work in progress

Guide réalisé par Thierry Le Peut

Revisitez la série à travers une sélection d'épisodes :

saison 1  -  saison 2  -  saisons 3 à 5  -  saisons 6 à 11  -  saison 12  -  saison 13  -  saison 14

La série et les photos sont © CBS-Paramount. All rights reserved.

 

 

 

 

 

Saison 12

(1970-1971)

Avec Lorne Greene (Ben Cartwright), Dan Blocker (Hoss Cartwright), Michael Landon (Joe Cartwright), Mitch Vogel (Jamie Hunter).

Créé par / producteur exécutif David Dortort

Produit par Richard Collins

 

12.01  The Night Virginia City Died (Le feu dans les yeux)

NBC, 13 septembre 1970

Ecrit par John Hawkins

Réalisé par William Wiard

Bing Russell et Angel Tompkins

Les habitants de Virginia City sont à cran : plusieurs incendies ont ravagé des bâtiments de la ville ces trois derniers mois et certains s’impatientent en accusant le shérif Coffee et son adjoint Clem d’incompétence. A leur tête, Wade Tucker, un notable, qui entend faire élire un nouveau shérif en rassemblant des signatures sur des pétitions qui font le tour de la ville. Le shérif demande l’aide de Ben pour enquêter car il reconnaît qu’il ne sait par quel bout prendre cette investigation. Les habitants en colère saisissent un homme qu’ils ont surpris dans une allée, Whiskey Smith, et l’accusent, à tort, d’être l’incendiaire, ce qui témoigne de la tension extrême qui menace d’exploser. Joe accompagne Clem chez Tim Moss, qui est revenu en ville peu avant que ne commencent les incendies, et dont la maison a brûlé. Le shérif le met en cellule sur la base de simples soupçons mais aussi pour calmer la ville. De fait, durant trois semaines, aucun nouvel incendie ne se produit. Roberta Lund, riche héritière, croit le moment opportun de donner une grande soirée ouverte à tous, afin de réunir des fonds pour aider à la reconstruction. Elle ignore qu’elle abrite sous son toit l’incendiaire tant recherchée : sa petite-fille Janie, fiancée à Clem Foster, dont le père abusif est mort dans l’incendie de sa maison. Janie est revenue à Virginia City juste avant que ne commencent les incendies mais personne n’a encore songé à la soupçonner. Ce soir-là, incapable de résister plus longtemps au désir de feu qui l’étreint et qui seul parvient à apaiser ses angoisses, elle allume non pas un mais deux nouveaux incendies. Clem la découvre dans une boutique alors qu’elle vient d’y mettre le feu, au moment où les habitants sont déjà en train de lutter contre le précédent incendie qu’elle a déclenché…

Angel Tompkins
Phil Brown
Mark Tapscott (à dr.)
Mona Bruns

 

Ray Teal
Edith Atwater
Lane Bradford
Paul Kent (à g.)

 

Bing Russell
Jon Shank
William Fawcett
Victor Sen Yung

 

Avec Angel Tompkins (Janie Lund), Ray Teal (Sheriff Roy Coffee), Bing Russell (Clem Foster), Phil Brown (Wade Tucker). Et avec Edith Atwater (Roberta Lund), Jon Shank (Tim Moss), Mark Tapscott (Hamilton), Lane Bradford (Ira Wall), William Fawcett (Whiskey Smith), Mona Bruns (Mrs Carter), Stuart Nisbet (Evans), Paul Kent (Dr Martin et Lou Frizzell (Dusty Rhodes – crédité mais absent) et Victor Sen Yung (Hop Sing – présent mais non crédité).

L’histoire commence dans le feu de l’action, avec un incendie qui attise les colères. Le pauvre shérif Coffee, qui une fois n’est pas coutume apparaît longuement avec son adjoint Clem Foster, est rendu responsable des méfaits d’un incendiaire qu’il est incapable d’arrêter. L’identité dudit incendiaire n’est pas gardée secrète longtemps : son visage éclairé par la flamme d’une lampe à pétrole, le regard fasciné, est bientôt révélé, accompagné d’un retour en arrière qui, complété plus tard par sa conclusion, est censé expliquer le traumatisme qui pousse le personnage à provoquer des inendies. Les fiançailles de Clem Foster ajoutent un élément romantique qui paraît un peu téléphoné mais contribue à rendre l’histoire plus personnelle, en impliquant un personnage récurrent, familier des spectateurs.

Cet épisode inaugure le nouveau thème musical de la série : composé par David Rose, il remplace la ballade qui lançait la série depuis onze ans. Il inaugure aussi un nouveau décor : à la fin de l’épisode, Ben déclare que c’est une nouvelle Virginia City qui a déjà commencé à se construire sur les ruines de l’ancienne, et pour illustrer ses paroles l’épisode se termine sur l’image du Palace Hotel déjà dressé au bout de la rue qui figure désormais la rue principale de Virginia City.

Hoss est confiné à Ponderosa à cause d’une entorse.

Lou Frizzell est crédité au générique de fin dans le rôle de Dusty Rhodes mais ce personnage ne fait son retour à Virginia City que dans l’épisode suivant.

Paul Kent tient le rôle du Dr Martin dans une scène, où il explique au shérif Coffee que la pyromanie est une maladie mentale.

L’incendie de l’hôtel Vienna, paroxysme des feux qui ravagent Virginia City, est extrait du film Johnny Guitar (Nicholas Ray, 1954).

Michael Landon et Bing Russell

A new Virginia City ?

Bing Russell et Angel Tompkins

Bing Russell et Ray Teal

12.02  A Matter of Faith (Le maître de la pluie)

NBC, 20 septembre 1970

Adaptation de Jack B. Sowards et John Hawkins, histoire de D.C. Fontana

Réalisé par William Wiard

Mitch Vogel et Lorne Greene

Dusty Rhodes est de retour à Virginia City. Il est accompagné d’un adolescent, Jamie Hunter. Celui-ci est persuadé qu’il peut faire venir la pluie, qui n’est pas tombée depuis un bon mois. La sécheresse inquiète tant les ranchers de la région qu’ils sont prêts à accorder foi aux prétentions de Dusty quand il se présente à eux sous le nom du Dr Barnaby Garibaldi, maître ès manipulation atmosphérique. Le maire Corey accepte de lui verser deux cents dollars d’acompte ; c’est l’argent nécessaire à l’achat des fournitures dont Jamie a besoin pour faire tomber la pluie. Alerté, Ben veut demander des comptes au curieux duo. Il découvre alors que Jamie est sincèrement persuadé de ce qu’il avance. Il se fie aux notes contenues dans le livre que lui a laissé son père en mourant. Tom Hunter était rainmaker et Jamie l’a vu bien souvent pris à partie par des populations frustrées et en colère qui le traitaient de charlatan. C’est ce qui a causé la mort de Tom Hunter avant que l’enfant ne soit recueilli par Dusty. Jamie pense qu’en suivant à la lettre les instructions contenues dans le livre, il prouvera que son père n’était pas un charlatan mais un génie. La foi du garçon incite Ben à lui apporter son aide, même s’il ne croit pas du tout en son « pouvoir ». Les ranchers, disposés à les laisser faire, deviennent suspicieux et furieux quand l’échéance fixée approche sans qu’une goutte de pluie ne soit tombée. Un soir, ils se rendent au camp de Dusty et Jamie sur les terres des Cartwright et le mettent à sac. L’un d’eux, Martin, brûle le livre de Tom Hunter…

Mitch Vogel
Bruce Gordon
Dabbs Greer

 

Lou Frizzell
Geoffrey Lewis
George Sawaya

 

Jack Collins
B. Gordon, M. Hinn & C. Bail
Lorne Greene

 

Avec Mitch Vogel (Jamie Hunter) et Lou Frizzell (Dusty Rhodes). Et avec Jack Collins (Mayor Corey), Geoffrey Lewis (Rogers Martin), Michael Hinn (Garrison) et Bruce Gordon (Scott). Et (non crédités) Dabbs Greer (le propriétaire de la boutique), George Sawaya (l’homme qui assomme Dusty), Charles Bail (rancher).

Une histoire de foi, comme l’annonce le titre original. Le rainmaker est l’une de ces figures insolites de l’Ouest, qui va de pair avec les vendeurs d’élixirs et autres produits miracles. Dusty Rhodes est apparu dans l’épisode 11.26 où il était le partenaire de Hoss et Joe dans une écurie, et on le reverra plusieurs fois. Les scénaristes utilisent ainsi un personnage déjà familier pour présenter au public le nouveau venu, Jamie Hunter, destiné à devenir le dernier Cartwright. A la fin de l’épisode, Ben offre au garçon de demeurer à Ponderosa aussi longtemps qu’il le voudra. Quelques minutes plus tôt, alors que Ben courait au chevet du garçon agité par des cauchemars nocturnes, Jamie déclarait qu’il avait cru un instant, en se réveillant, que c’était son père qui était auprès de lui.

Quant à savoir si la pluie tombe vraiment à la fin de cet épisode, il vous faudra le regarder pour en avoir le cœur net !

Le livre brûlé de Tom Hunter sera de nouveau évoqué dans l’épisode 13.13.

Here comes Mitch Vogel as Jamie Hunter

Mitch Vogel et Lou Frizzell

Mitch Vogel et Lorne Greene

Lorne Greene et Lou Frizzell

Dan Blocker et Michael Landon

 

12.03  The Weary Willies

NBC, 27 septembre 1970

Chansons « Man Passing Through », « Blood Brothers », « It won’t be very long » de Michael Martin Murphey et Owens Boomer Castleman, interprétées par Michael Martin Murphey

Ecrit par Robert Pirosh

Réalisé par Leo Penn

Richard Thomas et Lee Purcell

Lorne Greene et Lee Purcell

 

Des Weary Willies s’installent sur les terres de Ponderosa. Vétérans de la guerre civile, ces vagabonds refusent le travail et vont de lieu en lieu sans jamais s’établir, se cherchant eux-mêmes sans adhérer au monde qui les entoure. Les Cartwright les autorisent à rester quelque temps mais commencent à s’inquiéter quand les trois compagnons initiaux sont rejoints par d’autres errants et qu’une véritable petite communauté se constitue, abattant des arbres pour construire des abris. Ben les surprend un jour avec un veau de son troupeau. Il apparaît qu’ils ont secouru la bête, prisonnière de barbelés. Mais, si Ben est assez honnête pour reconnaître son erreur de jugement, un certain nombre d’habitants de Virginia City ne sont pas enclins à approuver le mode de vie de ces vagabonds qu’ils méprisent et croient capables de tous les crimes. Colter, propriétaire d’une boutique, est furieux de voir sa fille Angie rechercher la compagnie de la communauté et même leur apporter des vivres et des fournitures prises dans sa boutique. Lorsque Angie, en rentrant seule en ville, est agressée par un homme dont elle ne voit pas le visage, son père accuse aussitôt les Weary Willies et reproche à Ben de les avoir laissés s’installer. Pour éviter les dérapages, Ben se joint au posse constitué par Colter et persuade les vagabonds de suivre sans histoire le shérif, pour leur protection. L’un d’eux, Pelletin, reste en arrière et tombe ensuite sur un groupe de citoyens excités par Marcus à saccager le camp des vagabonds. Pelletin sera tué avant que la lumière ne soit faite sur l’agression d’Angie…

Richard Thomas
Elisha Cook
David Hayward (à dr.)

 

Lee Purcell
Mayf Nutter
Remo Pisani & Scott Graham

 

Lonny Chapman
Kevin Tighe
M. Landon & Lou Frizzell

 

Avec Richard Thomas (Billy), Lee Purcell (Angie Colter), Lonny Chapman (Colter). Et avec Elisha Cook (Marcus), Mayf Nutter (Pelletin), Kevin Tighe (Krulak), Scott Graham ([Edward] Trimble), David Hayward (Hurley), Remo Pisani (bartender), Ray Teal (Sheriff Coffee), Harry Holcombe (doctor), Stacy Keach (farmer), Victor Sen Yung (Hop Sing) et Lou Frizzell (Dusty Rhodes).

Les Weary Willies sont la transposition, après la guerre civile, des hippies et autres parias contemporains de la série. Le scénario offre une approche intelligente en les montrant agir et en faisant des Cartwright, bien disposés à leur égard, des témoins impliqués et parfois indécis. S’ils les acceptent sur leurs terres, ils ne s’en inquiètent pas moins de les voir former une communauté qui ne se plie pas aux règles de la société, notamment en ignorant les offres de travail qu’ils leur proposent. La communauté n’a pas de chef mais le personnage de Richard Thomas se détache des autres et devient en quelque sorte l’image de la communauté entière et de son mode de vie. Son idylle avec une jeune fille de Virginia City suscite réprobation et jalousie, cristallisées en deux personnages, le père et le prétendant. L’un comme l’autre appartiennent à la catégorie des notables, responsables, bien habillés, dévoués à la valeur travail et méprisant, de ce fait, le mode de vie oisif et naïf des Weary Willies. L’ensemble est traité sans recherche d’excès ni de spectaculaire. Avec sa perruque qui le fait ressembler à Harpo Marx, Richard Thomas oscille entre ingénuité, ridicule et drame, exprimant différentes émotions lors de son dialogue final avec Ben Cartwright, ni naïf ni moralisateur, bien qu’il s’adresse, à travers eux, au public lui-même.

Dusty Rhodes est présenté par Joe comme contremaître de Ponderosa. Jamie est maintenant pensionnaire du ranch ; il est devenu le gentil garçon qu’il sera désormais, poli, souriant, curieux, timide.

Jamie et Ben : « Mr Cartwright, what’s a Weary Willy ? – Well, Jamie, it’s, um, it’s a man who goes from one place to another looking for himself. – Why ? – Because he’s lost. – You mean, he doesn’t know where he is ? – No. Doesn’t know who he is, or why he’s here, or even what he’s looking for. – Oh, you mean, like someone who doesn’t know what he wants to be when he grows up ? – Something like that. You see, a man goes away, to war, and he lives every minute in danger, in misery and mud, and he comes back, he’s changed, and he can’t figure out why the rest of the world hasn’t changed as he has. So he goes looking. » (14’)

Ben et Billy : « Billy, do you think it’s gonna be different in the next town, or the next ? – I don’t know but I just keep on hoping. – What ? People will… change ? – Won’t they stop being selfish and greedy and suspicious and violent ? – And be what ? Like you ? Is that what you want ? A world full of people like you ? – Would that be so bad ? – Well… The world just can’t stop, you just can’t sit on the tree and the shade and dream about the future . You have to make the future. – It won’t be with me, Mr Cartwright, cause I don’t like this world. – Then change it. Don’t withdraw from it, Billy. Become part of it. Make it better. – You tell me, why should I ? – Because it’s the only world you’ve got. » (44’)

Elisha Cook et Michael Landon

Michael Landon et Lorne Greene dans la scène finale

Mitch Vogel et Lorne Greene. La barre de gouvernail rappelle que Ben Cartwright fut marin.

 

12.04  The Wagon (Le fourgon)

NBC, 5 octobre 1970

Ecrit par Ken Pettus

Réalisé par James Neilson

Salome Jens dans les bras de Dan Blocker

et la même Salome Jens entre les mains de Denver Pyle

Price Buchanan conduit des prisonniers à la prison de Gallow’s Pass dans un fourgon cellulaire. Fier de sa carrière d’homme de loi, Buchanan répète à qui veut l’entendre qu’il n’a jamais perdu un prisonnier. Et voià que l’un d’eux, Fred Quinn, réussit à lui fausser compagnie en assommant l’un de ses adjoints, Jase, lors d’une halte. La nuit venue, Quinn tombe sur Hoss qui a dressé un camp pour la nuit et lui vole son cheval en le laissant inconscient, la tête éraflée par une balle. Pendant ce temps, le fourgon cellulaire a pris un nouveau pasqsager à Yucca Wells : une femme, Madge Tucker, condamnée à un an de prison. Buchanan n’a rien dit de l’évasion de Quinn et il est toujours en train d’y penser quand le fourgon croise la route d’un Hoss étourdi, qui ne sait plus très bien où il est. Buchanan prend sur un coup de tête une décision lourde de conséquences : puisque personne à Gallow’s Pass ne fera la différence, il embarque Hoss comme prisonnier, décidé à le livrer comme Fred Quinn. Buchanan doit être fait marshal adjoint après cette mission et il n’a pas l’intention de laisser un malheureux concours de circonstances se dresser en travers de sa carrière. A Virginia City, cependant, Ben et Joe croisent le cheval de Hoss monté par Fred Quinn et livrent celui-ci à l’adjoint Clem, avant de se mettre à la recherche de Hoss. Quinn s’est donné le nom de Sam Johnson et a prétendu avoir trouvé le cheval errant dans la prairie mais ils n’en croient rien. Ils croisent bientôt le fourgon cellulaire et Buchanan prétend n’avoir rencontré personne ; à l’intérieur du fourgon, son adjoint Kye pointe une arme sur Madge Tucker pour dissuader Hoss de tenter quoi que ce soit. Le fourgon poursuit sa route vers Gallow’s Pass tandis que Ben et Joe partent vers Yucca Wells. Là les attend un télégramme de Clem, leur apprenant que Johnson est en réalité Fred Quinn, censé se trouver dans le fourgon cellulaire. Ils comprennent alors qu’il y a anguille sous roche et se remettent sur la piste du fourgon. Quand ils retrouvent celui-ci, il n’y a personne ni autour ni dedans. Hoss, avec la complicité de Madge, a réussi à s’évader durant la nuit et Buchanan, furieux, a renvoyé ses deux adjoints pour se lancer sur les traces de Hoss et Madge en compagnie du dernier prisonnier, Luis Getty. Ce sont eux qui retrouvent les évadés les premiers mais ils se retrouvent sous le feu de deux complices de Getty, qui ont suivi le fourgon. Ils veulent libérer Getty, qui a caché un fameux butin avant d’être arrêté…

Denver Pyle
Jonathan Lippe
Bob Vanselow

 

Salome Jens
Lee Jay Lambert
Bing Russell

 

George Murdock
Stuart Randall
Dan Blocker

 

Avec Denver Pyle (Price Buchanan), Salome Jens (Madge Tucker). Et avec Jonathan Lippe (Kyte), Lee Jay Lambert (Jase), Stuart Randall (Sheriff Brody), Bob Vanselow (Fred Quinn), Bing Russell (Sheriff Clem [Foster]) et George Murdock (Luis Getty).

A partir d’un concours de circonstance qui place Hoss sur la route d’un fourgon cellulaire, le scénario trace deux routes qui tantôt se croisent tantôt s’éloignent, celle de Hoss prisonnier et celle de Ben et Joe qui le cherchent. Salome Jens apporte une touche féminine dans le rôle d’une prisonnière victime d’une accusation montée de toutes pièces par le puissant Farrell qui tient Yucca Wells sous sa coupe. A l’histoire de substitution de personne et d’évasion s’ajoute ainsi une injustice à réparer, ce dont se chargera Hoss en cours de route, après avoir triomphé des péripéties de cette aventure.

Ken Pettus adapte un scénario qu’il avait écrit pour The Big Valley en 1967 (3.12, « Four Days to Furnace Hill », où Victoria Barkley se retrouvait dans la situation qui échoit cette fois à Hoss).

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

Salome Jens et Jonathan Lippe

Lorne Greene et Michael Landon

12.05  The Power of Life and Death (Le droit de vie et de mort)

NBC, 11 octobre 1970

Ecrit par Joel Murcott

Réalisé par Leo Penn

Davis est-il un meurtrier ? (Rupert Crosse)

Joe et Ben en tout cas le traquent

 

De passage à Wells Junction, Joe, Ben et Dusty Rhodes entendent un coup de feu et voient un homme de couleur s’enfuir à bride abattue. On crie qu’il vient d’abattre le Colonel Clayton. Ben et Joe se joignent au posse réuni par le shérif pour traquer le fugitif et se portent volontaires pour explorer le désert. Ils ne tardent pas à retrouver le fuyard, Davis, et à l’arrêter. Mais des Indiens volent leurs chevaux et blessent Ben à la jambe. Joe décide de marcher jusqu’à Wells Junction afin de chercher de l’aide, laissant son père avec Davis. Commencent des heures d’attente sous un soleil de plomb, Ben devant lutter contre la douleur et la fatigue pour rester vigilant. Il finit par y renoncer et remet son arme à Davis. Ce dernier, jusqu’alors défiant et sournois, change alors d’attitude. Il soigne la jambe de Ben et s’occupe de lui en attendant le retour de Joe. La marche dans le désert est harassante pour ce dernier aussi et il finit par s’effondrer, privé d’eau après que les Indiens l’ont attaqué et ont percé sa gourde. Seul avec Davis, Ben cherche à comprendre les motivations de ce dernier. Il découvre que Davis, qui fut l’esclave de Clayton, a tué ce dernier en état de légitime défense. Mais qui croira un Noir ? Ben essaie de le convaincre d’avoir foi en la justice : un témoin au moins a assisté à la scène et pourrait l’innocenter…

Rupert Crosse
Tina Menard

 

Larry Ward & L. Greene
Lou Frizzell

 

Ted Gehring
Evans Thornton

 

Avec Rupert Crosse (Davis), Larry Ward (Sheriff), Ted Gehring (Matt [Outpost manager]), Tina Menard (Mexican woman [Consuela]) et Lou Frizzell (Dusty Rhodes) et (non crédité) Evans Thornton (Colonel Clayton).

Bénéficiant du tournage en décor naturel dans la région d’Old Tucson en Arizona, qui était à la même époque le cadre de l’autre série de David Dortort, Le Grand Chaparral, cet épisode repose sur le personnage de Davis, ancien esclave devenu un homme libre, accusé du meurtre de son ancien maître. Il met en scène une relation contradictoire entre les Cartwright et Davis ; l’homme est sympathique et paraît honnête, pourtant il a tué, ou semble avoir tué. La notion de confiance tient donc dans le scénario une place aussi importante que le contexte de l’esclavage.

Dan Blocker et Mitch Vogel n’apparaissent pas et le second n’est pas crédité au générique.

 

12.06  Gideon the Good (Quand tout bascule)

NBC, 18 octobre 1970

Ecrit par Ken Pettus

Réalisé par Herschel Daugherty

Richard Kiley et Terry Moore

Carmen Zapata et A Martinez

 

A proximité de Black River, Joe entend un coup de feu et croise sur la route une femme qui s’éloigne précipitamment sur un buggy. A quelques mètres de là, il trouve un homme mort. Il transporte le corps à Black River et le remet au shérif Gideon Yates, en lui racontant ce qu’il sait et en ajoutant qu’il reconnaîtrait la femme s’il la revoyait. Sur les lieux du crime, ils découvrent un mouchoir de femme portant l’initale L. Le shérif accuse le coup et attend d’être de retour en ville pour demander des explications à sa femme, Lydia, dont il a reconnu le mouchoir. Seule avec son mari, elle ne nie pas le crime : la victime est Loomis, auquel elle était toujours mariée lorsqu’elle a épousé Gideon, et qui est revenu la menacer. Elle l’a tué en état de légitime défense. Le shérif Yates tente de convaincre Joe qu’il peut s’en aller sans s’inquiéter de la suite de l’enquête mais Joe a déjà télégraphié à sa famille qu’il était retenu à Black River. Ce soir-là, en marchant dans la ville, il tombe sur la photo de Lydia exposée dans la vitrine d’un photographe. Yates l’observe, indécis, de loin. Quand il réalise que Joe est dangereusement près de découvrir la vérité, il tire sur lui. Il croit la rue déserte mais Luis Valdez, le jeune garçon d’écurie, a tout vu. Joe, blessé à la cuisse, parvient à se cacher dans l’écurie, où Luis le trouve bientôt. Le jeune homme, cependant, ne le dénonce pas. Il lui explique que Gideon Yates est le pilier de la communauté, un homme solide et honnête en qui tout le monde a confiance ; même s’il racontait ce qu’il a vu, personne ne croirait la parole d’un garçon d’écurie mexicain. La nuit passée, Luis aide Joe à quitter l’écurie et le conduit dans la maison qu’il occupe avec sa mère Maria. Il va ensuite chercher le Dr Myles et le fait venir sous un faux prétexte pour qu’il soigne la jambe de Joe. Mais le shérif est toujours à sa recherche. Sur ces entrefaites, Ben et Hoss arrivent en ville, ayant décidé de venir à la rencontre de Joe…

Richard Kiley
John Himes

 

Terry Moore
Allen Emerson

 

A Martinez
Michael Landon

 

Avec Richard Kiley (Sheriff Gideon Yates), Terry Moore (Lydia Yates) et Carmen Zapata (Maria [Valdez]), John Himes ([Dr Lucas] Myles), Wes Bishop (Hicks), Allen Emerson (Pike Rogers) et A Martinez (Luis [Valdez]).

Un Cartwright à la merci d’un shérif véreux, on a déjà vu. Ce shérif-ci, cependant, n’est pas corrompu. Il est poussé par la peur et l’amour à commettre un acte en lequel il ne se reconnaît pas lui-même et se trouve pris dès lors dans un engrenage dont il croit ne plus pouvoir sortir. Son épouse, meurtrière malgré elle, essaie de réparer son erreur et de le raisonner avant qu’il ne commette pire encore. Dans le rôle du garçon d’écurie mexicain, A Martinez impose sa présence à l’écran. Carmen Zapata, qui incarne sa mère, le sera également quatorze ans plus tard dans Santa Barbara.

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

Michael Landon et A Martinez

 

12.07  The Trouble with Trouble (Une ville sans foi ni loi)

NBC, 25 octobre 1970

Ecrit par Jack B. Sowards

Réalisé par Herschel Daugherty

Gene Evans et Lorne Greene

Dan Blocker et G.D. Spradlin

Montana Perkins, un vieil ami de Ben, passe par Ponderosa. Devenu pasteur dans la petite ville de Trouble en Californie, il cherche un shérif pour y faire régner l’ordre. Voulant rendre service, et puisque le rassemblement du bétail n’est prévu que dans deux semaines, Hoss offre ses services temporaires. Il accompagne donc Montana à Trouble et ne tarde pas à comprendre pourquoi cette ville porte ce nom. Ici, chaque citoyen est pour l’application de la loi… à condition qu’elle s’applique aux autres. Le barman Fred soutient les clients qui se battent et tirent dans son saloon, du moment qu’ils ont de l’argent pour payer leurs consommations ; ensuite seulement, il fait appel au shérif. Le commerçant Tom Blackwell vide ses poubelles dans la rue sans se préoccuper de savoir qui ramassera ses déchets. Même le juge en fait à sa tête : alors que Hoss a mis en cellule les trois frères Brody, connus pour chercher querelle à tous les étrangers de passage (vu que les habitants de Trouble s’enfuient dès leur approche), le juge les libère. La raison en est simple : ce sont ses neveux et il ne veut pas briser le cœur de sa petite sœur en les inculpant de quoi que ce soit. Les gamins se battent sans arrêt sans qu’aucun adulte n’y mette le hola, quant à leurs mères elles se crèpent le chignon en public. L’adjoint Chip Chesterfield essaie bien de prévenir Hoss qu’il ne sert à rien de s’agiter : depuis douze ans qu’il est adjoint à Trouble, les choses ont toujours fonctionné ainsi et il a perdu courage. Quand Hoss découvre que la banque a pour client le bandit Jack Clayton, qui est recherché dans de nombreux Etats mais… pas en Californie, la coupe est pleine. Et comme Joe arrive justement pour voir comment s’en sort son frère, Hoss l’enrôle et entreprend, avec l’aide de Chip, de mettre enfin de l’ordre à Trouble. Cela signifie que tout le monde, même le juge, va finir derrière les barreaux, mais peu importe. Hoss parvient même à entraîner Clanton et son gang jusqu’au-delà de la frontière de l’Etat pour le faire arrêter au Nevada ! Quand il revient à Trouble, Montana Perkins a si bien fait la leçon aux habitants emprisonnés que le juge condamne tout le monde à dix jours de travaux forcés, y compris lui-même, afin de donner un visage présentable à la ville. Et Chip se fait une joie de donner enfin une correction aux frères Brody. Une chose est sûre : lorsque Hoss quitte la ville avec Joe, il a laissé son empreinte pour longtemps à Trouble, et l’étoile du shérif est maintenant accrochée à la poitrine de Chip, qui a retrouvé l’envie de faire son métier…

Gene Evans
Jeff Morris
Edgar Daniels

 

G.D. Spradlin
Hal Holmes
Don Hanmer

 

E.J. Andre
Ray Young
Chanin Hale

 

Avec Gene Evans (Montana Perkins), G.D. Spradlin (Chip Chesterfield), E.J. Andre (le Juge). Et avec Jeff Morris (Matthew Brody), Hal Holmes (Mark [Brody]), Ray Young (Rev[elation Brody]), Edgar Daniels (Tom Blackwell), Don Hanmer (Fred), Lane Bradford (Jack Clanton), Chanin Hale (Lily [alias Ethiopia]), Bobo Lewis (1st Lady), Athena Lorde (2nd Lady), E.A. Sirianni (Jethro), Sunshine Parker (Wally), Bobby Riha (Eben) et (non crédité) Victor Sen Yung (Hop Sing).

Episode de comédie dont Hoss est le protagoniste. A prendre au second degré, à moins d’y voir une satire de l’égoïsme contemporain, qui trouve encore des résonances dans l’état de notre société cinquante ans plus tard.

Un avis de recherche placardé derrière G.D. Spradlin dans plusieurs plans affiche le nom de Bronco Layne et la photo de l’acteur Ty Hardin. Ce dernier a tenu le rôle de Bronco Layne dans la série Bronco de 1958 à 1962, pour la Warner.

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

 

12.08  Thornton’s Account (Une vallée hostile)

NBC, 18 octobre 1970

Ecrit par Preston Wood

Réalisé par William F. Claxton

Michael Landon et Lorne Greene

Gregory Walcott et Heather Menzies

 

Alors qu’ils traversent une splendide vallée, Ben et Joe doivent faire face à une situation désespérée : désarçonné par un cheval fougueux, Ben est blessé et incapable de se lever, aussi Joe cherche-t-il du secours. Mais les colons à qui il s’adresse sont extrêmement méfiants et rechignent à laisser leur ferme pour aider un inconnu. Ils sont victimes du harcèlement d’un trio engagé par une association d’éleveurs qui lorgnent sur leurs terres et soupçonnent Joe de leur tendre un piège. L’un d’eux, Ed Thornton, accepte néanmoins, en dépit des prières de sa fille Martha, et il persuade son voisin Tom Boyle de lui prêter un chariot. Le fils de Boyle, Brian, décide contre l’avis de son père d’aider également mais Frank Wells et ses deux acolytes s’en prennent à Thornton, qu’ils blessent à l’épaule, et tout le groupe décide de renoncer à aider Joe. Celui-ci prend seul les rênes de l’attelage et croise sur son chemin Wells, Blue et Harvey ; contre toute attente, ils acceptent de l’aider, moyennant l’argent que Joe a sur lui. Ils mettent Ben sur une civière et tendent une corde pour le remonter mais s’en tiennent là et abandonnent Joe et son père. Joe désespère de libérer seul son père du ravin où ils sont coincés, lorsqu’il reçoit le secours inattendu des Boyle, qui sont revenus sur leur décision. Ben tiré d’affaire, Joe n’a pas l’intention de laisser Wells s’en tirer sans une bonne leçon. Et si, tant qu’à faire, il pouvait débarrasser les colons de la présence de ce trio menaçant ?…

Gregory Walcott
Harlan Warde
Chick Chandler

 

Carl Reindel
Darrell Larson (à dr.)
Ken Mayer

 

Heather Menzies
Scott Walker (à dr.)
Jerry Gatlin

 

Avec Gregory Walcott (Ed Thornton), Carl Reindel (Frank Wells). Et avec Heather Menzies (Martha [Thornton]), Chick Chandler (Doctor), Harlan Warde ([Tom] Boyle), Darrell Larson (Brian [Boyle]), Ken Mayer (Sheriff), Scott Walker (Blue), Jerry Gatlin (Harvey).

Tourné entièrement dans le cadre naturel de Big Bear Lake, à l’est de Los Angeles, cet épisode est un « survival » où la vie de Ben, blessé après une chute de cheval, est suspendue au secours de Joe qui peine à trouver de l’aide. Entre des colons qui rechignent à aider et des brutes qui se font prier et payer mais ne songent qu’à tirer profit de la situation, la patience de Joe est mise à rude épreuve et il est contraint de ronger son frein et de subir quelques humiliations avant de prendre sa revanche dans un dernier acte qui rétablit l’équilibre. Hoss apparaît au début et à la fin, prenant part au dernier acte. Au final, une parabole bien menée sur le triomphe de la solidarité, avec quelques moments un peu lourds (les visions de Ben épuisé) mais aussi des revirements pas forcément prévisibles.

Le docteur n’est pas nommé, ni dans les dialogues ni au générique, mais l’écriteau apposé sur son cabinet est repris de l’épisode 12.06 : « Dr Lucas Myles ».

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

Little Joe : une épreuve de patience

Heather Menzies et Michael Landon

Dan Blocker et Michael Landon

Ben Cartwright a besoin d'aide

Ken Mayer et Carl Reindel

Heather Menzies et Gregory Walcott

 

12.09  The Love Child (Un enfant à aimer)

NBC, 8 novembre 1970

Ecrit par Michael Landon

Réalisé par Michael Landon

Lorne Greene et Will Geer

Zach et Martha Randolph sont voisins des Cartwright et des amis de Ben. Un soir, il assiste chez eux au retour inattendu de leur fille Etta, qui leur fait une visite-surprise avec son garçon de sept ans, Scott. Si Martha leur ouvre les bras, Zach, à leur vue, se fige et refuse même de les regarder. Il sort marcher et exige qu’ils aient quitté son toit à son retour. Ben accepte d’héberger la mère et l’enfant, le temps que Zach revienne à de meilleurs sentiments. Scott et Jamie deviennent immédiatement amis et passent du temps ensemble. Etta, elle, explique à Ben les raisons de l’attitude de son père : quand elle est partie vers l’Est huit ans plus tôt, en laissant simplement un mot à ses parents, c’est en suivant un homme marié, avec lequel bien sûr elle ne pouvait pas vivre. Ce qu’elle voulait, c’était un enfant. Mais elle savait que son père ne pouvait accepter cela, et en effet il ne lui a toujours pas pardonné. Mais, s’il lui reproche son « péché », c’est en réalité la façon dont elle est partie qui l’a fait souffrir, et qu’il refuse de pardonner. Etta cache cependant à tous la véritable raison de son retour : elle est malade et se sait condamnée. Aussi a-t-elle voulu que Scott rencontre ses grands-parents, et que ceux-ci deviennent sa famille quand elle ne sera plus là. Elle obtient de son père, sans lui dire la vérité, qu’il prenne l’enfant auprès de lui, et promet qu’elle ne reviendra plus ensuite. Bientôt, cependant, la vérité ne peut plus être dissimulée car elle est mourante. Martha vient à son chevet à Ponderosa mais Zach refuse, pensant qu’elle cherche à l’émouvoir. Ben va le trouver pour lui dire la vérité…

Carol Lawson
Josephine Hutchinson

 

Michael-James Wixted
Victor Sen Yung

 

Will Geer
David Bond

 

Avec Carol Lawson (Etta), Michael-James Wixted (Scott), Will Geer (Zach Randolph). Et avec Victor Sen Yung (Hop Sing), David Bond (Doctor) et Josephine Hutchinson (Martha Randolph).

Ecrit et réalisé par Michael Landon, l’épisode met en scène un drame familial qui joue évidemment sur la corde sensible mais se distingue surtout par la tendresse qui s’en dégage. Si l’incompréhension et le malentendu sont au cœur de la relation entre Etta et son père, l’amour irradie dans les scènes qu’Etta partage avec son fils, tandis que celles qui unissent l’enfant et Jamie sont pleines de tendresse et de retenue. Landon travaille le cadre comme un peintre, laissant souvent la caméra immobile pour filmer deux personnages ensemble, deux visages qui souvent ne se regardent pas. Le silence et les non-dits sont alors aussi importants que les mots prononcés. Il faut, pour que cela fonctionne, une histoire simple, des sentiments bruts, mais aussi une mise en scène sobre et maîtrisée, qui propose une succession de tableaux, de scènes iconiques. La détresse de la femme qui apprend sa condamnation dans le cabinet du médecin, le retour de la fille « perdue », la fierté vindicative du père, le secours de l’amitié, les deux enfants pêchant au bord de l’eau, la veillée du malade sont les tableaux qui se succèdent ici, composant une histoire touchante où l’amour apparaît finalement davantage que la rancœur.

Michael Landon réutilisera son scénario en 1985 pour l’épisode « A Child of God » de Les Routes du Paradis (1.18).

Michael-James Wixted et Lorne Greene

 

 

 

12.10  El Jefe (Le témoin)

NBC, 15 novembre 1970

Adaptation : Ken Pettus, histoire de Dick McDonagh

Réalisé par William F. Claxton

Warren Stevens et Jaime Sanchez

Hoss amène à Ponderosa Ramon Cardenas, qu’il a trouvé blessé dans la prairie. Ramon s’est enfui de Prince River où il vit avec sa femme Sara, accusé de meurtre par Owen Driscoll. Cet homme d’affaires, qui a sévi à Virginia City quelques années plus tôt, entend s’emparer des terres des fermiers mexicains et Ramon, qui s’est opposé ouvertement à lui, est devenu l’homme à abattre. Il a tué en état de légitime défense mais Driscoll a déjà intimidé le vieux mineur Zach Toler pour lui faire dire que Ramon a dégainé le premier. Quant au shérif Vincente Aranda, il est à la solde de Driscoll. Il prend l’initiative d’arrêter Sara Cardenas afin de forcer Ramon à revenir à Prince River. Ben et Hoss essaient d’aider Ramon, dont ils connaissent l’honnêteté, mais la partie s’avère difficile étant donné que la ville entière semble sous l’emprise de Driscoll. Toler accepte de dire la vérité mais Driscoll envoie aussitôt des hommes pour faire exploser sa mine, le supposant à l’intérieur. Lorsque Ramon revient dans la région, Driscoll et l’un de ses hommes de main, Brady, tentent de le tuer, ainsi que Ben. Mais ils n’ont pas prévu un retournement de situation orchestré par l’un des acteurs de la partie…

Rodolfo Acosta
Anna Navarro
Pepe Hern

 

Warren Stevens
Shug Fisher
Alex Sharp (à dr.)

 

Jaime Sanchez
Bill Shannon & Troy Melton
The 3 Cartwrights

 

Avec Rodolfo Acosta (Sheriff Vincente Aranda), Warren Stevens (Owen Driscoll), Jaime Sanchez (Ramon Cardenas). Et avec Anna Navarro (Sara [Cardenas]), Shug Fisher ([Zach] Toler), Troy Melton (Graves), Bill Shannon (Brady), Alex Sharp (Truitt), Pepe Hern ([Miguel] Rojas), Victor Sen Yung (Hop Sing).

Les Cartwright au secours des fermiers mexicains dont un spéculateur sans scrupule convoite les terres. Le scénario prend la forme d’une intrigue policière et comporte des longueurs, sauvées par un revirement final qui porte une lumière différente sur l’un des personnages et remet l’ensemble de l’histoire en perspective. On apprécie par ailleurs le changement de décor, une grande partie de l’action se déroulant dans une ville d’allure mexicaine (censée néanmoins se trouver au Nevada).

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

Jaime Sanchez et Lorne Greene

Bill Shannon et Warren Stevens

 

12.11  The Luck of Pepper Shannon (Le retour de Pepper Shannon)

NBC, 22 novembre 1970

Adaptation de John Hawkins, histoire de John Hawkins et George Schenck & William Marks

Réalisé par Nick Webster

Jamie (Mitch Vogel) a capturé le célèbre bandit Pepper Shannon (Neville Brand) !

Jamie fait par hasard la connaissance de Pepper Shannon, un braqueur de banques et de diligences dont les exploits font l’objet de dime novels que dévore l’adolescent. Shannon se remet entre les mains du shérif Coffee en prétendant que c’est Jamie qui l’a arrêté, un subterfuge pour éviter de se faire descendre à son entrée en ville par quelque citoyen avide de toucher la prime. Dès le lendemain, cependant, Shannon est libre : son dernier méfait remonte à douze ans, or c’est exactement le délai de prescription fixé par la loi du Nevada. Il se présente bientôt au bureau de Matt Corry, directeur d’une compagnie florissante, jadis simple employé de banque. Shannon a fait de la prison pour avoir volé l’argent de cette banque, or Corry l’avait précédé et tout ce que Shannon découvrit dans les sacs volés, ce fut du papier sans valeur. Nul n’en a jamais rien su mais Shannon réclame aujourd’hui à Corry les $80.000 qu’il est censé avoir volés ce jour-là, faute de quoi il révélera comment Corry a « bâti » sa fortune. En attendant, Shannon obtient un travail à Ponderosa, à la condition, posée par Ben, qu’il n’approche pas Jamie, afin d’éviter que son influence ne nuise au garçon. Mais Corry, avec la complicité de son avocat Mills, et en se servant du banquier Harry Donavan comme témoin impartial, fait en sorte d’abattre Shannon dans le dos en faisant croire qu’il a été tué par Mills en état de légitime défense alors qu’il tentait d’attaquer le banquier. Transporté chez les Cartwright dans un état grave, Shannon en réchappe mais sera arrêté dès son rétablissement. Dès qu’il va mieux, cependant, il persuade Jamie de l’aider à s’évader, non pour fuir Virginia City mais pour prouver son innocence. Pour ce faire, il doit tendre un piège à Corry afin de le forcer à se dévoiler en présence du témoin qu’il a lui-même choisi, Donavan…

Neville Brand
Arthur Peterson
Harry Holcombe (au centre)

 

Walter Brooke
Ray Teal
Raymond Guth (à g.)

 

Dan Tobin
Bing Russell
Victor Sen Yung

 

Avec Neville Brand (Pepper Shannon), Walter Brooke (Matt Corry), Dan Tobin (Mills). Et avec Arthur Peterson ([Harry] Donavan), Ray Teal (Sheriff Coffee), Harry Holcombe (Doctor Harris), Bing Russell (Deputy Clem), Raymond Guth (Jones), Victor Sen Yung (Hop Sing).

L’intérêt de Jamie pour les dime novels permet de le mettre au premier plan de cet épisode où Neville Brand interprète un hors-la-loi plutôt sympathique, décrit dans les récits que lit Jamie comme un Robin des Bois de l’Ouest, qui vole aux riches pour donner aux pauvres.

Le titre de l’épisode est aussi celui des dime novels que lit Jamie.

Le shérif Coffee et l’adjoint Clem Foster apparaissent de nouveau tous les deux dans cet épisode mais ne partagent aucune scène (bien qu’ils soient censés se trouver dans le salon des Cartwright au même moment, dans une scène).

Curieusement, Harry Holcombe, qui incarne régulièrement le Dr Martin, est ici crédité du nom de « Harris ».

Jamie dévore les aventures de Pepper Shannon...

... qui laissent Hoss perplexe

Lorne Greene et Ray Teal

Soirée de détente : Hoss joue aux échecs avec l'adjoint Clem sous le regard bienveillant de Ben, assis dans son fauteuil favori à lire au coin du feu.

 

12.12  The Impostors (Les imposteurs)

NBC, 29 novembre 1970

Ecrit par Robert Vincent Wright

Réalisé par Lewis Allen

Michael Landon avec Strother Martin

Hoss et Joe arrivent dans une petite ville, à la recherche de Joad Bruder, le père de leur ami Randy. En fait, ils se font seulement passer pour ses amis, Gabe Leroy et Bud York : les trois hommes ont attaqué la diligence dans laquelle voyageait Hoss, à qui ils ont volé une ceinture contenant $51.000, que les Cartwright souhaitent évidemment récupérer. Randy, en prison à Virginia City, a dit à ses complices, également arrêtés, qu’il avait confié l’argent à son père. Comme ils sont censés avoir participé à l’attaque de la diligence, ils réclament leur part du butin. Si Willy et Cass, les frères de Randy, ne respirent ni la finesse ni l’amabilité, Joad Bruder se considère comme un homme honnête, qui ne songerait jamais à priver de leur part de bénéfices les complices de son fils Randy. Il prend néanmoins le temps de la réflexion, offrant l’hospitalité à Hoss et Joe dans ce qui est en fait une ville fantôme devenue le repaire secret des Bruder et du gang qu’ils ont formé. Hoss et Joe voient en effet bientôt arriver d’autres hommes, chargés d’un nouveau butin. Willy et Cass, cependant, méfiants et cupides, ramènent de Pineville la femme de Bud York, comptant démontrer à leur père que les deux étrangers sont des imposteurs. A leur grande surprise, Katie York prétend reconnaître en Hoss son mari, et joue le jeu des Cartwright. Elle se venge ainsi, à sa façon, des mauvaises manières des deux garçons Bruder qui l’ont traînée là sans ménagements. Joad leur offre avec joie sa propre chambre pour qu’ils puissent savourer leurs retrouvailles… plongeant Hoss dans un abîme de perplexité. La femme se montre heureusement très digne et tout à fait compréhensive lorsque Hoss lui explique les tenants de l’affaire. Pendant ce temps, cependant, Randy Bruder parvient à s’évader de la prison de Virginia City et il ne tarde pas à débarquer chez son père. La supercherie fait donc long feu. Mais Ben arrive à son tour, ayant suivi la piste des Bruder, accompagné des adjoints Clem et Harris…

Strother Martin
Anthony Colti
Jim Raymond & Bing Russell

 

Diane Shalet
William Lucking
Robert Ridgely

 

Anthony James
Jarion Monroe
Larry W. Finley (à g.)

 

Avec Strother Martin (Joad Bruder), Anthony James (Willy Bruder), Diane Shalet (Katie York). Et avec William Lucking (Gabe [Leroy]), Jarion Monroe (Cass [Bruder]), Bing Russell (Deputy Clem), Jim Raymond (Deputy Harris), Harry Harvey [Sr] (Bixle), Robert Ridgely ([bartender Jake] Marley), Larry W. Finley (Petey) et Anthony Colti (Randy [Bruder]).

Hoss et Joe réunis dans un nouvel épisode de comédie où ils usurpent l’identité de deux bandits dans l’espoir de récupérer l’argent qu’on leur a volé. Anthony James, Jarion Monroe et Anthony Colti jouent trois frères patibulaires tandis que Strother Martin minaude et cabotine dans la peau de leur père, bandit mais honnête, qui a fait d’une suite d’hôtel dans une ville fantôme son antre magnifique, rempli de richesses acquises (on s’en doute) fort illégalement.

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

Anthony Colti et Dan Blocker

Michael Landon et Dan Blocker

Dan Blocker et Diane Shalet

Diane Shalet et Dan Blocker

 

12.13  Honest John

NBC, 20 décembre 1970

Ecrit par Arthur Heinemann

Réalisé par Lewis Allen

Jack Elam avec Mitch Vogel et Dan Blocker

Dan Blocker et Jack Elam

 

Ben offre l’hospitalité à un vagabond, « Honest John », blessé à la main. L’homme reconnaît en un corbeau que Jamie a recueilli et dont il a soigné la patte blessée son compagnon Lucifer, à qui il a appris de nombreux tours. Jamie, qui s’était attaché au volatile, en est contrarié. Il change d’opinion sur le vieil homme, cependant, quand celui-ci lui dit avoir rencontré son père, Tom Hunter, quelques années plus tôt. C’est un mensonge, fabriqué à partir de quelques mots que Ben a dits au sujet du père de Jamie, mais Honest John s’en sert pour gagner la sympathie du garçon qui plaide auprès de Ben pour que ce dernier l’autorise à rester plus longtemps à Ponderosa. Soucieux de plaire à Jamie, qui ne semble pas encore s’être fait complètement à la vie à Ponderosa, Ben accepte que l’on aménage un coin douillet dans la grange, où Honest John se sent comme chez lui. Mais il apparaît vite que le vieil homme engloutit en cachette tout l’alcool de la maison et qu’il se sert de l’amitié de Jamie. Les Cartwright ne disent rien pour ménager le garçon mais Jamie lui-même finit par perdre confiance en Honest John. Ce dernier, malade, craint de repartir sur les routes et de mourir seul dans quelque fossé. Il s’en va de lui-même, néanmoins, mais Hoss ne tarde pas à le retrouver dans une cellule de la prison. Il a vendu son corbeau pour acheter de l’alcool mais semble réellement mal en point. Aussi Hoss le ramène-t-il au ranch, où Jamie, cependant, lui fait un accueil froid, suggérant à Hoss de le laisser mourir seul. Il ne croit pas si bien dire, car le vieil homme s’éteint dans son sommeil, laissant Jamie avec sa culpabilité. Une note laissée par Honest John pourrait cependant atténuer ses remords…

Mitch Vogel

 

Jack Elam

 

Bucklind Beery

 

Avec Jack Elam (Honest John). Et avec Bing Russell (Sheriff Clem), Victor Sen Yung (Hop Sing), Bucklind Beery (Luke).

Leçon de vie pour le jeune Jamie, qui en se prenant d’amitié pour un vieux vagabond menteur et roublard apprend le discernement et l’indulgence, tour à tour. Jamie confie à Honest John qu’il lui arrive de penser que les Cartwright sont sa famille, puisqu’il n’en a pas connu d’autre, et cela le trouble, l’amenant paradoxalement à se rebeller contre l’attention qu’ils lui prodiguent. Ben et Hoss se montrent soucieux de communiquer avec le garçon, qui ne leur facilite pas toujours la tâche.

 

12.14  For a Young Lady (Une jeune demoiselle en détresse)

NBC, 3 janvier 1971

Ecrit par B.W. Sandefur

Réalisé par Don Richardson

Peggy Rea et Jewel Blanch

Mitch Vogel et Lorne Greene

 

Carrie Sturgis, qui a à peu près l’âge de Jamie, vit avec son grand-père sur une portion de terrain qui fait partie de Ponderosa. Le vieux Buford y exploite une mine et tous deux vivent à l’écart, unis dans la défiance à l’égard du monde extérieur. Lorsque Buford fait une chute qui l’oblige à rester alité et nécessitent son transport à Virginia City, dans le cabinet du Dr Wayne, Carrie n’a d’autre choix que d’aller vivre avec sa tante Vella et son mari Gifford. Ceux-ci la traitent comme une ouvrière à qui il faut apprendre le respect et les bonnes manières, lui interdisant d’aller voir son grand-père et l’enfermant même dans une remise. C’est là que Jamie la découvre et, scandalisé par ce traitement, il l’aide à s’échapper. Carrie trouve refuge à Ponderosa et Joe renvoie Gifford Owens quand celui-ci vient l’y chercher. Il revient avec l’adjoint Clem et exige que l’enfant lui soit rendue. Les Cartwright s’inclinent à contre-cœur, inquiets pour l’enfant, dont le sort s’assombrit encore lorsque Buford meurt. Il est clair que les Owens n’ont que faire de Carrie : ce qui les intéresse, c’est la mine du vieil homme…

Jewel Blanch
Paul Fix
Mitch Vogel

 

Madeleine Sherwood
William Bramley
Bing Russell

 

Peggy Rea
Harry Holcombe
the "real" Ponderosa

 

Avec Jewel Blanch (Carrie Sturgis), Madeleine Sherwood (Vella Owens), Paul Fix (Buford Sturgis). Et avec Harry Holcombe (Doctor [Wayne]), Peggy Rea (Clara), Bing Russell (Deputy [Clem]), Victor Sen Yung (Hop Sing) et William Bramley (Gifford [Owens]).

Histoire de cupidité en forme de conte avec orpheline tombant aux mains d’une méchante tante et de son vilain mari. Les Cartwright jouent les gentils sauveurs qui trouvent le moyen de tirer l’enfant des griffes du méchant couple en tirant parti de leur cupidité même, et lui trouvent en prime un nouveau foyer auprès d’une femme aimante.

Harry Holcombe, en général Doc Martin, est ici crédité d’un autre nom, Dr Wayne. (Le générique ne mentionne pas le nom mais il est écrit à l’entrée du cabinet du docteur.)

A noter : un plan (rare) de Ponderosa en décors naturels.

 

12.15  A Single Pilgrim (Le pèlerin solitaire)

NBC, 10 janvier 1971

Ecrit par Suzanne Clauser

Réalisé par William Wiard

John Schuck, Beth Brickell et Jeff Corey se demandent que faire de Hoss, blessé

Alors qu’il est seul dans les montagnes, Hoss est blessé par un chasseur, Tom Brennan, qui l’a pris pour un animal. Tom le ramène chez lui, une cabane où il vit avec sa femme Dilsey et son père Frank. Le vieil homme, méfiant envers tout étranger, est d’avis de laisser mourir le blessé, de peur qu’il ne leur fasse des ennuis. Tom le confie néanmoins à Dilsey qui l’allonge dans un débarras et le soigne. Blessé à la jambe et à la tête, Hoss met du temps à retrouver des forces mais comprend vite que sa présence dérange et que sa vie même est en danger. Sa présence réveille chez Dilsey des instincts féminins qui lui font voir d’un œil embarrassé la misère dans laquelle elle vit avec Tom et Frank, au milieu des bois, sans jamais voir personne. Pendant ce temps, Ben et Joe s’inquiètent de l’absence de Hoss. Plus le temps passe, plus Hoss est en danger car Frank Brennan a jeté son dévolu sur son cheval et ses armes et tente de convaincre Tom que la mort de l’étranger est la meilleure option pour eux. Dilsey s’oppose alors ouvertement à son beau-père et à son mari, faisant fuir le cheval de Hoss après avoir écrit un message sur un linge qu’elle a noué à son harnais, afin d’informer les Cartwright…

 

 

 

Avec Beth Brickell (Dilsey Brennan), Jeff Corey (Frank Brennan), John Schuck (Tom Brennan).

Aventure bucolique d’une certaine manière, filmée dans la forêt de Los Padres, mais qui met Hoss en danger. Le scénario met au centre de l’intrigue le personnage de Dilsey, à qui la présence soudaine de Hoss fait prendre conscience qu’elle n’est pas aussi résignée qu’elle le croyait à la vie fruste que lui impose son mari, sous l’autorité d’un beau-père sournois et brutal. Hoss prend la défense de Dilsey et plaide, ce faisant, en faveur de l’émancipation féminine. John Schuck incarne un chasseur fruste mais honnête et aimant, que la révolte de sa femme pousse à se rebeller à son tour, avant de laisser s’exprimer son amour et sa tendresse pour sa femme.

Le thème musical qui accompagne la première scène de l’épisode est le futur thème de La Petite maison dans la prairie, qui sera le thème principal de l’épisode 12.17.

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

 

12.16  The Gold-Plated Rifle (Une carabine plaquée or)

NBC, 17 janvier 1971

Ecrit par Preston Wood

Réalisé par Joseph Pevney

Jamie (Mitch Vogel) fort désappointé devant la carabine cassée de Ben

Ben annonce à Jamie qu’il suivra désormais la classe de Mrs Hagen à l’école. Jamie est d’abord furieux d’y être forcé, d’autant que plusieurs garçons de la classe, à commencer par Frank Snyder, cherchent à le tester en le provoquant dès le premier jour. Lors du premier concours d’orthographe, de plus, il se trompe et aucun Cartwright n’est venu le soutenir, la famille étant occupée à rassembler le bétail, ce qu’il se réjouissait de faire lui aussi. Pour épater Frank, Jamie emprunte un jour le fusil préféré de Ben, un objet de valeur plaqué or, et le casse malencontreusement. Il le remet en place en dissimulant son forfait et ment à Ben en affirmant n’y être pour rien. Après avoir subi une nouvelle humiliation de la part de Frank devant les autres élèves de l’école, il avoue, honteux mais également furieux contre Ben, avant de s’enfuir en refusant la punition décidée par Ben. Il se fait embaucher dans une écurie de Virginia City, où Ben va le trouver. Il reconnaît avoir été accaparé par les affaires du ranch et ne s’être pas montré très disponible mais ajoute que ce sont les nécessités de la gestion d’un ranch tel que Ponderosa et que Jamie doit les accepter. Il sera néanmoins le bienvenu s’il le décide et recevra l’affection et l’attention que l’on pourra lui donner, à condition d’accepter les contraintes qui vont avec la vie à Ponderosa. Ce soir-là, Ben veille tard en espérant voir rentrer le garçon…

 

 

 

Avec Jessica Myerson (Mrs Hagen), George Paulsin (Frank [Snyder]), Victor Sen Yung (Hop Sing), Ray Teal (Sheriff Coffee), John Daniels (1st boy), Jimmy Brown (2nd boy) et Lou Frizzell (Dusty Rhodes).

Le dernier acte donne à Ben l’occasion de jouer le rôle du père affectueux mais ferme face à un adolescent honnête et agréable mais capable aussi de colère lorsqu’il est soumis à la frustration et à l’autorité des adultes. Les autres garçons de l’école l’accusent d’être un « chien perdu » adopté par les Cartwright mais qui ne fait pas vraiment partie de la famille. Jamie doit donc apprendre à gérer la frustration et la contrainte tout en se montrant résilient face à l’agressivité des garçons de son âge. Les scènes de l’école inaugurent une thématique que développera La Petite maison dans la prairie, en montrant le quotidien parfois rude de la vie adolescente. D’autres épisodes de Bonanza illustreront cette approche familiale.

 

12.17  Top Hand (Le champion)

NBC, 24 janvier 1971

Adaptation de John Hawkins, histoire de Arthur Heinemann

Réalisé par William F. Claxton

Dan Blocker, Lorne Greene et Michael Landon avec Ben Johnson

Ben, Hoss et Joe joignent leur bétail à celui d’autres éleveurs avant de le faire conduire par Kelly James. L’un des éleveurs, Weatherby, n’approuve pas ce choix : il a renvoyé Kelly à cause d’un problème d’alcool et il ne lui fait pas confiance. Ben considère, au contraire, que Kelly s’est amendé et mérite une seconde chance. L’homme que Weatherby voudrait voir conduire le troupeau, le jeune et fougueux Bert Yates, est bien décidé, durant la semaine qui précède le départ, à prouver qu’il est meilleur que Kelly et que la place lui revient. Il conteste l’autorité de Kelly, notamment en entraînant les hommes à la poursuite de chevaux sauvages menés par un superbe étalon noir, puis il néglige la surveillance des chevaux pour aller se soûler à Stillwater, toujours en entraînant plusieurs hommes avec lui. C’est Kelly qui, au matin, va les cueillir au saloon pour les ramener de force. Entre-temps, faute de surveillance, les chevaux sauvages se sont enfuis et ont rejoint l’étalon dans la prairie. Yates et Kelly rivalisent de nouveau en se lançant tous les deux après l’étalon. A la fougue sans limite du jeune Yates répond la détermination méthodique et expérimentée du vieux Kelly…

Ben Johnson
Dick Farnsworth & Jerry Gatlin

 

Roger Davis
Hal Burton

 

Walter Barnes & Evans Thornton
Bill Clark

 

Avec Ben Johnson (Kelly James), Roger Davis (Bert Yates). Et avec Walter Barnes (Weatherby), Jerry Gatlin (Quincy), Dick Farnsworth (Sourdough), Bill Clark (Jimpson), Ed Jauregui (Bones), Hal Burton (Smokey), Evans Thornton (Ed - non crédité).

Les Cartwright sont en retrait dans cet épisode porté tout entier par Ben Johnson et Roger Davis. Ben Johnson, figure du western mais aussi cavalier émérite, est remarquable notamment dans la séquence de la poursuite de l’étalon noir à la fin de l’épisode, moment épique porté par la musique de David Rose durant cinq bonnes minutes. Peu de discours mais de magnifiques paysages (ceux d’Old Tucson en Arizona où sera tourné également l’année suivante l’épisode 13.03) et le spectacle des cow-boys conduisant et dressant les chevaux sauvages : un épisode à part, ode au grand Ouest et aux hommes qui y vivaient.

Le thème musical principal de cet épisode, décliné tout au long, deviendra le thème de La Petite maison dans la prairie. On le réentendra dans Bonanza (notamment en 14.06 et 14.09).

 

12.18  A Deck of Aces (Un autre Ben)

NBC, 31 janvier 1971

Ecrit par Stanley Roberts

Réalisé par Lewis Allen

Bradley Meredith est un escroc présentement associé à deux acolytes peu éclairés, Turk et Nicholson. Ils viennent de voler un sac de courrier dans lequel ils croyaient trouver une enveloppe pleine d’argent, ce qui n’a pas été le cas. En s’arrêtant à l’écurie de Milt Jarvis, cependant, Meredith a la surprise de se voir offrir un cheval frais sans avoir le moindre sou à dépenser : Jarvis l’a pris pour un certain Ben Cartwright, propriétaire du plus grand ranch de la région près de Virginia City, et lui a remis l’animal en différant la note à la fin du mois. Bien heureux d’apprendre qu’il est le sosie de ce Ben Cartwright, Meredith s’empresse de se rendre à Virginia City avec ses partenaires. Il constate que son visage lui ouvre toutes les portes sans qu’il ait délier sa bourse : le tailleur Mel Waters lui remet des vêtements élégants et l’employé du Palace Hotel lui octroie une suite confortable sans lui réclamer d’argent, tandis qu’au saloon il boit à l’œil avant de se joindre à des joueurs qui lui font crédit sur la foi de son visage. Il peut ainsi feindre l’ignorance du jeu avant d’emporter le tapis grâce aux cartes qu’il cache dans ses manches. Ses compagnons de jeu, tricheurs eux-mêmes, n’ont pas l’occasion de lui demander des comptes mais il n’a pas lui-même l’opportunité d’empocher la mise car le shérif Coffee s’interpose et chasse les tricheurs avant d’emmener « Ben » en prison… où les attendent le maire Blaine et le représentant d’une compagnie de chemin de fer, Wentworth, qui veut acheter le bois d’une portion de Ponderosa. Ben Cartwright a déjà refusé son offre mais le maire et le shérif veulent le faire changer d’avis, jugeant l’affaire bonne pour la ville. En entendant le montant que Wentworth est prêt à lui remettre cash, Meredith promet aussitôt sa signature… mais il doit au préalable apprendre à imiter ladite signature, aussi emporte-t-il le contrat en promettant de le remettre signé après l’avoir soigneusement étudié. Une fille du saloon, Dixie Wells, l’ayant vu tricher à la table de poker, démasque l’imposteur et réclame une part du magot en échange de son silence. Meredith réussit à entrer et sortir de Ponderosa en se faisant passer pour Ben, afin de mettre la main sur un exemplaire de sa signature. Le véritable Ben, cependant, finit par découvrir lui-même la supercherie et confronte l’imposteur, qu’il fait arrêter ainsi que ses complices Turk et Nicholson. Il n’est pas dit toutefois que Meredith ait joué son dernier tour…

 

 

 

Avec Alan Oppenheimer (Wentworth), Linda Gaye Scott (Dixie Wells), Jeff Morris (Turk Murphy), Charles Dierkop (Nicholson). Et avec Tom Basham (Dan Fielding), Ray Teal (Sheriff Coffee), Jack Collins ([Mayor] Ned Blaine), Victor Sen Yung (Hop Sing), Guy Wilkerson (Milt Jarvis), Stephen Coit (Mel Waters), Sam Javis (Telegraph operator), Ralph James (1st Poker Player [Anderson]), Bern Hoffman (bartender), John Gilgreen (desk clerk #1), Lee McLaughlin (2nd Poker Player) et (non crédités) Cosmo Sardo et Jeffrey Sayre (3rd et 4th Poker Players).

Le scénario repose sur la double prestation de Lorne Greene en Ben Cartwright et en Bradley Meredith, son sosie (« dead ringer »), qui reparaîtra à Virginia City dans l’épisode 13.26 confié au même tandem Stanley Roberts – Lewis Allen. L’épisode suit essentiellement Meredith, qui se distingue de Ben par un tic gestuel : il touche constamment le lobe de son oreille droite.

Le shérif Coffee n’est pas ici à son avantage : (spoiler) il est deux fois dupe de Meredith qui se joue de lui pour s’évader en faisant passer Ben pour l’imposteur.

Le titre original est une expression employée par Meredith à la fin de la séquence pré-générique : « A deck full of aces », une main pleine d’as (il en présente six en même temps).

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

 

12.19  The Desperado (Un homme désespéré)

NBC, 7 février 1971

Musique de Fred Steiner

Ecrit par George Lovell Hayes

Réalisé par Philip Leacock

Hoss (Dan Blocker) porte Liza Walter (Marlene Clark)

Alors qu’il voyage seul, Hoss est capturé dans les montagnes par un couple de fugitifs noirs, Buck et Liza Walter, qui le prennent pour l’un des hommes de « Solomon » et entendent ou bien le tuer ou bien l’utiliser comme otage. C’est en vain qu’il déclare ne pas savoir de quoi ils parlent, ils ne sont pas disposés à lui faire confiance. Pour eux, il n’est qu’un Blanc, complice de ceux qui les traquent et leur veulent du mal. Il tente de s’enfuir mais est repris. Pendant ce temps, Ben et Joe s’inquiètent de la route qu’il a suivie et se mettent sur sa trace. Ils rejoignent bientôt le posse conduit par le shérif Solomon Rudd et son adjoint Cal, qui est aussi son beau-frère. Au groupe s’est également joint Thad, un tueur à gages engagé par le vieux Ledbetter : Buck Walter a tué son fils et c’est la raison pour laquelle Solomon veut l’arrêter et Ledbetter le voir mort. Dans les montagnes, Buck et Liza en viennent à admettre que Hoss n’est pas celui qu’ils croyaient et qu’il n’a aucune mauvaise intention à leur égard. Ils finissent même par le libérer après qu’il a donné l’alerte en voyant approcher Thad, qui voulait surprendre les fugitifs. Buck est décidé cependant à mourir en résistant à l’arrestation. La raison pour laquelle il a tué le fils Ledbetter est que celui-ci les harcelait pour avoir leur petite ferme ; en mettant le feu à leur grange, il a tué leur fils. Déterminé à mourir plutôt que de se soumettre à la justice des Blancs, Buck assomme Liza et la confie à Hoss en le renvoyant, puis il se dresse seul face au posse de Solomon…

 

 

 

Avec Lou Gossett (Buck Walter), Ramon Bieri (Sheriff Solomon Rudd), Marlene Clark (Liza Walter). Et avec Mike Mikler (Thad), George Dunn (Andy), Sandy Rosenthal (Davy [Bent]) et Warren Vanders (Cal).

Comme dans l’épisode 12.15, Hoss est prisonnier pendant que Ben et Joe le recherchent. Le temps passé avec un couple de fugitifs noirs est le prétexte à une réflexion sur le racisme mais la situation de Buck et Liza Walter met aussi en question la dignité humaine et les limites de l’humiliation qu’un être humain peut supporter avant de rendre les coups reçus. Ben et Joe restent en retrait de l’action durant tout l’épisode, y compris le dénouement.

Mitch Vogel n’apparaît pas et n’est pas crédité au générique.

 

12.20  The Reluctant American (L’immigré)

NBC, 14 février 1971

Ecrit par Stanley Roberts

Réalisé par Philip Leacock

Daniel Massey et J. Pat O'Malley

Leslie Harwood, banquier d’investissements londonien, fait le voyage jusqu’au Nevada afin de voir par lui-même comment est géré le ranch Mallory dans lequel il a fait investir sa banque mais qui accuse des pertes. Il est accueilli à Virginia City par le contremaître Zach Bolton, qui n’est visiblement pas ravi de l’arrivée du « patron » anglais, accompagné de son épouse Gillian, enceinte. Sur le chemin du ranch, le convoi est attaqué par des voleurs de bétail auxquels Bolton donne la chasse, laissant les Harwood poursuivre seuls. Ils arrivent à Ponderosa et croient avoir trouvé « leur » ranch, dont le charme les séduit immédiatement… avant que le retour des Cartwright ne leur révèle leur erreur. Ben les invite à passer la nuit, après quoi Jamie les accompagne jusqu’au ranch Mallory, bien plus… fruste. Le couple est néanmoins ravi de vivre cette aventure américaine et Leslie entreprend très vite de se faire montrer le ranch par Bolton. Ce dernier, cependant, n’apprécie pas la mise en cause de son travail par Leslie Harwood, encore moins quand celui-ci suit les conseils de Jamie. Aussi claque-t-il la porte, emmenant les employés avec lui et ne laissant que la domestique de maison, sa propre fille Haida, née d’une mère indienne. Qu’à cela ne tienne : Leslie entend engager une nouvelle équipe et jette son dévolu sur la petite troupe qu’il trouve au saloon, emmenée par le truculent Big Mac Hennessy. Entre-temps, Leslie a accusé les Cartwright de lui avoir volé son bétail : il a surpris en effet Hoss et Joe en train de mêler ses bêtes aux leurs et, sans entendre leur explication – le sachant sans personnel, ils ont pris la liberté d’emmener les bêtes du ranch Mallory afin de les protéger des voleurs de bétail -, les a dénoncés au shérif Clem (qui en a levé un sourcil, voire les deux). En regagnant ses terres avec sa nouvelle troupe, Leslie tombe sur de vrais voleurs de bétail, qui ne sont autres que ses anciens employés, avec Bolton à leur tête. Un échange de coups de feu s’ensuit mais Leslie doit son salut à l’intervention de Hoss et Joe…

Daniel Massey
J. Pat O'Malley
Sandra Ego

 

Jill Haworth
Ronald Long
Red Morgan

 

Daniel Kemp
Bing Russell
J. Pat O'Malley & George Tracy (?)

 

Avec Daniel Massey (Leslie Harwood), Jill Haworth (Gillian Harwood). Et avec Daniel Kemp ([Zach] Bolton), J. Pat O’Malley (Big Mac [Hennessy]), Ronald Long (Gore Stanhope), Bing Russell (Clem), Victor Sen Yung (Hop Sing), Sandra Ego (Haida [Bolton]), Pat Houtchens (Reverend Williams), Red Morgan (Stokely) et George Tracy (Cherokee ? – non crédité).

Illustration du concept du poisson hors de l’eau avec gentleman anglais transporté dans le rude Nevada. Leslie Harwood et son épouse Gillian se montrent cependant, contre toute attente, très capables de s’acclimater, d’autant que Leslie, qui s’est battu dans l’armée de Sa Majesté, maîtrise aussi bien les armes que les chevaux, au grand dam de Bolton qui croyait se moquer à bon compte. L’histoire tire plus vers la comédie que vers le drame et se laisse regarder avec plaisir, les malentendus entre Harwood et les Cartwright se résolvant heureusement. Tout se termine d’ailleurs par le baptême du petit Leslie Benjamin Harwood, alors que les Harwood annoncent leur intention de rester, devenant ainsi les nouveaux voisins des Cartwright. L’épisode, semble-t-il, avait pour but de tester l’idée d’une possible série dérivée, qui ne vit finalement pas le jour.

 

 

 

 

 

 

J

H

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1970s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :