir des éléments de preuve contre lui mais, très vite, elle est séduite par le personnage, qui ne semble pas du tout diabolique mais veut, avant tout, s’amuser de la vie. Expulsés d’un casino où Ted a gagné jusqu’à 300.000 $, ils reprennent la route de Los Angeles mais, entre-temps, Kris a pu vérifier que les billets de 100 $ dépensés par Ted provenaient bien de l’argent volé aux banques. Elle a donc prévenu ses amis qui attendent le duo à son retour à L.A. C’est là aussi que Boris et Hank décident de frapper, sans se douter qu’un comité d’accueil est là pour veiller au grain. Et, au milieu, Kris a le cœur serré parce qu’elle n’est pas fière de la façon dont elle manipule le ténébreux mais si adorable Ted, tombé lui aussi amoureux…

Avec Mark Pinter (Ted Markham), Rick Casorla (Hank) et Joseph Sirola (Boris). Et avec Robert Rockwell (Harrison), Noah Keen (Bank President), Steve Liska (Steve), Alvin Ing (T. Yagamuchi), Mocki McHay (Miss Withers), Danielle Aubry (sales lady) et Buddy Lewis (dealer), Johnnie Decker (Las Vegas dealer), Michelle Lynn Troxell (desk clerk), Tom Dunstan (player), Anthony Ragonese (policeman), Lawrence L. Levine (bartender), Deborah Donnelly (girl cashier).

Romance au pays des dollars. Kris tire la couverture à elle dans cette enquête tournant à l’histoire d’amour assortie de péripéties plutôt gentillettes. La façon dont Boris entre en scène est idiote à souhait mais le personnage n’est là que pour faire planer une menace sur l’héroïne et son compagnon.

A noter : les deux directeurs de banque questionnés par Kelly et Bosley sont traités comme des personnages comiques, à la limite de l’imbécillité, le Japonais Yagamuchi donnant prétexte à une scène que l’on jugerait aujourd’hui raciste (l’impression pouvant être tempérée cependant par le fait q’un autre banquier est moqué, Blanc occidental celui-là).

 

5.15  Mr Galaxy (Mr Galaxy)

ABC, 17 juin 1981

Adaptation : Mickey Rich, histoire de Larry Mitchell & Robert Spears

Réalisé par Don Chaffey

Ron Gates, prétendant au titre de Mr Galaxy, a connu plusieurs incidents qui font craindre pour sa vie et l’amènent, avec son coach Artie Weaver, à engager les Anges de Charlie. Les deux suspects des détectives sont Danny Barr, qui refuse de libérer Ron du contrat de boxeur qu’il a signé avec lui, et Norman Powers, le manager du principal rival de Ron, Chuck Wilde. Kris surprend Barr faisant tabasser Ron par ses deux gorilles Frank et Carl et les met en fuite en brandissant son arme, mais Ron et elle sont peu de temps après poussés hors de la route par une autre voiture. Kelly essaie sans succès de s’introduire auprès de Barr en se faisant passer pour une journaliste, couverture qui ne tient pas même un instant. Julie, elle, fouine dans les papiers de Powers en remplissant sa secrétaire le temps d’une pause déjeuner. Chuck Wilde, pendant ce temps, soupçonne Powers de mener des tractations secrètes avec Ron Gates. Wilde lui-même se livre à des négociations énigmatiques avec un certain Wheeler, que Kelly et Julie laissent enfermé dans un cabinet de toilette afin de lui subtiliser des documents qui leur en apprendront plus. C’est au milieu de cet imbroglio que s’ouvre le concours de Mr Galaxy, alors que Barr vient de surprendre Kris dans son bureau et l’a confiée à la garde de ses deux gorilles…

Avec Roger Callard (Ron Gates), Dick Bakalyan (Artie Weaver), Ric Drasin (Chuck Wilde), Joseph Ruskin (Danny Barr), Bonnie Keith (Selena Hansen) et Floyd Levine (Norman Powers). Et avec Louie Elias (Frank), Will MacMillan (John Wheeler), Karen Haber (Sally) et David Wende (deliveryman), Allan Graf (Carl).

Vf Francis Lax (Artie), François Leccia (Ron), Philippe Ogouz (Barr), Jean-Claude Ballard (Wheeler / Frank)

 

5.16  Let Our Angel Live (Entre la vie et la mort)

ABC, 24 juin 1981

Ecrit par Edward J. Lakso

Réalisé par Kim Manners

Kelly a passé la nuit à surveiller la maison de Joe Danworth, qui s’est enfui avec des fonds détournés et que l’Agence Townsend a été engagée pour retrouver. Lorsque Bosley se présente au matin pour prendre la relève, ils avisent Danworth qui regagne son domicile. Ils s’avancent alors vers lui pour l’appréhender mais Danworth brandit une arme et tire sur Kelly, la blessant à la tête. Bosley neutralise l’homme et fait appeler une ambulance. Kelly est inconsciente et le Dr Jackson ignore si elle s’en tirera. Bosley, Kris et Julie passent des heures d’attente angoissée à l’hôpital, se remémorant plusieurs moments passés impliquant chacun d’eux et Kelly. Cette dernière doit subir une opération dont l’issue est incertaine et pour laquelle le Dr Jackson est secondé par un chirurgien spécialement mandé par Charlie. Kris ne comprend pas que celui-ci ne se montre pas dans une circonstance aussi grave ; en réalité, Bosley s’en rend compte au bout de cette attente interminable, il aura bien été présent, vêtu d’une combinaison d’infirmier et la moitié du visage dissimulée sous un masque chirurgical, et aura passé du temps dans la chambre de Kelly, à lui parler tandis qu’elle était entre la vie et la mort…

Avec Gary Wood (Joe Danworth), George Ball (Dr Jackson), Michael Whitney (police officer). Et avec Patti Mariano (nurse Stratton), Amelia Haas (nurse Farrell), Michael Magnusen (1st ambulance attendant), John Bernabei (2nd ambulance attendant). Our thanks to : Chris George (Chadway), Cameron Mitchell (Desmond), Vic Morrow (Harry Stearns), Simon Oakland (Sgt Cates) and Michael Hershewe (Greg Cates), Eddie Lo Russo (Miller), Ray Vitte (Sharp).

Vf Luc Florian (infirmier #1 / infirmier Sharp / Harry Stearns), Bernard Tiphaine (Chadway), Jean Violette (Desmond)

Episode d’adieu en forme de souvenirs-clips (voir les épisodes ci-dessous) qui se passe d’enquête et place les protagonistes en situation d’attente tandis que la vie de Kelly est menacée. L’épilogue est marqué par l’apparition-surprise de Charlie, sous un déguisement.

Avec des extraits des épisodes :

1.18, « Terror on Ward One » (« Meurtre à l’hôpital »), une scène où les infirmiers Miller et Sharp (Eddie Lo Russo et Ray Vitte) viennent chercher Bosley pour une appendicectomie alors qu’il est entré à l’hôpital pour un ongle incarné, souvenir raconté par Bosley et Kris (laquelle, à l’époque, n’avait pas encore rejoint l’équipe) ;

5.01, « Angel in Hiding » (« Agence de mannequins »), la première rencontre de Kelly avec Julie et Harry Stearns (Vic Morrow), puis la mort de ce dernier, souvenirs contés par Julie ;

3.16, « Terror on Skis » (« Neige sanglante »), avec le meurtre d’un agent durant une sortie sur skis puis une scène entre Kris et Chadway (Christopher George), enfin la descente aux flambeaux à Vale, la station de ski du Colorado où se déroule l’épisode, souvenirs rapportés par Kris ;

4.14, « Angel’s Child » (« Il faut savoir tout faire »), avec Michael Hershewe (le jeune Greg Cates) et Simon Oakland (le Sgt Cates), une scène où Kelly rencontre l’enfant battu puis une autre où elle affronte le père maltraitant, souvenir raconté par Kris ; 

4.03, « Avenging Angel » (« La vengeance de ces dames »), une scène où Kelly est enfermée dans un entrepôt avec Frank Desmond (Cameron Mitchell), souvenir raconté par Kris et Bosley.

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1970s, #Guide d'épisodes 1980s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :