Guide réalisé par Thierry Le Peut

A suivre : les premiers téléfilms  -  saison 1  -  saison 3

 

Saison 1

(1984)

 

Avec Stacy Keach (Mike Hammer), Lindsay Bloom (Velda), Don Stroud (Pat Chambers), Kent Williams (Lawrence D. Barrington).

 

producteur exécutif Jay Bernstein

co-producteur Frank Abatemarco (1 à 6), Jon C. Andersen (7 à 10)

produit par Daniel H. Blatt & Robert Singer (1 à 6), Frank Abatemarco (7 à 10)

producteur superviseur Lew Gallo (7 à 10)

d’après les personnages créés par Mickey Spillane

 

 

1.01  24 Karat Dead (La mort en barres)

CBS, 28 janvier 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par Bill Froehlich et Mark Lisson

Réalisé par Paul Krasny

Tracy Scoggins et Barbara Stock

Mike Hammer envoie les Becker, un charmant vieux couple, vers un avocat, plus à même de les conseiller dans leurs difficultés avec le Comptoir des Métaux Précieux Gotham (Gotham Precious Metals Exchange). Mais ils se font descendre en pleine rue le soir même, à deux pas du détective, qui prend très à cœur de découvrir qui les a tués. Il enquête donc sur le Comptoir Gotham, auprès de qui ils avaient investi et qui refusait de leur rendre leur argent. Il apprend qu’ils y avaient été envoyés par Claire Duval, une jeune voisine, danseuse de charme, qui elle-même avait été conseillée par son producteur Harry Slerick. Un ami des Becker, M. Leakos, a lui aussi des difficultés à se faire rembourser par le Comptoir Gotham, dont la directrice Lenore Wiggin semble pourtant honnête et apprend à Mike que ce sont des hommes d’affaires suisses qui dirigent réellement la boîte. En boxant un homme qui l’a pris en filature, Mike découvre bientôt que son enquête interfère avec une opération de grande envergure montée par la Justice : l’homme, en effet, Rydell, est un policier infiltré et bien sûr Barrington est furieux contre Hammer. Le meurtre de Slerick n’arrange pas ses affaires non plus, d’autant que son meurtrier essaie aussi de refroidir Hammer qui est contraint de se défendre : conséquence, Claire Duval finit à la morgue. Mais pourquoi Claire voulait-elle sa mort ? Le nœud de l’affaire, c’est l’or du Comptoir Gotham, au cœur d’un trafic entre les Etats-Unis et la Suisse, mais Hammer n’est pas encore au bout de ses surprises car, comme le lui souffle Lenore, il n’y a pas deux femmes identiques…

Avec Barbara Stock (Lenore Wiggin), Tom Hallick (Justin Heard) et Tracy Scoggins (Claire [Duval] / Nicole / Genevieve). Et avec Danny Goldman (Ozzie) et Lee Benton (Jenny), Eddie Egan (Hennessey), Larry Gelman (Kreiger), Hugh Gorrian ([Harry] Slerick), James Hong (Ducky), Woodrow Parfrey (Jimmy), Victor Rendina (Leakos) et Janet Brandt (Lillian [Becker]), Bennett Guillory (Mr Lionel), Jerry Hausner (Vincent [Becker]), Marla Heasley (Samantha), Jeb Adams (delivery boy), Kari Lloyd (Kathy), Carolyn Lucas (bejewelled lady), Rebecca Wood Sharkey (Margo).

Vf Marion Game (Lenore), Patrick Poivey (Slerick), Bernard Tiphaine (Heard), Henri Labussière (Jimmy), René Bériard (Kreiger, le médecin légiste), Albert Médina (M. Leakos), Jacques Chevalier ? (Ducky, VF Cho Cho)

« Betsy était l’une des femmes qui comptaient le plus dans ma vie » (Mike Hammer)

Mike aperçoit The Face à l’arrière d’une voiture (8’). La même scène sera reprise dans l’épisode 1.06.

15’ : gros plan sur la licence de détective de Hammer.

 

 

1.02  Hot Ice (Chauds, les diamants !)

CBS, 4 février 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par Frank Abatemarco

Réalisé par Bernard Kowalski

Keye Luke, George Kee Cheung et Nathan Jung

Le bureau des diamantaires Mel Hurock et Jack Belson est attaqué par deux hommes masqués qui enlèvent l’employée Mei Ling après avoir abattu Belson. Mel, qui considère Mei Ling comme sa fille, supplie son ami Mike Hammer de la libérer en remettant aux voleurs le diamant qu’ils cherchaient et qu’ils n’ont pas trouvé dans le coffre : une grosse pierre d’une valeur d’un million de dollars. Mais, lorsque les voleurs examinent le caillou, ils déclarent qu’il est faux et, assommant Mike, disparaissent avec Mei Ling. Et voilà que Mel disparaît à son tour et que Mike reçoit le vrai diamant par courrier postal. Il le confie à Richie, le marchand de journaux, et continue ses recherches. Les deux gorilles lui font passer un sale quart d’heure dans son appartement, où il est sauvé par l’irruption de Kee Cheung, le fiancé de Mei Ling, lui aussi à la recherche de la jeune femme et, par chance, versé dans les arts martiaux. Alors que la police cherche aussi le diamant, soupçonnant Hammer d’être complice de Mel dans une tentative d’escroquerie à l’assurance, Mike réussit à retrouver Mel en suivant sa (vraie) fille Rachel. Il apprend alors la véritable valeur du diamant et l’embarras dans lequel se trouve Mel, impliquant des travaux de pointe sur la technologie laser…

Avec Catherine Parks (Rachel), George Kee Cheung (Kee Cheung), Floyd Levine (Jack Belson), Keye Luke (Sun Woo) et Michael Constantine (Mel Hurock). Et avec Danny Goldman (Ozzie) et Eddie Egan (Hennessey), Lee Benton (Jenny), Frank Ashmore (Alex), Eddie Barth (Richie), Christie Claridge (Rene Lovely), Severn Darden (Merinow), James Carroll Jordan (McCabe), Sydney Lassick (Fatman Phillie Brock), Michael MacRae (Victor) et Joan Chen (Ti), Dorlie Fong (Mei Ling), Pete Leal (George), Leigh Lombardi (Margaret), Paul Petersen (clerk), Adrianne Sachs (Vanessa).

Vf Gabriel Cattand (Belson), Janine Forney (Mei Ling), Philippe Dumat (Mel), Albert Augier (Sun Woo), José Luccioni (Ozzie), Jean Michaud (Hennessey), Hubert Noël (McCabe), Georges Aubert (Richie), Michel Paulin (Victor), Roger Lumont (Phillie)

The Face est assise à l’arrière d’un taxi (9’).

 

1.03  Seven Dead Eyes (Morts en chaîne)

CBS, 11 février 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par Joe Gores

Réalisé par James Frawley

Stacy Keach avec Priscilla Pointer. A droite : Les Lannom.

Mike prend un verre au Lite N Easy avec son ami Ridge Grundy, qui lui a appris les ficelles du métier. Ridge a des soucis et Mike accepte d’assister le lendemain avec lui à une convention de détectives privés ; il a en effet des soupçons sur un collègue pour lequel il a fait des recherches et il voudrait l’avis de Mike avant de dénoncer des pratiques malhonnêtes. Quelques minutes plus tard, en quittant le bar, Ridge est victime d’une explosion dans une boutique du quartier ; il meurt sous les yeux de Mike. Barrington avale la piste d’un attentat terroriste dont Ridge serait une victime collatérale mais Mike n’y croit pas un instant. Il se rend donc à la convention et entreprend d’enquêter sur plusieurs privés dont Ridge avait porté les noms sur une liste. Il a à peine parlé à Ari Artel que celui-ci se fait assassiner. Même chose ensuite avec Dan Foreman. De toute évidence, quelqu’un a entrepris de liquider les privés de la liste et Mike est le suivant. Il réchappe de justesse à l’incendie du bureau de Foreman, que l’incendiaire a allumé sur son dos en mettant le feu aux dossiers du détective après avoir mis Hammer au tapis. Il y gagne un chaleureux bouche à bouche pratiqué par la secrétaire de Foreman, la jolie Kyoko, mais tout de même, la mort n’est pas passée loin. Pour Kim Warren non plus, quelque temps plus tard : cette autre privée, dont Mike a partagé le lit, est atteinte par une balle alors qu’elle est en sa compagnie. Et Velda elle aussi est agressée, dans son propre appartement. Mike ne va pas tarder à découvrir que le tueur est proche de lui depuis le début de l’enquête…

Avec John Reilly (Harry McCambridge), Priscilla Pointer (Edna Grundy), Les Lannom (Arthur Jackman), Irena Ferris (Kim Warren), Clayton Landey (Dan Foreman), Robert Costanzo (Ari Artel). Et avec Dr Joyce Brothers (elle-même) et James Carroll Jordan (McCabe), Eddie Egan (Hennesey*), Lee Benton (Jenny), Myron Healey (Ridge), Dani Douthette (Leslie), Carol Poretz (Floppie) et Sandy Lang (Claimant), Javier Grajeda (knifer), Pamela Bowman (redhead), Mark Costello (driver), John Walsh (announcer), Pamela West (brunette), Mieko Kobayashi (Kyoko). * un ‘s’ manquant au générique

Vf Maïk Darah (Kim), Jeanine Forney (Kyoko), Henri Labussière (Ridge), José Luccioni (Ozzie), Jean Michaud (Hennessey), Hubert Noël (McCabe), Roger Lumont (Ari)

The Face sort du Grammercy Park Hotel quand Mike y entre (13’).

Les « yeux » du titre sont les privés (private eyes) que le tueur entreprend de liquider.

Le Dr Joyce Brothers donne des conseils sur l’amour à la télévision pendant que Hammer fait des travaux pratiques avec Kim devant le poste.

Foreman : « Hammer, tu es un fossile. » « C’est pour ça que les dinosaures ont disparu : ils n’ont pas su s’adapter. »

 

Don Stroud, Stacy Keach et Kent Williams

 

1.04  Vickie’s Song (La chanson de Vickie)

CBS, 18 février 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par Joe Gunn

Réalisé par Michael Preece

Shawn Southwick et Tori Lysdahl

Mike assiste au tour de chant de Vickie Cornell, qui est fière d’avoir sa première chance. Cette nuit-là, hélas, on la retrouve morte en pleine rue. Overdose. Mike ne croit pas un instant qu’elle se droguait et cherche à retrouver un gosse de riche qu’il a vu avec elle au bar où elle chantait, et qui, parce qu’il avait offert de financer sa carrière, se comportait en propriétaire. Il le retrouve dans la grande et riche maison des Pennington dont il est le rejeton, Carl. Il est lui aussi dans un triste état, manifestement drogué, et ne se souvient pas du moment où Vickie l’a quitté la veille. En suivant la piste de la drogue, Mike se met en travers du chemin de Jack Gill, qui en trafique, mais l’homme n’est visiblement pas le meurtrier de Vickie. La vérité semble se cacher quelque part derrière les beaux atours de la famille Pennington : la belle-mère, Victoria, la sœur, Connie, et même l’avocat, Bradley Snyder, croisent un peu trop souvent la route de Mike pour que cela soit le fait du hasard. Vickie, pour son malheur, a vu en suivant Carl quelque chose qu’elle n’était pas censée voir, et qui lui a coûté la vie…

Avec Leigh McCloskey (Carl Pennington), Tori Lysdahl (Veronica Pennington), Spencer Milligan (Bradley Snyder), Shawn Southwick (Connie Pennington) et Steven Keats (Harry Welch). Et avec Linda Leilani Brown (Vickie [Cornell]), Ben Powers (Moochie), Ernie Sabella (Salvatore Juno), Reid Smith (Gary Reddin), Gary Watkins (Jake Gill) et Larry Dilg (Jason), Winnie Gardner (Kim), Dana Halsted (Dede), Lynn Herring (Georgette), Jan McGill (Nancy), Marilyn Staley (Collette), Zetta Whitlow (Betty).

Vf Mario Santini (Welch), Maïk Darah (Vickie), Eric Legrand (Carl), Evelyn Séléna (Veronica), Anne Kerylen (Connie), Nadine Delanoë (Collette / serveuse), Hubert Noël (Bradley / Reddin), René Bériard (Sal Juno), Yves-Marie Maurin (Moochie), Michel Papineschi (Gill), Albert Augier (Clark)

The Face hèle un taxi à quelques pas de Mike (21’).

 

1.05  Shots in the Dark (Cadavres confidentiels)

CBS, 3 mars 1984

Musique de J.J. Johnson

Adaptation : Larry Gross et Frank Abatemarco & Bill Froehlich & Mark Lisson, histoire de Larry Gross

Réalisé par Michael Preece

Jenilee Harrison et Sharon Stone

Mike fait quelques pas du côté de Central Park quand une jeune femme, Shelley Steele, lui demande de l’aide parce que deux hommes la poursuivent. Il intercepte les deux importuns et les laisse sans armes et sans pantalons dans un point d’eau du parc, avant de prendre un café avec la belle puis de la raccompagner chez elle. Un tireur embusqué abat la jeune femme en pleine rue et tire dans la fenêtre de l’appartement qu’elle partage avec Julie Eland. Celle-ci est transportée à l’hôpital en état de choc et Mike se met en quête d’explications. La police ayant reçu l’ordre de ne pas se mêler de l’affaire, il y a gros à parier que celle-ci remonte haut. De fait, les deux gars du parc se révèlent être des agents du gouvernement qui voulaient arrêter Shelley, coupable d’avoir volé des documents hautement confidentiels (la localisation des sites de missile de la côte Est) qu’elle comptait vendre à Owen Goddard. Ce dernier affirme bien sûr n’avoir rien reçu et l’affaire est moins limpide qu’il n’y paraît. Car l’agent fédéral Cobb, avec lequel Mike sympathise (il aime autant cogner que lui et sait très bien recevoir les coups aussi), finit par admettre qu’elle était innocente, juste avant d’être lui-même abattu, en pleine rue encore, et tout à côté de Mike. Celui-ci découvre que Cobb comme Shelley travaillaient pour Linda Sloane qui se servait d’eux pour coincer Owen Goddard : en faisant traquer la belle par l’agent, Linda la rendait intéressante aux yeux de Goddard, incitant ce dernier à la contacter. Mais tout cela ne dit pas qui a tué Shelley et Cobb, ni où sont les informations volées par Shelley…

Avec Delta Burke (Linda Sloane), Burr DeBenning (Cobb), Jenilee Harrison (Shelley Steele), Sharon Stone (Julie Eland) et Jeff Conaway (Owen Goddard). Et avec Danny Goldman (Ozzie) et Eddie Egan (Hennessey), Lee Benton (Jenny), Stuart Pankin (Labbie), Jacquelyn Ray Selleck (Dr Marcia Forrest), Charles Young (Lilly) et Dawn Abraham (Lisa), Harry Caesar (Jake), Claudia Christian (Elyse), Doug Cox (cabbie), Cynthia Cypert (Tina), Eda Reiss Merin (old bat), John Roselius (Burk).

Vf Joëlle Fossier (Julie), Michèle Bardollet (Linda), Isabelle Ganz (Shelley), Michel Paulin (Goddard), José Luccioni (Ozzie), Jean Michaud (Hennessey), Marc de Georgi (l’équipier de Cobb)

Mike trouve une partie de ce qu’il cherche dans un bar de jazz, le Forties Club, qui bien sûr va comme un gant au look suranné de Mike Hammer.

The Face sort d’un taxi dans lequel Mike va entrer (35’).

Barrington souffre d’un ongle incarné et compare cette souffrance à Mike Hammer.

Pat Chambers évoque sa femme Linda.

 

1.06  Dead on a Dime (Assassins sur commande)

CBS, 10 mars 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par B.W. Sandefur

Réalisé par Arnold Laven

Mike offre un bon restaurant à son amie Polly, mais leur repas est gâché par les pruneaux que Richard Austen met dans le buffet de l’un des clients. Comme il tourne son arme vers Mike ensuite, le privé est contraint de l’abattre, à son corps défendant ; car Austen était un ami, un ancien flic. En mourant, il prononce une formule sibylline : « Il faut sauver les enfants ». Avant qu’il ne se mette à tirer, Mike l’avait vu discuter au bar avec une blonde qui lui avait remis une pièce de monnaie (dime) marquée d’une croix rouge, après quoi il avait téléphoné puis tiré. Mike cherche naturellement à comprendre l’acte insensé d’Austen. Il apprend que le client abattu était Tony Brockman, de la famille de Sam Brockman l’usurier. Austen suivait aussi une thérapie avec le Dr Crane, charmante, prête à ouvrir bien des choses à Hammer, mais pas ses dossiers, qu’il devra subtiliser lui-même avant de les faire lire à un autre psy, Stanley Freen. Son avis ? Austen a été « programmé » pour tuer. La pièce a joué un rôle dans le déclenchement de son acte criminel. Mike soupçonne la puissante multinationale ComTab d’être impliquée ; Austen y travaillait et son président Kohlmyer a tout d’un mégalomane dangereux, qui rêve d’imposer au monde entier une carte bancaire universelle conçue et évidemment gérée exclusivement par sa compagnie. Kohlmyer pourtant finit par se tirer une balle dans la tête, tout en prenant un bain dans la somptueuse piscine de sa luxueuse villa. Quittant les lieux : une blonde. Près du mort : une pièce barrée d’une croix. Roberta Austen, à son tour, se révèle programmée, mais cette fois Mike réussit à l’empêcher et de le tuer et de se tuer. Reste à trouver la blonde, et éventuellement son complice…

Avec Barbra Horan (Dr Crane), George Murdock (Sam Brockman), Allan Miller (Stanley Freen), Greta Blackburn (Roberta Austen) et Stephen Elliott ([Joseph] Kohlmyer). Et avec Eddie Egan (Hennessey), Samuel Chew, Jr (Lacy) et Curtis Taylor (Carl), Leslie Bevis (Polly), John Medici (Angie), Trisha Long (Dawn), Marla Heasley (Allison), Nick Tayla ([Richard] Austen), Signy Coleman (Claudine), Andre Feijoo (Claude) et The Face et (non crédités) Charles Picerni (Tony Brockman), Dick Durock et Dave Cass (les deux gorilles).

Vf William Sabatier (Kohlmyer), Hubert Noël (Freen), Albert Médina (Sam Brockman), Jeanine Forney (Roberta), Anne Kerylen (Polly / la domestique de Kohlmyer), Mario Santini (le barman), Jean Michaud (Hennessey), Yves-Marie Maurin (Moochie)

Le nœud de l’intrigue : une carte bancaire universelle qui fait rêver un businessman mégalomane de contrôle du monde et d’un pouvoir au-dessus des gouvernements. Un rêve rendu possible par l’informatique et qui ne parle pas à Hammer, pas plus qu’à l’usurier à l’ancienne Sam Brockman, parce qu’ils appartiennent au monde d’avant.

Hammer : « Mon colt a toujours une grande gueule. »

Kohlmyer à Hammer : « Selon le Dr Crane, vous êtes un inadapté social. »

Mike à Pat Chambers, au sujet de Barrington : « Le jour où il comprendra quelque chose, lui, tu seras en retraite depuis dix ans. »

Mike évoque le Vietnam en parlant du regard qu’avait Austen au moment de tirer : un regard vide comme il n’en avait pas vu depuis le Vietnam.

L’apparition de Moochie est précédée d’une présentation du personnage par Hammer, en voix off. Il était déjà apparu cependant dans l’épisode 1.04.

The Face apparaît à l’arrière d’une voiture, dévisageant Hammer alors qu’il est arrêté sur le trottoir (17’). C’est la même scène que dans l’épisode 1.01.

 

Marla Heasley et Stacy Keach

 

1.07  Sex Trap (Chantage sur l’oreiller)

CBS, 24 mars 1984

Musique de Earle Hagen

Ecrit par B.W. Sandefur

Réalisé par James Frawley

Susan Walden et Stacy Keach

Mike est heureux de boire un verre avec Kate Conlon, une amie sur laquelle il est tombé par hasard dans la rue. Alors qu’elle vient de le quitter et qu’il la regarde s’éloigner par la vitre du Lite N Easy, il voit un pickpocket voler son portefeuille. Il se lance aussitôt à sa poursuite et le coince dans une ruelle… mais deux officiers de police zélés interviennent et arrêtent Mike en laissant filer le pickpocket. Ce n’est que le début d’une enquête à haut risque qui conduit Hammer à découvrir à Kate une double vie qu’il était loin de soupçonner : elle travaille en effet pour John Box et son activité concerne à coucher avec des diplomates devant une caméra cachée. Les enregistrements servent ensuite à faire chanter les clients. Si c’était si simple ! Kate détient manifestement quelque chose que quelqu’un désire avec force, au point d’attenter à sa vie, et à celle de Hammer quand il a le malheur de se trouver avec elle. John Box lui aussi se fait buter et Hammer ne doit la vie qu’à l’intervention d’un type muni d’un gros flingue qui lui conseille de retirer son nez de cette affaire. Type qui se révèle bientôt être un agent des services secrets, ce qu’est d’ailleurs aussi Kate Conlon. Le chantage organisé de John Box en effet est connecté au KGB et c’est la raison pour laquelle Kate travaillait pour lui. Et s’y ajoute un micropoint (une micropuce) contenant des documents très convoités qui expliquent les attentats répétés contre la vie de Kate, micropoint que Mike finit par découvrir avant tout le monde. Ne reste plus qu’à régler le compte du diplomate Tolnosk qui travaille en réalité pour le KGB…

Avec Susan Walden (Kate Conlon), Brett Halsey (Tolnosk), Mike Preston (Agent Griffin). Et avec Ben Powers (Moochie), Lee Benton (Jenny), Vincent Caristi (Lester), Joe E. Tata (John Box), Kopi Sotiropulus (Aristotle) et Anna Pagan (Martha), Richardson Morse (doctor), Dean Dittman (German), Bonwitt St. Claire (Lydia), Patricia Duff (Cherry), Diana Leigh (Shawna), Tyler Tyhurst (policeman), Dennis Romer (TV interviewer), Dallas Cole (nurse Paula), Anita Merritt (woman), Paddy H. Boyd (pretty gal), Louis R. Plante (Frenchman), Gil Mandelik (French butler), Lura Albee (elegant lady), Gene Scherer (assassin), Mary Ann Pascal (Mara) et The Face.

Vf Gabriel Cattand (Tolnosk), Bernard Tiphaine (Griffin), Patrick Poivey (Lester), Yves-Marie Maurin (Moochie), Joël Martineau (John Box), Serge Lhorca (Aristote), Nadine Delanoë (Jenny / la chauffeure de Moochie / belle fille dans la rue / infirmière), Hubert Noël (officier de police / le client de Kate sur la vidéo / docteur), Roger Lumont (le client), Paula Dehelly (l’infirmière)

Stacy Keach et Mike Preston

Chambers mentionne son fils Bobby (qui joue dans l’équipe des Beavers).

M. Porter (qui ne dit pas un mot) attend Mike dans l’antichambre de son bureau. Il attendait déjà dans un précédent épisode… et Mike l’ignorait tout aussi superbement.

Barrington : « On se fait vieux, Hammer. Seulement deux cadavres ? »

The Face apparaît 20 secondes avant la fin, au volant d’une voiture (45’).

 

The Face : mais qui est donc cette femme énigmatique ? Réponse... en saison 3.

 

1.08  Negative Image (Négatif explosif)

CBS, 31 mars 1984

Musique de Earle Hagen

Ecrit par George Lee Marshall

Réalisé par Leo Penn

Stacy Keach et Steven Keats

Bobby Indigo, un ami de Hammer, photographe, est assassiné dans son labo. Les négatifs des photos sur lesquelles il travaillait ont disparu mais Mike, après le départ de la police, découvre un papier qui n’est pas encore passé par le bain révélateur. Sur la photo, trois modèles en petite tenue devant un yacht. Rien de compromettant qui puisse justifier le meurtre du photographe. En essayant de parler à Arnie Quinn, le producteur de la séance photos, Mike marche sur les platebandes d’Harry Welch, un flic qui a quitté les Stups et rêve de rejoindre l’anti-gang : pour lui, c’est simple, Bobby Indigo recrutait des filles pour un réseau de traite des blanches et il s’est fait buter, point barre, il a eu ce qu’il méritait. Trouver Welch sur son chemin a vite fait de mettre les nerfs de Hammer à vif, au point qu’il finit par le boxer en plein commissariat, ce qui lui vaut de se retrouver en cellule. Barrington accepte de l’en laisser sortir pour continuer son enquête, s’il peut apporter du nouveau avant trois jours et à condition de faire équipe avec… Harry Welch. Le gars est tellement bête que l’épreuve pourrait être fatale si Hammer n’avait pas une patience d’ange. L’important est de découvrir la vérité sur la mort de Bobby. Rosario, le mafieux pour qui travaille Arnie Quinn, met en garde Hammer et Welch : mettre le nez dans ses affaires pourrait leur causer une indigestion fatale. Jackie Drake, l’un des modèles de la photo, est tirée des pattes de deux brutes par Mike et elle avoue être à la recherche de son père, disparu depuis sept ans. Un rapport avec la photo ? Mystère. L’enquête sur le père de Jackie révèle qu’il n’a, apparemment, jamais existé. Elle met en revanche Mike sur la piste de Jimmy Devita, un syndicaliste disparu après avoir dénoncé des magouilles impliquant Rosario. Officiellement mort, Devita apparaît en réalité sur la photo découverte par Mike, en arrière-plan : c’est lui, le père de Jackie Drake, et la raison pour laquelle on a buté Bobby Indigo. Maintenant, il s’agit pour Hammer et Welch de se sortir de l’imbroglio que sa « résurrection » a provoqué…

Avec Elyssa Davalos (Jackie Drake), Kitty Moffat (Joanna Wells), Al Ruscio (Rosario*), Paul Lambert (Jimmy Devita) et Steven Keats (Harry Welch). Et avec Eddie Barth (Ritchie), Lee Benton (Jenny), Nathaniel Christian (Paolo Iracci), Steven D. Reisch (Bobby Indigo), Lynn Herring (Kiki Small) et Ronald R. Foster (Arnie Quinn), Susan Scott (Gina), Allison Grisso (Zina Borg), Nora Gaye (Nicky), Dallas Cole (Lola) et The Face. * Frank Rosario sur un article de journal, Dominic dans la bouche de Devita, Vince sur Imdb. Faites votre choix.

Vf Anne Kerylen (Jackie), Pierre Hatet (Welch), René Bériard (Rosario), Louis Arbessier (Devita)

Mike Hammer, loup solitaire, doit faire équipe avec le plus antipathique, agressif et buté des flics : c’est l’originalité de cet épisode qui comporte, évidemment, son lot de coups (de poing et de théâtre).

The Face monte dans une limousine en fixant Mike du regard puis elle baisse la vitre pour continuer de le dévisager en souriant (16’). Mike : « C’est une fille que je connais sans la connaître tout en la connaissant. »

Mike dit que c’est au Vietnam qu’il a appris à développer des photos.

 

Stacy Keach et Elyssa Davalos

 

1.09  The Perfect Twenty (Un faux parfait)

CBS, 7 avril 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par Joe Viola

Réalisé par John Patterson

Shannon Tweed et Stacy Keach

Mike est à proximité d’un immeuble incendié où il essaie, en vain, de sauver des flammes le mannequin Karen Thorsen. L’incendie, qui a commencé dans son appartement, était-il accidentel ou criminel ? Mike cherche à le découvrir et découvre bientôt que Karen était la fille de Gus Thorsen, célèbre faussaire que tout le monde croit incarcéré mais qui, Mike s’en rend compte rapidement, n’est en réalité plus en prison. Ce sont vraisemblablement des plaques de billets de 20 dollars, absolument parfaites, qui intéressent les assassins de Karen : car, cela ne fait plus de doute, les auteurs de l’incendie cherchaient ces plaques, ou des informations susceptibles d’y mener, dans l’appartement du mannequin. Les soupçons de Mike s’orientent vers Max Bremmer, ancien associé de Gus, et son mignon (officiellement fils adoptif) Kurt, un beau gosse hargneux pas assez malin toutefois pour prendre le dessus sur le détective privé. En retrouvant Gus Thorsen (et une surprise de taille en cours de route), Mike Hammer découvre aussi où sont cachées les plaques de 20, mais Kurt est prêt à tout pour s’en emparer le premier…

Avec Shannon Tweed (Karen Thorsen), Ingrid Anderson (Monica Brooks), Michael Currie (Gus Thorsen), Eddie Barth (Ritchie), George Dickerson (Lockner), Asher Brauner (Insp. George Tyce – non crédité) et Dane Clark (Max Bremmer). Et avec Ben Powers (Moochie), Lee Benton (Jenny), Garrick Dowhen (Davos), David Goss (Kurt) et Aleisa Shirley (Corinne), Teri Marlo (Danielle), Tina Staley (Barbara), Kristen Jensen (Pam), Lisa Hunter (Judy), Jim Tartan (warden), Troy Curvey, Jr (grave digger), James O’Connell (lanky man), Dave Efron (bodyguard), Laine Burton (man at nursery), Folsom (Rocky) et The Face.

Vf Edmond Bernard (Max), René Bériard (Gus), José Luccioni (Ozzie), Christian Pellissier (Richie), Patrick Poivey (Claude Davos), Michel Derain (le prêtre / le directeur de la prison), Bernard Woringer (Tyce), Gérard Dessalles (Lockner)

The Face descend par un escalator et croise Mike qui monte par un autre (8’).

Un poster (grandeur nature) de Farrah Fawcett orne le mur près du téléphone qu’utilise Hammer (32’).

 

1.10  Satan, Cyanide, and Murder (Satan, cyanure et meurtre)

CBS, 14 avril 1984

Musique de J.J. Johnson

Ecrit par Stephen Downing

Réalisé par Michael Preece

Stepfanie Kramer et Eddie Barth

Lorsque Nancy Madden est abattue dans son bureau par un tireur posté de l’autre côté de la rue, Mike Hammer veut savoir pourquoi la jeune femme était venue louer ses services, même si Barrington et Chambers sont persuadés que c’était lui qui était visé. Kenny le Surin en effet est en liberté et il a juré d’avoir la peau de Hammer. Une balle frôle d’ailleurs ses moustaches alors qu’il déjeune avec Paul Madden, l’oncle de Nancy. Balle, il l’apprendra ensuite, trempée dans le cyanure. Qui peut donc employer une telle méthode ? Mike fait un tour à Ravelle Fashions afin de rencontrer l’associée de Nancy, Lisa Weldon, une femme ravissante dont le charme opère rapidement sur le détective. Lisa, cependant, a un passé de fraudes diverses, que révèle à Mike la comptable Cynthia Hanlon. Et son frère, Tony Weston, a fait de la prison. Il semble s’intéresser lui aussi au tireur au cyanure, que Hammer déniche dans un bar glauque appelé The Cave et qu’il est contraint d’abattre, vu que le bonhomme est décidé à vider son chargeur sur lui. Au temps pour la discrétion et l’efficacité, ce n’est pas le tireur qui révélera qui l’a engagé. Mike a cependant des soupçons sur Cynthia Hanlon et il décide d’effrayer la belle, qui réagit en quittant la ville en quatrième vitesse, ne laissant au détective qu’une robe qu’il a réussi à lui chiper, issue de la collection Ravelle. Robe fort intéressante car l’un de ses boutons contient des micro-plaquettes bourrées d’informations sensibles. Il ne reste qu’à compléter le puzzle et à découvrir qui utilisait Ravelle Fashions pour faire passer des informations confidentielles aux Russes…

Avec Stepfanie Kramer (Lisa Weldon), Tracy Brooks Swope (Cynthia Hanlon), Linden Chiles (Paul Madden), Leo Rossi (Tony Weston). Et avec Robert Miranda (Johnny Moretti), Eddie Barth (Ritchie), Eddie Egan (Hennessey), Leigh Lombardi (Nancy Madden) et Timothy Carey (Kenny the Knife, VF Kenny le Sureau). Et Joey Pento (policeman), Martin Azarow (fat man), Jay S. York (Darth Vader / Dark Vador), Alan Buchdahl (track announcer), Frank A. Pendle (executioner), Richard Hochberg (Ziggy), Karen Witter (Lucille), Dona Speir (Gwen), Ava Cadell (Kara), Tammy Brewer (Nellie), Maureen LaVette (Fawn), Tina Staley (Babs) et The Face.

Vf Annie Balestra (Lisa), Maïk Darah (Cynthia), Christian Pellissier (Richie), José Luccioni (Ozzie), Julien Thomast (Moretti), Patrick Poivey (le commentateur de la course de chevaux)

L’un des jouets exposés dans les bureaux de Paul Madden (industriel du jouet) est le Twiki de Buck Rogers au 25e siècle (12’).

Mike voit The Face au champ de courses ; elle lui envoie un baiser du bout des lèvres (18’).

Bobby, le fils de Pat, aura douze ans dans huit jours (dit Mike au début de l’épisode).

 

Danny Goldman et Stacy Keach

 

Tag(s) : #Guide d'épisodes, #Guide d'épisodes 1980s
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :