work in progress

Guide réalisé par Thierry Le Peut

 

 

 

 

 

La période 30 minutes : saison 1  -  saisons 2 à 6

La période 50 minutes noir et blanc : saisons 7 à 11

La période 50 minutes couleur : saison 12  -  saisons 13 à 15  -  saisons 16 à 19  -  saison 20

 

Saison 12

(1966-1967)

 

Avec James Arness (Marshal Matt Dillon), Milburn Stone (Doc Adams), Amanda Blake (Kitty Russell), Ken Curtis (Festus Haggen), Roger Ewing (Thad Greenwood).

 

12.01  Snap Decision

CBS, 17 septembre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Dick Carr

Réalisé par Mark Rydell

Claude Akins et James Arness

Milburn Stone et Ken Curtis

 

Matt a longtemps traqué deux voleurs de chevaux, qui ont finalement pris deux routes différentes. Cette nuit-là, il en surprend un près de son feu. Pas celui qu’il aurait voulu prendre : l’homme, en effet, est Ray Gilcher, un ami de longue date, qu’il a connu durant la guerre. Gilcher n’est pas un tueur mais il a blessé un homme pour voler un cheval et Matt a le devoir de l’arrêter. Gilcher ne fait pas d’histoires mais il avertit soudain le marshal qu’un homme est en train de se glisser derrière lui, dans les rochers ; Matt croit à une ruse et quand Gilcher se jette sur son arme il tire. Gilcher succombe rapidement à sa blessure mais il ne mentait pas : il y avait bien un troisième homme, qui s’apprêtait à tirer dans le dos de Matt et qui a pris la fuite.

Matt ramène le corps de Gilcher à Dodge City puis, chose insolite, prend une chambre au Dodge House sans passer par son bureau. A Festus et au marshal Clint Tucker, qui l’a remplacé en son absence, il déclare quand ils viennent le trouver qu’il démissionne de son poste. Rien ne le fait changer d’avis : d’avoir dû tuer un ami qui voulait lui sauver la vie l’a profondément perturbé et il ne veut plus porter le badge. Comme le dit fort bien Doc, cependant, en le voyant séparer deux hommes qui se battent dans la rue, « les vieilles habitudes ont la vie dure ».

Lors de l’enterrement de Ray Gilcher, un jeune homme se présente comme son fils et demande à récupérer une montre en or que Gilcher avait sur lui. Tucker lui remet la montre et les autres effets personnels du défunt. Un autre homme arrive en ville : Shaver, un chasseur de primes, que Matt n’apprécie guère. Mais, n’étant plus le marshal, il n’a plus voix au chapitre et Tucker lui fait bien entendre que c’est lui désormais qui décide de la meilleure manière d’appliquer la loi. Or, Shaver prétend être un vieil ami de Tucker, qui n’éprouve pas pour les chasseurs de primes l’antipathie viscérale qu’ils inspirent à Dillon. Ce dernier s’inquiète de voir le jeune Gilcher sympathiser avec Shaver. En fait, celui-ci sait que Gilcher n’avait pas de fils : l’étranger, Kipp, a un jour perdu sa montre en or dans une partie de poker contre Gilcher et il a profité de l’occasion pour la récupérer. Constatant la sympathie que Dillon éprouve pour celui qu’il prend pour le fils de son ami, Shaver propose à Kipp de s’associer. Le complice de Gilcher, en effet, Cooper, est lui aussi en ville et sa capture, mort ou vif, peut rapporter 500 $ à se partager. Shaver assure ainsi ses arrières : pris en tenaille, Cooper ne peut se défendre contre les deux hommes et Shaver peut lui tirer dans le dos.

Révolté, Matt n’y tient plus et annonce qu’il reprend son badge : Dodge City reste « sa » ville et il ne veut pas y voir ce genre de tuerie organisée. Il n’a d’autre choix cependant que de remettre l’argent de la prime à Shaver. Mais l’entretien des trois hommes dans le bureau du marshal finit par révéler la vérité : Matt comprend que l’homme qui voulait lui tirer dans le dos la nuit de la mort de Gilcher était Kipp et Shaver lui apprend que celui-ci n’est pas le fils de Gilcher. Matt abat Shaver quand le chasseur de primes lui tire dessus et Kipp, loin d’être téméraire, s’effondre en larmoyant : la chose qui lui importait le plus, c’était de récupérer sa montre…

Claude Akins
Sam Gilman

 

Michael Strong
Hank Patterson (à gauche)

 

Michael Cole
J. Arness & O. Sherman

 

Avec Claude Akins (Marshal Clint Tucker), Michael Strong (Shaver), Michael Cole (Kipp) et Sam Gilman ([Ray] Gilcher), Glenn Strange (Sam), Hank Patterson (Hank), Howard Culver (Howie), Orville Sherman (preacher).

Le titre est une expression utilisée par Doc en parlant avec Matt : tirer sur Gilcher était une décision prise en un instant, sans réfléchir, « a snap decision ».

 

12.02  The Goldtakers

CBS, 24 septembre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Clyde Ware

Réalisé par Vincent McEveety

Ken Curtis et Roger Ewing

James Arness et Martin Landau

 

Des bandits volent un chargement d’or en tuant tous les soldats qui le transportaient, à l’exception de l’un d’eux, Jenkins, complice des voleurs. Mais ils déchantent en découvrant non pas des lingots mais un énorme bloc d’or mêlé à un autre métal. Intransportable. Le chef, Britton, a alors un trait de génie : il suffit de faire fondre le bloc dans une forge, par exemple celle de Dodge City qui n’est pas très éloignée. Le moyen de réussir ce coup ? Revêtir les uniformes des soldats morts et se faire passer pour des militaires en mission. Matt Dillon étant absent, Thad rechigne à laisser les soldats disposer de la forge mais Festus lui force la main. Struck, lui, est scandalisé et un groupe de citoyens, excités par Burke, prend sa défense. Festus les fait tous taire et choisit de faire confiance à l’officier supérieur, Freeman (en fait Britton), qui lui révèle qu’il a une mission secrète à remplir à l’intérieur de cette forge, en lien avec le Mexique. Quand les deux soldats de garde à la porte de la forge brutalisent rudement un fermier, Jim Garvey, qui réclamait simplement de pouvoir récupérer un travail que Struck avait fait pour lui, Festus se range cependant à l’avis de Thad : mieux vaut aller trouver Matt qui, pour la première fois depuis longtemps, et sur l’insistance de ses amis, Festus en tête, a pris quelques jours de « vacances ». Il est allé pêcher avec son ami Caleb Nash. C’est là que le retrouve Thad, qui le ramène à Dodge. Le marshal, comme Festus, choisit de faire confiance à Freeman, mais de le surveiller de près. Quand il en vient à soupçonner qu’il se trame autre chose dans cette forge que ce que prétend Freeman (il a dit être en train de tester une arme nouvelle capable de supplanter la fameuse mitrailleuse Gatling), il exige de pouvoir s’en rendre compte par lui-même. Britton le laisse entrer, mais seul. Il est facile alors de le tenir en respect et de lui démontrer qu’il a tout intérêt, pour la sécurité des habitants, de ne pas faire de vagues. Les bandits sont parvenus à fondre le bloc d’or ; ils n’ont pas trouvé le moyen de séparer l’or pur mais du moins ont-ils maintenant des lingots transportables. Ils comptent quitter la ville en compagnie du marshal, garant de leur sécurité…

Martin Landau
Michael Greene
John Boyer

 

Denver Pyle
C. Francisco & W. Chambliss
Brad Weston

 

Roy Jenson
C. Wagenheim & Ted Jordan
G. Strange & A. Blake

 

Avec Martin Landau (Britton), William Bramley (Jake Struck), Glenn Strange (Sam), John Boyer (Warner), Woodrow Chambliss ([Jim] Garvey), Charles Wagenheim (Halligan), Ted Jordan (Burke) et Roy Jenson (Troy), Brad Weston (Jenkins), Charles Francisco (Kale), Michael Greene (Holcroft) et Denver Pyle reprenant le rôle de Caleb Nash.

Le scénario repose sur une idée simple : des bandits ont besoin de la forge de Dodge City pour fondre un énorme bloc d’or. Ils s’y installent en ayant usurpé l’identité et les uniformes des soldats qu’ils ont tués pour s’emparer de l’or. Mais le traitement des péripéties manque ensuite d’enjeu fort et repose sur l’acceptation, par le public, de la naïveté de Festus puis celle de Dillon, tous deux se laissant berner par les faux discours de Britton sur la « mission secrète » que les soldats remplissent à l’intérieur de la forge. Que les deux hommes croient à cette fable n’est pas forcément surprenant ; ce qui l’est, c’est qu’ils se fient à la parole de Britton sans songer même à vérifier ce qui se passe réellement dans la forge. Les citoyens de Dodge, révoltés par le fait que les soldats évincent le forgeron Jake Struck de sa propre forge, et la méfiance de Thad que Festus force littéralement à s’effacer devant les soldats, sont pour le coup plus perspicaces, et on comprend mal l’obstination de Festus puis de Dillon à leur donner tort.

Denver Pyle avait tenu le rôle de Caleb Nash dans l’épisode 10.04, « The Violators ». Nash était alors le protagoniste de l’histoire, tandis qu’il joue ici un rôle secondaire, dans la « parenthèse » de la partie de pêche de Matt Dillon. Ce dernier évoque cependant le caractère de Nash « quelques années plus tôt », pour souligner qu’il a changé. Nash, qui ne conçoit pas de vivre en ville comme Matt, essaie de convaincre celui-ci de tout plaquer pour vivre avec lui « in the big lonely », une vraie vie de pionniers. Matt semble trouver l’idée séduisante… mais l’arrivée de Thad le rappelle à ses devoirs de marshal, et la parenthèse sera sans suite. (Spoiler) Notons toutefois que Caleb Nash… mourait à la fin de « The Violators », ce qui rend bien étrange son retour dans la série.

En parlant du forgeron Jake Struck, Festus déclare : « C’est le meilleur forgeron que nous ayons depuis que le Comanche est parti. » Le Comanche, c’était bien sûr Quint, qui n’est pas nommé. L’écriteau suspendu au-dessus de la forge mentionne le nom de Moss Grimmick comme « agent » responsable des lieux.

Festus décrit par l’un des faux soldats : « The banty one with the whiskers. »

Sam se joint à l’action, d’abord en assommant Jake Struck avec un marteau en bois, ensuite en prenant son fusil pour accompagner les hommes à cheval qui décident, dans le dénouement, de suivre le chariot qui emmène Dillon et les faux soldats. Il participe ainsi à la fusillade finale.

On notera l’inquiétude de Miss Kitty au sujet de Matt, puis la façon dont ils se tiennent dans la dernière scène, chacun pressant la main dans le dos de l’autre. Un vrai couple !

Si la plus grande partie de l’épisode est tournée dans la Dodge de studio, la dernière séquence en revanche fait passer les personnages du studio à un décor naturel qui, pour cette séquence seulement, prolonge la ville au-delà des limites du studio. Cela permet de filmer la fusillade finale avec plus d’amplitude et de lui donner un côté « épique ».

Ken Curtis et Martin Landau

James Arness et Amanda Blake

12.03  The Jailer

CBS, 1er octobre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Hal Sitowitz

Réalisé par Vincent McEveety

Bette Davis est l'invitée vedette de cet épisode, dans le rôle de Ma Stone

Ma Stone et ses fils : de gauche à droite, Mike (Robert Sorrells), Lou (Bruce Dern), Jack (Zalman King) et Ben (Tom Skerritt)

Les frères Stone, Lou, Mike et Jack, sortent de la prison d’Etat du Kansas après six ans d’incarcération. Le soir même, ils enlèvent Miss Kitty à Dodge City et se servent d’elle pour attirer le marshal Dillon entre leurs griffes. Ma Stone, qui tient la famille d’une main de fer, voue une haine sans limite à Dillon depuis qu’il a livré à la justice son mari Fred, pour être pendu. Elle veut voir le marshal pendu à son tour, non sans l’avoir laissé mijoter deux jours durant à proximité de sa bien-aimée. L’un et l’autre auront ainsi le temps de connaître les affres de l’attente qu’a connues Ma Stone avant la pendaison de son mari. Enfermé dans une cellule, tandis que Kitty est retenue dans une chambre de la maison, Matt surprend une conversation entre l’autre frère, Ben, et la femme de Lou, Sara ; tous deux sont amoureux et ne savent comment réagir au retour de Lou. Ils n’ont aucune envie de participer au plan de Ma Stone mais n’osent pas s’opposer à elle, ni aux frères. Le plus jeune, cependant, Jack, alléché par les dix mille dollars que Kitty est prête à payer pour la vie du marshal, projette de s’enfuir avec elle pour aller chercher l’argent. Mais lorsque Ma les surprend, elle abat son propre fils sans la moindre hésitation et administre à Kitty une volée de gifles retentissantes avant de la renvoyer dans « sa chambre ». Kitty essaie de persuader Ben de l’aider, sans succès, même après que Lou a découvert sa relation avec Sara et juré d’y mettre bon ordre. Entre la maison et la cellule de Dillon, le gibet est bientôt dressé et l’heure de l’exécution approche. Ma a décidé de pendre le marshal puis Kitty, pour la punir de la mort de Jack. Alors que tout semble perdu, Sara procure une arme au marshal, lui permettant de reprendre la situation en main. Mike et Lou abattus, il ne reste face à Matt et Kitty que Ma Stone et son fusil, mais sa haine est de nature à décimer le monde…

Bette Davis
Julie Sommars

 

Bruce Dern
Robert Sorrells

 

Tom Skerritt
Zalman King

 

Avec Miss Bette Davis (Ma Stone), Bruce Dern (Lou Stone), Robert Sorrells (Mike Stone), Zalman King (Jack Stone), Glenn Strange (Sam), Tom Skerritt (Ben Stone) et Julie Sommars (Sara Stone).

Classé 28e dans la liste des 100 meilleurs épisodes de tous les temps dressée par TV Guide en 1997, « The Jailer » rappelle l’épisode 7.12 de Bonanza, « Five Sundowns to Sunup », diffusé le 5 décembre 1965. Dans Bonanza, Ma Lassiter (jouée par Marie Windsor) et ses fils retiennent plusieurs otages pour obtenir la libération d’un des leurs ; ici, Ma Stone (jouée par Bette Davis) et ses fils enlèvent Kitty et Dillon car Ma Stone veut le pendre comme on a pendu son mari, livré à la justice par le marshal. Le scénario opte pour l’unité de temps, de lieu et d’action : presque tout se passe sur deux jours dans la ferme des Stone, en dehors de la séquence pré-générique et de quelques scènes à Dodge City, qui permettent de faire apparaître les acolytes (Doc, Festus et Thad) même s’ils n’ont pas grand rôle à jouer dans l’épisode. L’histoire prend donc la forme d’un suspense psychologique dont les caractères, toutefois, sont tracés à gros traits. Un frère domine, Lou, incarné par Bruce Dern, deux autres prennent en charge des péripéties (l’un en essayant de s’enfuir avec Kitty, l’autre parce qu’il est amoureux de la femme de Lou et que tous deux désirent aider Dillon et Kitty mais tergiversent jusqu’au dénouement, introduisant un soupçon de romance dans l’aventure), mais bien sûr c’est la figure de Ma Stone qui constitue l’atout principal du show, essentiellement parce qu’il est joué par Bette Davis. Face à une Amanda Blake dont le visage excessivement fardé sous la chevelure rousse en bataille ferait pâlir d’envie une méchante reine de Disney, la grande dame fait de Ma Stone une pourvoyeuse de mort vêtue de noir, au regard halluciné et au visage dévoré par la haine vengeresse. On a le droit de penser que c’est la présence de la grande actrice qui a rendu cet épisode mémorable, et sans doute aussi, pour les fans, le fait de voir Dillon et Kitty retenus prisonniers ensemble (quoique dans des pièces séparées), autorisés à s’enlacer dans les quelques moments où ils sont réunis, et agissant de conserve pour trucider les méchants dans le dernier acte.

Mike Stone deviendra quelques années plus tard le nom de l’un des policiers de Les Rues de San Francisco, sans lien évidemment avec cet épisode.

TV Guide a publié dans son numéro du 30 juillet 1966 un article sur le tournage de l'épisode, avec des photos illustrant la scène des gifles de Bette Davis à Amanda Blake. On peut lire l'article et retrouver les photos sur gunsmokenet.com

James Arness, Amanda Blake et Bette Davis posant durant le tournage

Miss Bette Davis dans le rôle de Ma Stone

Miss Kitty perd son calme et sa belle allure face à Ma Stone (avec Robert Sorrells et Bruce Dern)

Tom Skerritt : messes basses au clair de lune avec James Arness

Tom Skerritt avec Bette Davis

Amanda Blake et James Arness

 

 

 

12.04  The Mission

CBS, 8 octobre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Richard Carr

Réalisé par Mark Rydell

Bob Random et Warren Oates

Matt Dillon passe la frontière du Mexique et range son badge de marshal dans sa sacoche avant de continuer sa route. Il emmène avec lui deux chevaux et de quoi bivouaquer. Sa route croise celle de deux bandidos qui choisissent de continuer leur chemin en voyant apparaître un autre gringo au sommet de la colline. Le jeune homme se présente sous le nom de Reb Jessup, en route vers Santa Rosa. Comme ce n’est pas la route de Matt, ils se séparent.

Reb rejoint deux amis dans une cantina, Ashe et Lafe. Ceux-ci sont des gaillards peu recommandables qui se moquent de Reb et de son Colonel de père, dont il a fui la maison. Matt arrive bientôt lui aussi à Santa Rosa : il a finalement besoin de faire réparer un fer de son cheval. Reb l’invite à boire une bière à la cantina. Mais c’est sur les trois chevaux de Matt et leur paquetage que lorgnent les deux autres. Matt doit affronter seul les trois hommes, qui le laissent à terre, sonné, et s’en vont avec ses chevaux.

Matt se réveille dans la maison du Colonel Amos Jessup. Celui-ci vit ici depuis la fin de la guerre avec l’ancien Sergent Macklin. Pour lui, la guerre est peut-être terminée mais la cause qu’il défendait n’est pas morte. Et quand il apprend que Matt est un Marshal des Etats-Unis, ancien soldat bleu, il attribue au patriotisme l’attitude qu’a eue son fils envers lui. Il le menace d’une arme et ordonne à Macklin de raccompagner l’intrus jusqu’à la frontière. En chemin, le marshal ne tarde pas à fausser compagnie à son gardien et à suivre la piste des trois voleurs de chevaux.

En découvrant dans le paquetage volé le badge de marshal et une lettre destinée au Colonel Romero, qui devait permettre au marshal Dillon de sortir un prisonnier de prison pour le rapatrier aux Etats-Unis, Ashe et Lafe décident de se faire passer pour le marshal et de libérer eux-mêmes ce prisonnier, Jim Basset, pour s’associer avec lui. Basset, qui connaît Dillon, entre dans leur jeu et repart libre. Ensemble, ils attaquent la banque de Lucinta en abattant froidement les quatre soldats de la garnison et leur Capitaine. Un seul survit, que Reb a seulement fait semblant d’achever.

Matt arrive à son tour à Lucinta après avoir vu le Colonel Romero. Il dispose d’une lettre signée de ce dernier, prouvant au soldat qu’il dit la vérité sur lui-même. Tous deux repartent sur la piste des bandits et une fusillade éclate, fatale à Ashe et Lafe. Reb, blessé, s’enfuit avec Jim Basset. Le marshal les suit jusque chez le Colonel, où Reb succombe à sa blessure. Matt, lui, affronte Basset qui, avant d’être abattu, tue le Colonel…

Bob Random
Warren Oates
Rafael Campos

 

Robert F. Simon
Arch Johnson
Robert Tafur

 

Steve Ihnat
Jim Davis
Mike Abelar

 

Avec Bob Random (Reb Jessup), Robert F. Simon (Colonel Amos Jessup), Steve Ihnat (Ashe), Warren Oates (Lafe), Arch Johnson (Sgt Macklin), Jim Davis (Jim Basset) et Rafael Campos (young soldier), Robert Tafur (Col. Romero), Ruben Moreno (Captain), Mike Abelar (soldier), Bert Madrid (blacksmith).

Timeline : Dillon dit que la guerre est finie depuis dix ans, on serait donc tenté de placer cette histoire en 1875. Pourtant, dès l’épisode 1.13 apparaît la date de 1882 : sur une pierre tombale.

James Arness apparaît seul, loin de Dodge City.

Jim Davis, Warren Oates et Steve Ihnat

James Arness

 

12.05  The Good People

CBS, 15 octobre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par James Landis

Réalisé par Robert Totten

Les Rucker : d'honnêtes gens affrontés à une erreur tragique (Tom Simcox, Morgan Woodward et Allen Case)

Ben Rucker et ses fils Gabe et Seth surpprennent quatre voleurs de bétail sur leurs terres et leur donnent la chasse. Ben et Gabe en abattent deux et pendent le dernier, leur voisin Jed Bailey, bien qu’il clame jusqu’au dernier instant qu’il est innocent. Ils comprennent qu’il disait la vérité lorsque Seth les rejoint et déclare avoir abattu les deux derniers voleurs. Ils ont pendu un homme qui ne faisait que traverser la prairie. Ben et Gabe décident de ne rien dire mais, lorsque Seth et son frère retournent détacher le pendu afin de l’enterrer, le corps a disparu. Il a en fait été trouvé et emporté par Silas Shute, un chasseur de primes atypique, qui voyage avec son âne Whitey. Silas apporte le corps au marshal en déclarant avoir abattu lui-même Jake Daniels ; de fait, Jed Bailey présente une ressemblance avec Jake Daniels, dont le visage est affiché sur l’affiche que produit Silas Shute. En réalité, Silas a coupé la corde du pendu et lui a ensuite tiré dessus pour pouvoir prétendre qu’il l’avait abattu. Comprenant sa méprise, il dit la vérité au marshal, mais comment le croire à présent ? Dillon le met en cellule en attendant qu’un procès ait lieu. Le Juge Evers et le procureur Sutton sont justement en ville et l’avocat Henry Biggs est prêt à assurer la défense du chasseur de primes, profession unanimement méprisée qui ne disposera certes pas le jury en sa faveur. Le marshal pressent cependant la vérité sur la mort de Jed Bailey ; Silas ayant affirmé avoir trouvé le pendu sur les terres de Ben Rucker, il est naturel de soupçonner celui-ci, d’autant que l’attitude embarrassée de Seth attire l’attention du marshal. C’est pourquoi il lui demande de faire partie du jury qui devra prononcer le verdict. Ben Rucker est un homme droit qui a élevé ses fils dans le même esprit et il comprend les réticences de Seth, au contraire de Gabe qui considère les scrupules de son frère comme de la faiblesse. Comme l’escomptait Dillon, Seth est incapable de déclarer coupable un homme qu’il sait innocent, le juge Evers est donc contraint de renvoyer le jury au terme des délibérations. Seth, persuadé que le marshal connaît la vérité, veut quitter la ville. Ben, tourmenté par son erreur de jugement, décide alors de se livrer au marshal…

Morgan Woodward
Shug Fisher
James O'Hara

 

Tom Simcox
Steve Gravers
K. Garwood & W. Chambliss

 

Allen Case
Frederic Downs
Charles Wagenheim

 

Avec Allen Case (Gabe Rucker), Tom Simcox (Seth Rucker), Shug Fisher (Silas Shute) et Morgan Woodward (Ben Rucker). Et Steve Gravers (Jed Bailey), Glenn Strange (Sam), Charles Wagenheim (Halligan), Kelton Garwood (Percy Krump*), Ted Jordan (Burke), Woodrow Chambliss (Lathrop), Clyde Howdy (Henry Biggs), Frederic Downs (Judge Evers), James O’Hara (Sutton). *orthographié Krump au générique mais Crump habituellement (comme l’indique l’enseigne de sa boutique de pompes funèbres)

Crime et châtiment dans l’Ouest américain : les Rucker sont des hommes honnêtes mais décident de garder le silence sur le crime qu’ils ont commis involontairement. Le scénario suit les débats intérieurs et le conflit qu’ils provoquent au sein de la famille Rucker. Le père, honnête et fier, se tait et accepte de laisser accuser un innocent en arguant du fait que la victime autant que le faux coupable valent moins que lui-même, opinion dans laquelle l’encourage l’un de ses fils, qui a commis le crime avec lui. L’autre fils se tait par loyauté envers sa famille mais, rongé par la culpabilité, ne peut se résigner à condamner un innocent. Le conflit est exacerbé par le fait que le fils doté de scrupules est un enfant adopté, accusé par son frère de n’être pas un « vrai » Rucker. Le conflit est d’autant plus intéressant que les trois hommes sont, au fond, « de bonnes gens », comme l’indique le titre de l’épisode.

Le personnage de Silas Shute est une sorte de Festus bis, qui partage avec son âne Whitey la même relation fusionnelle que Festus avec sa mule Ruth. Laquelle, il le rappelle, est un « il » et non une « elle ». L’interaction entre les deux hommes donne l’occasion d’un festival de dialogues savoureux et imagés comme en échangent régulièrement Festus et le Doc.

Festus et Matt Dillon

Festus et Silas Shute

Le marshal Dillon et Doc Adams (James Arness et Milburn Stone)

 

12.06  Gunfighter, R.I.P.

CBS, 22 octobre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Adaptation de Hal Sitowitz, histoire de Michael Fisher

Réalisé par Mark Rydell

L'amour entre le gunfighter et la blanchisseuse...

... résistera-t-il aux frères Douglas ?

 

Le gunfighter Joe Bascome arrive dans une ville où l’attendent les frères Douglas, Mark et Paul, qui lui proposent mille dollars pour tuer le marshal Dillon. Mais, après un bon bain, Bascome se heurte à trois hommes qui s’en prennent au blanchisseur chinois Ching Fa et à sa fille Ching Lee ; une fusillade est inévitable et Bascome abat les trois hommes… avant d’être lui-même atteint de deux balles par Burt qui, bien qu’au sol, n’est pas encore mort. Ching Lee, dont le père est mort dans ses bras, soigne Bascome dans sa boutique, allant quérir Doc Adams à Dodge, à trois heures de là. Grâce aux soins diligents de Ching Lee, Bascome garde son bras et sa jambe mais il doit rester alité plusieurs semaines et Doc n’est pas certain qu’il retrouvera l’usage de son bras. Incapable d’abord de tenir son arme, a fortiori de remplir le contrat pour lequel les frères Douglas attendent après lui, Bascome ronge son frein et les Douglas également. Durant cette convalescence forcée, quelque chose d’imprévu se passe : la blanchisseuse et le tueur à gages tombent amoureux l’un de l’autre. Pressé par les Douglas, Bascome finit par accepter leur argent et décide de repartir. Ne sachant comment gérer les adieux, il se montre brutal avec Ching Lee, qui en est bouleversée. Il lui fait remettre cependant, après son départ, les 500 $ payés d’avance par les frères Douglas, et Ching Lee comprend alors qu’elle a eu grand tort de se fier à ses mots. Elle le suit jusqu’à Dodge, où le marshal est attendu par la diligence de huit heures du soir. Elle trouve les frères Douglas au Long Branch et leur rend l’argent versé. Comme elle parle fort et risque d’éventer leur complot, Paul la frappe, avant d’être expulsé du saloon par Miss Kitty. Bascome, lorsque Ching Lee vient frapper à sa chambre au Dodge House, n’a pas le cœur de la repousser ; surtout, voyant la plaie sur son visage, il est furieux contre les Douglas, dont il refuse de remplir le contrat. Ils retiennent alors Ching Lee dans sa chambre du Dodge House : s’il ne tue par Dillon, ils la tueront…

Darren McGavin
Michael Conrad

 

France Nuyen
Don Hanmer

 

Stefan Gierasch
Allen Emerson

 

Avec Darren McGavin (Joe Bascome), France Nuyen (Ching Lee), Stefan Gierasch (Mark Douglas), Michael Conrad (Paul Douglas), Don Hanmer (barber), H.T. Tsiang (Ching Fa), Glenn Strange (Sam), Allen Emerson (Burt).

Tueur à gages, repose en paix, dit le titre. S’agit-il donc de nous conter la mort d’un gunfighter ? D’une certaine manière oui, et la séquence prégénérique semble bien réaliser, déjà, le titre. Mais Joe Bascome survit grâce aux soins (et à l’amour) d’une jolie blanchisseuse chinoise, et le scénario devient alors le récit d’une histoire d’amour peut-être improbable (« ça ne marchera jamais », dit le gunfighter en embrassant quand même la blanchisseuse) mais attendrissante, rendue crédible par France Nuyen et Darren McGavin qui portent l’ensemble de l’épisode sur leurs épaules, et sur leurs lèvres (qui embrassent, certes, mais qui rient également). Si donc le résumé peut sembler poussif (mais si l’on ne peut faire de soap opera dans une blanchisserie, où le fera-t-on ?), il faut voir cette belle histoire pour être séduit (si l’on veut bien s’y prêter). Et la « mort » du gunfighter semble bien se réaliser puisqu’en tombant amoureux Joe Bascome envisage de raccrocher son revolver. Spoiler ! L’épisode est remarquable aussi par la double question laissée sans réponse : aurait-il tué le marshal Dillon ? (Question rhétorique, certes, mais Joe Bascome est certainement un concurrent crédible au titre de « l’homme qui tua Matt Dillon », comme le dit l’un des frères Douglas.) Et cette belle histoire d’amour aura-t-elle une chance de se réaliser ? La dernière scène laisse le choix au public, ce qui est une forme d’originalité.

 

 

Société : le premier baiser interracial de la télé ? Ce titre est généralement décerné à Star Trek, dont l’épisode 3.10 montre William Shatner (le capitaine blanc de l’Enterprise) et Nichelle Nichols (son officier des communications, noire) échangeant un baiser qui donna des suées au network NBC. Mais cet épisode intitulé « Les descendants » fut diffusé le 22 novembre 1968 sur NBC. Or, nous sommes ici le 22 octobre 1966 et Darren McGavin échange plusieurs baisers passionnés avec France Nuyen. Il faut croire que le mélange de tons n’a pas fait cette année-là autant de bruit que sur NBC deux ans après. Pour la petite histoire, France Nuyen, née en France d’un père vietnamien et d’une mère française, épousera Robert Culp en 1967, après avoir participé avec lui à un épisode de Les Espions.

Dillon n’apparaît que dans la séquence finale, pour descendre de la diligence et se retrouver face à Joe Bascome dans la rue principale, sous les fenêtres du Dodge House et devant le Long Branch.

Le décor de la ville où Bascome est blessé était aussi celui de l’épisode 8.08 de Rawhide, diffusé le 2 novembre 1965 sur CBS. L’enseigne du saloon Applejack est la même (mais en couleur cette fois, puisqu’un an plus tôt CBS diffusait encore en noir et blanc).

Festus et Thad n’apparaissent pas.

 

12.07  The Wrong Man

CBS, 29 octobre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Adaptation de Clyde Ware, histoire de Robert Lewin

Réalisé par Robert Totten

James Arness et Ken Curtis avec Carroll O'Connor

Hootie Kyle est au bord du désespoir. Il vit avec sa femme Lucy et leurs six enfants dans une ferme aux alentours de Dodge City et n’a plus de quoi les nourrir. Purvis, le marchand, refuse de lui donner quoi que ce soit tant qu’il n’a pas remboursé sa dette, qui s’élève déjà à près de 100 $. Festus et le Doc lui prêtent chacun dix dollars mais, quand Purvis refuse toujours de lui donner ce qu’il demande, il joue l’argent au poker au Bull’s Head et tombe sur plus fort que lui : Tenner Jackson, un joueur itinérant. Quand, sur la route de sa ferme, Hootie aperçoit soudain Tenner Jackson qui chemine seul dans la prairie, il l’arrête, le menace de son revolver et lui reprend les trente dollars qu’il a perdus au poker, estimant que Jackson les lui a volés. Il vient tout juste de repartir quand Harmon, l’un des autres joueurs du Bull’s Head, s’approche de Jackson et le tue avant de lui prendre l’argent que Hootie a laissé dans son portefeuille. Lorsque Festus et Thad découvrent le corps de Jackson et le ramènent en ville, ils pensent tout naturellement que Hootie l’a attaqué. Mais Hootie se rend de lui-même au bureau du marshal pour lui rendre les trente dollars qu’il a pris à Jackson et se livrer à la justice. Apprenant la mort de Jackson, il proteste de son innocence mais les apparences sont contre lui. Ses deux fils aînés, Wilton et James, le font bientôt évader de prison en ligotant Thad et Festus. Sitôt libérés par le marshal, ils se lancent après les Kyle et rencontrent la diligence renversée : elle a été attaquée par trois hommes, dont Harmon, abattu par le conducteur de la diligence. Dans ses poches, Festus retrouve l’argent de Jackson, dont la pièce de dix dollars en or qu’il a lui-même donnée à Hootie Kyle. Cela confirme l’innocence de Hootie, qui n’en est pas moins un fugitif. En continuant de suivre la piste, Dillon et ses deux adjoints tombent sur les complices de Harmon, Morell et Squeak, mais aussi Hootie et ses fils. Ces derniers veulent venir en aide au marshall mais Hootie est blessé dans la fusillade…

Carroll O'Connor
Clifton James
Gilman Rankin

 

Charles Kuenstle
James Anderson & Victor Izay
Glenn Strange

 

Kevin O'Neal
James Almanzar & Mel Gaines
Terry Frost (au centre)

 

Avec Carroll O’Connor (Hootie Kyle), Glenn Strange (Sam), James Almanzar (Morell), Mel Gaines (Squeak), Gilman Rankin (Purvis), Victor Izay (Dutch), Terry Frost (stage driver) et Kevin O’Neal (James Kyle), Charles Kuenstle (Wilton Kyle), Clifton James (Tenner Jackson), James Anderson (Harmon).

L’histoire de Hootie Kyle, pauvre fermier sans le sou, contraint d’accepter l’argent du marshal, de Festus et du Doc et entraîné dans une spirale du malheur qui fait de lui un voleur, un détenu puis un fugitif, dépassé par les événements. Carroll O’Connor donne une humanité ordinaire au personnage, touchant dans sa détresse et pitoyable dans son aveuglement, accompagné par une plainte à l’harmonica qui confère un aspect désenchanté à son odyssée.

Doc mentionne Jonas (Wilbur Jonas, le marchand) en parlant avec Thad. On voit l’enseigne de Percy Crump le croquemort.

L’épisode a presque le même titre que le 2.29, « Wrong Man ».

Charles Kuenstle, Kevin O'Neal et Carroll O'Connor

Ken Curtis et Roger Ewing

aka Festus et Thad

 

12.08  The Whispering Tree

CBS, 12 novembre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Calvin Clements

Réalisé par Vincent McEveety

John Saxon, Edward Asner et Jacqueline Scott

Edward Asner et Jacqueline Scott

Virgil Stanley rentre à Dodge City après avoir passé huit ans en prison pour un vol dont il a caché le butin, 40.000 $, avant d’être arrêté. Son complice Earl Miller, qui n’a jamais été pris, a attendu tout ce temps pour recevoir sa part de l’argent. Un autre homme a attendu : Jack Redmond, le détective à qui Virgil a volé l’argent. Il n’a jamais oublié l’humiliation qu’il a ressentie alors et il est déterminé à retrouver l’argent et, s’il le peut, à renvoyer Virgil en prison. Ada Stanley elle aussi a patienté, avec ses deux garçons Bryant et Curtis, et ils sont heureux de reformer enfin une famille autour de leur père, de retour à la maison. La cabane qu’ils habitaient huit ans plus tôt est devenue, grâce à leurs efforts et à l’aide de quelques habitants de Dodge, une jolie ferme. Si jolie, et si changée, que Virgil ne la reconnaît plus… et qu’il est incapable de retrouver l’endroit où il a enterré le butin huit ans plus tôt, au pied d’un arbre qui murmurait dans le vent. Il se met alors à creuser un peu partout, obsédé par cet argent pour lequel il a donné huit ans de sa vie. Redmond ne le quitte pas de l’œil et le marshal Dillon est contraint de le menacer pour le tenir à distance de la ferme des Stanley. Ada menace elle aussi le détective, car elle est prête à défendre chèrement le bonheur qu’elle attend du retour de son mari. Indifférente à l’argent, elle est persuadée que Virgil n’a rien caché du tout. Mais Miller, qui pense que Virgil veut le priver de sa part, recrute deux durs, Garr et Ryan, pour menacer l’ancien détenu. C’est de nouveau Dillon qui le débarrasse de ces trois brutes, avant de le prévenir qu’il le renverra en prison si jamais il cache effectivement l’argent. Ada, elle, est désespérée ; refusant de regarder son mari creuser la terre à la recherche d’un trésor qui le détourne du bonheur qui n’attend que lui, elle décide de quitter la ferme. Virgil, alors, cesse de creuser, et fait le bon choix en suivant sa famille. Reprenant la pelle qu’il a abandonnée, Redmond n’a qu’à en donner quelques coups de plus pour trouver la sacoche contenant le butin. Des liasses de papier pourri qui part en morceaux quand on le touche…

John Saxon
Morgan Woodward
Rex Holman
K. O'Malley & Stephen McEveety

 

Jacqueline Scott
Donald Losby
Allen Jaffe
Fred Coby

 

Edward Asner
Christopher Pate
Roy Barcroft
Ted Jordan (au centre)

 

Avec John Saxon (Virgil Stanley), Jacqueline Scott (Ada Stanley), Edward Asner ([Jack] Redmond), Morgan Woodward (Earl Miller), Donald Losby (Bryant [Stanley]), Christopher Pate (Curtis [Stanley]), Rex Holman ([Frank] Garr), Allen Jaffe (Ryan), Roy Barcroft (Roy), Ted Jordan (Burke), Fred Coby (station attendant), Kathleen O’Malley (mother), Stephen McEveety (boy), Lane Chandler (guard).

John Saxon et Morgan Woodward

Amanda Blake et Edward Asner

 

Parabole sur deux trésors, l’un qui pousse au crime et qui obsède l’âme de l’homme, l’autre qui l’attend si seulement il consent à l’amour. Tous les acteurs sont à la hauteur de cette histoire très humaine, à commencer par John Saxon et Jacqueline Scott dans le rôle d’un couple qui s’aime avec tendresse mais voit une richesse chimérique menacer son bonheur, et Edward Asner en homme blessé poursuivi par une obsession qui le hante lui aussi. D’abord antipathique, le personnage d’Asner apparaît plus complexe ensuite et prend aussi sa part de la morale délivrée in fine par le scénario. Le tournage en extérieurs, y compris pour les scènes se déroulant à Dodge, contribue à la beauté de l’épisode, mis en musique par Jerry Goldsmith.

Kitty apparaît dans une scène, qu’elle partage avec Edward Asner. Thad apparaît, lui, aux côtés de Festus, qui livre une nouvelle illustration de ses disputes avec le Doc.

Ken Curtis et James Arness

Ken Curtis et Roger Ewing

James Arness

 

12.09  The Well

CBS, 19 novembre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Francis Cockrell

Réalisé par Marc Daniels

Ken Curtis et Roger Ewing

Amanda Blake

 

La sécheresse accable Dodge City, comme toute la région alentour. Il ne reste qu’un puits qui ne soit pas à sec, au cœur de la ville, et le marshal rationne l’eau afin de permettre au plus grand nombre de survivre. Doc, Kitty, Festus et Thad l’aident à assurer les distributions d’eau et à garder le puits jour et nuit pour empêcher quiconque d’en tirer de l’eau. Malgré cela, les plus fragiles meurent déjà. Arrive en ville un Dr Tobias dont la roulotte affiche « Faiseur de pluie » ; bien qu’il ne lui accorde pas le crédit d’être réellement capable de faire pleuvoir, le marshal Dillon lui demande de faire son boniment aux habitants car, à défaut d’eau, il peut leur donner de l’espoir pour quelques jours, peut-être une semaine ou deux. De fait, ils sont nombreux à offrir leurs services pour bâtir une tour selon les instructions du Rainmaker et fournir les produits dont il a besoin. Ils se prêtent aussi aux rituels que leur dicte Tobias, qui en agitant une poupée aborigène, qui en frappant un tambour. Pendant ce temps, Dillon envoie Festus et Tim Grady chercher de l’eau dans un vieux puits dont l’eau a un goût affreux mais reste buvable. Hélas, ils n’y trouvent pas une goutte. Afin de ne pas créer un mouvement de révolte, Dillon les cache, à leur retour, dans la remise du Long Branch, avec la complicité de Miss Kitty. Un homme, cependant, Monk, voit Festus se faire donner de l’eau par Thad près du puits et, furieux, tente de la lui prendre. Festus est contraint de l’abattre pour sauver sa vie, avant de retourner se cacher, laissant Thad endosser son acte et Dillon calmer la population. Devant la gravité de la situation, Festus est prêt à aller jusqu’au Colorado chercher de l’eau, s’il y en a. Pour l’heure, un autre citoyen risque de créer du désordre : évadé d’une prison de l’armée, Jim Libby est rentré secrètement chez lui, où il est incapable de se retenir de boire l’eau que sa femme Janie conserve précieusement pour leur bébé Billy. Avide d’eau, il menace Tobias avec un couteau en l’accusant d’en dissimuler, et Tobias doit lui tirer dessus pour se défendre. Au même moment, Boyd et Lake découvrent que Miss Kitty cache Tim Grady dans sa remise et s’en prennent au marshal pour leur avoir menti. Ils veulent prendre de l’eau et quitter la ville. Dillon les laisse faire. Ils découvrent alors que le puits est à sec : depuis trois jours déjà, le marshal tient le chose secrète et rationne la population avec l’eau déjà puisée. Tout espoir semble désormais perdu. Il n’en reste qu’un, bien ténu : que la pluie finisse enfin par tomber…

Guy Raymond
Karl Lukas & Ted Gehring

 

Joan Payne
Pete Kellett

 

Lawrence Casey
Robert Ballew

 

Avec Guy Raymond (Dr Tobias), Joan Payne (Janie [Libby]), Lawrence Casey (Jim Libby), Ted Gehring (Boyd), Karl Lukas (Lake), Pete Kellett (Monk), Robert Ballew (Tim Grady), Madgel Dean (mother), Elizabeth Rogers (Mrs Davis), Glenn Strange (Sam), Woodrow Chambliss (Lathrop), Charles Wagenheim (Halligan), Ted Jordan (Burke).

Dans une ambiance de plomb, le scénario conte les péripéties d’une situation classique en termes narratifs mais dramatique pour les habitants de Dodge City : la sécheresse. Le puits du titre se dresse en pleine rue – dans une vraie rue, en décor réel, ce qui constitue en soi un événement tant on est habitué à la Dodge de studio (qui figure également ici, que l’on se rassure) et accueille nombre de scènes. L’ambiance est de plomb parce que les personnages sont écrasés de soif et de fatigue, néanmoins l’ensemble, s’il ne concourra pas pour le prix de l’épisode le plus palpitant de la série, reste dans les limites de la vraisemblance en optant pour des situations à hauteur d’homme, illustrant l’égoïsme, l’irresponsabilité ou la colère que réveille toute situation désespérée. A ce titre, le personnage de Jim Libby est exemplaire : enfant dans un corps d’adulte, il attend tout des autres et ne se sent responsable de rien, même quand il boit l’eau qui doit garder son bébé en vie.

James Arness, accablé par la sécheresse ou par les responsabilités du marshal Dillon

 

12.13  The Moonstone 

CBS, 17 décembre 1966

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Paul Savage

Réalisé par Dick Colla

Mike Kellin, Gail Kobe et Tom Skerritt

Chad Timpson s’est installé près de Dodge, dans une petite ferme, pour s’occuper de son frère Orv, qui souffre d’un retard mental. Ils vivent simplement, en bonne entente avec leurs voisins, et Chad est tombé amoureux de l’une des filles du Long Branch, Madge, qui ne demande qu’à l’épouser. L’arrivée d’un homme, Del Phillips, remet tout en question. Del et Chad sont recherchés pour un crime commis il y a longtemps, à Abilene, et Del a longtemps cherché à retrouver Chad, pour le tuer. Quand ils se rencontrent, au Long Branch, Chad ne se fait aucune illusion. Il devra affronter Del le lendemain. Il remet à Madge un mot pour le marshal Dillon, au cas où il ne serait plus là pour s’occuper d’Orv. La vie de fermier a détourné Chad de l’usage d’un revolver et Del Phillips paraît bien plus aguerri que lui. C’est ce qu’il a à l’esprit quand il s’avance dans la rue principale pour affronter son destin…

Ce n’est pas le seul problème qui menace la vie bien ordonnée de Chad. Orv s’est pris d’amitié pour Madge, à qui il offre l’un de ses joyaux, qu’il garde dans une boîte cachée dans la grange, une pierre de lune. Comme Madge répond à son amitié, il se méprend sur ses sentiments et décide de l’épouser. Il reproche alors à son frère de ne pas le payer pour le travail qu’il fait à la ferme et de le traiter comme un enfant. Très en colère, il devient agressif. Lorsque le marshal Dillon vient parler à Chad d’une altercation qu’Orv a eue avec M. Burke, Orv ne comprend pas les reproches qu’on lui fait. Il ne songe qu’à l’argent qu’il veut trouver pour épouser Madge, qui est venue à la ferme pour tenter de lui faire entendre raison. Il brandit soudain sous le nez du marshal un papier qu’il avait trouvé cloué à la porte de la grange le jour où Del Phillips était passé sans trouver personne. Orv avait rangé ce papier dans sa boîte sans en parler à personne. C’est un avis de recherche pour Del Phillips et Chad Timpson. Orv pense que l’argent de la prime lui revient, puisqu’il a donné ce document au marshal. Il ne réalise pas les conséquences de son acte, plus dramatiques que ce que son esprit peut concevoir…

Mike Kellin
Warren Kemmerling

 

Tom Skerritt
Glenn Strange

 

Gail Kobe
Fred Coby

 

Avec Mike Kellin (Chad Timpson), Tom Skerritt (Orv Timpson), Gail Kobe (Madge [Taber]), Warren Kemmerling (Del Phillips) et Glenn Strange (Sam), Ted Jordan (Burke), Fred Coby (Rankin), Jeff Palmer (Todd).

Chad et son frère Orv sont les protagonistes de cette histoire, dont ils occupent presque toutes les scènes. Les péripéties s’ordonnent suivant un rythme lent, mettant en place une mécanique qui conduit à un dénouement implacable dont le marshal Dillon est davantage un témoin qu’un acteur.

 

12.16  Saturday Night 

CBS, 7 janvier 1967

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Clyde Ware

Réalisé par Robert Totten

James Arness et Leif Erickson

Matt Dillon et son prisonnier Carl Craddock se retrouvent sans cheval et sans eau dans la prairie. Quand ils trouvent enfin un point d’eau, ils sont trop heureux de s’y abreuver et ne voient pas le panneau, à terre, avrtissant que l’eau n’est pas potable. Pris de violentes douleurs d’estomac, ils finissent par s’évanouir sur une piste où passe bientôt un convoi de bétail dirigé par Virgil Powell. Ils sont recueillis et soignés. Matt et Virgil s’apprécient rapidement et, sitôt sur pied et ayant payé sa dette en travaillant une journée avec les cow-boys, le marshal reprend sa route vers Dodge avec son prisonnier. Durant cet intermède, Craddock a retrouvé par hasard, parmi les gars de Virgil, un ancien acolyte, C.K. Ross, à qui il promet la moitié des 6000 $ qui l’attendent quelque part s’il lui permet de se libérer et de tuer Dillon, qui a abattu son frère Billy. C’est à Dodge que les hommes du convoi retrouvent le marshal, lorsque, arrivés à destination, ils font la fête en ville. C’est samedi soir et la nuit promet d’être agitée avec cette bande de joyeux fêtards réunis en ville. Craddock est en cellule et il a déjà essayé de s’en prendre à Thad en espérant le forcer à lui ouvrir la cage, sans succès. Mais Ross profite de l’agitation pour inciter les gars, bien avinés, à libérer deux de leurs compères mis en cellule après avoir brisé la vitrine de la boutique de M. Titus. Lui-même en profite pour assommer Ed Underwood, qui a relevé Thad et Festus à la prison, et libérer Craddock. Ce dernier n’a qu’une idée : faire la peau au marshal…

Leif Erickson
Dub Taylor (à dr.)
Ken Curtis & Clyde Howdy

 

Victor French
James Almanzar
Frederic Downs

 

William C. Watson
L. Massad, L. Mann & J. Garwood
Al Dunlap, L. Harget & L. Massad

 

Avec Leif Erickson (Virgil Powell), Victor French (C.K. Ross), Dub Taylor (Cook), James Almanzar (Houndog), Lawrence Mann (Chick), Louis Massad (Bert), John Garwood (Shep), Al Dunlap (Herrick), Link Harget (Lucky), Glenn Strange (Sam), Clyde Howdy (Ed Underwood), Frederic Downs (Mr Titus), Rudy Sooter (Rudy) et William C. Watson (Carl Craddock).

William Watson tient un rôle de sale type intégral qu’il endosse dans plusieurs épisodes de la série, obsédé par le désir de trouer la peau au marshal Dillon. L’intrigue est filée sur l’ensemble de l’épisode et donne lieu à un finale tout à fait honorable, mais l’essentiel pourtant est ailleurs, dans le portrait que font Clyde Ware et Robert Totten des convoyeurs de bétail. Sur la piste, ils forment une bande solidaire et tranquille, qui travaille dur le jour et se détend le soir autour du feu, les uns somnolant tandis que les autres jouent de la musique. Cette ambiance de camaraderie se retrouve à Dodge quand il s’agit de se détendre après les semaines de piste. Dillon comprend cette humeur et partage la joie des cow-boys, qu’il laisse s’exprimer tout en faisant la police quand nécessaire. L’amitié immédiate entre Dillon et Virgil Powell est à l’image de cette solidarité virile et les fêtards, même quand ils dérapent, restent sympathiques. La présence d’une mauvaise graine dans le groupe fait le lien avec l’affaire Craddock et ménage un coup de théâtre final qui fait brusquement retomber la joie des heureux lurons, avant une conclusion lourde de tristesse et d’une pointe d’amertume que traduit le visage las du marshal. De bout en bout, un bon épisode, qui ne craint pas de ralentir le rythme pour laisser s’exprimer des personnalités pleines d’humanité.

Miss Kitty n’apparaît pas dans cet épisode.

Dub Taylor, Lawrence Mann et Leif Erickson

Ken Curtis et Milburn Stone

Leif Erickson et James Arness

Une joyeuse bande chantant en coeur "Red River Valley". A la guitare, Rudy Sooter. A sa gauche, à l'harmonica, Dub Taylor, et au violon Glenn Strange (alias le barman Sam). En haut, Victor French somnole. A droite, de haut en bas, Al Dunlap, Link Harget et James Almanzar se réchauffent à la chaleur des filles du Long Branch.

12.17  Mad Dog  

CBS, 14 janvier 1967

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Jay Simms

Réalisé par Charles R. Rondeau

Festus et le Dr Rand (Denver Pyle)

Les frères Watson

 

Festus est en route pour Bucklin où l’un de ses cousins, Maude Haggen (ainsi nommé non en hommage à sa mère mais à… un oncle par alliance), a été arrêté pour le meurtre d’un Watson. Les Watson sont en quelque sorte des ennemis héréditaires des Haggen. Sur la route, Festus découvre un mourant : l’homme s’est blessé lui-même et, avant de mourir, il lègue à Festus sa splendide selle mexicaine s’il a la bonté de l’enterrer convenablement. C’est donc avec cette selle que Festus fait son entrée à Bucklin, sans se douter du tour que lui a joué le mort. Ce dernier, en effet, avait pour nom Jim Travers et c’était un gunslinger engagé par le maire Wheeler pour débarrasser la ville des trois Watson qui sont venus tirer vengeance de Maude Haggen pour la mort de leur père. Sauf que Maude Haggen s’est évadé la nuit précédente et comme le shérif a quitté la ville pour aller exercer dans un autre patelin où on lui offrait plus d’argent le maire s’est barricadé dans la prison à l’arrivée des frères Watson, Pinto, Roan et Buff. Maude, au demeurant, n’a pas grand-chose à redouter de la justice car il apparaît qu’il est innocent au regard de la loi, même si cela n’est pas fait pour satisfaire les frères Watson, trois hurluberlus pas très finauds qui, se fiant à la selle, identifient Festus comme Jim Travers. C’est pourquoi ils essaient de le provoquer dès son arrivée, sans grand succès car Festus est plus malin qu’eux. Ayant démêlé l’imbroglio, il a l’intention de quitter la ville sans s’attarder mais les Watson lui tendent une embuscade et le laissent pour mort en volant sa mule. Mort, il ne l’est certes pas, mais un chien le mord alors qu’il reprend tout juste connaissance et, comme le chien avait de la bave à la gueule, Festus craint qu’il ne soit enragé, ce que le Dr Rand confirme en l’entendant décrire l’animal. Le médecin ne lui donne aucune chance de survie et voilà Festus s’imaginant bel et bien mort dans les dix jours. Qu’a-t-il alors à perdre à provoquer les Watson ? Ce qu’il fait, devant tous les clients de l’American Saloon. Mais tandis qu’il attend quatre heures, moment qu’il a fixé pour l’affrontement, voilà qu’il apprend que le chien n’est pas enragé du tout : il venait simplement de jouer avec un crapaud. L’idée d’affronter seul les trois Watson n’a brusquement plus le même effet sur Festus, même si le maire est prêt à lui verser 300 $, dans la mesure où il croit toujours que Festus est en réalité Jim Travers…

Denver Pyle
George Lindsey
George Murdock

 

Dub Taylor
Sammy Reese
Butch Patrick

 

Iggie Wolfington
Hoke Howell
& the (Mad ?) Dog

 

Avec George Lindsey (Pinto Watson), Sammy Reese (Buff Watson), Hoke Howell (Roan Watson), Iggie Wolfington (Mayor Juke Wheeler), Dub Taylor (bartender), George Murdock (Jim Travers), Butch Patrick (Tom John), Glenn Strange (Sam), Bert Madrid (townsman) et Denver Pyle (Dr Henry S. Rand).

Un épisode de comédie où Festus, en six heures passées à Bucklin, n’aura pas vu le cousin qu’il était allé y trouver mais aura vécu néanmoins suffisamment d’aventures et d’émotions pour avoir de quoi raconter à son retour à Dodge. Un tueur à gages qui se tue lui-même mais joue un tour pendable avant de mourir, trois péquenots revanchards et fourbes, un maire barricadé dans sa prison, une erreur d’identité lourde de conséquences, un chien enragé qui n’a pas la rage, Dub Taylor en barman qui n’apaise pas les tensions, au contraire, et Denver Pyle en médecin sympathique composent la recette de ce scénario qui se laisse voir, dans la catégorie des épisodes mineurs. Il présente toutefois un caractère exceptionnel car il s’y passe quelque chose que les habitants de Dodge ne voient pas tous les jours : Festus offre une tournée générale !

 

12.21  Fandango

CBS, 11 février 1967

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Don Ingalls

Réalisé par James Landis

Mario Alcalde et James Arness

Paul Fix et Diana Muldaur

Matt Dillon arrête un Mexicain, Lorca, qu’il a longtemps traqué. Lorca a tué trois employés de John Tyson, un éleveur de moutons, et il paraît heureux de revendiquer ces trois morts. En revanche, il dit n’avoir pas tué un marshal qui est mort en le traquant lui aussi. A pied dans des collines arides, Dillon et Lorca marchent longtemps avant de trouver un point d’eau. Mais celui-ci est sur les terres de Tyson, dont les hommes sillonnent le domaine à la recherche de Lorca. Selon ce dernier, ils tueront également le marshal. Dillon est forcé de le constater lui-même lorsqu’ils lui tirent dessus, et il est contraint d’abattre l’un d’eux, qui se trouve être Ben Tyson, le frère de John. Dillon n’en décide pas moins de descendre en ville afin de trouver un docteur pour soigner une blessure de Lorca. Le Doc Lacey les accueille chez lui mais personne ne veut louer de cheval à Dillon, tout marshal qu’il soit, et il est clair que Tyson tient toute la région sous son emprise. Les chevaux arrivent tout de même, apportés par la propre fille de Tyson, Laurel, qui insiste pour accompagner le marshal et son prisonnier. Ils sont suivis par Tyson et ses hommes, après que ceux-ci ont brûlé la maison de Lacey en représailles de l’aide qu’il a apportée aux deux fugitifs. Laurel Tyson permet à Dillon et Lorca de prendre un peu de repos dans les montagnes, auprès d’un berger de son père, le vieux Chengra, qui vit là avec son chien fidèle. Puis ils repartent et atteignent bientôt une ville où passe le chemin de fer. Deux heures encore avant l’arrivée du train. C’est plus qu’il n’en faut à Tyson pour les retrouver…

Mario Alcalde
Paul Fix
Walter Baldwin

 

Diana Muldaur
Shug Fisher
Fletcher Bryant

 

Torin Thatcher
Joe Higgins
& James Arness

 

Avec Mario Alcalde (Lorca), Diana Muldaur (Laurel Tyson), Paul Fix (Doc [William] Lacey), Shug Fisher (Chengra), Joe Higgins (Smithy), Walter Baldwin (Old Man), Fletcher Bryant (Ben Tyson) et Torin Thatcher (John Tyson).

Dillon seul dans la prairie pour ramener un prisonnier : à partir de cette situation souvent explorée par la série, Don Ingalls conte une histoire qui réserve quelques surprises. John Tyson, le propriétaire tyrannique, remplit la fonction du méchant, auquel on devine, à travers les paroles de sa fille, un passé plus aimable mais qui, ici, n’a plus rien pour racheter sa conduite. La figure du prisonnier, Lorca, est plus ambiguë et le scénario garde jusqu’à la fin le secret de ce personnage, qui changera le regard de Dillon sur lui. Reste à mettre en scène un ultime règlement de comptes. En cours de route, on aura croisé quelques personnages secondaires dont certains n’inspirent guère de sympathie mais d’autres montrent une honnêteté notable.

Bien que Dillon soit seul loin de la ville, une scène réunit Festus, Doc, Kitty et Thad à Dodge. On y voit Festus la tête plongée dans un abreuvoir et la derrière en l’air, posture qui retient l’attention de Doc et prélude à un de leurs dialogues savoureux. Quant à Thad, il porte les paquets de Miss Kitty en sortant du General Store. Miss Kitty, comme on le sait, n’a parfois pas grand-chose à faire, sinon les boutiques.

James Arness et Diana Muldaur

 12.23  The Lure

CBS, 25 février 1967

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Clyde Ware

Réalisé par Marc Daniels

Amanda Blake avec Kim Darby

Kitty est dans la diligence en route pour Dodge mais elle n’arrivera pas à destination. Deux hommes se prétendant détectives de l’agence Wellington y sont montés avec une jeune fille, Carrie Neely, et lors de la halte au relais ils obligent Kitty à les accompagner, avec l’accord du responsable du relais et du conducteur de la diligence, qui ont reçu des instructions et ne veulent pas se mettre en travers de la Loi. Les deux hommes, Vanner et McGee, se rendent au comptoir de Swiger pour y attendre Dal Neely, le père de Carrie, un bandit responsable entre autres méfaits du meurtre de deux détectives Wellington ; sa fille lui a donné rendez-vous ici dans une lettre qu’elle lui a écrite sur l’ordre de sa mère, que l’agence Wellington a payée pour son aide. Neely saura évidemment que c’est un piège mais ils comptent néanmoins sur sa venue. Neely cependant est plus audacieux qu’ils ne l’ont anticipé et il parvient à les surprendre et à se rendre maîtres d’eux, obligeant les hommes postés alentour à déposer les armes. Dal Neely emmène sa fille avec lui, ainsi que Kitty, en qualité d’otage, jusque dans le repaire où il a élu domicile avec ses hommes, Boles, Trent et Young.

A Dodge City, pendant ce temps, Matt, Festus, Doc et Thad ont été prévenus de l’arrivée de Kitty et ils s’étonnent de ne pas la trouver dans la diligence. Elle a laissé un indice, sa broche, et le conducteur Cassidy passe aux aveux en dépit des ordres de silence qu’il a reçus des détectives. Matt et Festus se mettent alors en route pour retrouver Kitty. Ils trouvent les détectives ficelés chez Swiger et suivent ensuite la trace des bandits.

De son côté, Kitty doit compter sur la bonne volonté de Neely, qui a promis à Carrie qu’aucun mal ne leur serait fait. En dépit d’un incident avec Young, ivre, les hommes en effet se tiennent à carreau. Neely cependant a l’intention de partir vers la Californie avec sa fille sitôt la banque de Nettleton dévalisée, et de laisser Kitty aux bons soins de ses complices. Profitant de ce que Neely est parti à Nettleton avec Boles et Young, Kitty essaie de s’échapper, sans succès.

Sur la route de Nettleton, Matt et Festus aperçoivent Neely et le suivent. Ils font échouer le vol de la banque, Young est tué et Boles appréhendé. Matt s’assure que Neely puisse s’échapper, afin de le suivre. Le dénouement se jouera dans le repaire du bandit, sous les yeux de Kitty et de Carrie, qui voudrait croire qu’une vie avec son père est possible, en dépit des avertissements contraires de Kitty…

Stephen McNally
Ken Curtis & Len Wayland
Paul Picerni

 

Kim Darby
Fred Coby
Martin Brooks

 

Woodrow Chambliss
John Pickard
Warren Vanders

 

Avec Stephen McNally (Dal Neely), Kim Darby (Carrie Neely), Woodrow Chambliss (Swiger), Len Wayland (Station master), Fred Coby (Stage driver), Ted Jordan (Burke), Troy Melton (Hennington), Mike Jeffers (bank manager), Martin Brooks (Young), Val Avery (Trent), Warren Vanders (Boles), Paul Picerni (McGee), John Pickard (Vanner).

Le rythme est assez lent mais l’intrigue suit son chemin de façon crédible, ménageant quelques péripéties « en attendant Dillon », sur lequel compte Kitty, comme elle le répète volontiers à ses ravisseurs. Les sentiments sincères de Dal Neely pour sa fille, qui ne l’a guère connu que dans sa petite enfance et veut croire qu’il est un homme bon en dépit des crimes qu’on lui reproche, confèrent à la personnalité du bandit une ambiguïté maintenant l’incertitude sur l’issue de l’aventure.

La broche de Miss Kitty change de place inexplicablement entre le moment où elle est piquée sur un siège par Kitty et celui où Doc la retrouve : elle n’est plus fixée au siège mais a glissé entre le siège et l’une des parois de la diligence.

Neely – That fellow waiting for you back in Dodge, I envy him. He must be some tall cotton.

Kitty – He is. And if I know him, he’s not just waiting.

Amanda Blake et Stephen McNally

Val Avery face à Amanda Blake

Le marshal Dillon et Festus sont sur la piste (James Arness et Ken Curtis)

12.26  Mistaken Identity

CBS, 18 mars 1967

Producteur exécutif Philip Leacock

Produit par John Mantley

Ecrit par Paul Savage et Les Crutchfield

Réalisé par Robert Totten

Sam le barman (Glenn Strange) ne se contente pas de servir à boire, il seconde Matt Dillon (James Arness)

Mel Gates est mordu au visage par un serpent à sonnettes près d’un point d’eau. Ed Carstairs vient à passer par là et, au lieu de lui porter secours, il l’assomme et lui vole ses papiers, en glissant dans sa poche un document portant le nom de Carstairs. C’est sous le nom de Mel Gates que ce dernier fait ensuite son entrée à Dodge, où il sympathise rapidement avec Nathan Burke puis avec les gens du Long Branch, en disant haut et fort son intention de s’installer à Dodge. Il n’avait pas prévu que Gates survivrait et serait découvert et ramené en ville par le marshal. Confié aux soins de Doc Adams, le blessé se remet miraculeusement. Carstairs s’introduit chez Doc en l’absence de ce dernier et tente d’étouffer le malade sous un oreiller. Le retour de Doc l’empêche de finir le travail. Il prétend alors avoir travaillé avec le blessé du côté d’Hallenburg et s’inquiéter de son état. Quand il reprend conscience, le malade ne reconnaît personne : il semble souffrir d’amnésie. Deux adjoints du shérif de Crawville arrivent alors en ville ; ils cherchent Ed Carstairs, accusé du meurtre de leur shérif. Dillon, qui connaît Crawville, et surtout l’homme qui y fait la loi, un nommé Cord Bevins, n’accorde guère de confiance aux deux adjoints, dont le mandat n’est pas valable. Carstairs, en revanche, voit dans leur présence une aubaine ; continuant de se faire passer pour Mel Gates, il apprend aux adjoints que l’homme qu’ils cherchent, Carstairs, se trouve chez le Doc. Hélas, quand les deux hommes s’y introduisent à leur tour en profitant de l’absence de Doc, ils n’y trouvent pas le blessé. Prudent, Dillon le fait garder dans le cellier du Long Branch par Thad, à l’insu de tous. Carstairs le découvre et propose aux adjoints de le leur livrer. Entre-temps, le blessé, toujours amnésique, a appris qu’on l’accusait de meurtre. Quand Carstairs arrive jusqu’à lui et propose de le faire évader, il saisit l’occasion, sans se douter de ce qui l’attend. Mais, à vrai dire, le vrai Carstairs et les deux adjoints ne se doutent pas, eux non plus, de la façon dont les choses vont tourner…

Albert Salmi
Roger Ewing

 

Hal Lynch
Ken Mayer & Sam Melville

 

Glenn Strange
Ted Jordan

 

Avec Glenn Strange (Sam) et Albert Salmi (Ed Carstairs), Hal Lynch (Mel Gates), Ken Mayer ([Jeff] Timmons), Sam Melville ([Cal] Dunster), Ted Jordan (Nathan Burke).

Avec peu de personnages et un lieu unique (ou presque, si l’on excepte la première scène, extérieure à Dodge), Savage et Crutchfield (tous deux scénaristes aguerris de la série) concoctent un imbroglio autour d’un changement d’identités qui repose sur la survie miraculeuse d’une victime laissée pour morte. Dès lors qu’elle survit se produit un enchaînement de circonstances où les personnages qui croient diriger les événements en sont finalement les victimes, jusqu’au coup de théâtre final.

Les seconds rôles ont un temps de présence notable, tant Nathan Burke que Sam (qui sort son violon), et surtout Thad, qui aura rarement eu autant de gros plans. On rappelle son nom de famille (Greenwood) et les circonstances de sa venue à Dodge (c’était en 1965, épisode 11.03). A noter que Sam, sans doute parce qu’il est présent du début à la fin et qu’il prend une part active à l’action, est crédité juste après Thad, avec les « réguliers » de la série et avant les guests (alors qu’il figure en temps normal plutôt en fin de crédits). 

L’enseigne de l’écurie affiche toujours le nom de Moss Grimmick comme propriétaire. La dernière apparition de George Selk dans le rôle de Moss date de mars 1964, épisode 9.26. Le comédien est décédé en janvier 1967.

Dunster mentionne la salle de billard, le Lady Gay et le Bull’s Head.

Matt Dillon, Nathan Burke et le télégraphiste

James Arness et Roger Ewing

Hal Lynch et Glenn Strange

 

 

 

 

J

H

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1960s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :